La solidarité est fragile – réflexions sur l'affaire du « Réseau » par l'ABC Dresde

Mis a jour : le mardi 21 avril 2020 à 16:14

Mot-clefs: anarchisme solidarité anti-repression
Lieux:

Note de traduction : je ne partage pas tout dans ce texte, notamment l'accent mis sur l'importance de l'organisation, de groupes anarchistes. Mais le plus important est le questionnement autour des pratiques de solidarité.

Environ un moins avant que toute l'Europe ne soit enfermée par les États nationaux, dans différents endroits du monde le mouvement anarchiste fut secoué par les nouvelles de Russie autour de « L'affaire du Réseau ». Le portail progressiste « Meduza »1 a publié des informations selon lesquelles certains accusés de Penza furent impliqués dans le meurtre de deux personnes pendant leur cavale. Cette information a ramené la discussion sur la façon d'organiser la solidarité et quelles sont les limites de notre solidarité. Bien que nous ne nous trouvons pas dans la région, nous avons une connexion avec nos compagnon-nes en Russie. Nous avons organisé de nombreux événements pour les accusé de l'affaire du « Réseau » dans la ville de Dresde. Par exemple, une soirée fin décembre, où nous avons encouragé les personnes à écrire aux anarchistes et antifascistes russes incarcérés.

Ce texte n'est pas une attaque contre la campagne de solidarité et contre le mouvement anarchiste en Russie. Nous l'écrivons pour poursuivre avec des discussions – seulement de cette façon nous pouvons apprendre et éviter de répéter les mêmes erreurs qu'avant.

 

La création du « Réseau »

Nous pensons que la plupart des personnes qui lirons ce texte connaissent déjà l'histoire de cette affaire. Mais nous allons en donner une version courte afin que tout le monde soit au même niveau.

En janvier 2018, le mouvement anarchiste et antifasciste en Russie et à travers le monde fut choqué par les arrestations et les tortures de plusieurs anarchistes et antifascistes à Saint-Pétersbourg. Les personnes furent détenues, amenées dans la forêt, torturées dans les établissement de détention, tandis que leurs proches ne savaient pas ce qu'il leur arrivait. Ceux qui étaient en prison admirent leur participation au soi-disant « Réseau », cependant ces témoignages furent retirés par tout le monde sauf une personne, qui niait avoir été torturé par le FSB. La commission des Droits Humains rendit visite aux arrêtés en prison et enregistra de multiples traces de torture.

Malheureusement après les actions du FSB à Saint-Pétersbourg, des personnes dans d'autres régions découvrirent que la même situation avait eu lieu à Penza plusieurs mois auparavant. Là bas, 6 personnes furent arrêtées et torturées pour former les premières sections du « Réseau » - une organisation anarchiste qui planifiait des actions terroristes pendant les élections présidentielles et le championnat de football en Russie. Ça, c'était la version de la police secrète. Les témoignages pris de personnes tabassées ont peu de connexion avec la réalité.

Après plusieurs mois de la campagne de solidarité, il apparut que la police avait en premier lieu réussi à mettre le grappin sur les militants parce que certains d'entre eux étaient impliqués dans du trafic de drogues – 3 furent détenus pendant la mise en place de dépôts de drogue2 à Penza déjà au printemps 2017. Au moins une des personnes détenues fut recrutée par la police à ce moment là. Plus tard le FSB décida d'avancer avec la création du « Réseau ». Au même moment en Russie le FSB commença l'affaire contre des groupes d'extrême droite qui planifiaient les mêmes actions que le « Réseau ». Les deux cas semblaient être une campagne dont le but était d'effrayer le public quant à la menace de groupes armés provenant des anarchistes et de l'extrême droite.

 

La campagne de solidarité

Depuis presque le début l'affaire a eu une énorme résonance, pas seulement dans les cercles anarchistes mais parmi les progressistes également. Rapidement, la narration selon laquelle des militants innocents qui n'étaient impliqué dans rien d'illégal pris forme. Que ce soit clair, ce n'est pas quelque chose de nouveau. Assez souvent les idées politiques des anarchistes et antifascistes poursuivi-es sont adoucies afin d'obtenir le soutien de l'opposition libéral à Poutine. Dans le cas du réseau ça a très bien marché avec des politiques, des acteurs-rices et des chanteurs-ses célèbres ont exprimé leur soutien à ceux qui ont été torturés.

Cependant ça va forcément avec un prix à payer. Pour obtenir un tel soutien aussi large, les militants poursuivis été supposés être présentés comme des gens biens avec un fort fond moral. Ils faisaient de l'airsoft et avaient des projets sociaux. Chaque information qui pouvait faire que les choses avaient l'air un peu différentes était occultée au nom de la consolidation de la campagne politique. L'objectif de cette campagne était concentré sur le fait de sortir les gens de prison ou du moins de réduire leur peine au minimum. On croit que personne ne s'attendait à des peines de prison sévères : de 6 à 18 ans de camps.

