Un dèpitè maire u.haine.p vire les pauvres de sa ville

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Quand patrick labaune dèpitè maire u.haine.p applique la même politique que le f haine les plus pauvres trinquent
Quand patrick labaune dèpitè maire u.haine.p de la ville de valence dans la drome, applique la politique du f haine les plus pauvres trinquent


Levons nous contre les couvres feus Anti pauvres, et les interdictions de séjours des plus pauvres d'entre nous, dans le centre de nos ville message d'alerte trouvé sur indy paris et a faire circuler, le plus largement Possible

Le dépité maire de Valence (Drôme), Patrick Labaune, a décidé de chasser des rues du centre ville les individus qui font tâche lors de cette grande célébration de la consommation. Sont indésirables jusqu'au 15 janvier : les mendiants, agressifs ou pas, et les consommateurs de boissons alcoolisées sur la voie publique. Dans la plus grande tradition de la charité chrétienne, le dépité maire de Valence (Drôme), Patrick Labaune, a décidé de chasser des rues du centre ville les individus qui font tâche lors de cette grande célébration de la consommation. Sont indésirables jusqu'au 15 janvier : les mendiants, agressifs ou pas, et les consommateurs de boissons alcoolisées sur la voie publique.

Ce midi j'ai entendu la réponse d'un élu chevènementiste de l'opposition, sur Radio Méga une radio libre et sans pub (la seule du coin ...), qui fustigeait la décision du maire (c'est le minimum ...) pour mieux pouvoir étaler son programme électoral. Pitoyable, il nous assomme à coups de « réalisme », refus de « l' angélisme » des années de la « gauche plurielle », nous parle de besoins de centres sociaux, d'hébergement, d'éducateurs et d'institutions pour remettre les « marginaux » au travail, car pour lui la marginalité ne peut absolument jamais être choisie, il faut absolument que ces « marginaux » retrouvent une place (une cellule) dans la société, car seul le travail apporte la dignité (c'est bien connu ... du bon sens bourgeois à l'état pur) ...

En bref, un discours de plus ou le politicien se substitue à celui qu'il dit défendre ; se faisant, il juge le pauvre et présume de ses désirs, de ses réalités, lorsqu'on sait que chaque histoire, chaque parcours de vie est différent.

Il veut les « remettre au travail » ? Mais qu'il aille discuter avec eux, du travail ils n'en trouvent pas, et s'ils en cherchent encore, les obstacles administratifs font qu'ils ne peuvent prétendre à un autre boulot que des contrats de réinsertion ...

(Allez postuler pour un poste en reconnaissant que vous n'avez ni adresse personnelle, ni véhicule ...). J'ai pu discuter hier avec un homme, la quarantaine, certainement alcoolique, qui pour retrouver un peu de dignité s'est démené pour trouver un CES (au conseil général), ce qui lui permet presque de se payer un logement ... mais pas de manger à sa faim ! Ainsi il travaille pour à peine plus que le RMI (il touche à peine plus de 500 euros pour son CES), et continue à faire la manche pour pouvoir manger ...

Cet élu (en campagne) cherchait plus à glorifier une société française généreuse et épanouissante, et à s'attirer les votes des classes moyennes effrayées à l'idée de faire trop de charité (baisses d'impôts, ne pas être « trop tolérant » comme l'était soi-disant le gouvernement Jospin, ce qui selon la version officielle est la raison du score du FHaine en 2002), tout en avançant des mesures qui n'agiront que comme des petits pansements (centres d'hébergement, éducateurs, « aides au retour à l'emploi » ...) sans remonter aux causes de l'exclusion et de la misère.

Le pire, lors de mes discussions avec quelques pauvres qui traînent dans les rues, c'est qu'ils témoignent de plus de respect à l'égard de cette enflure de maire réactionnaire, bourgeois et raciste (« Monsieur le maire », disent-ils) qu'à l'égard des autres démunis comme eux, avec lesquels ils se sentent en concurrence très forte, concurrence parfois teintée de racisme (« les arabes, les turcs prennent toutes les places parce que c'est tenu par un arabe ou un turc » etc ... « je vais pas là-bas parce que ce sont des voleurs »). La faute à la bureaucratie qui les placent directement en concurrence ? Aux nouvelles lois de sécurité qui font la distinction entre bons et mauvais (agressifs) mendiants ? Toujours est-il que la solidarité entre les plus démunis est bien faiblarde face à cette concurrence féroce pour un toit précaire, un boulot précaire, une aide précaire ...

Je me souviens d'une vieille chanson de Renaud (Hexagone) qui terminait comme ça : « En Décembre c'est l'apothéose La grande bouffe et les p'tits cadeaux Ils sont toujours aussi moroses Mais y a d'la joie dans les ghettos La Terre peut s'arrêter de tourner Y rateront pas leur réveillon Moi j'voudrais tous les voir crever Etouffés de dinde aux marrons »

Que faire alors ? Par exemple pratiquer la mendicité agressive et donner à ceux qui en ont besoin le fric récolté ... ? Toutes les idées sont les bienvenues ... Joyeuses fêtes ...

