QUAND LE GRAND PRIX "NI DIEU NI MAITRE" S’INSPIRE DU "CHOC DES CIVILISATIONS"

Mot-clefs: Racisme
Lieux:

Voici le livre qui a gagné le Prix ni Dieu ni Maitre..
http://lille.indymedia.org/local/cache-vignettes/L330xH...8.jpg

Et juste pour le plaisir, une petite vidéo (déjà vue) de celui qui à préfacé le livre, notre cher Michel Onfray, grand adepte de la théorie du choc des civilisations, grand défenseur de l’occident chrétien (trouvez vous la préface, vous verrez..) :

http://www.wikio.fr/video/769634

Bon, le résumé "officiel" du torchon :

Grand Prix "Ni dieu Ni maître" 2009

En France, critiquer le christianisme est souvent de bon ton. Voire progressiste. Par contre, dès que l’on touche à l’islam ou à la religion juive, il en va tout autrement. Les accusations pleuvent, alors, drues. Islamophobie ! Racisme ! Antisémitisme !... Ben tiens ! Dans ce paysage bétonné de la critique à géométrie variable du religieux, les libertaires, ces mécréants qui ont le « Ni dieu, Ni maître » tatoué à l’âme, font une fois de plus, une fois encore, désordre.Pour eux, toutes les religions, sans exceptions aucune, constituent des insultes à l’intelligence qu’il convient de combattre en tant que telles. Disons-le tout net : ce livre assassine l’idéologie islamique comme jamais encore. La critique y est sans insulte, mais radicale, totale, implacable, féroce. Elle a la précision du scalpel d’un médecin légiste autopsiant…un cadavre ! Certaines bonnes âmes, de celles, « munichoises », qui tentent depuis toujours de passer entre le mur de la collaboration et l’affichette de la Résistance d’avant la 25e heure, ne manqueront pas de trouver le propos excessif. Que le diable les emporte !

Critiquer l’islam, aujourd’hui, en France, relève du devoir pour tous les esprits libres et pour tous les révolutionnaires. Comme le dit l’auteur, il faut appeler un chameau un chameau, et, donc, ceux qui adhèrent à l’amputation, à la circoncision, à la flagellation, au statut inhumain des femmes…, des obscurantistes religieux fascistes.

Hamid Zanaz est un citoyen du monde né arabe en Algérie. Il a enseigné la philosophie (en arabe) à la faculté d’Alger jusqu’en 1989. Il a quitté l’enseignement pour travailler dans la presse indépendante naissante. Il vit en France depuis 1993.

LIBRAIRIE PUBLICO - EDITIONS LIBERTAIRES

Commentaire(s)

> Toujours plus fort !

Le choc des civilisations (à savoir la théorie des néo-cons ) pour expliquer l'anti-cléricalisme de la Fa... on aura tout vu ! Qu'à la Fa on n'ait dans l'ensemble jamais été très dialectique pour aborder ces questions est un fait, mais force est de constater qu'ils ont trouvé leur maître en la présence de notre porte-voie de l'anti-sioniste.

> on en rajoute une couche

Les néo-cons finiront de débarrasser le plancher que les anti néo-cons en parleront encore ! Suffit-il qu'un livre critique l'islamisme, voir l'islam pour le voir qualifier de torchon ? Comment traiter alors ceux qui combattent pour l'émancipation en Iran et dans d'autres endroits sous le contrôle des religieux ?

> Au delà des invectives

Une critique plus étayée : hhttp://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article3158

> information

la circoncision se pratique aussi chez les musulmans ... juifs, musulmans même combat contre les mutilations.

> Rien que la présentation du bouquin est une vaste tartufferie :

« En France, critiquer le christianisme est souvent de bon ton. Voire progressiste. Par contre, dès que l’on touche à l’islam ou à la religion juive, il en va tout autrement. Les accusations pleuvent, alors, drues. Islamophobie ! Racisme ! Antisémitisme !...“

Tu parles ! Comme si le clivage était là. Comme si le christianisme et le judaïsme n’étaient pas indissociablement liés dans l’impérialisme occidental et le mythe de la supériorité blanche.

Ce qui caractérise les « néocons », comme on dit, c’est bien leur défense acharnée des valeurs judéo-chrétiennes et leur lutte sans merci contre une seule religion en se camouflant derrière la laïcité, la lutte des femmes et même, un comble, l’anticonformisme !

Ce torchon, les émissions de Radio libertaire et les articles dans le Monde libertaire, ça commence à faire beaucoup pour des gens qui se disent anarchistes !

> On va t'expliquer deux ou trois bricoles

Ce qui caractérise les « néocons », c'est ça:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Néo-conservatisme

Et ça n'a pas grand chose à voir

Ce qui caractérise ce bouquin ce serait plutôt la rencontre paradoxale entre Riposte Laïque (qui se présente comme de gauche républicaine mais qui traîne un discours super limite sur l'immigration) et un libéral-libertaire collaborateur de Siné Hebdo.

