1er de mai de 1886 - 2006 : 120 ans de luta anticapitaliste

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 
1er de mai un dia de luta... com tots los autes ! 1er mai un jour de lutte... comme tous les autres

1er de mai de 1886 - 2006 : 120 ans de luta anticapitaliste
Manif sus Pau

Adishatz monde,

Aciu ço qui's va passar sus Pau dab AAP e Hartèra

Voilà ce qui sera fait sur Pau par AAP et Hartèra

- 10 òras 30 : MANIF - Complexe de la République

- 12 h : casse-croute populaire Sala Recabòrda Hedàs

- 15 h : Diffusion de "Venezuela Bolivarien, Peuple et lutte au sein de la quatrième guerre mondiale". Film sur la révolution bolivarienne au Vénézuela, la résistance et l'autogestion populaire. De nombreuses questions mais surtout un énorme vent d'énergie... Quand l'utopie rentre dans le domaine de la réalité. Suivi d'un débat.

1er de mai un dia de luta... com tots los autes !

1er mai un jour de lutte... comme tous les autres



- paperòt AAP e Hartèra tà la manif / Tract AAP e Hartèta pour la manif :

(Version en français ci-après)

- Lo CPE tirat, la luta que contunha !

La joenessa que ns'a hèit la leçon aqueras setmanas passadas, per la soa autonomia e capacitat d'organizà's. Que ns'an tanben muishat la direccion qui deu préner lo movement sociau e ua leçon que deu tanben estar tirada de la participacion de las centralas sindicaus a d'aqueste movement. Tà Anaram Au Patac, lo movement revolucionari de l'esquèrra occitana, e Hartèra la joenessa que ns'a provat la soa maturitat e la soa capacitat d'analizar la situacion actuau. L'organizacion democratica e autogestionària que s'a pres lo movement en la màger part deus lòcs qu'ei tà nosaute-as un esper entà l'aviéner. Au contra, l'intersindicau, en eishar tot suu CPE, n'a pas arrespectat l'autonomia deu movement de la joenessa e las soas reïvindicacions qui passan tostemps uei lo dia, lo question deu CPE sonque. Que s'a atau hèit lo jòc deu poder e deus mèdias, en har còrda a la desmobilizacion un còp lo CPE tirat. Dab rasons, la joenessa que hasèn rampèu a l'aprenedissatge autanlèu 14 ans, au tribalh de nueits a 15,... , contienguts en la "lei tà l'egalitat de las escadenças". En mei que calè estar òrb entà non pas véder en las protèstas que lo CPE èra quasi sistematicament associat au CNE. L'intersindicau que s'ei substituïda tau-las joen-as qui avièn lo movement, un mes abans l'entrada de las centralas sindicaus en la luta. E se podem compréner lo trebuc entaus salariats de s'aviar en un movement de caumas reconductiblas, Anaram Au Patac e Hartèra que pensan que l'aunestetat e la solidaritat qui's hèn hrèitas en lo movement sociau qu'aurén devut miar los sindicats a d'aver mei d'arrespècte tà l'autonomia deu-las joen-as e las loas fòrmas d'organizacions.

E adara ? E podem deishar atau aquera lei "tà l'egalitat de las escadudas" ? E accepteram que los mainatges e sian espleitats com los lors pairs ? De nueits com de dias ? E lo CNE ? Anaram Au Patac e Hartèra qu'aperan la populacion sancèra a desbàter e har lo bilanç deus darrèrs movements sociaus. Perqué uei l@s joen-as e l@s tribalhador-as an obtienut lo retrèit deu CPE après annadas de mauescadudas ? Los sindicats en la lor màger part, e son enqüèra en acòrd dab lo pòble ? E son enqüèra crededers ? Quinas alternativas ? E çò qui hèm entà sostiéner l@s arrestat-das pendent aqueth movement ? Tà Anaram Au Patac e Hartèra, cade movement sociau qu'ataca un drin mei la credibilitat de las centralas sindicaus. E que juntan atau, tostemps un chic mei, la situacion que coneishen los partits de l'esquèrra parlementària. Lo sentit que's desvolopa, Anaram Au Patac e Hartèra se'n regaudeishen, que hè tostemps mei hrèita de cambiar, de bastir e d'organizà's de faiçon alternativa. Que la societat en laquau e vivem e's va dret hens ua paret de mei en mei pròcha. En Euròpa com sus lo planeta sancèr los pòbles que's lhevan, navèras resisténcias que's hèn enténer e s'opausan aus diktats de las multinacionaus e deus lors vailets qui sian tròp sovent los Estats e los lors govèrns. Shens cambiament de direccion radicau, la barbaria, l'individualisme e lo praubèr non haràn pas sonque créisher.

