J’ai avorté pendant le confinement - un compte rendu

Mis a jour : le dimanche 20 septembre 2020 à 21:52

Mot-clefs:
Lieux: suisse

Pendant mon interruption de grossesse, j’ai sans cesse atteint des limites. Des limites personnelles, des limites institutionnelles, des limites imposées par l’état d’urgence liée à la maladie de la Corona.

Comment le droit à l’autodétermination des femmes* [1] se voit attaqué avec des motifs frivoles et pourquoi les avortements ne sont jamais faciles.

Traduction d’un témoignage d’un expérience vécu en Suisse, paru en août 2020 sur le site suisse-allemand ajourmag.ch.

Avertissement au public : Description d’un processus d’avortement ainsi qu’une illustration photographique au paragraphe "6 décilitres de sang et des douleurs semblables à celles du travail".

Mes seins sont excessivement gonflés et me font très mal. Ces derniers jours, je vomis régulièrement et, bien que je sois très athlétique, j’ai des difficultés à respirer quand je monte les escaliers. Le test le confirme : je suis enceinte. Merde. Au téléphone, je demande à mon gynécologue de prendre immédiatement rendez-vous pour un avortement - et voilà que pour la première fois, on me refrène. « Cela ne se fait pas si vite », indique l’assistant, nous devons déjà vérifier si je suis vraiment sûre. Nous. Un médecin que je vois tous les deux ans doit donc déterminer avec moi si je veux mener une vie avec un enfant. Un rendez-vous ? « J’ai peur que cela ne prenne un certain temps, Corona, vous savez », dit l’assistant. Et je soupçonne déjà que les choses vont être très compliquées.

Quand il n’y a pas de désir d’être mère

Les publicités pour les tests de grossesse me procurent toujours un léger frisson. Je ne peux vraiment pas m’identifier à la femme au sourire joyeux qui vient d’apprendre son avenir de mère. Et à la fonction de détection de la semaine de grossesse qu’offrent certains tests, j’associe le plus facilement le calcul de la durée pendant laquelle un avortement demeurera possible. En raison de cette grossesse non désirée, je suis donc jetée hors de ma vie quotidienne et confrontée à la question de la maternité. Ou encore, au fait de ne pas vouloir être mère.

L’assistant du cabinet me fait patienter. En raison de la situation de la Corona, il faudra malheureusement quelques jours avant que j’obtienne un rendez-vous pour un examen. Quelques jours. Quelques jours plus près d’une date après laquelle un IVG n’est plus possible. Les nombreuses femmes* qui veulent avorter pendant la pandémie du Corona sont brusquement confrontées à des difficultés. Si de nombreux soins et procédures médicales peuvent facilement être ralentis et reportés, il existe, eh oui, des délais pour les avortements. En Suisse, la situation juridique est la suivante : L’avortement est interdit et puni par la loi (art. 118, al. 1 et 2 du Code pénal), mais depuis 2002, l’avortement jusqu’à la douzième semaine est légal si la femme* enceinte invoque une urgence ("règlement des délais" ; art. 119 du Code pénal). En pratique, une grossesse non désirée est toujours considérée comme une situation d’urgence. Si, selon l’avis d’un médecin, il faut éviter une "atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale" de la femme* enceinte, un avortement peut également être pratiqué après la douzième semaine ("règle d’indication" ; art. 119 al. 1 C.S.C.).

Je commence à faire le calcul. Ai-je déjà dépassé la douzième semaine ? Il y a des saignements d’implantation, qui sont similaires aux menstruations, mais qui peuvent se produire lorsque l’ovule fécondé s’implante dans l’utérus. Et si c’était le cas de ma dernière saignée ? Mon esprit s’emballe. La panique. Les premières crises de larmes. Comment prouver une urgence émotionnelle aiguë ? Dans quelle mesure le danger doit-il être spécifique ? Faut-il menacer de se suicider ? Je me défais de mes pensées et j’attends l’examen.