Après que la FA trempe là dedans c'est encore un autre problème. Le problème de gens qui n'ont jamais compris grand chose à quoi que ce soit (un peu comme toi en faiti !) et encore moins à la religion.

> effectivement on reconnaît bien Onfray, la FA et RL

"Le néo-conservatisme est une idéologie qui a émergé aux États-Unis de l'opposition au social-libéralisme, au relativisme culturel et à la contre-culture de la nouvelle gauche (New Left) des années 1960. Cette philosophie a influencé les politiques menées par George H. W. Bush et George W. Bush, signifiant un réalignement de la politique américaine, et le passage de quelques libéraux sociaux à la droite du spectre politique, d'où le terme qui fait référence aux "nouveaux" conservateurs"

> néocons ou vrais cons

néo est un préfixe voulant dire "nouveau". Néocons = nouveaux conservateurs, comme néofascistes, néonazis, néoracistes que l'on voit fleurir sur les indys.

> Comment reconnaître un confusionniste ?

A ce qu'il est confus pardi ! Par exemple au fait qu'il est capable de confondre la "défense acharnée des valeurs judéo-chrétiennes" avec la défense de la modernité occidentale. Au demeurant, c'est assez classique chez les fafs, quoique certains ont pas mal évolué sur ce point. Disons que notre type est plutôt vieille école.

> On ne saurait mieux dire

“Comment reconnaître un confusionniste ?

A ce qu'il est confus pardi ! Par exemple au fait qu'il est capable de confondre la "défense acharnée des valeurs judéo-chrétiennes" avec la défense de la modernité occidentale."

C'est comme ça que "la défense de la modernité occidentale" est parfaitement bien défendue par les "libertaires" représentés entre autres par l'amère Michèle à propos de n'importe quel sujet. Sur l'ethnocide des Palestiniens, par exemple, où la modernité occidentale rejoint les thèses du Likoud. Commentaire sur l'article d'Indy Lille :

pour l’arrêt immédiat de l’offensive israélienne contre gaza !

http://lille.indymedia.org/article14685.html->http://lille.indymedia.org/article14685.html

« Le texte […] pêche par de nombreuses omissions, comme le refus de prendre en compte les tirs d’obus volontairement dirigés contre la population civile israélienne depuis plusieurs années, qui étranglent littéralement les régions soumises aux bombardements : dégâts matériels, fermetures d’entreprises, de commerces, agriculture sabotée, chômage des habitants, qui comptent déjà souvent parmi les populations pauvres d’Israël, enfin, dégâts physiques (mutilations), et bien sûr psychologiques. Imagine-ton le stress de devoir courir plusieurs fois par jour, et même par nuit, aux abris, et d’y rester terrés pour un laps de temps indéterminé ? Durant plusieurs années ? Notons que la fameuse trêve de 6 mois n’a pas été respectée complètement et que les tirs (certes moins nombreux et moins virulents) n’ont jamais cessé.

On en arrive donc à une certaine naïveté d’analyse… »

La même personne nous cite Amos Oz comme référence :

« Même un écrivain comme Amos Oz, {{grande figure de la gauche pacifiste}}, dénonce dans Yédioth Aaharonot, la situation des civils israéliens, tout en s’opposant à l’option militaire. » :

« Les bombardements systématiques subis par les citoyens des villes et villages d’Israël constituent un crime de guerre et un crime contre l’humanité. L’Etat d’Israël doit protéger ses citoyens. Nul n’ignore que le gouvernement israélien ne veut pas entrer dans la Bande de Gaza, et qu’il préférerait continuer cette trêve que le Hamas a violée avant de l’annuler. Mais la souffrance des civils israéliens dans la zone frontalière avec Gaza ne saurait perdurer.

La réticence à pénétrer dans la Bande de Gaza ne provient pas d’une quelconque hésitation, mais de la certitude que le Hamas désire passionnément pousser Israël à une campagne militaire : si, au cours de cette opération israélienne, des dizaines ou des centaines de civils palestiniens – y compris des femmes et des enfants - sont tués, la radicalisation s’en trouvera renforcée à Gaza, ébranlant peut-être même, en Cisjordanie, le gouvernement d’Abou Mazen, qui laisserait alors la place aux extrémistes du Hamas.

Le monde arabe se solidarisera avec Gaza devant les images d’horreur diffusées depuis la Bande de Gaza par la chaîne Al-Jazirah. L’opinion publique internationale s’empressera alors d’accuser Israël de crimes de guerre - la même opinion publique mondiale restée indifférente aux bombardements systématiques de la population civile israélienne.

Des pressions intenses seront exercées sur Israël pour que son gouvernement observe une retenue. Aucune pression de ce genre ne sera exercée sur le Hamas, car il n’y a personne pour le faire, et qu’il ne reste quasiment aucun moyen de le faire. Israël est un Etat, alors que le Hamas n’est qu’une bande de criminels.

