29 Février : Manif de convergence des luttes contre les projets inutiles !

Mis a jour : le lundi 16 mars 2020 à 18:04

Mot-clefs: Ecologie
Lieux:

Le samedi 29 Février à 12h au mirroir d'eau de Nantes, convergeons nos luttes contre les projets inutiles du "grand ouest" pour stopper la logique de bétonnisation, de métropolisation, de précarisation, de gentrification et de croissance économique derrière tout ces petits et grands projets détruisant notre avenir commun !

Convergence29nantes-medium

Voici un petit résumé des informations et du programme de la journée !

VILLAGE DES LUTTES

Il se tiendra tout l'après-midi à partir de 12h au Miroir d'Eau à proximité du château avec un temps fort de 12h00 à 14h00 où des collectifs en lutte tiendrons un stand (nous contacter si vous voulez y tenir un stand avec votre collectif)

Des cantines à prix libre seront également présentes sur le temps du midi au miroir d'eau mais n'hésitez pas à ramener votre pique-nique ou quelque chose à partager !

MANIFEST'ACTION - LIEUX DE RENDEZ-VOUS DE LA DEAMBULATION CARNAVALESQUE

Deux points de rendez-vous sont prévus à la Carrière Misery (Quai Marquis d'Aiguillon) et Place Zola ( + un 3éme point de rendez-vous dévoilé le samedi matin) à 14h pour une déambulation carnavalesque! N'hésitez pas à prévoir masques, déguisements et toutes autres initiatives festives (instruments de musique, banderoles, pancartes, « caddies-chars », mascottes, totems, effigies des bétonneurs locaux ... )

Si vous n'avez pas le temps de passer par le miroir d'eau, nous vous invitons à vous rendre directement à ces points de rendez-vous à partir de 14h.

AG

Une AG aura lieu à 19h au Miroir d’Eau pour parler de la suite de la confluence / convergence des luttes contre les projets destructeurs de l'ouest!

Pour le reste, voici quelques rappels d'informations pratiques plus générales pour la journée:

COVOITURAGE

Certain·e·s cherchent des passagers notamment au départ de la Rochelle ou Saint-Nazaire, certain·e·s une voiture notamment au départ de Toulouse, d'autres l'un ou l'autre au départ de Poitiers par exemple ! Retrouvez leur annonces et déposez y les votres sur ce framacalc : https://lite.framacalc.org/9ex5-tu3mq06sqa

HÉBERGEMENT MILITANT

Pour l'instant nous manquons de personnes pour héberger les manifestant·e·s venu·e·s d'ailleurs! N'hésitez pas à remplir ce formulaire : https://airtable.com/shr0lIS9oBWLT7nkT si vous avez de la place chez vous pour les nantais·es (ou bien si vous cherchez vous aussi un hébergement! n'hésitez pas à prévoir matelas et sac de couchage si vous pouvez!)

GARDERIE POPULAIRE

Une garderie autogérée est proposée durant la journée par les Garderies Populaires de Nantes : contact via garderiespopulairespaysnantais@riseup.net ou sur https://www.facebook.com/garderiespopulairepaysnantais

STATIONNEMENT

Le stationnement en centre-ville est payant mais il est gratuit en dehors de ce périmètre notamment à l'Ouest de Gare Maritime, au sud de l'Ile de Nantes et à l'Est de Moutonnerie ( cf plan du stationnement à Nantes https://www.nantes.fr/…/Station…/plan-stationnement-2019.pdf )

COMMUNIQUER SUR LA MANIF

Et comme toujours, d'ici samedi Parlons-le plus possible de la manifest’action autour de nous à titre individuel ou collectif avec l'événement facebook ( https://www.facebook.com/events/856665098088105) ou les infos présentes sur laissebeton.org !

Nous avons notamment publié cette tribune dans Reporterre (https://reporterre.net/Rendez-vous-a-Nantes-pour-liberer-l-…) , n'hésitez pas à la relayer !

La Confluence / convergence ne s'arrête pas avec la manifest'action du 29 février et nous sommes nombreux·ses à souhaiter poursuivre la dynamique d'inter-ZAD / inter-luttes ces prochains mois, notamment avec la Descente de la Loire mais aussi avec de l'entraide, du partage d'expériences, des rencontres entre collectifs et militant·e·s, ... pour créer des liens dans nos luttes et les renforcer toujours dans un esprit fraternel et festif !

