« nul n'est une île » mais une seule île s'appelle Japon

Mot-clefs: Santé
Lieux:

Le point nodal de ces crimes qui ne finiront jamais (nucléaire, Vietnam-Orange, Bhopal etc)

Masaoyoshidaaprs-medium
Masao Yoshida après

Masaoyoshidaavant-medium
Masao Yoshida avant

Aieaasn-medium
soldats AIEA ASN

Aieakoriyama-medium
Koriyama

Kobokumeigekizu-medium
Kobokumeigekizu

« Tout individu honnête sait bien que sa pente est de ne pas penser pour ne pas agir »[...] 
Bernard Charbonneau (Je fus-Essai sur la liberté)

« Impuissante à réguler la circulation des matières fissiles et à régler le dossier iranien, l’Agence internationale de l’énergie atomique a deux visages : zélatrice du nucléaire civil d’un côté, gendarme du nucléaire militaire de l’autre. Elle défendra les vertus de l’atome y compris à Fukushima, où elle tiendra sa conférence ministérielle du 15 au 17 décembre. » (par Agnès Sinaï, décembre 2012).
http://www.monde-diplomatique.fr/2012/12/SINAI/48507

Le point nodal de ces crimes qui ne finiront jamais (nucléaire, Vietnam-Orange, Bhopal etc) se trouve dans ce documentaire « La face cachée de Hiroshima à ...Fukushima »
http://www.youtube.com/watch?v=z4eP-ocVDBo

Dans ce document vidéo des soldats d’État parlent de « ce mal nécessaire » du projet Manhattan et l'on voit encore les éloges pour les industriels qui l'ont conçu : Carbide, Dupont, Kellog et... Monsanto. L'enfant chérie des États-Unis. On voit les « études» du Colonel-Dr Stafford L. Warren puis la réalité de l'ABCC dont les archives ont été ouvertes en 1975. « L'atome pacifique » est alors l'oxymore le plus monstrueux jamais employé depuis l'origine du langage.

« Le plan des bombes sales, des armements à gaz toxique radioactif de l'UA, des missiles et des balles sales, était contenu dans une note déclassée datée du 30 octobre 1943. Elle était adressée au général Leslie Groves, qui dirigeait le Projet Manhattan, la tentative US pour construire des bombes atomiques durant la Deuxième Guerre Mondiale.
La note de Groves indique clairement qu'en 1943, les scientifiques US recommandaient l'usage d'armes à gaz toxiques radioactifs [NDLR : en réponse à une utilisation éventuelle par les allemands...] afin de souiller l'air, l'eau, le sol, la nourriture, l'environnement et le sang des populations exposées. La contamination à long terme est permanente, puisque l'uranium-238 a une demi vie de 4,5 milliards d'années, rendant les régions souillées inhabitables pour l'éternité.[...]

Pour les populations qui doivent continuer à vivre dans les zones contaminées, les effets à long terme sont la maladie chronique et la détérioration de leur ADN. La contamination par l'UA largement répandue dans les populations a comme effet la dégradation potentielle de l'ADN des futures générations. [...]Non seulement les soldats US et alliés sont exposés et les populations civiles sont la cible d'un génocide, mais la contamination par l'UA est maintenant mondiale . En réalité, nous sommes tous des vétérans de la Guerre du Golfe. »http://www.alterinfo.net/D-Hiroshima-a-l-Irak,-61-ans-d...int=1
(note de Groves : http://www.mindfully.org/Nucs/Groves-Memo-Manhattan30oc...a.htm)

En 1947 l'AEC, la commission américaine de l'énergie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_l%27%C3%A9ne...-Unis
devient le premier ancêtre étasunien de l'AIEA (1957) et organise et perpétue la censure et la propagande depuis le 6 Août 1945 sur «  l’innocuité » du nucléaire mais c'est la même crime contre l'humanité que l'arme chimique, bactériologique.
- Quoi de plus normal de faire le lien avec le travail incroyable des multiples acteurs du désabrutissement médiatique issus de la société civile. La mutation par contamination radioactive est semblable à la mutation par contamination chimique et OGM.
Ce sont les mêmes firmes et organismes qui en sont les vecteurs, et l'origine est toujours la même : le soldat. Bien sûr la cupidité et la volonté de puissance sont toujours mises en avant pour tenter d'expliquer cette folie. Mais c'est bien le soldat, le problème essentiel. Sans soldat, tout cet « empire du moindre mal » s'écroule comme un château de cartes.