Quelle ligne d’action nous reste-t-il ? Pour Israël, la meilleure solution serait d’arriver à un {{cessez-le-feu total}}, en contrepartie d’un {{allégement }}du blocus imposé à la Bande de Gaza. Si le Hamas persiste dans son refus de cessez le feu et poursuit ses bombardements contre les civils israéliens, il faut redouter qu’une opération militaire ne joue le jeu du Hamas. Le calcul du Hamas est simple, cynique et scélérat : si d’innocents civils israéliens sont tués - parfait. Si de nombreux Palestiniens innocents sont tués - mieux encore. Face à cette position, Israël doit agir intelligemment, et non pas dans une explosion de fureur. »

Amos Oz, Yédioth Aaharonot, 26 décembre 2008

« Enfin, la "propagande des media du pouvoir" nous abreuve surtout du récit des atrocités israéliennes tout en nous cornant aux oreilles la formule de Sarkozy (qui ne l’a pas inventée) : usage disproportionné de la force, quand ils ne dénoncent pas la disproportion du nombre des victimes. »

17 janvier 2009 13:57, par Michèle Rollin, email rollin.michele noos.fr

> les ennemis de ceux qui se fourvoient ne sont pas forcéménts des amis

Tu nous rejoue les procès de Moscou ? Il n'y a là aucun aveu, juste la reprise effective des termes de ceux que tu condamnes sur des bases tout aussi condamnables.

> A propos d'un lapsus

A part quelques cathos barrés, plus personne ne défend les valeurs judéo-chrétiennes. Et surtout pas des anars anti-cléricaux. Il est par contre évident que beaucoup de démocrates se fourvoient dans une défense acharnée de la modernité occidentale. A coup sûr la Fa en est et depuis longtemps.

De pseudos "ennemis du système" se font évidement fort de le dénoncer, pour récupérer ceux qui peuvent l'être. Cette dénonciation repose evidement sur des bases qui sont propres à ce qu'ils sont réellement : des néo-fascistes relookés.

Bases qui ne sont elles-mêmes jamais que les reprises des thèses en vogue dans ces milieux au sortir de la guerre d'Algérie : critique du judéo-christianisme comme matrice de la modernité. Théorie qui n'est elle-même que le recyclage de la théorie du complot juif. Complot qui serait à la base du développement de deux idéologies présentées comme faussement ennemies : le libéralisme et le socialisme.

> les arroseurs arrosés (Un paradoxe, un postulat et une hypothèse)

"Selon l'historien Zeev Sternhell (un spécialiste du fascisme NDR) , l'ennemi des néo-conservateurs n'est ni l'étatisme ni le socialisme, mais le libéralisme."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Néo-conservatisme

Le libéralisme donc... Etonnant non ? Dans cet optique, les anciens stals s'étant fait définitivement doubler à la chute du mur par les néo-conservateurs, les vrais néo-cons ne seraient-ils pas finalement ceux qui s'acharnent à dénoncer en toute occasion les néo-cons ? Et surtout à les voir partout (ça ne vous rappelle rien ?) et derrière chaque connerie qui s'exprime ?

> Mais où va donc se nicher la théorie du complot !

« la reprise effective des termes de ceux que tu condamnes sur des bases tout aussi condamnables. »

« Théorie qui n'est elle-même que le recyclage de la théorie du complot juif. »

« les vrais néo-cons ne seraient-ils pas finalement ceux qui s'acharnent à dénoncer en toute occasion les néo-cons ? Et surtout à les voir partout (ça ne vous rappelle rien ?) »

Plus c’est tordu, et plus ça se veut convaincant. Les théoriciens du complot n’ont d’autre ressource que d’en accuser leurs adversaires « (ça ne vous rappelle rien ?) ».

Pour les gens moins compliqués, il reste ce qui est évident : en l’occurrence, Radio libertaire, les Éditions libertaires et Riposte laïque défendent bien les valeurs judéo-chrétiennes et la théorie du choc des civilisations. C’est écrit et répété, le reste n’est que littérature.

> On attend de voir

Et Bé, si c'est écrit et répété, donne-nous les citations, qu'on rigole ! Tu confond cons et conservateurs. Ces cons là serait plutôt progressistes. Riposte laïque par exemple c'est plus du lepenisme version de gauche (leurs positions sur l'islam) que l'aile gauche du FN. Ca se serait plutôt le genre Soral, mais si, tu sais, ton collègue en antisionisme.

> C'est tout vu

On reconnaît aussi les néocons à l’indigence de leurs arguments, par exemple le fait d’évoquer Soral dès qu’ils sont à bout de ressources.

Ils sont troublés de constater que l’abréviation « cons » coïncide avec le mot « cons » pour qualifier la nouvelle idéologie qui va bien au-delà des néoconservateurs américains puisqu’elle empoisonne jusqu’aux milieux « libertaires ».

Il y a ici beaucoup de commentaires qui nous parlent de sémantique mais qui ne disent rien de cette dérive qu’on ne peut pas appeler autrement que raciste.