Manifeste de ARTISTS FOR PALESTINE

Mis a jour : le vendredi 29 août 2014 à 17:58

Mot-clefs: Guerre libérations nationales
Lieux:

Nous, artistes solidaires (de toutes origines), rajoutons nos voix à tous les hommes et toutes les femmes de conscience, pour dire :

– notre révolte face à la barbarie israélienne exercée à l’encontre de l’existence palestinienne, ceci sans répit depuis les massacres de Deir Yacine en 1948 à celui en cours à Gaza

– notre colère face à la complicité des dirigeants des nations prétendument "civilisées" qui discutent sur la table de cessez le feu tandis qu’ils distribuent sous la table les armes qui font tomber un déluge de fer et de feu sur la tête des Palestiniens

– notre rage face au laisser-faire de régimes arabes corrompus et incapables de se délier de leur dépendance des soutiens de l’armée de terreur israélienne

Nous saluons les rares dirigeants surtout d’Amérique du sud, Brésil, Bolivie, Chili, Argentine, Venezuela, Équateur et Pérou qui ont pris les positions que toute l’humanité devrait prendre.

Nous saluons également les nombreux artistes de différentes disciplines qui ont pris position sans ambiguïté comme : Pénélope Cruz, Javier Bardem, Pedro Almodovar, Emma Thompson, Lupe Fiasco, Cristiano Ronaldo, Eric Cantonna, Mia Farrow, Massive Attack, Tilda Swinton, Annie Lennox, Coldplay, Medine, et tant d’autres connus ou moins connus.

Nous affirmons ici notre soutien à la lutte du peuple palestinien pour sa libération, et à tous ceux et toutes celles qui luttent contre la colonisation et l’instauration d’un Etat d’apartheid.

A ce propos, nous dénonçons avec la plus grande fermeté, la campagne de dénigrement et de calomnie menée, tambour battant, contre ceux et celles qui élèvent la voix pour dénoncer les crimes de la puissance occupante. Cette campagne digne de l’Inquisition d’un autre âge, est un véritable terrorisme. Un terrorisme intellectuel qui prolonge la politique terroriste de l’armée israélienne.

Nous ne supportons plus la politique du deux poids, deux mesures, qui prétend transformer la puissance occupante belliqueuse en "armée la plus morale au monde", obligée de se défendre face à la partie occupée, réduite à une masse indistincte de terroristes dénués de toute humanité.

Nous accusons les soutiens inconditionnels de la politique sioniste de colonisation et de destruction à l’œuvre en Palestine, d’orchestrer cette campagne malhonnête et indigne afin de marginaliser la résistance légitime des Palestiniens et de criminaliser le mouvement international de solidarité qui s’exprime avec de plus en plus de force dans le monde entier.

Face à la barbarie absolue et sans limites, ce mouvement révèle au contraire de ses détracteurs que la paix dans le monde est tributaire de la Justice rendue en Palestine.
Artistes solidaires, nous connaissons le poids des mots mais nous ne nous satisferons pas de paroles sans lendemain.

Praticiens de diverses formes d’expressions, nous voulons contribuer de manière concrète et continue -au-delà des moments de forte émotion provoqués par les pics de violence insoutenable dont nous sommes témoins- à ce que justice soit rendue en Palestine.
C’est pourquoi nous mettons des œuvres que nous avons réalisées à la disposition du mouvement de solidarité avec la Palestine.

Nous organiserons des expositions-ventes et toutes sortes d’évènements artistiques dont le bénéfice ira à des actions concrètes de solidarité avec les Palestiniens. Nous accompagnerons nous-mêmes ces actions sur le terrain, en Palestine et partout où cela sera nécessaire.

Nous appelons les artistes du monde entier à se joindre à cette initiative et à organiser ensemble des évènements de solidarité active, dès cet été et à les maintenir JUSQU’A CE QUE JUSTICE SOIT RENDUE AUX PALESTINIENS.

Pour réaliser cela nous avons créé l’association "ARTISTES POUR LA PALESTINE" (AP) afin de nous donner les moyens de cette action. La création de cette association est dédiée au militant Palestinien Ezzedine Kalak. Assassiné en 1978 à Paris, il fut l’un des premiers à organiser la collecte et la promotion des œuvres d’artistes dédiés à la résistance palestinienne.