Retour à Fukushima depuis Hiroshima, la boucle est bouclée.

- Quoi de plus normal de faire des contre-conférences, des contre-sommets.

En 1996 à Vienne en Autriche, la conférence organisée par le lobby atomique AIEA a étouffé les conséquences sanitaires de Tchernobyl (dont la présidente était la physicienne Angela Merkel, aussi fille de pasteur parait-il, encore une chrétienne... http://bellaciao.org/fr/spip.php?article96904). alors que juste en face, de l'autre côté du Danube se trouvait la contre-conférence intitulée « Tribunal permanent des Peuples » qui a donné sa sentence (en italien sur http://www.internazionaleleliobasso.it/?p=80 ) et dont le déroulement a été retranscrit dans un livre du même nom. http://www.dissident-media.org/infonucleaire/solange_fe....html
disponible sur http://libre-infos.eklablog.com/-a46203294

Au Japon aujourd’hui , les conséquences sanitaires de Fukushima, sont étouffées toujours de la même manière sur ordre du lobby atomique, les soldats semblent toujours aussi obéissants.
En Décembre 2012, la conférence de l'AIEA, ce déni institutionnel, a aussi eu lieu en face de
la contre conférence organisé elle, par la société civile ; (collectif Nuclear Free Now http://npfree.jp/english.html voir http://sayonara-nukes.org/2012/11/nfn121215/)(à Koriyama puis à Tokyo)

Dans son rapport http://independentwho.org/fr/2013/01/09/contre-forum-japon/

Christophe Elain décrit bien la situation:
« Le vendredi 14 décembre, avec le groupe des européens venus pour ce contre-forum, nous sommes allés pour la journée dans la zone particulièrement contaminée. Le long du trajet, nous avons vu des ouvriers en train de décontaminer au karcher le toit de maisons et en divers endroits, des terrains ou champs, desquels la terre de surface a été enlevée. Contaminée, elle est entreposée dans de gros sacs. »[...]
« Ce matin là, Maria Neira, directrice du département Santé et environnement à l’OMS, a fait une présentation du rôle de l’OMS et du travail réalisé. Une présentation faite a un rythme soutenu, avec une longue liste des collaborations en place à l’OMS et des réponses apportées dès le début de la catastrophe. Bref, une OMS présente et efficace. Et bien sûr, nous avons eu droit aux inévitables problèmes psychologiques dont souffre la population, la radiophobie en particulier qu’il importe de soigner, entre autres soins (!), par une communication appropriée. Les premiers résultats préoccupants d’une étude menée par l’université médicale de la préfecture de Fukushima à propos de la thyroïde des enfants n’ont pas été évoqués ! L’étude n’a malheureusement pas dû arriver à temps à l’OMS ou elle s’est égarée malencontreusement dans les spams. Un bilan rassurant donc que confirme ensuite Mr Weiss de l’UNSCEAR. Il nous a assuré que pas un des travailleurs décédés dans l’année qui a suivie l’accident, n’était mort à cause des radiations et que celles-ci n’avaient causé aucun effet sur les travailleurs et les populations. Ouf.

Il est intéressant de noter que, concernant la santé, certains problèmes ou questions n’ont pas été forcément niés mais ont tous suscité les hypocrites précautions suivantes: Les recherches n’ont pas permis jusqu’à présent de tirer de conclusions – Elles n’ont pas permis de dégager des conséquences significatives – Nous devons continuer à travailler sur ces questions .