 

Il est difficile d'être parfait-e

Et donc avec cette image idéale en tête pas seulement le public général mais également celles et ceux qui organisaient la solidarité étaient poussé-es à soutenir l'image idéal de militant-es qui combattaient Poutine et faisaient tout comme il faut.

En prenant ça en compte la première information cachée un moment par la campagne de solidarité était la coopération d'Igor Shishkin avec la police. Pendant plusieurs mois la campagne de solidarité a nié cette allégation, bien qu'à cette époque Shiskin était déjà assis dans une cellule « spéciale » et une des marionnettes de Poutine lui a offert une télé dans la prison.

Plusieurs mois après, l'histoire des drogues à Penza a fait surface, mais n'est pas devenu publique du tout. A Dresde, nous savions que cette histoire de drogues était à l'origine de la première affaire, mais quant à savoir qui en étaient conscient-e dans les autres groupes de solidarité, ce n'est pas clair.

Il semblait que les problèmes internes étaient terminés, il n'y avait plus de soutien à Shiskins et le reste des arrêtés étaient ensuite présentés comme cibles de la terreur d’État avec la notion que ce sont des gens biens.

En automne 2019 une information paru d'abord en russe, puis en anglais, selon laquelle l'un des militants de Penza, Arman Sagynbaev était impliqué dans de multiples cas de violences sexuelles envers des femmes. Cela incluait le viol ainsi que de forcer des femmes à du sexe non protégé, bien qu'il ait été testé positif au VIH. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase sembla être les tentatives de Sagynbaev de manipuler une des femmes qui le soutenait en prison pour se marier avec elle et avoir des relations sexuelles non protégées. Certaines femmes ont décidé de publier leur histoire et de protéger d'autres femmes afin de ne pas se faire agresser, violer et infecter par le VIH. Certaines de leurs histoires sont en ligne en anglais - http://arman.people.ru.net/en/ (attention : certaines de ces histoires contiennent des descriptions de violence détaillées).

Des personnes de la campagne de solidarité en Russie connaissaient le comportement de Sagynbaev depuis très longtemps. En fait Arman était exclu de nombreuses « scènes » anarchistes dans différentes villes, mais pouvait bouger dans une autre ville et continuer son comportement prédateur. Plus tard la stratégie de certaines personnes autour de la campagne de solidarité fut de dire que de leur point de vue il ne pouvait poser aucune menace aux personnes dehors de la prison.

Cependant, au sein de la campagne il était important de garder une campagne de solidarité consolidée plutôt que de rendre transparent ses comportements précédents. Après la publication, le site rupression a du prendre une autre position forcée depuis l'extérieur – ne plus du tout soutenir Sagynbaev3.

Le dernier tournant dans l'histoire vint en février 2020 après la sentence, dans un média progressiste de Penza qui reportait que certains des accusés du « Réseau » de Penza sont suspectés d'avoir assassiné deux de leurs amis liés au business de drogue. Durant plus d'un an ils avaient disparus et c'est seulement en automne 2019 qu'un corps en décomposition fut découvert dans un marais entre Penza et Moscou.

Le noyau de cette allégation fut un témoignage d'une des personnes toujours recherchée par le FSB en lien avec le « Réseau ». Hors de Russie, dans une sécurité relative, il a admis l'assassinat de la personne retrouvée. Il a dit aux journalistes que l'autre personne avait été tuée par Maxim Ivankin et a décrit où était le second corps (le corps fut retrouvée plusieurs semaines plus tard par la police à une centaine de mètres du premier). Les auteurs disaient aussi qu'au moins plusieurs personnes de Penza étaient au courant des exécutions. Dans les conversations cryptées ces exécutions étaient mentionnées comme des problèmes à régler (les avocat-es des accusés affirment que ces cryptages ont été montés par le FSB). Plus tard un second article écrit principalement par la personne en cavale fut publié sur le même portail avec plus de détails concernant le meurtre et comment ça en est arrivé là. Cet article disait que toutes les personnes de Penza savaient pour l'exécution sauf Vasiliy Kuksov. L'article témoin a été traduit en anglais et est dispo ici : https://meduza.io/en/feature/2020/03/10/i-said-sorry-before-i-fired.