Paris, le 02 août 2014

Artistes : Nasser Soumi, artiste plasticien, Tayssir Batniji, artiste-photographe, Ihab Shanti, directeur d’Alhouch, centre d’arts contemporains, Khaled Hourani, artiste plasticien, Rula Halawani, photographe, Nabil Anani, artiste plasticien, Rashid Abdelhamid, designer-architecte, George M. Al Ama, historien d’arts et collectionneur, Hani Zurob, artiste plasticien, Laila Shawa, artiste plasticienne, Nicolas Damuni, cinéaste, Rana Bishara, artiste plasticienne, Mirna Bamieh, commissaire d’expositions, Hosni Radwan, artiste plasticien, Ahmad Dari, musicien et artiste plasticien, Youssef Hbeish, musicien, Amer Shomali, artiste plasticien, Sliman Mansour, artiste plasticien, Iman Aoun, actrice, Mohammad Musalam, artiste plasticien, Khalil Abu Arafeh, caricaturiste…
Hamed Abdalla, Maria Amaral, Rachid Koraïchi, Stéphane Rossi, Haquima Akhabach, Mustapha Boutadjine, Ernest Pignon-Ernest, Jacques Tardi, Farida Rahmani, Kolin Kobayashi, Muriel Modr, Dominique Grange, Racheed Daci, Samir Abdallah, Kheridine Mabrouk, Jean Asselmeyer, Julien Blaine, Malika-Sandrine Charlemagne, Liliane Giraudon, Alain Castan, éditeur, Zebda – Mouss & Hakim, Marc Mercier, artiste vidéo, Samara, chorégraphe…

Soutenus par : Christiane Hessel, Alain Gresh, Jean Claude Lefort, Sylvianne de Wangen, Ahmed Boubeker, Imen Habib, Adnan Ben Youssef, Bernard Ravenel, Michèle Sibony, Youssef Boussoumah, Tarek Ben Hiba, Brahim Senouci…

Commentaire(s)

> Ken Loach réclame le boycott des événements culturels et sportifs israéliens

PRISE DE POSITION –

Homme engagé, le cinéaste britannique Ken Loach vient de prendre position dans le conflit au Proche-Orient. Pour lui, plus question de soutenir et/ou de participer aux événements culturels et sportifs organisés par Israël.

Personnage discret dans sa vie privée, Ken Loach n'a jamais eu peur d'affirmer ses engagements en public. Interrogé la semaine dernière lors du Festival de Sarajevo, le cinéaste britannique, Palme d'Or 2006 pour Le Vent se Lève, a appelé au "boycott absolu" des événements culturels et sportifs organisés par Israël. Et condamné le soutien apporté par les gouvernements britanniques et américains à l'Etat hébreu.

Gaza comme Sarajevo ?

"Israël doit devenir un Etat paria", a insisté le cinéaste de 78 ans, connu pour ses prises de position à gauche. "Mon pays, à sa grande honte, suit ce pays brutal que sont les Etats-Unis. Mais nous ne sommes pas impuissants. Ensemble nous pouvons agir", a-t-il lancé à l'assistance. Pour lui, la situation de viagra discount retail Gaza ressemble à celle de Sarajevo, lors du conflit dans les Balkans, dans les années 1990.

Ce n'est pas la première fois que Ken Loach s'exprime sur le sujet. En juillet dernier, il avait critiqué la BBC, lui reprochant de ne pas montrer "le point de vue palestinien" dans le conflit en cours. Et en août il faisait partie des personnalités qui ont remis une pétition au Premier ministre David Cameron pour réclamer un embargo sur les ventes d'armes à Israël.

Source: http://www.metronews.fr/culture/ken-loach-reclame-le-boycott-des-evenements-culturels-et-sportifs-israeliens/mnhy!Gw73U3R57HfGY/

> Gaza 2014: musiciens, cinéastes et dessinateurs s’expriment

La Campagne internationale de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) fait le point sur les artistes qui, tous domaines confondus, participent au boycott culturel des institutions israéliennes.

Comme à chaque reprise des bombardements sur Gaza, de nombreux musiciens ne veulent plus voir leur image tachée de sang et préfèrent annuler leurs concerts en Israël. Sans aucun commentaire politique, Neil Young, Paul Anka, Lana del Rey, Cee Lo Green, Wyclef Jean, Kelis, Femi Kuti, Terence Blanchard et les groupes Backstreet Boys, America, Megadeth ou Brian Jonestown Massacre ont annulé leurs visites prévues cet été, pour un total de pertes de 15 millions d’euros (18?millions de francs suisses) pour les promoteurs israéliens1. Seule Sinéad O’Connor, qui avoue avoir reçu des promoteurs israéliens des propositions financièrement très avantageuses, a eu le courage d’affirmer sa sympathie pour le sort des Palestiniens, et d’accompagner son refus d’une demande de sanctions sur les autorités israéliennes2.

