COMMENTAIRES SUR LES ''CASSEURS DE MANIFESTANTS''

Mot-clefs: Archives
Lieux:

 


Untitled Document




26 avril 2006


COMMENTAIRES SUR LES ''CASSEURS DE MANIFESTANTS''


http://mai68.org/ag/989.htm

http://kalachnikov.org/ag/989.htm

http://www.chez.com/vlr/ag/989.htm

http://www.monhebergement.fr/do/ag/989.htm


        Bonjour
à toutes et à tous,


    Je
vais répondre ici au texte intitulé : « SUR LES
"CASSEURS DE MANIFESTANTS".... » publié par "Janos
et Siryne Z, profs indigènes de la république" au lien suivant :


    http://nantes.indymedia.org/article.php3?id_article=9006


    - Je
cite :
« Il est indéniable que les "casseurs
de manifestants" concentrent toutes les haines. Ils sont donc l'essence
même du "casseur" ».


    Pas
d'accord du tout ! :


    Le
concept de "casseur" est imposé par le pouvoir à
travers ses mass-media depuis des dixaines d'années. Bien avant, donc,
qu'arrive les "casseurs de manifestants" dont la nouveauté
dit bien que ce phénomène est artificiel, mis en scène
par le pouvoir. Nous sommes bien dans la société du spectacle,
comme disait Guy Debord !


    L'essence
du "casseur", c'est l'émeutier ; et, de même que
l'on a pu dire à propos, par exemple, de Che Guevara : « le
terroriste est un guérillero qui n'a pas encore vaincu ! »,
l'on doit dire aussi que :


    UN
CASSEUR EST UN ÉMEUTIER QUI N'A PAS ENCORE VAINCU !


    - Je
cite :
« Pourquoi ne rallient-ils pas le camps des "casseurs"
traditionnels, ceux qui s'attaquent aux flics, aux banques, aux abribus… ? ».


    En
écrivant cette phrase, les auteurs du texte avouent ne pas avoir compris
qu'il y a deux sortes de "casseurs" :


    http://mai68.org/ag/948.htm


    En
écrivant cette phrase, les auteurs du texte avouent aussi ne pas savoir
qu'il y a plein d'émeutiers de banlieue qui ont participé avec
les émeutiers des centre-villes à l'attaque des flics, des banques,
etc.


    - Je
cite :
« Ce n'est pas pour autant que nous croyons que
la solution doit être le renforcement des SO syndicaux. Répondre
aux "casseurs" à coups de batte de base-ball, se livrer à
une chasse aux faciès, tabasser les "encapuchonnés"
(note N°1), les livrer aux flics ».


    Les
flics ne s'en sont jamais pris aux "casseurs de manifestants", seulement
aux "casseurs de flics" !


    Ce
sont bien entendu des "casseurs de flics" que le SO de la CGT a livré
à la police. D'ailleurs, il y avait des centaines de CRS au sein même
des SO syndicaux :


    « CRS
syndique-toi, la CGT t'aidera ! » : et il y avait des CRS
dans le SO de la CGT !


    Voir
"CGT = CRS" :


    http://mai68.org/ag/953.htm


    - Mais,
la confusion
vient du présupposé de départ de cette
"analyse", c'est-à-dire du fait qu'elle n'aie pas compris qu'il
y avait deux sortes de "casseurs". Et en particulier parmi les "casseurs
de banlieue".


    Aussi,
comme l'axiome de départ de cette "analyse" est faux dans la
réalité, je vais cesser d'étudier ce texte dont les conclusions
seront forcément aussi fausses que son axiome de départ lui-même.


    Je
vais me contenter d'expliquer comment les flics ont pu manipuler un certain
nombre de banlieusards pour les transformer momentanément en "casseurs
de manifestants".


    Il
y a au moins deux techniques possibles ; je commence par celle qui vous
surprendra le moins :


    - « J'efface
ton dossier »


    La
police peut dire à un jeune de banlieue qui s'est fait coincer dans un
coup illégal : « Voilà, c'est bien simple, tu
amènes ta "bande" à la manif et tu casses la gueule
au plus possible de manifestant-e-s, tu les dépouilles, etc. Nous te
garantissons que nous te laisserons faire ce travail et que tu pourras garder
tout ce que tu auras volé aux manifestants et tu ne seras pas arrêté.
Et, en échange, on oublie cette sale affaire dans laquelle tu es impliquée. »


    Des
fois ça marche pas, mais des fois si. Et, il y aura malheureusement souvent
des "voyous de banlieue" pour accepter. Il faut noter toutefois que
le nombre de "voyous de banlieue" acceptant ce genre d'échange
a diminué très nettement puisqu'il y avait environ 1000 "casseurs
de manifestants" à la manif du 8 mars 2005 à Paris,
tandis qu'il y en avait au maximum 300 dans la manif parisienne du 23 mars
2006. On peut lire la section "Provocation à la manif du 8 mars
2005" de ce texte :


    http://mai68.org/journal/N94/17mars2005.htm


    - La
relation flic-indic


    Peu
de gens savent comment fonctionne la relation flic-indic. Et, dans les films
policiers, on ne voit qu'un aspect de la chose, c'est-à-dire que l'indic
donne des renseignements à la police, dénonce des gens, etc. Mais,
dans la réalité, il n'y a pas que ça :


    Comme
toute relation, la relation flic-indic n'est pas à sens unique. Et, au
moins parce qu'il faut bien que l'indic survive, mange, paye son loyer etc.,
les flics donnent à l'indic quelques choses en échange des renseignements
qu'ils obtiennent de sa part.


    En
échange, les flics donnent à l'indic des renseignements sur des
cambriolages que la police lui autorise à faire !


    Bien
entendu, il y a aussi des indics parmi les "voyous de banlieue". Et
donc, à ces indics, la police leur a dit : « Voilà,
vous pouvez aller dépouiller les manifestants de telle ou telle manif,
nous vous garantissons l'impunité » !




Merci
pour votre attention,

Meilleures salutations,

do

http://mai68.org


VIVE
LA RÉVOLUTION !






Commentaire(s)

> > COMMENTAIRES SUR LES ''CASSEURS DE MANIFESTANTS''

Contribution mise en débat car procédant par raccourcis par nature rapide et qui tend par là même à faire des malagames et des confusions qui peuvent apparaître hors charte...

Position à débattre...

Tchiqi du collectif indyNantes.

> > COMMENTAIRES SUR LES ''CASSEURS DE MANIFESTANTS''

La position est en débat afin d'attendre un consensus sur la liste de modération du site : http://lists.indymedia.org/pipermail/imc-france-nantes/2006-May/date.html : les mails intitulés "modé"