Le jour de la publication il apparu que la campagne de solidarité connaissait la connexion au meurtre depuis presque un an, mais avait gardé cette info privée. Il y eu d'abord une sorte d'investigation qui leur amenait à la même conclusion quant au meurtre, mais l'info n'était pas assez forte pour tout clarifier. L'info fut également passée à des journalistes. Elle a commencé à tourné dans la « scène » rumeur, mais il semble qu'elle n'ait atteint aucun groupe anarchiste organisé en Europe de l'est ou de l'ouest.

Le site Rupression commença a parler du mauvais timing de publication. Les auteurs de l'article furent également attaqué et accusé de suivre leur propre agenda. Certaines personnes crurent que la fuite de l'information était une opération policière ou de quelque autre ennemi du mouvement anarchiste. Certains groupes progressistes qui avaient investi beaucoup de temps et de ressources en défense du « Réseau » commencèrent à défendre les militants de Penza plus énergétiquement encore.

Jusqu'à présent il n'est toujours pas clair si certaines personnes de Penza sont en effet impliqués dans le meurtre. Exceptée la personne hors Russie, personne n'a pris responsabilité pour la situation.

 

Comment en est-on arrivé là ?

Pour beaucoup de personnes, le scandale avec Sagynbaev a soulevé des questions sur les infos que les groupes de solidarité peuvent garder pour eux. Après tout, leur décision a mis en danger des personnes qui étaient là pour apporter de la solidarité avec ceux qui ont subi la répression.

Certaines infos ne devraient pas être ouvertes au public si ça peut aider l'accusation et compromettre d'autres personnes. Mais dans ce cas précis toute la crasse qui est parvenue au mouvement par des sources ouvertes étaient en fait connue depuis longtemps par la police. Et donc les arguments selon lesquelles ces informations auraient un effet sur les sentences ne soutien aucune critique. A la place le site rupression aurait pu écrire sur les moments critiques et justifier leur décision de continuer à soutenir les personnes. Ça aurait engagé la discussion plutôt que d'amener le choc apporté par le média progressiste. Après tout que de telles infos importantes soient venues d'une troisième partie et pas de compagnon-nes à qui nous faisons confiance a été ressenti comme une trahison.

Les appels à la solidarité sont lourdement basés sur la confiance. Je fais confiance au groupe A, B ou C dans leur décision de soutenir une personne dans un cas donné. Je fais confiance au groupe afin qu'il ne me mette pas dans une situation où je serais en danger à cause du comportement horrible de la personne que je soutiens. Les tentatives de retenir des infos par un groupe solidaire affectent de fait les autres collectifs solidaires. La prochaine fois, les appels à la solidarité depuis la Russie seront approchés avec un plus grand scepticisme qu'auparavant. La confiance inconditionnelle entre compagnon-nes est brisée à cause des décisions qui sont faites dans cette solidarité collective.

Nous croyons que seulement si le site rupression avait rendu sa décision transparente, d'expliquer pourquoi illes continuaient de soutenir les personnes même en ayant les infos sur la drogue, la balance, le prédateur sexuel et le meurtre, alors seulement les personnes qui voulaient les soutenir auraient eu la capacité de se faire leur propre avis. Pour nous en tant que collectif il aurait été tout aussi important dans notre décision de soutien de savoir ce que les arrêtés pensaient eux-mêmes de ces problèmes et si ils réfléchissaient à ce qu'ils ont fait.

Tu prends une certaine décision basée sur l'information que tu as, mais cette décision en influence d'autres. Assures-toi de clarifier ta décision et de ne pas tout garder pour toi ou vous jusqu'à ce que la prochaine personne curieuse mette son nez dans l'histoire.

Certain-es anarchistes, pour répondre à la colère et à la frustration, disent qu'en fait on ne devrait pas attendre des militant-es qu'illes soient parfait-es. Nous avons toutes et tous des contradictions. Cependant, la campagne en elle même essayait de présenter les militant-es comme étant des personnes parfaites. Sinon ça n'avait pas de sens de cacher certains côtés inconvénients de leur histoire militante. Ils voulaient également protéger l'image de l'autre accusé parce qu'ils avaient peur que le soutien s'arrête pour eux.

Certain-es d'entre vous penseront peut-être que cette histoire ne peut arriver qu'en Russie, avec son mouvement antifa « sauvage » et des anarchistes durs qui combattent la main de fer de Poutine. Mais que l'on ne s'y trompe pas : les problèmes en Russie ne sont pas différents que ceux dans de nombreux autres parties du mouvement anarchiste. Et ça montre à quel point la société est merdique si des gens agissent comme ça. La violence sexuelle est présente dans le mouvement, peu importe où on regarde. Le manque d'approches coordonnées rend incroyablement difficile d'aider les survivant-es à guérir et de faire en sorte que les auteurs des violences sexuelles s’occupent leurs problèmes sexistes.

