Paris: Récit de la journée du 5 avril en solidarité avec les sans-papiers

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres
Lieux:

Ce récit a pour but de décrire ce qui s'est passé, de manière certainement non exhaustive, lors des 6 heures et demi de manifestation le 5 avril 2008 à Paris. Parce que des bêtises ont été écrites sur quelques sites (Indymedia-Paris par exemple), et parce que les mass-médias n'ont rien dit de tout ça.
Cette journée de manifestation commençait avec l'annonce d'une nouvelle du racisme ordinaire, meurtrier quand la police est dans les parages: la veille également, Baba Traoré, un Malien de 29 ans, est mort après s'être jeté dans la Marne, fuyant un contrôle de police. La police le pousuivait parce qu'il n'avait pas présenté de papiers d'identité aux contrôleurs du RER (alors qu'il avait un pass Navigo fonctionnel)...
http://www.liberation.fr/actualite/societe/319727.FR.php
Cette information toute récente aggravant forcément le climat de tension suscité par la véritable chasse aux sans-papiers menée par l'Etat français.

14h30, place d'Italie, de nombreux cortèges se rassemblent et se dirigent doucement vers l'avenue des Gobelins. En tête, des stars plus ou moins connues se placent derrière une banderole officiellement "unitaire": beaucoup de blancs-becs, des "représentants" syndicaux et des élus, entre autres on y trouve Arlette Laguiller et Maurice Rajsfus. Des tas de journalistes prennent des tas de photos. Et derrière, plus loin, il y a des cortèges de collectifs de sans-papiers, dont plus de 300 d'entre eux avaient été expulsés de l'EHESS par la police, la veille (l'occupation n'aura duré que quelques heures...). Il y a aussi des cortèges d'organisations politiques ou syndicales, de collectifs RESF et autres, un cortège des Panthères Roses ainsi qu'un assez important cortège anarchiste réunissant notamment quelques organisations libertaires (avec une jolie banderole noire pleine de A cerclés, pour la liberté de circulation).
http://thibautcho.free.fr/99.jpg

Au bout de quelques minutes, toujours sur l'avenue des Gobelins, une énorme banderole noire est déployée entre deux arbres, au-dessus de la manifestation. On peut y lire "Vive la solidarité avec les sans-papiers - Liberté pour Bruno, Ivan et les autres".
http://thibautcho.free.fr/100.jpg
Des fumigènes sont allumés des deux côtés de la banderole et de nombreux tracts distribués, visant à donner quelques explications au sujet de la banderole... Sur un tract intitulé "Noël en centre de rétention, Pâques en prison - Solidarité contre la machine à expulser", on peut lire de nombreux exemples d'arrestations ayant eu lieu ces derniers mois autour des luttes contre les centres de rétention, et notamment cette histoire assez révoltante: "Sur le chemin de la manifestation nationale contre l'allongement de la durée de rétention du 19 janvier, trois personnes sont arrêtées pour avoir eu dans leur sac des fumigènes et des pétards. Une enquête est ouverte pour "association de malfaiteurs, détention et transport d'engins incendiaires ou explosifs en vue de détruire des biens ou de commettre des atteintes aux personnes". Des appartements sont perquisitionnés et saccagés. Deux personnes, Ivan et Bruno, sont depuis plus de deux mois en détention préventive à Fresnes et à Villepinte où elles attendent qu'une date de procès soit fixée".
D'où les nombreux fumigènes, en signe de solidarité.

Ensuite, la manif a traversé une partie des 5ème et 6ème arrondissements, en direction du quartier des ministères, dans le 7ème arrondissement. Des pochoirs racistes sont peints ici et là sur le sol, "oeuvres" plus ou moins illisibles des Jeunes Identitaires... Dans ces moments, c'est pas mal de sortir les bombes de peinture.

