Avis avant fermeture des poubelles de l’histoire

Mis a jour : le lundi 18 février 2019 à 19:11

Mot-clefs: Informatique Education Répression
Lieux:

 

Sur les déboires d’Indymedia Nantes, et l’inconvénient que représenterait son interdiction au regard de sa salutaire auto-dissolution.

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }a:link { }

 

Des articles récents (ici et ) évoquaient il y à peu la possibilité d’un blocage, par les autorités compétentes, de deux indymedia (à Nantes et à Grenoble) (1). La raison ?Avoir relayé des communiqués de revendications concernant des « actions de soutien » à des activistes arrêté-es au cours de récents mouvements de révolte. À chaque fois, ces textes décrivaient par le menu comment des gens avaient cassé des vitrines de banque ou brûler des voitures de police pour soutenir des gens arrêtés pour avoir cassé des vitrines de banque et brûlé des voitures de police. Contre le Capital, le big control et son monde.


Ces opérations de censure potentielle par l’État constituent à l’évidence de mauvaises nouvelles pour les gens vivant dans ces deux régions, qui se coordonnent, s’organisent ou simplement tâtent l’ambiance à contre-courant des media dominants. Mais paradoxalement, l’interdiction d’indymedia Nantes serait également contre productive d’un point de vue policier. Puisque paradoxalement, ce même média constitue une excellente machine anti-subversive, rayonnant précisément sur un hot spot de la contestation contemporaine : le bassin nantais, son muscadet, ses émeutes et sa ZAD toute proche.


Les opérations anti-subversives menées paradoxalement depuis indymedia Nantes sont en gros de trois ordres ; elles relèvent d’abord d’un travail de confirmation des identités radicales (et c’est sans doute un des rôles de base des flics que de lancer à la cantonade et avec plus ou moins d’entrain, après le fameux « circulez y a rien à voir », l’indémodable « et vous, vos papiers ») ; vient ensuite un travail de basse police et son lot de mouchardage plus ou moins involontaire, particulièrement efficace concernant les différentes guéguerres minant la ZAD ; enfin, directement liée au travers précédent, se profile une entreprise étonnante de contre-subversion, menée par des radicaux eux-mêmes et motivée par une passion radicale pour la défaite, via la construction patiente d’une incroyable machine de dérèglement des distances (une machine menaçant notamment de réduire en charpie la zone d’autonomie définitive de Notre Dame des Landes).


D'abord, petite parenthèse sur l’épineuse question des revendications. Revendiquer un geste plus ou moins illégal, quel en est l’intérêt ? (vu que, de base, on peut considérer que ce n’est jamais très classe de la ramener ou se la jouer en mode « c’est moi qui l’ait fait »). Il s’agit d’abord de percer une chape de plomb médiatico-sensible : démontrer que dans le grand désert de nos impuissances ou de la fin de l’Histoire, des gestes de révolte ont lieu pour de bonnes raisons, et de telle ou telle manière. Il s’agit de dessiner une conflictualité là où les opérations de contre-insurrection ont tendance à verrouiller le statu quo sous l’apparence d’une paix désarmante (2). Il s'agit aussi sûrement de rendre les gestes subversifs contaminants, ou praticables pour d’autres gens, d’autres forces ou d’autres huluberlus (en fonction de sa grammaire politique).

 