Article de Lyon Mag' concernant l'arrêté anti-mendicité pris par Labaune : http://www.lyonmag.com/article.php3 ?id_article=3518

Site de la mairie de Valence : www.mairie-valence.fr Adresse de messagerie électronique de Labaune : plabaune@assemblee-nationale.fr (fiche de l'assemblée nationale : http://www.ump.assemblee-nationale.fr/auteur.php3 ?id_auteur=204

Une réaction d'un camarade sur une liste de discussion locale : Afin que la grande fête de la marchandise qui s'annonce se déroule dans la convivialité, la joie, l'insouciance et la bonne humeur,

afin que le consommateur soit libéré de tout sentiment de culpabilité, et se laisse aller au libre commerce, à crédit si nécessaire, afin que la concurrence soit loyale et « non faussée » comme disent nos constituants européens, le maire de Valence a réservé les rues du centre-ville à l'usage exclusif des marchands et des chalands, entre le 1er décembre et le 15 janvier. Sont exclus de la fête : les mendiants agressifs, les consommateurs de boissons alcoolisées sur la voie publique, mais aussi les mendiants urbains et distingués ! Suivant les conseils amicaux et pacifiques de la police municipale, depuis une semaine, les gueux compatissants ont déjà déserté le quartier et appliqué cet arrêté par anticipation, pour ne pas contrarier davantage un maire déjà excédé par un Secours Populaire Français, véritable aspirateur à SDF dans le centre-ville. (NB : Labaune vient également de déménager le Secours Populaire hors du centre ville)

A tout ceux qui ne sont pas inquiets pour la santé nerveuse du maire, un appel est lancé pour organiser un hommage à Bacchus sur la voie publique, aux heures d'étalage de la marchandise, ainsi qu'une quête collective et agressive au profit des exclus de la grande fête. Le premier jour de l' arrêté (1er décembre) serait un bon jour. Mais aussi le samedi 6 décembre, fête de la lumière à la gloire de notre immortel maire des bien-pensants.

Le pire, lors de mes discussions avec quelques pauvres qui traînent dans les rues, c'est qu'ils témoignent de plus de respect à l'égard de cette enflure de maire réactionnaire, bourgeois et raciste (« Monsieur le maire », disent-ils) qu'à l'égard des autres démunis comme eux, avec lesquels ils se sentent en concurrence très forte, concurrence parfois teintée de racisme (« les arabes, les turcs prennent toutes les places parce que c'est tenu par un arabe ou un turc » etc ... « je vais pas là-bas parce que ce sont des voleurs »). La faute à la bureaucratie qui les placent directement en concurrence ? Aux nouvelles lois de sécurité qui font la distinction entre bons et mauvais (agressifs) mendiants ? Toujours est-il que la solidarité entre les plus démunis est bien faiblarde face à cette concurrence féroce pour un toit précaire, un boulot précaire, une aide précaire ...

Voici notre analyse et le soutien que nous apportons modestement a tout(es) les Sans Toits et Sans droit de la ville de valence dans la drome et sa règion.

Ecoeurant ces salauds de mairillons sont de plus en plus,et tendent a le devenir, comme autant de petits dictateurs de proximité, de "goche" comme de droite pour ne pas déplaire, aux franges les plus beaufs, et réactionnaires de leurs électorats aliéné(es) par la propagande ultra sécuritaire des médiarque officiels. Ceux-ci n'hésitent plus a afficher, des idées les plus gerbeuses, tout droit sorties, des poubelles que sont les "cerveaux" du F haine, ou du roquet de Neuilly le sinistre de l'intérieur, alias le sarkosme sécuritaire, et tout ses sbires de l'u.haine.p .

Mobilisons nous dès a présent Contre toutes les expulsions de squatts qui malgré la trêve hivernale continuent de plus belle [ comme hier a Montreuil ], contre tout ces Couvres feus que les "bonnes âmes" du tout sécuritaire voulaient faire appliquer aux mineurs de moins de 14 ans, contre TOUT CES ARRETES ANTI MENDICITE QUI RAPPELONS LE NE SONT QUE DES MANIERES IMMONDES ET TOTALLEMENT HYPOCRITE DE JETTER LES PLUS PAUVRES, ET LES MOINS AISE(ES) D'ENTRE NOUS DES CENTRES VILLES .

Mr Patrick labaune [ un dépité u.haine.p cela va de soit ] nous n'avons pas peur de vous le dires vous n'êtes qu'un vulgaire fasciste qui se cache sous le vernis petit bourgeois et pseudo "démocratique" d'un parti qui se veut comme tel, mais qui nous a largement prouvé le contraire depuis son arrivée au pouvoir depuis juin 2001

Vous et vos arrêtés anti mendicité et vos "idées" sordides, vos propos et votre sémantique et langage, plus que douteux sont la honte et indignes d'un pays qui se prétend "démocratique" qui est parait il l'inventeur des droits de l'homme. Vous et votre "parti" vous n'êtes hélas que la triste illustration du modèle de société ultra égoïste, et ultra individualiste ou règnerait la loi du plus fort, et du plus riche, que vous voulez nous imposer, par la force, et avec la plus brutale des répressions.

AUSSI NOUS APPELLONS TOUTES LES ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES DROITS DE L'HOMME, TOUTES LES MILITANT(ES) ASSOCIATIVES ET SYNDICALES, TOUT LES ELECTRON(NES) LIBRE DU MOUVEMENT SOCIALE DE LA VILLE DE VALENCE, ET DE SA REGION A SE MOBILISER ET A SE LEVER, CONTRE VOS ARRETES ANTI MENDICITE

Plus aucuns arrêtés et décrets Anti mendicité ne doivent êtres tolérè(es) par nous, et par les acteur(trices) du mouvement social, et de la société civile, non a la dictature de proximité des maires et des élus, oui a la liberté de circulation dans les centres villes [ quelque soit leurs tendances politiques ] . Disons non ET LEVONS NOUS contre la lepénisation et a la sarkozisation de la classe et des oligarchies politico médiatiques .

A bas les politiques d'exclusions sociales et ethniques .

A bas la république de medef

Punky broutchoux

Anarcho Punks paris

Ezln Punks paris