PROCHAIN WEEK-END DE CONFLUENCE - CONVERGENCE AU VILLAGE DE LA LOIRE EN MARS

Le Village de la Loire, en lutte contre la déviation de la RD921, son pont sur la Loire et son monde propose d'organiser et d’accueillir la prochaine rencontre inter-ZAD-interluttes du 27 au 29 mars à Mardié (45), un mois après la Manifest'action à Nantes. Plus d'infos : https://laissebeton.org/evenements/?event_id1=786)

Iels proposent d'organiser cette rencontre sur trois journées d'échanges et de discussions, pour faire un debrief de ce qui se sera passé le 29 février, et se projeter sans attendre dans la suite de ce que nous sommes en train d'initier (notamment la descente de la Loire en Août, plus d'infos : https://laissebeton.org/descente-de-la-loire-pour-une-co…/…/). Nous aimerions soumettre trois thématiques de travail pour ces trois journées (où pourront avoir lieu en paralèlle des ateliers créatifs (spéculation narrative, construction ...) et pourquoi pas une action (encore à définir) contre le pont, la déviation et son monde)

https://laissebeton.org

Commentaire(s)

> rectification de l'heure de la convergence des luttes du 29 février

Le rassemblement débutera au miroir d'eau à partir de 12 h comme indiqué sur les affiches, avec tous les collectifs de lutte !

> modif

On a fait les modifs demandée en intégrant des infos plus récentes qui étaient postées en commentaire.

> 29 FÉVRIER : VENT D’OUEST CONTRE LES PROJETS INUTILES

avec des photos par là : https://www.nantes-revoltee.com/29-fevrier-vent-douest-contre-les-projets-inutiles/

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses rencontres entre les luttes écologistes du grand ouest ont lieu. Opposition au « surf park », aux projets de zones industrielles en bord de Loire, défense d’une plage en Vendée, ou collectifs contre le bétonnage et la gentrification : c’est une mosaïque de mouvements très divers qui se sont fédérés pour défiler ensemble. Ensemble contre le capitalisme, et pour protéger le vivant. Un pari audacieux qui mêle des discours et des pratiques diverses au cœur de la métropole nantaise.

Ce samedi 29 février, ce sont des cortèges dispersés qui ont investi la ville. Un village du peuple construit en un temps record au Miroir d’eau, une centaine de personnes Place Zola, et plusieurs milliers au départ de la carrière Misery surplombée par une grande grue, symbole de la transformation de tout un quartier de Nantes. La police aura mis la pression avant même le début des défilés : fouilles multiples, intimidations, et nombreuses arrestations préventives.

Finalement, lorsque les manifestants et manifestantes réussissent leur jonction, il y a au moins 3000 personnes au rendez-vous, à braver les grosses bourrasques de vent d’Ouest. On retrouve une créativité qui rappelle les belles manifestations de la ZAD de Notre-Dame des-Landes : des chars, de la peinture et de la musique. Le groupe Extinction Rébellion a ramené un bateau et bloque un pont. La Chambre de Commerce et d’Industrie a la façade colorée. Le collectif La Commune de Chantenay est déguisé en héron.

La diversité est bien représentée, avec des masques, des déguisements, des slogans très variés faisant écho aux nombreuses luttes de territoire de la région. Mais la juxtaposition des messages suffit-elle à faire confluer la dynamique ? Une fois retourné dans l’habituel parcours balisé du centre-ville, les affrontements rituels ne tardent pas à éclater Cours Saint-Pierre puis devant la préfecture, où pas moins de 3 canons à eau sont en action. Une ribambelle de tags font leur apparition, profitant d’un dispositif policier beaucoup moins massif que lors des manifestations contre la réforme des retraites. La tension monte à l’entrée du Cours dus 50 Otages. Un commando de gendarmes attaque pour arrêter une personne, puis se retrouve encerclé et repoussé au bord de la rivière, et manque presque de tomber à l’eau face à la pression de la foule. Le tout dans un épais nuage de gaz. Les Gilets Jaunes présents dans la manifestation s’illustrent encore par leur dynamisme.

Retour à la Croisée des trams, la détermination s’étiole, malgré une playlist entraînante. La BAC commence une série d’attaques aussi brutales qu’absurdes à Bouffay, à grand renfort e grenades et de LBD. La rue de la Paix est réinvestie et quelques chaises lancées. Les gendarmes chargent pour confisquer un char. Une manifestation sauvage part alors que le gros des manifestants a quitté le défilé. Mais on commence à murmurer que le gouvernement utilise le 49.3 pour casser les retraites. Dans les rues, les slogans changent de nature et reprennent de la vigueur. Mais il se met à pleuvoir à verse.

A 20H30, nouveau rendez-vous contre le passage en force du gouvernement sur les retraites. Les réseaux sociaux sont inondés d’appels à la révolte, mais les rues nantaises sont plutôt vides. Après avoir fait un feu sur la place, un petit cortège d’une centaine de personnes part en direction de la préfecture, dans des rues vierges de policiers. La pluie reprend, et douche les dernières énergies. Il est près de 22H.