Tà totas d'aqueras rasons, la mobilizacion que deu contunhar. Informem-nse de cap a las leis reaccionàrias apitadas per aqueth govèrn e los passats. N'atenem pas ua ipotetica victòria deu PS en 2007, pr'amor, d'ara endavant que podem prevéder que un còp au poder, que contunharà las politicas liberaus d'aqueras annadas passadas. Comencem de bastir las nostas fòrças pròpias e los nostes projèctes alternatius pròpis. Agissem e lutem adara e ací, en Occitània.

Anaram Au Patac e Hartèra, que convidan donc tots e totas l@s progressistas e l@s revolucionari-as a viéner desbàter e escambiar, après la protèsta, barri deu Hedàs a Pau, a l'entorn de grasilhadas a comptar de Mieidia. A 3 òras deu vrèspe un filme suu processus bolivarian au Veneçuela que serà difusit e servirà de basa a la discuta.

- Le CPE retiré, la lutte continue !

La jeunesse nous a donné une leçon ces dernières semaines, par son autonomie et capacité à s'organiser. Ils nous ont aussi montré la direction que doit prendre le mouvement social et une leçon doit aussi être tirée de la participation des centrales syndicales à ce mouvement. Pour Anaram Au Patac et Hartèra, le mouvement révolutionnaire de la gauche occitane, la jeunesse nous a prouvé sa maturité et sa capacité à analyser la situation actuelle. L'organisation démocratique et autogestionnaire qu'a pris le mouvement dans la plupart des lieux est pour nous un espoir pour l'avenir. Par contre, l'intersyndicale, en axant tout sur le CPE, n'a pas respecté l'autonomie du mouvement de la jeunesse et leurs revendications qui dépassent toujours aujourd'hui, la question du seul CPE. Elle a fait ainsi le jeu du pouvoir et des médias, facilitant la démobilisation une fois le CPE retiré. Avec raisons, la jeunesse s'opposait à l'apprentissage à 14 ans, au travail de nuit à 15,... , contenus dans la "loi sur l'égalité des chances". De plus il fallait être aveugle pour ne pas voir dans les manifestations que le CPE était quasi systématiquement associé au CNE. L'intersyndicale s'est substituée aux jeunes qui avaient lancé le mouvement, un mois avant l'entrée des centrales syndicales dans la lutte. Et si nous pouvons comprendre la difficulté chez les salariés à partir dans un mouvement de grèves reconductibles, Anaram Au Patac et Hartèra pensent que l'honnêteté et la solidarité nécessaire dans le mouvement social aurait dû mener les syndicats à avoir plus de respect pour l'autonomie des jeunes et leurs formes d'organisations.

Et maintenant ? Pouvons nous laisser en état cette loi "pour l'égalité des chances" ? Accepterons-nous que les enfants soient exploités comme leur parents ? De nuit comme de jour ? Et le CNE ? Anaram Au Patac et Hartèra appellent toute la population à débattre et faire le bilan des derniers mouvements sociaux. Pourquoi aujourd'hui les jeunes et les travailleurs ont ils obtenu le retrait du CPE après des années d'échecs ? Les syndicats dans leur majorité, sont-ils encore en phase avec le peuple ? Sont-ils encore crédibles ? Quelles alternatives ? Et que fait-on pour soutenir les arrêtés lors de ce mouvement ? Pour Anaram Au Patac et Hartèra , chaque mouvement social attaque un peu plus la crédibilité des centrales syndicales. Et elles rejoignent ainsi, toujours un peu plus, la situation que connaissent les partis de la gauche parlementaire. Le sentiment se développe, Anaram Au Patac et Hartèra s'en réjouit, qu'il est toujours plus nécessaire de changer, de construire et de s'organiser de façon alternative. Que la société dans laquelle nous vivons va contre un mur de plus en plus proche. En Europe comme sur toute la planète les peuples se lèvent, de nouvelles résistances se font entendre et s'opposent aux diktats des multinationales et de leurs valets que sont trop souvent les Etats et leurs gouvernements. Sans changement de direction radicale, la barbarie, l'individualisme et la pauvreté ne feront que croître.

Pour toutes ces raisons, la mobilisation doit continuer. Informons-nous sur les lois réactionnaires mises en place par ce gouvernement et ceux passés. N'attendons pas une hypothétique victoire du PS en 2007, car, d'ors et déjà, nous pouvons prévoir qu'une fois au pouvoir, il continuera les politiques libérales de ces dernières années. Commençons à bâtir nos propres forces et nos propres projets alternatifs. Agissons et luttons maintenant et ici, en Occitanie

Anaram Au Patac et Hartèra, invitent donc tous et toutes les progressistes et les révolutionnaires à venir débattre et échanger, après la manifestation, quartier du Hédas à Pau, autour de grillades à partir de Midi. À 15 heures un film sur le processus bolivarien au Venezuela sera diffusé et servira de base à la discussion.

Email Email de contact: info_AT_anaram.org