Un cortège autonome s'est formé peu à peu, laborieusement car la manif est super longue (à croire qu'on était beaucoup plus que les 15 000 annoncés, sachant que la police en voyait encore moins), derrière une jolie banderole "Destruction des centres de rétention".
http://thibautcho.free.fr/101.jpg
Des dizaines de fumigènes, artisanaux ou pas, sont allumés au fil de la manif.
http://thibautcho.free.fr/106.jpg
http://paris.indymedia.org/IMG/jpg/doc-51920.jpg

Devant ce cortège se trouvent un petit paquet de sociaux-démocrates, quelques drapeaux sont volés aux jeunesses socialistes (MJS), des fumis sont utilisés pour les cramer dans la joie et la bonne humeur.

Dans la rue d'Assas, les fumigènes se font de plus en plus nombreux, la densité de la fumée est impressionnante mais n'empêche pas de gueuler "Libérez nos camarades !" à qui voudra bien l'entendre... Un moment assez fort qui renforce le sentiment de puissance collective à un bon moment. La manif touche à sa fin, à l'approche du 7ème arrondissement, ça rejoint le boulevard Raspail et l'hôtel Lutetia prend des coups (ce palace a notamment servi de QG parisien à la Gestapo pendant la 2nde guerre mondiale...), ainsi que quelques voitures bien choisies (faut dire que dans le quartier, ça sent la haute bourgeoisie à plein nez), des restes de fumigènes sont laissés dans une Porsche déjà bien abimée... Une ou deux banques ont également leurs vitrines brisées, puis les fumigènes se font moins nombreux et tout devient plus calme.

J'en profite pour signaler que ce moment un peu plus "offensif" où des propriétés de la bourgeoisie ont été prises pour cibles a eu lieu à un moment où les flics étaient relativement absents. Ce moment a été assez tranquille, ne mettant personne en danger. Cela d'autant plus que les cortèges proches de celui des autonomes n'étaient pas des cortèges de sans-papiers.

En fait, suite à la "casse", rien ne s'est passé. Aucune réaction policière ni rien. Tout cela a été suffisamment mesuré pour que ça ne dégénère pas complètement, et c'était mieux ainsi puisque quelques centaines de mètres plus loin, le quartier était quadrillé par des flics en tenue anti-émeute, des grilles, etc.

Un peu plus loin, la manif s'est arrêtée, les premiers arrivés semblaient se disperser, tandis que d'autres restaient. Quelques cortèges "doublaient" pour rejoindre la tête de manif, qui était donc à l'arrêt. Lorsque le cortège autonome a fait de même, des gros bras du service d'ordre de la LCR s'est mis en travers de la route et a attrapé violemment la banderole de tête, bousculant et insultant les manifestants présents en première ligne... La plupart des "autonomes" ont calmé le jeu sans pour autant reculer, mais la réaction spontanée de défense active est carrément compréhensible: quelques échanges de coups ont eu lieu, plusieurs gazeuses dites "familiales" ont été sorties côté LCR et ils ont gazé dans le tas, incommodant manifestants (y compris ceux de leurs "rangs") et passants. En retour, quelques bouteilles ont été balancées... Cette embrouille me semble assez représentative des volontés d'hégémonie de la LCR et du futur "parti anticapitaliste", refusant les tactiques de lutte qui pourraient indirectement leur faire de l'ombre. Enfin c'est vraiment l'anecdote la plus ridicule du jour, parce qu'il y avait mieux à faire ce jour-là que de se bastonner entre vieux trotskards et jeunes autonomes... A quelques dizaines de mètres de là, des rangées de flics anti-émeute attendaient patiemment.

Presque au bout du boulevard Raspail, un dispositif policier était prêt à prendre en tenaille ce qui resterait de manifestants sur la fin (d'autres cordons de flics anti-émeute se trouvaient dans les rues adjacentes, et quelques groupes de la BAC commençaient à roder...). La dispersion s'est faite peu à peu, la conscience collective du danger mettant un peu (trop ?) de temps à se matérialiser. A ma connaissance, il n'y a pas eu d'arrestations ni rien, mais j'ai entendu parler d'une arrestation tout au début de la manif, y'a des infos précises là-dessus ?