Ils ne nient plus forcément l’évidence mais ils repoussent au maximum le moment où ils devront tirer les conclusions qui s’imposent. »

En plus du déni du lobby « habituel » et immonde, il y a le même phénomène dérisoire d'enlever des centimètres de terre contaminées ou de lessiver les sols ou les toits, c'est la même chose qu'à Tchernobyl ou au Vietnam ou à Bhopal etc il est impossible de décontaminer une terre imprégnée et l'eau des nappes phréatiques incontrôlables, comme le mouvement des poussières dans l'air. C'est un rocher de Sisyphe radioactif saturé de dioxines et d'OGM que des générations de corps malades s'évertueront à remonter si personne ne fait rien pour limiter les dégâts en arrêtant cette « méga-machine ».

Mais comment va Mr Yoshida ? Il faut sauver la conscience du soldat Yoshida

Au sujet du nombre de victimes à Fukushima on avait eu droit à un aperçu de l'enfumage permanent
(http://bellaciao.org/fr/spip.php?article126026) (http://bellaciao.org/fr/spip.php?article126039)
(http://fukushima-informations.fr/?p=5481)

Voir la photo de Masao Yoshida, directeur de la centrale, le 30 mai 2011.

- Novembre 2011
« Masao Yoshida, 56 ans, a dû quitter pour raison de santé le poste qu'il n'avait pas quitté depuis la catastrophe du 11 mars. Il sera remplacé dès le 1er décembre par Takashi Takahashi...
...
Le 12 novembre, lors de la première visite du site autorisé pour la presse, il avait déclaré qu'"au cours de la première semaine, j'ai crû à plusieurs reprises que j'allais mourir"....

OFFICIELLEMENT, L'ACCIDENT NUCLÉAIRE N'A PAS FAIT DE MORTS

L'annonce de son départ et le silence sur son état de santé rappellent qu'officiellement, il n'y a pas eu de morts directement provoquées par l'accident nucléaire de Fukushima. Deux techniciens de la centrale ont perdu la vie au moment du tsunami. Un troisième a été victime d'un arrêt cardiaque en mai. Le 30 août, un ouvrier de 46 ans est décédé d'une leucémie aigüe mais Tepco a exclu tout lien avec son activité à la centrale. Au moment du décès début octobre d'un employé d'une cinquantaine d'années, l'entreprise avait évoqué, comme pour M. Yoshida, le respect de la vie privée pour refuser de divulguer la cause de la mort.
Hors les employés de Tepco, un journaliste japonais de 24 ans qui résidait dans la préfecture de Fukushima et consommait des produits locaux a perdu la vie le 16 septembre, lui aussi à cause d'une leucémie aigüe, une maladie également diagnostiquée chez le présentateur Otsuka Norikazu, 63 ans, qui, depuis le mois de mars, "soutenait Fukushima en mangeant ses produits".
Philippe Mesmer - De notre correspondant à Tokyo »
(http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/30/fukush....html)

- Décembre 2011
« L’ex-directeur souffre d’un cancer - déc.11, 2011 in Japon
L’ex-directeur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Masao Yoshida, qui a quitté ses fonctions récemment pour raison de santé, est atteint d’un cancer de l’œsophage. La maladie n’a toutefois aucun lien avec les radiations, selon la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco).