OK. Notons au passage que les recensions du style Brèves du désordre permettent de faire un peu la même chose, tout en maintenant une ouverture sur la multiplicité des forces agissantes, plutôt que de resserrer l’entonnoir autour de minorités qui passent leur temps à s’auto-répliquer, à coup de communiqués écrits avec la même « rage contre l’existant et son monde ». Et puis ces communiqués ne sont vraiment pas très rigolos, écrits la mort dans l'âme. Peu de : « j’ai cramé ces bagnoles de gendarmes parce que je déteste les pompiers et que je suis daltonien – contre les couleurs et leur monde ». Tous écrits pareil : ils dénotent d’une même sensibilité, la veine anarchiste insurectionalo-individualiste, ce qui constitue déjà un bon coup de main au travail d’enquête des différents services de police. Ils peuvent grosso modo mettre la gomme autour d’une seule hypothèse de travail (peu de chance que les marlous de la cité d’à côté ou qu’un mari jaloux se fasse chier à décrire « la façon rageuse dont illes ont fait usage d’une pince monseigneur pour découper le grillage et son monde »). Autre problème de la plupart de ces documents de revendication : leur ridicule ; le côté ego trip et la phraséologie approximative nuisent le plus souvent à l’appropriation et à la portée de ces coups. Dommage de s’engager aussi sérieusement pour, dans la foulée d’un communiqué malhabile, assécher dans le même geste le bassin et la poésie révolutionnaire.

 

Dernier élément gênant, même du point de vue insurrectionnaliste (3) : la tonalité largement crépusculaire de ces communiqués qui, disons le, trop souvent, puent la défaite. « On a mené cette action en petit nombre parce que les masses ne comprennent rien » ; « on n’est jamais libre que dans le moment fugace où le marteau brise-glace entame une brèche dans le miroir sans teint de cette vitrine de décoration intérieure » ; « ne dites pas que nous sommes peu nombreux dites que nous sommes déterminé-es ». Le pompon est sans doute détenu par un groupe qui après avoir flambé trois éoliennes dans la pampa (ok, ça s’est fait : vision fugace d’autonomes sautillants avec cagoules à pompon) expliquaient qu’ils acceptaient leur destin, finir entre quatre murs comme leurs frères et sœurs d’infortune, ou plus sûrement flingués par la police au détour d’une impasse… (https://rebellyon.info/Les-eoliennes-la-guerre-et-la-paix-19484) Hola hola, si vous aimez pas les sabotages faudrait voir à pas en dégoûter les autres ! Au-delà de la blague, ce « comble de l’anarcho-autonome sabotant de nuit et sûr de finir en taule » exemplifie une tendance déroutante : faire soi même le travail des flics en intériorisant la défaite. Une défaite qui devient même le critère ultime de la pureté idéologique : si on n'est pas défait, quelque part, on prend le pouvoir et donc on reconstitue le « monde autoritaire et son monde » (4). Corollaire de cette règle : une bonne insurrection est une insurrection défaite, une bonne ZAD est une ZAD expulsée ou ravagée par les embrouilles...

Ah ! Retour vers Nantes.


N’habitant pas près de Nantes, on a pourtant été souvent tenté de surfer sur l’indymedia local, notamment au moment des différentes tentatives d’expulsion de la ZAD (à l’instar de plusieurs dizaines de milliers de personnes, on a considéré que ce qui se jouait là bas pouvait s’avérer
décisif jusque dans nos mornes existences métropolitaines, comme possibilité au moins imaginaire d’instauration d’espaces libérés...). Et en matière d’infos croustillantes on a été servis. Les communiqués se sont succédé pour dénoncer telle ou telle tendance, telle ou telle manip’ de telle ou telle fraction du mouvement. Des contributeurs dopés au ressentiment pouvaient, au moment même des expulsions, livrer des informations cruciales sur l’organisation d’un secteur : dénonçant les habitants de tel endroit qui défendaient telle barricade avec tels moyens pendants que tels autres avaient eu des soucis après avoir dû incendier tel bâtiment. Ne manquaient ni les initiales ni les détails utiles pour incriminer des gens en particulier et fragiliser les stratégies de défense de la zone en général. Vertus policières de la transparence…

 