Il était alors entre 17h et 18h, la dispersion était réelle pour la plupart des manifestants, mais certains d'entre eux se dirigeaient en groupe vers le métro puis le RER, direction le centre de rétention (CRA) de Vincennes. Métro gratuit pour tout le monde, dans les couloirs du métro, de nombreuses pubs sont détournées, ou simplement arrachées. Idem dans les rames du métro. Détruisons les centres de rétention.
Environ 200 personnes se retrouvent devant le CRA, l'ambiance est assez dynamique mais les flics sont disposés de telle façon qu'il est difficile de s'approcher du CRA sans prendre le risque de se faire encercler. Des slogans sont gueulés, les manifestants aperçoivent au loin des sans-papiers enfermés derrière les murs du CRA. Les derniers fumigènes sont allumés. Au bout de quelques dizaines de minutes, le groupe commence à se sentir impuissant et malgré l'arrivée d'une centaine d'autres personnes, la décision est prise de rebrousser chemin... Sur les 300 personnes, il n'y a quasiment que des "autonomes", comme on dit (au sens large, mais en tout cas, les orgas sont absentes - les collectifs de sans-papiers aussi, mais vu le quadrillage policier autour du CRA, ça se comprend). Il est 18h passées depuis un moment, certains se dirigent vers le RER et finissent là leur journée de manif, mais environ 150 à 200 personnes partent en manif sauvage !

Au départ, la manif a un petit côté "promenade", et je réalise que ceux qui se trouvent devant ont l'excellente idée de nous mener vers l'endroit où Baba Traoré est mort la veille, poursuivi par des flics de la BAC. En traversant le pont, l'émotion est à son comble, la circulation est bloquée, des slogans hostiles à la police sont criés, des tags inscrits à la bombe de peinture sur le pont et ailleurs (contre la police, les centres de rétention et les prisons, et quelques "Guerre sociale" bien placés). La manif se dirige un peu au hasard dans Joinville-le-Pont, que pas grand monde ne semble connaître. On croise des jeunes qui nous indiquent le commissariat de police municipale, tout près, tout le monde y va et là, ça gueule des "à Joinville, la police assassine" (ailleurs aussi, mais bon, ici les noyades en fuyant la police semblent presque habituelles... sur ces dernières années, c'est déjà la troisième fois que ça arrive). Tandis que quelques personnes s'attaquent aux panneaux de pub aux alentours (en enlevant les affiches ou en brisant les panneaux), d'autres s'attaquent au commissariat, cassant quelques fenêtres, et à une voiture de police dont le pare-brise arrière est éclaté. Un peu plus tard, car tout ceci se passe assez paisiblement, trois flics municipaux se pointent au loin, visiblement assez effrayés. L'un d'entre eux sort un sifflet... et siffle ! Puis, voyant que tout le monde s'en fout, et que quelques projectiles arrivent sur eux, ils se cassent. Après un moment d'hésitation sur la direction à prendre, la manif repart en arrière et re-traverse le pont en re-bloquant la circulation. Sur le chemin, tous les panneaux de pub sont brisés et d'autres tags effectués. De quoi agacer le maire local...
http://www.joinville-le-pont.info/article-18507178.html

La police n'a pas encore réussi à "rejoindre" la manif sauvage, qui se termine à l'entrée de la station RER de Joinville-le-Pont (celle où Baba Traoré a été contrôlé la veille, celle où tout le monde descend les jours de manif contre le centre de rétention, situé à quelques centaines de mètres de là). Sur le quai, en attendant le RER, les pubs sont arrachées, taguées, les caméras de vidéosurveillance recouvertes de bombe de peinture noire. Quelques minutes après, la police arrive en force, casques-boucliers-matraques, mais reste en bas de l'escalator et sur le quai d'en face. La tension monte un peu, mais les flics ne font pas les malins non plus. On est au moins 100 sur le quai. Quand le RER arrive, le GPSR (milice de la RATP) descend du RER, tandis que tout le monde monte... On s'est senti bien "libres" pendant cette manif sauvage, mais personne n'a eu le temps d'oublier que nous vivons dans un monde sécuritaire de flics et de vigiles.