M. Yoshida avait officiellement abandonné ses fonctions le 1er décembre, après deux semaines d’absence, pour cause de maladie. Dans un premier temps, Tepco avait décidé de ne pas divulguer le mal dont il souffrait, pour cause de protection de la vie privée, tout en affirmant que sa maladie ne semblait pas liée à l’exposition aux rayonnements. [...]
Tepco a précisé que M. Yoshida avait reçu en huit mois une dose «d’environ 70 millisieverts», inférieure à la limite annuelle exceptionnelle de 100 ou 250 millisieverts autorisée pour le personnel des centrales nucléaires en cas de crise. »
(http://nouvelles.cytalk.com/2011/12/lex-directeur-souff...ncer/)

- Août 2012
« Masao Yoshida, ancien Directeur de Fukushima-Daiichi brise enfin le radio-silence
Masao Yoshida, ancien Directeur de Fukushima-Daiichi déclare : « nous avons besoin d’une aide internationale » Publié le 13 août 2012  »
http://gen4.fr/2012/08/masao-yoshida-aide-international....html voir sa photo
9 Janvier 2013
«  Il y a eu 3 139 séismes en 2012 au Japon. 1 868 d'entre eux étaient des répliques du séismes du 11 mars 2011. C'est environ 60%. Une réplique d'une magnitude 8 est encore possible. On en est à 9 357 répliques depuis le 11 mars 2011.
L'activité sismique est cependant à la baisse. Il y a eu 10 487 séismes en 2011. Le record est de 52 957 en 1966.
Le séisme du 11 mars 2011 s'est produit sur une faille considérée jusqu'alors comme à faible risque... »
source ACRO http://www.acro.eu.org/

Peut-être que Mr Yoshida sera décédé au moment où ces lignes seront lus, peut-être aura-il le temps de se rappeler qu'il meurt de la contamination radioactive et de la folie des hommes qui l'a provoqué. Il doit le dire, l'écrire et le crier avant que ses anciens amis soldats ne l'étouffent. Il doit le faire pour son peuple, c'est son devoir. « Nul n'est une île » mais il y a qu'une seule île qui s'appelle Japon.

En dépit de la volonté du lobby d'étouffer les analyses techniques qui démontrent l’insuffisance de sécurité et les erreurs volontairement déniées, l'information circule néanmoins dans les réseaux.
Par exemple Arnie Gundersen (www.fairewinds.org)  enfonce le NRC ; http://www.youtube.com/watch?v=I7L2TuYvJ3A&feature=yout...gdata c'est à dire la « Commission de régulation nucléaire » américaine entièrement constitué de bons soldats, comme les autres soldats français et autres de l'AIEA, qui n’hésiteront pas à laisser mourir à petit feu nucléaire le peuple japonais tout entier rien que pour protéger leurs intérêts, il ont déjà commencé il y a longtemps, c'est leur fonction. Comme il y a soixante dix ans.

- Et la police politique est à l’œuvre en direct.
http://www.reporterre.net/spip.php?article3690

Au Japon, le même scénario de catastrophe sanitaire se produit que par le passé mais plus immonde encore est l'appareil de propagande qui continu de nier les faits, et rivalise pour noyer le poisson dans des mensonges impensable qui passent en boucle dans les médias. On a vu un bel échantillon de cette propagande infecte dès les premiers jours:
http://www.youtube.com/watch?v=tAGe18uftmI (via chaîne KNA).

S'ajoutant à la vieille rengaine de « radio-phobie »(1) déjà usité à Tchernobyl, voilà que l'on rajoute celle de l'obésité. Pas moins d'une dizaine de médias (2) (y compris des médias alternatifs d'ailleurs) ont repris une information de l'AFP toujours sans le moindre esprit critique.
Certes, si on reste sans activité, on aurait peut-être tendance à grossir et perdre un peu de souffle. Mais lorsque l'on prend l'information directement de la population comme on a la chance de l'avoir sur le net, on s’aperçoit :
« "Certains cherchent à grossir tandis que d'autres prennent trop de poids et deviennent obèses", dit-elle. "Les maux de tête et de fréquentes insomnies font que certains enfants manquent l'école."
Ce n'est pas tellement la vue des blessures physiques dues à la radioactivité, c'est plus de voir la vie des enfants sans dessus-dessous.
"Comme prévu, tous les enfants sont stressés", dit Maeshima. "Ils ont l'air très bien mais plus j'en apprends sur leur situation familiale, plus je m'inquiète pour eux". »
(https://www.facebook.com/FukushimaDiaryFR?filter=1)

