une semaine à la chatte-teigne proposée par un collectif non-mixte moeufs gouines trans (MGT)

Mot-clefs: Genre/sexualités
Lieux: ZAD

Depuis plusieurs mois un collectif non mixte meuf gouine trans (MGT) s'est créé sur la ZAD. Des rencontres se font et des liens se tissent avec des féministes d'autres villes aussi.
Du coup, on avait envie d'organiser ensemble une semaine d'activité à la Chatte-teigne(!!).
La plupart des RDV et des ateliers se feront sur ce lieu sauf si autre lieu précisé.

On vous invite donc tous et toutes à participer !

Au programme donc, des réflexions autour du féminisme, bien sûr, de la justice, des questionnements sur la lutte d'ici, mais aussi des moments de jeux où on va bien rire, des émissions de radio qui passeront sur les ondes de KLAXON... etc... et puis plein d'autres trucs...

C'est précisé dans le programme si les activités se feront en mixité ou en non-mixité.
L'organisation de cette semaine et certains évènements se passent en «non-mixité» ou «mixité choisie» (en l'occurrence entre meufs/gouines/trans ce qui n'empêche pas de proposer d'autres moments sur d'autres type de non-mixité).En effet notre société est empreinte de rapports de domination (patriarcat, racisme, norme hétérosexuelle, validisme, etc.). Nous nous retrouverons donc cette semaine (à certains moments) entre personnes cibles d’une oppression particulière afin d’échanger, lutter, (re)prendre du pouvoir, de l’espace, s’amuser… Ceci dans la même logique que les salarié⋅e⋅s qui ne s’organisent pas
avec leurs patron⋅ne⋅s pour lutter contre leur exploitation.

Cette non mixité meuf-gouine-trans est donc choisie pour nous réunir entre personnes dominées dans le patriarcat et l'hétéropatriarcat. Il y a des mécanismes multiples d'oppressions du sexisme, de la lesbophobie et de la transphobie. Donc en venant, ne présume pas que toutes les personnes présentes seront hétérosexuelles. Tu risques même d'y croiser des personnes d'apparence masculine qui ne sont pas nécessairement cisgenre*, des personnes d'apparence féminine qui ne sont pas nécessairement cisgenre et hétérosexuelles, des transgenres, des gouines qui ne se reconnaissent pas forcément une identité de « femme », des intergenres, et éventuellement de t'y croiser toi-même.

* Cisgenre : qualifie une personne dont l'identité de genre et en concordance avec son sexe déclaré à l'état civil.

Pendant cette semaine, la bouffe sera vegan (sans produits issu de l'exploitation animale)

Tous les jours accueil de 9h à 20h

Mercredi 27 février :

10h en non mixité MGT : Atelier découpe de bois de chauffage pour la semaine et chants féministes
14h en non-mixité MGT : Atelier grimpe, pour apprendre à grimper dans les arbres. RDV à la Chatte-teigne (par contre l'atelier se passe ailleurs donc sois à l'heure !)
18h en non-mixité MGT: Historique de la lutte raconté par des femmes
21h en mixité : Projection de « Born in flames » de Lizzie Borden, 1983
Politique-fiction féministe: en quelques mots: révolution sociodémocrate, sexisme, chômage, oppressions, travail gratuit, répression, groupes féministes, luttes lesbiennes, radios pirates, racisme, autodéfense, armée de femmes, vélos avec sifflets, terrorisme, vol de camions de déménagements, action directe...
Ca vous intrigue? Vous voulez en savoir plus? Venez donc découvrir ce film culte!

