Solidarité avec les marches des femmes en Belarus

Mis a jour : le mardi 13 octobre 2020 à 12:59

Mot-clefs: libérations nationales
Lieux:

Ce ou cet(te) article a été refusé d'après la charte. Un commentaire explique les raisons de ce refus.

Un rassemblement a eu lieu à Marseille en solidarité avec les femmes biélorusses en lutte. Nous reproduisons ici le communiqué qui a été diffusé à cette occasion.

324947b7b6847cb13ad64412aa6cb9-medium

Avec ce texte, nous, des femmes du Belarus, nous adressons à toutes les femmes de ce monde . On a besoin de votre soutien. Le Belarus (le terme anti-imperialiste à utiliser à la place de Bièlorussie) est un pays au centre de l’Europe, entre la Lituanie, la Lettonie, la Pologne, l’Ukraine et la Russie. C’est aussi un pays connu pour être la dernière dictature en Europe. Autour des élections truquées de cet été le gouvernement a persécuté l’opposition et mis en place une répression inhumaine et la torture de manifestants pacifiques.

Contre cette violence des milliers de femmes se sont activement interposées et ont organisés des actions, souvent habillées en blanc et avec des fleurs comme symbole. Pendant un certain temps elles avaient réussi à réduire le niveau de violence contre les manifestant.es. Mais Lukashenko a décidé qu’on mettait en danger le régime et a intensifié la répression : Les marches des femmes, tous les samedis, finissent avec des arrestations en masse allant jusqu’à 500 personnes à la fois. Les femmes sont forcées de signer des faux protocoles, elles sont enfermées dans des conditions affreuses pendant des jours et semaines, systématiquement insultées, virées de leur travail et elles reçoivent des amendes très élevées. Les mères sont menacées d’interventions des « services de protection de l’enfance » qui leur enlèveraient leurs enfants. Les médias de l’Etat sont submergés de propagande qui tentent de dévaloriser les femmes avec des insultes misogynes. Elles sont présentés comme alcooliques, prostituées ou brebis et on leur conseille de rester à la maison et de prendre soin de leurs familles. Et tout ça parce qu’on ose protester contre la violence et pour le respect de nos droits.

La solidarité entre femmes ne connaît pas de limite ! Rejoignez nous dans la lutte pour notre dignité et nos droits. Restez informé.es, organisez vous et sortez les samedis ensemble dans les rues habillées en blanc !

Solidarité entre femmes et solidarité internationale, ensemble on changera le monde !

Commentaire(s)

> Article refusé.

doublon de https://nantes.indymedia.org/articles/51346

> Article refusé.

doublon de https://nantes.indymedia.org/articles/51346

> Article refusé.

doublon de https://nantes.indymedia.org/articles/51346

Les commentaires ne sont pas autorisés pour article.