Et pour finir, quelques mots repris d'un tract lu lors de la manif ("La meilleure défense, c'est l'attaque"): "Si la population doit se partager entre les honnêtes gens et les autres, les citoyens et les voyous, nous sommes résolument du côté des voyous. Nous planquons des sans-papiers. Nous faisons des mariages blancs. Nous nous opposons physiquement aux rafles. Nous haïssons la police et perturbons l'embarquement des vols Paris-Bamako. Nous rallions la clandestinité de ceux que nous aidions. Début d'une résistance. Viennent le sabotage et l'offensive."

Et dès le lendemain:
- Encore des violences policières au centre de rétention de Vincennes
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=97601
- Rassemblement à Joinville-le-Pont (La mort d'un Malien renforce les critiques contre la "chasse aux sans-papiers")
http://www.lemonde.fr/

A lire également:
- Sur la manif "officielle":
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=97602
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=97616
http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&id...=6479

Commentaire(s)

> sur indy paris

Bonjour, j'ai 20 ans j'habite périgueux et je suis militant aux JCR depuis un peu plus d'un an (un peu avant l'élection de Sarko). Je lis tellement de conneries à propos de la manif du 5 avril depuis quelques jours que je tiens à dire ce que j'en ai vu de mes propres yeux (et pas ce que les uns et les autres en ont racontés après sur les forums et les mailing-lists ou ici, sur indy). Je vais peut être rabacher certaines choses mais voilà c'est pas grave, avant tout, je veux faire une proposition car comme toujours, il n'y a pas d'un côté les gentils et de l'autre les méchants. Le manichéisme chrétiens, laissons le à la droite et au ps !

Donc samedi, dans la dernière ligne droite de la manif, je me trouve vers la fin du cortège de la LCR. A côté de moi, un militant d'une cinquantaine d'année cheveux grisonnant et l'air grave raccroche un téléphone portable et va parler à un gros bras à quelques metres de moi. « Les jeunes derrières avec leur fumis veulent faire monter la pression pour amener tout le monde devant le ministère (probablement de l'immigration vu qu'il se trouve juste à côté du parcours de la manif), il faut absolument que la manif se disperse maintenant. » Deux ou trois minutes plus tard, le SO de la LCR commence à vouloir empêcher la banderole « Détruisons les centre de rétentions » d'avancer. Il y avait eu les quelques centaines de metres avant un moment mario kart ou les cortèges s'amusaient à se doubler. Le notre venait finalement de réussir à doubler celui des fumis PAR LA GAUCHE . Mais là ça semble se tendre. Le SO commencent à pousser, à bousculer. Deux, trois coups commencent à partir des deux côtés. Le S.O. sort d'énormes bombes lacrymogènes et asperge tout le monde, y compris moi qui était trois mètres juste derrière eux. Et là évidemment ça part en grand n'importe quoi des deux côtés, à savoir une bataille rangée complètement ridicule. Le SO s'empare de la banderole avant que trois types masqués viennent leur ré-arracher. Autour, c'est la consternation, des sans papiers regardent la scène affligées mais aussi apeurés. Je fais alors le tour et je vais essayer de calmer les types masqués qui continuent à balourder des trucs sur le SO (des bouteilles comme des livres ! ! !) . Au début ils m'envoient complètement chier mais à force de persévérance je commence à m'engueuler avec une bande de quatre. Ils mes disent que la LCR joue le rôle des flics et que l'on est avec eux ou contre eux. Qu'il y avait l'idée d'aller jusqu'au ministère de l'immigration mais que maintenant tout était foutu. Bon je fais un résumé assez grossier, mais c'est en gros ce qu'ils disaient. Il est aussi important de dire que même entre eux ils n'étaient pas d'accord. Une poignée était très excitée et disait qu'il fallait aller « cartonner le SO pour se venger » alors que la majorité semblait vouloir repartir vers le ministère. Sauf qu'avec tout ce bordel évidemment, tout le monde avait décampé. Tout le monde peut être fier de soit ! ! !