Ce dont souffrent principalement ces enfants relève des désordres provoqués par leur contamination radioactive notamment des désordres thyroïdiens déjà signalé à Tchernobyl .
Sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Thyro%C3%AFde on note:

« La thyroïde est une glande endocrine cervicale régulant de nombreux systèmes hormonaux [...]Elle est fréquemment le siège de pathologies : hyperthyroïdie, hypothyroïdie, tumeur maligne ou bénigne.[...]

Pathologie endocrinienne. Les dysthyroïdies peuvent avoir des origines génétiques, être liées à des carences nutritionnelles en iode, mais aussi être induites par des toxiques (plomb, ou iode radioactif .[...]
Les symptômes de l'hypothyroïdie découlent d'un ralentissement métabolique général : fatigue, difficultés de concentration, troubles de la mémoire, frilosité, myxœdème, prise de poids malgré un appétit stable voire diminué, diminution de la pilosité avec perte de cheveux ou cheveux devenant cassants, éclaircissement des sourcils, sécheresse ou épaississement cutanée, pâleur, crampes musculaires, fourmillement ou engourdissement des extrémités, inappétence, tendance à la dépression, insomnies[...]

voir aussi http://www.asso-malades-thyroide.org/art_sc.php?page=1
ou http://enfants-tchernobyl-belarus.org/doku.php

« Bien sûr, ces familles sont particulièrement sensibilisées. Elles ont fait suivre des examens médicaux à leurs enfants : nodule à la thyroïde, césium 134 et césium 137 dans les urines… Les parents ont évidemment en commun une forte inquiétude. Aussi, ce qui est énormément apprécié de tous, dans ce cadre privilégié, c’est de pouvoir enfin parler de ce qui les préoccupent, surtout pour les parents qui vivent près de Fukushima car là-bas il est très difficile, voir impossible, d’évoquer la catastrophe et les problèmes que posent la radioactivité.[...]
En effet, il y a déni, réaction classique dans les cas de grandes catastrophes, mais aussi le fait que les personnes qui abordent ce sujet sont considérées comme des gens qui nuisent au futur de Fukushima alors on se tait.
De plus, quand on sait la discrimination dont ont été victimes les hibakushas (survivants de la bombe atomique), et que déjà, pour les habitants de la région de Fukushima cette même discrimination a commencé, cela n’incite pas à s’exprimer. Alors, oui le soulagement est réel quand enfin on peut parler librement sans crainte d’être mal vu ou rejeté. » http://independentwho.org/fr/2013/01/08/sejour-enfants-...hima/

Ainsi chaque fois qu'il y a trace d'injustice et de mensonge, des sentinelles alertent et démontent pièce par pièce l'imposture, et surtout informent réellement, toujours selon chaque sensibilité, il suffit d'aller à l'information et transmettre : http://lesveilleursdefukushima.blogspot.fr/

- Par exemple Fukushima Diary du 5 Janvier 2013 relève les magouilles des statistiques des hôpitaux :https://www.facebook.com/FukushimaDiaryFR?filter=1
http://fukushima-diary.com/2013/01/confusing-medical-in...alth/

- Un autre exemple est l'appel du Maire de la ville de Futaba à l'ONU déjà cité
http://independentwho.org/fr/2012/11/07/maire-futaba-a-...neve/
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article131336
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article131371

Voilà que cet homme remarquable, un des rares maires à se lever contre cette trahison, risque
de se faire censurer, c'est à dire vider si il n'y a pas assez de soutien autour de lui :