Le silence habituel des artistes est le résultat des tentatives grandissantes de criminaliser la campagne de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël. En effet, les musiciens craignent les conséquences financières qu’une annulation pour motifs politiques peut leur faire encourir. Des pressions se sont également exercées sur celles et ceux qui ont exprimé, sur leurs pages web ou leurs comptes twitter, leurs émotions face aux massacres à Gaza (Mia Farrow, Madonna, Rihanna, Anoushka Shankar, John Legend, Bryan Adams, Ayelet Waldman, Selena Gomez, Zayn Malik…). Souvent suivies de réponses haineuses, d’injures ou de menaces, les artistes ont parfois été conduits à retirer leurs messages d’internet3.

On ne peut alors qu’admirer l’intégrité et l’abnégation de ceux qui prennent la peine de s’exprimer sur le sujet en faveur des Palestiniens. Cette année encore, on a retrouvé les habitués du genre, comme Massive Attack, Roger Waters, Peter Gabriel, Brian Eno, Ken Loach, Angela Davis, Naomi Klein, Eduardo Galeano ou Henning Mankell. Ils ont été rejoint par Eddie Vedder, du groupe Pearl Jam, qui s’en est pris à l’armée israélienne pendant un concert4, ou par Krist Novoselic, ancien bassiste du groupe Nirvana, qui l’a soutenu dans une lettre publiée sur son site web à la suite des réactions hostiles. Une vidéo montée par le collectif Freedom For Palestine a rassemblé une quarantaine de personnalités pour soutenir la Palestine, dont certaines inattendues, comme le rappeur Chuck?D du groupe Public Enemy, les réalisateurs Jonathan Demme et Mira Nair, ou les auteurs Tony Kushner et Eve Ensler5.

Des pétitions plus classiques ont recueilli les signatures des musiciens Nick Cave, Michel Bühler, Pascal Auberson, Serge Teyssot-Gay ou Silvio Rodriguez, des chorégraphes Gilles Jobin et La Ribot, mais aussi de nombreux artistes de cinéma comme le réalisateur espagnol Pedro Almódovar, le couple Javier Bardem et Penelope Cruz (diffamé au point de devoir contester par voie de presse l’accusation d’antisémitisme) ou encore les Suisses Jean-Luc Godard et Alain Tanner6, le Finlandais Aki Kaurismäki, l’Iranien Asghar Farhadi, le Coréen Park Chan-Wook…

A la suite de la campagne, l’an dernier, contre le sponsoring du Festival de bande dessinée d’Angoulême par la société israélienne Sodastream, les dessinateurs et graphistes sont également en pointe de la solidarité avec la Palestine. Ainsi, outre les dessinateurs Zep et Cosey, signataires de la déclaration de solidarité des 600 acteurs culturels de Suisse avec la Palestine, le projet américain Handala Has a Posse7 offre des dessins à la campagne BDS, et le projet français Humaginaire8 publie des affiches de solidarité avec Gaza. Enfin, un collectif français est né, Artistes pour la Palestine, qui vise lui aussi à mettre des œuvres à la disposition ou au bénéfice du mouvement de solidarité avec la Palestine9. Parmi les premiers signataires de ce manifeste, on trouve le peintre Ernest Pignon-Ernest et le dessinateur Jacques Tardi.

La plupart des demandes de ces musiciens, cinéastes ou dessinateurs ne visent que le respect du droit international, la fin des bombardements et du blocus sur Gaza, l’arrêt de livraisons d’armes à Israël par les gouvernements occidentaux et, plus généralement, la fin de l’occupation qui rend impossible toute solution juste à long terme. Elles visent également à convaincre leurs collègues artistes de rejoindre le boycott culturel des institutions israéliennes, de préférence en s’exprimant publiquement sur le sujet de la Palestine. Mais même silencieuses, ces annulations en masse ne peuvent que faire réfléchir les artistes qui reçoivent des invitations à jouer en Israël: mieux vaut les décliner aujourd’hui plutôt que d’avoir à les annuler péniblement plus tard. C’est également ainsi que progresse la campagne de boycott culturel d’Israël: comme une lame de fond10.

1.www.theguardian.com/music/2014/aug/08/gig-cancellations-cost-israel-12m-…

2.www.hotpress.com/Sinead-OConnor/news/Sinad-OConnor-I-wont-play-in-Israel…

3.www.salon.com/2014/07/31/tweet_and_delete_on_gaza_celebrity_courage_and_…

4.www.lecourrier.ch/122516/neil_young_le_chemin_de_tel_aviv

5.http://youtu.be/pxDYiBls99w

6.culturesuissegaza.over-blog.com

7.handalahasaposse.tumblr.com

8.www.humaginaire.net

9.artistsforpalestine.com/fr

10.www.lecourrier.ch/113664/boycott_culturel_d_israel_coincidences_ou_lame_…
http://www.lecourrier.ch/123304/gaza_2014_musiciens_cineastes_et_dessinateurs_s_expriment