Rennes: Un Pink Bloc appelé à se péréniser

Mis a jour : le samedi 21 octobre 2017 à 02:27

Mot-clefs: Resistances / -ismes en tout genres (anarch-fémin…) loi loitravail travail loi_travail
Lieux: Rennes

Un Pink Bloc - un cortège féministe et LGBTIQ - était organisé dans la manifestation de ce 10 octobre 2017, pour porter une voix féministe et queer face aux attaques de Macron et du gouvernement. L’ambiance et la diversité des profils des personnes qui y ont pris part nous incitent à continuer sur cette lancée, notamment ce jeudi 19 octobre !

Cbdb66809a5b49d04b540654d4a288-medium

Ce mardi 10 octobre 2017, le Pink Bloc que nous avions connu en 2016 durant la mobilisation contre la loi travail, s’est reconstitué. Appelé par le Collectif féminismeS, il a pu réunir en son sein d’horizons variés. Quatre autres Pink Bloc au sein des manifestations contre la loi travail 2 sont connus publiquement : ceux de Lyon, de Toulouse, de Paris et de Bordeaux.

Ses objectifs : permettre non seulement de scander des slogans contre la loi travail et les projets du gouvernement en tant que femmes et/ou lesbiennes, biEs, trans, non-blancHEs, précaires, mais aussi offrir aux personnes isolées un cortège accueillant. Même si nous ne nous connaissons pas, nous avons pu discuter avec de nombreuses nouvelles personnes, de l’université Rennes 2 mais aussi d’ailleurs.

Les percussions du groupe RoR (Rythms of Resistance) ont animé le cortège hétérogène, de nombreux slogans ont été inventés sur le tas ou repris des mobilisations précédentes, de la fumée violette a coloré la joyeuse troupe qui chantait « Le Médef au feu, les machos au milieu », et des corps de tous les âges avançaient en dansant, motivés et solidaires.

Des membres de différentes organisations politiques et associations féministes de Rennes étaient présent·es, et arboraient de larges sourires.

Pour la prochaine manifestation, nous aimerions remettre ça, en s’organisant encore mieux, avec une banderole, une feuille de slogans, un mégaphone, et pourquoi pas des confettis, encore de la fumée colorée ou des ballons de baudruche. Nous vous donnons rendez-vous près de l’entrée du cinéma Gaumont, à l’heure de la manifestation (11H30).

En tout cas, pour nous, ces deux heures de manifestation nous ont prouvé que des cordes vocales étaient prêtes à vibrer, et qu’un cortège peut être à la fois politique, joyeux, accueillant, et festif. Au final, c’est peut-être aussi cela, un cortège « radical ». Un cortège qui attire du monde à soi. Un cortège qui permet à des non « spécialistes » du militantisme de s’intégrer plus aisément à la manifestation sans avoir spécialement les codes, les bonnes couleurs ou un CV politique à rallonge. Être radicales, c’est faire grossir les rangs des manifestations en montrant un aspect plus offensif dans les slogans que des « nique la bac » criés par un / des militant·es aguerri·es qui nous ont pourtant habitué·es à de bien meilleurs slogans il y a quelques mois (nous pensons à "elle tue, elle traque, faut supprimer la bac" ou "flics, violeurs, assassins").

Cette expérience nous pousse à continuer à rendre nos manifestations encore plus subversives, créatives, en proposant une alternative à des manières plus « classiques », redondantes, ou passives de manifester. Une liste mail pour faire le lien entre toutes les personnes motivées pour se retrouver lors des différentes manifestations a été créée. Nous indiquerons ici très vite comment s’y inscrire.

La subversion féministe et queer, ce n’est pas nécessairement éviter à tout prix la violence physique, symbolique, ou verbale. Si tant est qu’elle utilise d’autres biais que ceux véhiculés par la société patriarcale. Ce que nous souhaitons, c’est que cette violence soit aussi une violence émancipée des codes normatifs masculins, cisgenres, hétéro. Nous luttons aussi en tant que féministes contre l’état d’urgence, contre la politique du tout sécuritaire, contre l’islamophobie, contre le marché des armes et de la surveillance. Pour la solidarité féministe, au-delà des frontières, pour l’accès aux soins, à la santé, au changement d’état civil libre et gratuit. Nous voulons que les manifestations soient des cadres politiques où les rapports de genre sont les plus minorisés possibles. A l’inverse, nous ne voulons pas des agents de sécurité venus nous ne savons quoi faire et donnant un aspect de spectacle privé ou d’arène dangereuse à la manifestation.

— Quelques exemples de slogans —

Plus de fric pour notre santé,
Pas pour les flics, ni pour l’armée !

La loi travail, aïe, aïe, aïe !
On n’en veut pas, pas, pas, pas !
Face à Macron, on on on !
On passe à l’action

Les flics à la vaisselle
Flashball à la poubelle

Plutôt sorcières, que policières

Le Médef au feu, les machos au milieu
Les machos au feu, le Médef au milieu

Meuf biEs gouines trans et pédé,
Contre l’Etat policier.

Meuf biEs gouines pédé et trans
Contre l’état d’urgence.

A bas le patronat
A bas le patriarcat
Féministes, tant qu’il le faudra !

Féministes, anticapitalistes et antiracistes.

Link_go https://expansive.info/Un-Pink-Bloc-appele-a-se-pereniser-638