Moi je pense effectivement qu'il faut construire un parti, bien organisé, avec une représentation politique claire, une ligne unitaire, qui puisse être médiatisé pour que l'on soit toujours plus nombreux et que l'on puisse enfin peser sur le pouvoir en place. Et c'est en ça que je ne suis pas d'accord avec les soit disant autonomes. Je ne pense pas non plus que le moment soit venu (que les conditions soient réunis diraient certains) d'être complètement révolutionnaires et de s'en prendre directement à l'Etat et au pouvoir. Et c'est aussi en ça que je ne suis pas d'accord avec les gens aux fumis. Mais ne pas être d'accord c'est une chose, vouloir leur casser la gueule parce qu'ils sont « un cran trop radicaux ou révolutionnaire », si vous voulez mon avis, c'est vraiment de la connerie et c'est contre-révolutionnaire justement. Surtout pendant une manif de sans-papier et qu'apparemment, selon certains tracts, des camarades seraient en prison sous les lois anti-terroristes pour avoir déclenchés des fumigenes à une manif de sans papiers.

Pourquoi ne pas plutôt organiser des débats avec eux. Si nous sommes sûrs d'avoir raison, si nous sommes suffisamment ouverts, il n'y a pas de raison qu'ils refusent de rejoindre le nouveau parti ou au moins de respecter ses ambitions voir de travailler sur certaines luttes ensembles. Mais si ce nouveau parti n'arrive pas à respecter les autres tendances et se perd dans les querelles de chapelle, c'est encore et toujours les mêmes, à savoir le ps et la droite qui en profitent. Et franchement, quand je vois le nombre de conneries qui sont racontées sur indy pour défendre mordicus l'attitude de notre SO , ça me fait un peu peur. Franchement, si on a un peu de cran et d'humilité, on peut aussi dire « ok, on a déliré, c'était pas bien malin mais on a flippé. Mais on est tout à fait prêts à en discuter avec les uns et les autres, y compris les intéressés afin que ce type d'embrouilles ou d'incompréhension ne se reproduisent pas. » Finalement, toute cette histoire est aussi bête qu'inintéressante alors n'en faisons pas tout un fromage ! !

Déjà pendant le LRU, on nous avait filé des directives par rapport aux soit-disant autonomes (même si à périgueux on a jamais bien compris qui c'était). Comme quoi, ils voulaient prendre le contrôle du mouvement et qu'il fallait, en gros, même si ce n'était pas exactement dit dans ces termes, les décrédibiliser par tous les moyens. La politique de la peur, on doit la laisser aux enfoirés de la droite mais surtout pas à la gauche de la gauche selon moi.

Donc bref, j'en viens à ma proposition que je poste ici sur indy mais que je compte bien faire tourner sur les mailing lists sur lesquels je suis inscrits. Comme beaucoup d'entre vous, je participe aux discussions hebdomadaires pour la construction du Nouveau Parti Anti-Capitaliste et je pense qu'il faudrait que l'on aborde NATIONALEMENT les évènements de samedi pour que la base puisse s'en emparer , en discuter et s'exprimer sur le sujet. Et si les soit-disant autonomes ne sont pas « hégémoniques » comme nous comme l'un d'entre-eux me l'a répété trois fois samedi, qu'ils viennent exposer leurs points de vues, de désaccords et pourquoi pas leurs initiatives ! Il n'y a que comme ça que nous pourrons sortir grandis et TOUS ENSEMBLES de cet incident ! Pas en adoptant la politique de l'autruche ou le concours de qui raconte le plus de conneries sur le net ! Le cri de manif « Tous ensemble, tous ensemble, tous ! » Ne doit pas être un vain mot !

Romain de périgueux.