Les jambes écartées, le bâton froid de l’échographie à l’intérieur de moi, l’image de l’embryon. Je suis enceinte de sept semaines. Il n’est donc pas trop tard pour un avortement. La gynécologue me regarde par-dessus le respirateur. Je peux à peine dire si son regard est censé être piteux ou compatissant. Elle ne pourrait pratiquer un avortement médical ambulatoire dans le cabinet du médecin que jusqu’à la septième semaine et, comme mon embryon est âgé de sept semaines et deux jours, ce n’est malheureusement plus possible. Je regarde l’image ultrasonore qui montre un cœur qui bat, une sorte de tête et un corps. Un embryon, tout simplement. Ma médecin dit que je dois me faire opérer, mais je pourrais attendre jusqu’à la douzième semaine, et peut-être que je changerais d’avis. Pendant ce temps, le cœur de l’embryon continue de battre. Quand je quitte le cabinet, j’ai une autre crise de larmes. Bien que je n’aie jamais ressenti le désir d’avoir des enfants dans ma vie, l’image échographique me touche plus que je ne l’aurais cru. Vous ne lisez rien à ce sujet lorsque vous recherchez des informations sur Internet après un test de grossesse positif. Oui, les symptômes typiques de la grossesse, je les ai tous. Oui, je peux comprendre quels sont les changements hormonaux et physiques qui se produisent dans mon corps en ce moment. Oui, les signes sont clairs et reléguer l’absence de menstruation “au stress, au Corona et tout ça” était certainement une stratégie de refoulement, à laquelle recourent probablement inconsciemment de nombreuses femmes* dans une situation comparable. Mais on ne lit presque rien sur une émotivité et une insécurité aussi profondes.

L’interdiction des “interventions non essentielles”

De vieux hommes blancs comme John Carson, conseiller municipal de Ballymena, en Irlande du Nord, ou le prédicateur d’extrême droite Perry Stone, de Cleveland, aux États-Unis, proclament que la maladie du Corona est une punition de Dieu. Une punition pour les péchés comme les mariages homosexuels ou les avortements. De telles déclarations exercent non seulement une pression psychologique énorme sur les femmes involontairement enceintes, mais elles se concrétisent également dans la loi. Par exemple, au début du mois d’avril 2020, le gouverneur républicain Greg Abbott a interdit par décret les avortements au Texas. Trois autres États américains ont examiné des propositions similaires. Les raisons : pendant la pandémie, toutes les “interventions non essentielles” doivent être reportées afin de disposer de matériel médical pour les urgences. Et les avortements seraient des “procédures non essentielles”. Il y a tellement de choses qui ne vont pas là-dedans. Tout d’abord, l’affirmation de vouloir économiser du matériel médical est un faux argument. Si cela peut être vrai dans le cas d’une procédure chirurgicale, dans le cas d’un avortement médicamenteux, seuls des comprimés sont prescrits et pris à la maison. Mais pire encore : qui va décider de la qualification d’une opération - une opération qui après tout change la vie d’une personne de fond en comble - d’“essentielle” ou “non essentielle” ? De telles attaques contre des droits durement acquis et la mise en place de lois sous prétexte de la gestion de la Corona ne sont pas exceptionnelles, et elles touchent le plus directement les personnes qui souffrent déjà extraordinairement de la crise et de ses conséquences économiques. L’interdiction de l’avortement ne signifie pas la même chose pour toutes les femmes*. Si l’accès aux contraceptifs et à la possibilité d’avorter est interdit ou limité, cela a un impact direct sur la santé des femmes* pauvres, migrantes et raciales. Il n’est pas rare que des femmes* meurent lors
d’avortements pratiqués illégalement et donc improvisés ou effectués de manière inadéquate. Cependant, même dans les pays où l’avortement est interdit, les femmes* riches trouvent toujours des moyens de contourner l’interdiction sans mettre en danger leur santé.

Alors que l’interdiction de l’avortement au Texas a été levée par la Cour fédérale américaine quelques jours seulement après son entrée en vigueur, le débat en Pologne continue de faire rage. Il y a quatre ans, des contestations massives ont empêché l’interdiction de l’avortement. L’avortement est toujours légal en Pologne dans trois cas : si la vie et la santé de la future mère* sont menacées, si le fœtus est gravement malformé ou après un viol. Mais ce droit est constamment attaqué. Sous les applaudissements des prêtres catholiques, les politiciens de droite exigent qu’un enfant conçu par viol soit accepté comme un “don de Dieu”. En raison de cette pratique restrictive, de nombreuses femmes* polonaises se sont rendues en Allemagne pour avorter avant même que la loi ne soit renforcée. Mais avec les frontières encore fermées au printemps 2020 par la réglementation sur les pandémies, cela n’était plus possible. Et comme si cela ne suffisait pas, une interdiction absolue de l’avortement doit maintenant être appliquée en plein milieu de la crise de la Corona - prétendûment par hasard.