Ici à Dresde, actuellement, nous avons également des affaires de violence et d'agression sexuelles, qui sont ignorées par d'immenses parties de la sphère politique. Dans au moins une de ces affaires, ça en est arrivé au point où la personne qui avait subi les violences a du quitter la ville, tandis que le mec est accepté dans certains cercles politiques sans aucuns changements. Il semble que pour la plupart des gens c'est normal d'agir comme ça du moment que tu apportes assez pour soutenir le mouvement.

La faiblesse des mouvements anarchistes et gauchistes font qu'une contribution à ce problème est d'une valeur majeure sans comprendre la motivation de ces personnes et qui elles sont.

Les politiques du mouvement, où on appelle pas la police et où on se tient au 100 % ACAB sans développer nos propres concepts face à la violence personnalisée et à de sérieux problèmes sociaux, ont rendu presque impossible la gestion de telles choses. L’État fourni les prisons et la punition et les anarchistes n'arrivent pas à fournir une quelconque alternative raisonnable à ça. Pas étonnant que les personnes sujets à la violence et à l'agression sexuelles, à des comportements discriminants décident de se mettre de côté ou de quitter le mouvement en laissant l'espace à des gens comme Sagynbaev.

Le culte du mec révolutionnaire cool n'existe pas qu'en Russie, mais partout, sans considération aucune pour ce qu'est le mouvement révolutionnaire. Certain-es d'entre nous deviennent obssédé-es par la violence et les armes, comme étant un but en soi. On n'arrête de comprendre les objectifs révolutionnaires et on n'est plus critique, pour faire place à l'action. Les mouvements révolutionnaires ne devraient pas être forts à cause d'une mentalité de Rambo mais à cause de nos idées et de nos communautés.

Le manque d'organisation au sein du mouvement anarchiste rend certains types de comportements prédateurs possibles. Il est assez facile de bouger d'une petite scène à l'autre vu qu'elles sont mal connectées entre elles et dans de nombreux cas il existe des problèmes entre elles.

C'est comme pour la drogue dans cette affaire. Ce n'est pas la première fois que la police trouve une entrée dans une partie plus organisée du mouvements à travers la drogue. Il y a 10 ans, ici à Dresde, la police a commencé à enquêter sur le mouvement antifasciste (et en a détruit certaines parties avec un certain succès) par un dealer. Et nous n'avons aucune idée de combien d'autres affaires ont commencé de la même façon. Alors, pense à vérifier tes risques et décide ce qui est important au moment donné de ton activité politique. Peut-être qu'abandonner la drogue est un petit compromis qui fait que ta sécurité et celle des autres autour de toi est un peu plus dur à pénétrer.4

Pour résumer, l'histoire autour de l'affaire du « Réseau » a apporté beaucoup de problèmes qui existent au sein du mouvement. Nos tentatives de se présenter mieux que ce que nous sommes en réalité. Le manque d'approche organisée envers les violences sexuelles au sein du mouvement. Le culte idiot du pouvoir et de la masculinité qui produit une mentalité de cours de récré plutôt que des valeurs comme l'entraide, le respect mutuel et la coopération.

Il n'existe pas de solutions faciles face à des situations complexes. Les personnes qui sont actuellement en prison le sont pour des raisons politiques, pas pour leur comportement social.

De toutes façons nous ne voulons pas que des personnes soient emprisonnées et torturées. Nous sommes contre tout le système pénitentiaire, qui reproduit la violence. La prison ne rend pas « les gens meilleurs ». Mais nous ne voulons également pas soutenir des violeurs si nous ne voyons pas une volonté de changer. Les personnes en prison ne vont pas réfléchir au patriarcat, aux questions morales et à d'autres limites si on ne s’occupe pas de ces sujets. Si nous voulons changer la société et l'approche de la punition envers des comportements non voulus, alors nous devrions donner la chance aux personnes de réfléchir à leur comportement et ne pas les peindre en héros ou les laisser à la torture. Peu importe importe ce à quoi peu ressembler notre soutien à des personnes qui commettent de tels actes, on devrait également se concentrer sur le soutien aux personnes qui font face à une telle violence.

----------

1Dirigé par le député Ivan Kolpakov accusé harcèlement sexuel. Il démissionna du site mais en fut ensuite nommé éditeur en chef... (ndt)

2Dans de nombreuses villes de Russie, les drogues ne sont pas vendues directement aux acheteurs-es à cause de la répression. A la place, les vendeurs-ses en posent secrètement dans la ville et vendent ensuite la drogue par internet. Les acheteurs-ses récupèrent ensuite les coordonnées du dépôt où illes peuvent récupérer la drogue.

3Une forme de retrait qui nous semble assez étrange...

4Arrêter la drogue ne devrait pas être un compromis... (ndt)