Gaza sous les bombes et le blocus

Mis a jour : le lundi 20 janvier 2020 à 20:52

Mot-clefs: Racisme fascisme crimes contre l'humanité
Lieux:

La Bande de Gaza à nouveau bombardée par Israël !

 

Pendant que les partis israéliens préparent leur petite campagne électorale pour savoir lequel des criminels de guerre sera premier ministre, Netanyahou, continue à avancer son meilleur et seul argument électoral : pas de trêve, en ce qui concerne les persécutions contre les deux millions d’habitants de la bande de Gaza.

Les raids se suivent et se ressemblent malheureusement dans la bande de Gaza, témoigne Ziad Medoukh qui signale 10 bombardements ce mercredi !

Des "raids", qui ont fait de nouvelles destructions, qui ont mis davantage de familles à la rue en ce début d’hiver, car il n’est pas question que les habitants de Gaza puissent souffler un peu et tenter de reconstruire ce que l’occupant a détruit.

Même en l’absence de Marches du Retour —qui sont suspendues jusqu’au 30 mars prochain, le bourreau n’a pas besoin de "motifs" pour persécuter un peuple tout entier. Il a juste une bonne raison : essayer de faire oublier ses turpitudes judiciaires, sa corruption éhontée, détourner l’attention de ses scandales financiers.

http://www.europalestine.com/spip.php?article771

Mais les bombardements ne sont pas la seule façon de détruire un peuple. Selon un rapport de l’ONU, Gaza risque de devenir inhabitable en 2020. 

D’après les experts, "les conséquences sociales, sanitaires et sécuritaires de la forte densité démographique et du surpeuplement figurent au nombre des facteurs qui risquent de faire de Gaza un lieu invivable d'ici 2020".

"Les efforts de reconstruction sont extrêmement lents face à l'ampleur des dévastations et l'économie locale de Gaza n'a pas la possibilité de se redresser". La situation dans l'enclave palestinienne "est à son point le plus bas depuis 1967".

Il note que les perspectives pour 2015 sont "peu encourageantes en raison de l'instabilité des conditions politiques, de la réduction des flux d'aide, de la lenteur de la reconstruction à Gaza et des effets persistants de la retenue par Israël des recettes douanières palestiniennes au cours des quatre premiers mois de 2015".

Nous sommes en 2020, et la situation est pire que prévu :

Le taux de chômage à Gaza est passé de 29% à 53%, dont 67% chez les jeunes.

La moitié des Gazaoui vivent avec moins de 5,50 dollars par jour.

Le rapport de l’ONU prévenait qu’en 2020 Gaza aurait besoin d’au moins 1000 médecins. Au lieu de ça, en 2020, 160 médecins sont partis durant les trois dernières années. 

D’après le rapport de l’ONU, 97% de l’eau est impropre à la consommation et 100 000 mètres cubes d’eaux usées sont déversés dans la méditerranée tous les jours

Pour une information complète :

2020, l’année de la fin pour Gaza
https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/06/2020-lannee-de-la-fin-pour-gaza/

Gaza, au bord du précipice
https://www.mediapart.fr/journal/international/280118/gaza-au-bord-du-precipice?onglet=full

2020: l’année de l’effondrement pour Gaza
https://alencontre.org/moyenorient/palestine/2020-lannee-de-leffondrement-pour-gaza.html