Manifestation en Pologne le 3 octobre 2016

La consultation de conflit [2]

Avant de pouvoir poursuivre l’avortement retardé par la crise de la Corona, je dois aller chez le médecin à cause d’une inflammation de la gaine du tendon. Je dois faire une IRM de ma main. Je dois remplir un formulaire et mon stylo plane juste au-dessus de la case que je suis censée cocher si je suis enceinte. Peu de temps après, l’assistant vient me voir. Il n’est pas certain qu’une IRM soit possible pour une femme* enceinte, elle doit d’abord en discuter avec le médecin. J’ai envie de lui courir après pour lui dire que je vais me faire avorter, mais le médecin est déjà là, me regardant d’un air étrangement compatissant. Il me demande si je suis sûr de moi. Un type que je n’ai jamais vu auparavant et qui remet maintenant en question ma décision. Je mens et je prétends que la date de mon opération a déjà été fixée, et c’est seulement suite à cela que le Seigneur gobe gracieusement que je ne veux pas d’enfant. Une amie médecin m’a dit par la suite qu’une IRM locale sur la main aurait de toute façon été sans danger pour la grossesse.
Mon partenaire n’est pas autorisé à m’accompagner à l’hôpital pour une "consultation de conflit" et des conseils sur l’avortement, il doit attendre dehors. En raison des mesures de protection de la Corona. Donc pas de soutien émotionnel pour moi. Devant la clinique pour femmes, d’autres hommes semblent attendre leur compagne*. Une fois de plus, je fonds en larmes. Enfin, la médecin examinatrice semble me comprendre. Elle me demande aussi pourquoi la gynécologue ne m’a pas encore donné de médicaments pour l’avortement. Cela aurait été plus facile à un stade plus précoce de la grossesse. Maintenant, c’était juste à cause de ma grossesse qui durait déjà huit semaines et cinq jours. Mes larmes coulent à nouveau. Bien sûr, je ne savais pas que les cliniques et les hôpitaux traitent l’avortement avec des médicaments différemment et je n’ai pu lire cela nulle part. Mais grâce à la pandémie, l’hôpital ne veut pas occuper les lits avec des opérations "évitables" et c’est pourquoi je reçois maintenant le premier médicament, après tout ça. Mifegyne est un médicament qui inhibe l’effet de l’hormone progestérone, nécessaire pour maintenir la grossesse. Elle interrompt, pour ainsi dire, la connexion entre le placenta et l’embryon et ramollit le col de l’utérus. Deux jours plus tard, lorsque le deuxième médicament, le Cytotec, est pris, l’avortement est déclenché. En rayonnant de joie, je quitte l’hôpital et tombe au cou de mon partenaire. De l’extérieur, nous semblons être un couple heureux sur le point de devenir parents.

Six décilitres de sang et des douleurs semblables à des contractions

Cette année encore, les militants anti-avortement de la "Marche pour la vie" veulent se mobiliser contre le droit à l’avortement légal en organisant un événement à Winterthur. Déjà à la mi-mai 2020, la conseillère nationale UDC [3] Yvette Estermann et le conseiller national UDC Erich von Siebenthal ont demandé au Conseil fédéral de renforcer la législation sur l’avortement. L’un des arguments des militant·e·s anti-avortement est l’utilisation prétendument frivole de la contraception lorsque l’avortement est trop facilement accessible. Les statistiques n’appuient pas cette affirmation. Et mon expérience ne coïncide malheureusement pas avec l’affirmation selon laquelle un avortement peut tout simplement être pratiqué en douce. Au contraire. Finalement, je prends le deuxième médicament, la Cytotec, à la maison, qui déclenche des contractions utérines et qui, dans 95 % des cas, conduit à l’éjection de la grossesse. C’est le début de dix longues heures très douloureuses. Les crampes de type contraction sont presque insupportables malgré plus de trois grammes de Dafalgan et je perds plus de six décilitres de sang. Cette perte de sang est comparable à celle d’une naissance et : tant de sang rouge au fond de la cuvette blanche des toilettes, ça fait beaucoup ! Je suis incertaine. Est-ce normal ? J’ai lu sur Internet que certaines femmes* ne saignent que comme si elles avaient des règles faibles, alors que d’autres saignent davantage, à savoir de manière très variée. Pour moi, l’avortement par médicaments fait couler beaucoup de sang, provoque beaucoup de nausées et de douleurs. Mais on peut se faire avorter "juste en passant", dit-on. Dit-on.