- Message du 11 janvier 2013

« Chers amis, chers journalistes alarmés,
Permettez-moi d'attirer votre attention à propos de Monsieur Idogawa, maire de la ville de Futaba où est implantée la centrale de Fukushima-Daiichi.
Aussitôt après l'accident en 2011, il a décidé d'évacuer les habitants et la mairie à 200km, dans le département de Saitama.
C'est la seule municipalité déplacée hors du département de Fukushima.
Depuis, le maire vit avec sa population dans un lycée désaffecté.
Si vous avez une idée de ce que peut être un refuge après le tsunami, vous constaterez qu'ils sont toujours dans les mêmes conditions de vie depuis bientôt 2 ans.
Alors que d'autres sinistrés réfugiés ont été relogés dans des baraques provisoires, ce lycée à Saitama est le seul refuge officiel qui existe encore au Japon à la suite des catastrophes.

Conscient du danger de la radioactivité, le maire Idogawa agit de tout son possible pour défendre la population.
Il est même allé jusqu'à l'ONU à Genève fin oct 2012, accompagné de Pr. Michel Fernex et du groupe Fukushima Collective Evacuation Trial.
Voici son discours, sous-titré en anglais.
http://www.youtube.com/watch?v=EqseXWOQLbE

Mais les conseillers municipaux ont voté une motion de censure contre le maire Idogawa.
Il risque de céder sa place aux promoteurs de l'énergie atomique et les laisser mener une politique de non-protection de la population.
Pouvez-vous en parler dans vos médias et éventuellement interviewer le maire Idogawa ?

Je vous copie en bas l'appel en anglais de notre ami Taka Honda, responsable du réseau international pour la protection des enfants de la radioactivité, membre de l'équipe d'interprètes lors de la visite du maire Idogawa à Genève :
http://www.save-children-from-radiation.org/

Veuillez transférer ce message à toutes les personnes susceptibles d'être sensibles à cet appel.

En espérant la réaction vive de votre part, Satoko Fujimoto » fin du message

Et de plus en plus de médecins s'engagent suivant la trace des Fernex et Bertell,
Le Dr Helen Caldicott :
http://independentwho.org/fr/2012/11/21/fukushima-caldi...cott/
et surtout les médecins sur place :
http://www.acsir.org/acsir.php
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article131371

en France http://www.asef-asso.fr/
http://amfpgn.org/site/recommandations-de-lippnw-apres-...-2110

C'est pourquoi nous luttons et c'est pourquoi il faut les aider.

« Le projet Manhattan était à l'origine destiné à contrecarrer le programme nucléaire de l'Allemagne nazie. À la suite de la défaite du IIIe Reich, plusieurs scientifiques qui travaillaient sur le projet eurent le sentiment que les États-Unis ne devaient pas être les premiers à utiliser de telles armes. Albert Einstein sera réticent face à la bombe et Leó Szilárd, qui était largement impliqué dans le développement de la bombe, dira après la guerre :
« Si les Allemands avaient largué des bombes atomiques à notre place, nous aurions qualifié de crimes de guerre les bombardements atomiques sur des villes, nous aurions condamné à mort les coupables allemands lors du procès de Nuremberg et les aurions pendus. » » (source wiki)

« Il est plus que jamais nécessaire que ces appels soient enfin entendus. Sinon, des régions entières de notre planète seront rayées de la carte, transformées en poubelles radioactives pour l’éternité, et des populations toujours plus nombreuses seront condamnées à une mort lente et atroce. A terme, la planète entière sera contaminée. » Joëlle Pénochet déjà citée http://www.internationalnews.fr/article-armes-a-l-urani....html

Ainsi, nous avons fait un petit tour de rappel non exhaustif.

- Quoi de plus normal de faire le lien entre ce qui se passe aujourd'hui et ce qu'écrivait Tolstoï il y a plus d'un siècle. Sur la conspiration du silence, sur l'esclavage moderne, les soldats, les gouvernements ; Le Grand Crime.