Jeudi 28 février :

14h à la Chômeuse en non-mixité MGT : Atelier auto-examen gynéco
14h en non-mixité MGT : atelier autour de la pertinence/nécessité de la non-mixité dans les luttes féministes et antipatriarcales. Si vous n'avez jamais expérimenté cette pratique, si vous vous posez des questions sur son intérêt, voire si vous y êtes plutôt réticentes, cet atelier est pour vous. Vous pourrez venir poser vos questions et on essayera d'y répondre dans la mesure de nos connaissances. L'atelier prendra la forme d'une petite présentation au début suivie d'une série de questions/réponses.
20h en mixité : soirée jeux, amenez vos cartes/jeux

Vendredi 1er mars :

10h en non-mixité MGT : Jeu de barre : jeu d'attrape en plein air et en équipe, avec plusieurs variantes de règles. Histoire de rigoler un peu dans la boue (à prendre au 1er degré !), en espérant qu'il fasse beau !
14h en mixité : Réflexions et échanges sur comment faire face à des situations chiantes (violences et agressions en général, vols...) quand on ne veut pas avoir affaire à la justice ?
17h en non-mixité MGT : lecture collective de textes :
Christine Delphy « Anti-sexisme ou anti-racisme : un faux dilemme ».
et/ou brochure « Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d'action directe et les médias » avec discussion.

Samedi 2 mars :

10h en mixité : Discussion qu'est ce que c'est la victoire ?
14h à Saint-Antoine en mixité: atelier legal team : anonymat, garder le silence, partage d'expérience en garde à vue.
17h en mixité : Discussion Pourquoi être féministe ? Quelles nécessités ? Quels apports dans nos luttes, dans nos manières de nous organiser, de vivre... Parce qu'on a envie de pouvoir discuter de nos désaccords en mixité.

Dimanche 3 mars :

10h en non-mixité : chants féministes
11h en mixité : atelier friandises
14h en non-mixité : Atelier d'écriture sur le thème "qu'est ce que vous souhaitez défendre ?" (1ère partie création fanzine)
16h en mixité : Goûter participatif (amenez vos créations culinaires!)
17h en mixité : Théâtre-forum : théâtre politique et participatif

Lundi 4 mars :

10h en non-mixité : 2ème partie de la création d'un fanzine : illustrations et mise en page
14h en non-mixité meuf gouine trans pédé : discussion autour de la contrainte à l'hétérosexualité.
21h en mixité : Projection de « MOUDJAHIDATE » un film de Alexandra Dols, 2007
Ce documentaire retrace des engagements de femmes dans les luttes pour l’Indépendance de l’Algérie, au sein du FLN-ALN (Front de Libération Nationale – Armée de Libération Nationale) à travers des récits de vies d’anciennes combattantes. Elles sont poseuses de bombes, agents de liaison, infirmières et soldates des maquis, ou encore dans une solidarité active avec les prisonniers politiques. Toutes ces moudjahidate évoquent également les villageoises, qui assuraient l’hébergement et le ravitaillement des combattants du FLN... Les formes d’engagements des femmes sont multiples tout comme leurs "identités sociales". Alors comment ont-elles commencé à "activer" ? Quels sont leurs rôles et stratégies dans les différents lieux de luttes ? Quels regards portent-elles sur cette période et qu’ont-elles à nous transmettre ? Ces témoignages s’articulent avec celui de l’historienne et elle-même ancienne combattante, Danièle Djamila Amrane Minne.

Il y aura aussi un infokiosque et peut-être un petit point permanent dans la salle de réu de la Chatte-teigne où il sera possible d'écouter des émissions et des reportages issus de la plate-forme radiorageuses.net

Et plusieurs émissions de radio sur les thèmes (entre autres) :
- les oppressions
- nos identités ne sont pas nationales
- le féminisme matérialiste, les constructions sociales et les systèmes de dominations.

Commentaire(s)

> catastrophe

La comparaison avec l'impossibilité d'une organisation commune entre salariés et patrons partout ânonnée est si fallacieuse qu'il est clair qu'elle ne peut que satisfaire des imbéciles analphabètes. Un salarié ne s'organise pas avec un patron du fait des ACTES de ce dernier, qui entrent en contradiction avec les intérêts du salarié. La bourgeoisie n'est un problème qu'en ce que c'est le critère de ses actes effectifs qui la définit. On peut imputer aux individus de cette classe une responsabilité en tant qu'ils poursuivent leurs intérêts de classe en n'adoptant pas ceux du prolétariat dans les actes. Il est impossible d'effectuer une telle imputation par rapport à un "homme", sans connaitre ses actes. Et préjuger c'est mal juger, c’est être injuste.