Soudainement, je me retrouve toute seule et insécure avec mes questions sur le déroulement “normal” d’un IVG

Pourquoi est-ce que j’écris ce texte ? Dans mon environnement féministe, il est tout à fait habituel de célébrer l’expression de diverses facettes de la sexualité. Les chroniqueuses* nous font rire avec des histoires de mésaventures au lit. Le mouvement féministe et antifasciste affronte les militants anti-avortement dans la rue et jouit d’une approbation sociale relativement large. Mais j’étais seule dans la lutte avec la grossesse non désirée. Nous vivons toujours dans une société où il n’est pas habituel de parler d’un avortement imminent à la table de la cuisine entre amies. Du sang impliqué, des hormones, des dépressions. De même que le SPM (syndrome prémenstruel) n’a apparemment pas sa place dans un groupe de discussion, le sang menstruel est toujours représenté en bleu stérile dans les publicités et la ménopause est affligée de beaucoup de honte. Si vous cherchez du soutien dans les forums Internet pour l’avortement, vous trouverez principalement des utilisateurs qui tentent de vous dissuader par des déclarations moralisatrices. Les approches progressistes et féministes sont reléguées au second plan.

Des projets comme ceux des Advocates for Youth encouragent des gens à partager leurs expériences

L’échange d’expériences, en particulier sur un sujet qui déclenche quelque chose de différent chez chaque personne et fait quelque chose de différent à chaque corps, est une aide irremplaçable. Après le premier choc, je décide d’aborder le sujet de manière très offensive dans mon environnement. La résonance est merveilleusement puissante. Non seulement j’ai enfin la possibilité d’échanger des expériences avec plus de copines* que je ne le pensais, mais les discussions avec mes amis masculins sont également très encourageantes. Après tout, les grossesses, désirées ou non, sont l’affaire de tous et c’est une de mes préoccupations féministes que de partager la discussion non seulement avec les personnes qui peuvent tomber enceintes. Après tout, les avortements sont des traitements d’urgence qui sauvent des vies. Une grossesse, qu’elle soit maintenue ou interrompue, change la vie de manière imprévisible. Ma réaction émotionnelle à un état de santé face auquel j’avais clairement une attitude rationnelle me perturbe. Ce qui m’aide le mieux dans cette situation, ce sont les conversations ouvertes avec les gens de mon environnement.

Epilogue

Je suis l’un des cinq pour cent pour lesquels l’avortement médical ne fonctionne pas. Cela peut aussi arriver. Une partie du placenta de la taille de deux pouces est encore soudée dans mon utérus et sécrète encore des hormones de grossesse. Comme je continue à saigner continuellement pendant trois semaines après l’avortement, je dois me faire opérer. Cela signifie : examens complémentaires à l’hôpital, préparation à l’opération, préparation à l’anesthésie, admission à l’hôpital tôt le matin. Sous anesthésie générale, les tissus restants peuvent être grattés et aspirés. Il y a toujours un risque de cinq pour cent que cela ne fonctionne pas correctement. Je passe donc quatre semaines de plus avec la peur au fond de l’esprit. Non, un avortement n’est pas quelque chose que l’on peut faire à la va-vite. Raison de plus pour en faciliter l’accès et briser le tabou social. Nous devons également nous opposer à la restriction de l’accès aux avortements pendant la période Corona. La pression sur les femmes* enceintes doit enfin être réduite. L’augmenter en temps de crise est fatal.

P.S.

Traduction d’un texte paru le 27 aout 2020 sur le site ajourmag.ch

_________

Notes

[1] Pour la traduction, nous avons repris l’écriture choisie par l’autrice du texte originale. Elle justifie ce choix de façon suivante : « L’orthographe femme* a été utilisée pour faire référence à la construction sociale des sexes et au fait que les personnes qui ne s’inscrivent pas dans un ordre binaire des sexes peuvent également tomber enceintes. »

[2] Note de la traduction : « consultation de conflit » est le terme utilisé par certaines cliniques pour convoquer les femmes à une consultation médicale pour préparer l’avortement.

[3] Note de la traduction : Union démocratique du centre, parti politique suisse de droite

Link_go source