Mais ce n'est plus « seulement » « le grand crime » écrit par Tolstoï,
Ce n'est plus « seulement » « le crime de Tchernobyl » écrit par Tchertkoff, qu'il raconte encore dans ce documentaire et accuse « les soldats » http://echoechanges-echoechanges.blogspot.fr/2012/12/wl....html

C'est le Très Grand Crime contre le génome, en toute impunité, contre le vivant qui se dessine là depuis le 6 Août 1945 ou même depuis l'ère dite « moderne » avec ses soldats industriels comme Monsanto, Dow, puis Areva, Novartis etc, ses soldats politiciens, scientifiques, universitaires, fonctionnaires, militaires, ses soldats banquiers, actionnaires, économistes, religieux, journalistes et tous les anciens et nouveaux chiens de garde d'un système qui s’effondre, en s’évertuant à avancer malgré tout avec des œillères criminelles, et font leur maximum pour atrophier la pensée, jusqu'à l’extrême limite de leur bêtise qui est déjà incommensurable en ce nouvel an 2013.

Quoi de plus normal que cela soit un Tchertkoff qui soit dans les premiers rangs contre Le très Grand Crime. Le crime sur le vivant, sur ceux qui ne naîtront jamais ceux qui naîtront mais ne vivront pas longtemps et ceux qui naîtront en essayant de vivre heureux avec leur handicap souvent spectaculaire dans ce monde du spectacle, malgré le malaise voir le rejet évident de la majorité de la population face à « leurs différences ». Ils devront vivre et même se montrer toute leur vie comme des gueules cassés de la guerre 14-18 pour montrer ce très Grand Crime qui est La Nausée.

(1) « La « radiophobie » est le terme réinventé il y a dix ans, pour tenter supprimer de la mémoire des peuples toute les anomalies ou pathologies qu’entraîne Tchernobyl. Chacun devrait faire pénétrer dans son cerveau que ces maux sont le fruit de la peur des rayonnements et du stress causé par les informations alarmantes propagées par les médias. Tous doivent s’efforcer de croire que les invalides qui coûtent si cher à l’Ukraine sont dus à la « radiophobie ». La « radiophobie » causerait le vieillissement précoce, les cancers et les leucémies, les décompensations cardiaques chez les hommes jeunes, les maladies neuropsychiques, endocriniennes, ophtalmologiques, infectieuses ou auto-immunes comme le diabète grave du petit enfant et la maladie de Hashimoto, de même que l’augmentation des malformations congénitales et de la mortalité prénatale que les médecins sur le terrain attribuent aux radionucléides artificiels du réacteur de Tchernobyl. C’est ce que tente de nous enseigner l’AIEA. »
(http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article26155#o...ire_0)

(2)
- http://www.lemonde.fr/japon/article/2012/12/25/a-fukush....html
- http://www.leparisien.fr/international/fukushima-les-en...3.php
- http://www.elle.fr/Societe/News/Les-enfants-de-Fukushim...78166
- http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/12/26/19631-fuk...ssent
- http://www.lepoint.fr/monde/fukushima-prives-de-sorties...4.php
- http://www.moncoachingminceur.com/breves/les-enfants-de....html
- http://lecourrier.vnagency.com.vn/lecourrier/fr-fr/deta....aspx
- http://www.24heures.ch/sante-environnement/sante/enfant....html
- http://www.rts.ch/info/sciences-tech/4533139-le-surpoid....html
- http://japon.aujourdhuilemonde.com/japon-face-la-peur-d...ssent
- http://www.lematin.ch/sante-environnement/sante/enfants...32137
- http://blogs.mediapart.fr/edition/japon-un-seisme-mondi...shima
- http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-un-nombre...ions/
- http://www.carevox.fr/enfants-ados/article/fukushima-le...nt-du

Suite de
http://www.monde-solidaire.org/spip/IMG/pdf/94d.publie1...e.pdf
http://rebellyon.info/Appel-aux-Sentinelles-perdues.html
http://rebellyon.info/Le-ras-le-bol-du-rat.html

Pièces jointes

Report article complet