[Nantes] Projection de NATION.S, en présence de Florent Tillon

Mot-clefs: libérations nationales
Lieux:

le jeudi 17 septembre 2020 à 18:00

La Dérive

1, rue du Gué Robert

Tram ligne 1, arrêt Moutonnerie

119047745_3373030706053759_5572083987236660579_o-medium

Le jeudi 17 septembre // 18h et 20h

Double projection du documentaire NATION.S, de Hélène Magne et Florent Tillon, en présence de ce dernier.90 minutes / prix libre reversé aux réalisateurs

Le bar ouvre dès 17 heures et une petite soupe estivale est prévue pour calmer nos faims immenses.---
Au vu de la situation actuelle, la jauge sera limitée. Deux séances seront donc programmées, à 18 heures et à 20 heures. Pétantes.

Chaque projection sera suivie d'un échange avec Florent Tillon – qui se déroulera dans une salle différente. Bande annonce du film : https://vimeo.com/342704806

---
« le monde est une Zone à Défendre »
Slogan coutumier Kanak

Tourné en Nouvelle Calédonie lors du premier référendum de 2018, Nation.s s’intéresse particulièrement aux collectifs autochtones coutumiers traditionnels Kanak, trop souvent marginalisés dans les médias locaux ou internationaux.

Ceux que l’on appelle les indépendantistes « coutumiers » sont en réalité très nombreux en Nouvelle Calédonie, mais leurs démarches et leurs actions ne sont pas réellement reconnues. En faveur de l’indépendance du pays, ils demandent l’application de la coutume comme système social, et non celui de la politique. Car la politique est, selon eux, un appareil colonial impliquant constamment des rapports de force qui divisent et affaiblissent le peuple kanak. Florent et Hélène auront ainsi passés trois mois en compagnie de collectifs claniques bloquant des mines, des juristes animistes semant la pagaille au palais de justice, des révolutionnaires faisant sécession dans le plus grand secret, et même ceux du Vanuatu jamais très loin, bref, tous ceux que l’on appelle là-bas les « indépendantistes coutumiers traditionnels », désirant donc rompre avec la politique.

Les enjeux qui traversent actuellement la Nouvelle Calédonie sont au cœur des débats sur la décolonisation, sur le racisme ou le racialisme, la question de l’identité d’une forme de vie contre une autre, sur les droits autochtones bafoués mais pourtant parfois si efficaces contre certains projets miniers ou urbains. Le droit coutumier Kanak pourrait se résumer comme un droit de la « terre » : dans la coutume aucune terre ne saurait être vendue car la terre n’a pas de prix, et c’est bien cela qu’ils comptent défendre.

L’évacuation de la ZAD de NDDL se produisait alors que les cinéastes filmaient Emmanuel Macron en visite sur l’Ile. La ZAD, Emmanuel Macron et la contestation, les blacks blocks, traversent également le film, et sont commentés par les Kanak, admirateurs de la ZAD, comme du Larzac en son temps.

L'objectif, partant du film, sera non seulement de discuter de l'actualité de la Nouvelle Calédonie, où un second référendum questionnant son indépendance aura lieu le 4 octobre, mais aussi d'emmener les discussions sur le terrain de la colonisation comme phénomène anthropologique, et de remarquer que « l'esprit français » et la forme de vie qui l'accompagne demeure bien celle du colon, en opposition radicale avec l'imaginaire décolonial et écologique de la « coutume » kanak.

---

Répondant, comme on peut, comme on doit et bien malgré nous, aux exigences sanitaires et étatiques actuelles, le port du masque sera obligatoire dans les locaux de La Dérive à l'occasion de tous les événements publics proposés.
De même, la jauge sera limitée. Nous nous réservons, et c'est bien malheureux, la possibilité de refuser des personnes à l'entrée. Mais pas d'inquiétude, pendant l'été, on a poussé les murs de la DD pour accueillir au mieux le plus de monde possible.

À savoir, pas de CB, que du cash.
Et difficile de trouver une banque à Dalby (surtout après 20h30) !

Commentaires

> .

(encore) du nationalisme