La machine à ragots et autres poucaveries s’est remise en marche après des histoires d’expéditions punitives et les récentes arrestations concernant des habitants de la zone. On a pu constater à cette occasion comment les colonnes d’indymedia Nantes avaient pu servir de terrain d’entraînement : on y dénonce ses ennemis sur Internet avant d’aller carrément les balancer aux flics. Bien sûr, ça ferait quand même un peu désordre si les récents témoignages sous X étaient le fait d’anti autoritaires plus-pures-que-moi-tu-meurs... Dans tous les cas, l’habitude d’étaler au regard de tous, et y compris au regard des services de police, les turpitudes supposées des uns et des autres permet de réduire l’ampleur de la trahison que représente une collaboration franche et ouverte avec les flics (après tout « tout le monde le sait… et puis ils sont vraiment trop méchants, tout le monde le dit….»). Les contorsions argumentatives des commentaires les plus radicaux frisent à cette occasion le délire complet : « Faut pas s’étonner de se faire balancer aux flics quand on joue le jeu de l’État en signant une convention d’occupation avec la pref’ ». Selon la même logique, on se permet moralement de balancer à la CAF tous les RSAstes fraudeurs qui ont l’outrecuidance de pactiser avec le Capital ? Pareil pour les buveurs de coca qui ne méritent aucun ménagement.

 

Indymedia Nantes nous permet donc d’accéder à cette intériorité dégueulasse, faite d’aigreur, de ressentiments, de paranoïa et de connerie : un bel aperçu de la vie du mouvement que seule la sainte liberté d'expression offert par les modérateurs d'indymedia Nantes nous permet d'entrevoir.

 

Comment ça se fabrique une usine à merde pareille ? La non-modération a priori y est sans doute pour beaucoup. L’expression sans filtre, on peut balancer ce qu’on veut derrière son écran, et ça évite au passage de trouver des moments de confrontation dans la vraie vie. Les anecdotes et analyses à deux balles sont balancées comme des drones, à plusieurs milliers de kilomètres d’écart… et en même temps on fait comme si c’était le linge sale de la même grande famille qu’on faisait cramer aux yeux des RG ou du quidam. On est sur « notre » média tu vois, le média des radicaux à cagoule et pompons.

 

Dérèglement des distances dont crève en partie la ZAD : les uns voudraient forcer tout le monde à composer, même les entités qui se définissent comme sauvages ou inassimilables ; les autres voudraient que les tentatives d’un autre ordre crèvent quoiqu’il arrive ; et on est incapable d’être en désaccord sans que ces différents soient systématiquement rabattus sur les formes d’hostilités de la société dominante : si on n'est pas d’accord c’est parce que les autres sont fatalement des « bourgeois », ou un avatar de l’État. Pas parce qu’ils se sont lancés dans d'autres tentatives avec d'autres horizons. L’expression sans filtre c’est comme si on récusait l’existence des peaux et des membranes à cause de la séparation qu’elles opèrent : plus de tenue alors, et on balance tout dans une cuisine immonde, bien pourrissante. On doit alors habiller toutes ces entités de strictes uniformes bien catégorisés pour remplacer des distinctions singulières par d’irréconciliables différences de nature. Les panoplies du radical contre celles de l’appelliste, le costume du lumpen prolétariat contre les aristocrates de la lutte, etc. ad nauséam. L’atmosphère devient irrespirable sur indymedia, sur zone... La défaite se profile toujours plus sûrement entre opérations de police, délation et devenir laborieux. On a gagné puisqu’on a perdu !

 

Sauf si la machine à perdre s’enraye. Un bon bout serait que les gens aux manettes de ce sinistre media s’interrogent sur le genre de vérités et de puissances politiques, de contre vérités et d’impuissances politiques dont ils favorisent la dissémination, heureuse ou malheureuse. Faudrait voir à se poser la question. À moins que la charte l’interdise bien sûr.

 

(1) Finalement un tribunal administratif a donné tort à l'État et indyemdia Nantes ne sera pas bloqué (Indymedia Grenoble s'étant rendu inacessisble « tout seul »).

(2) Moyennant des opérations de police internationales, des génocides aux marges des circuits de valorisation, une militarisation des banlieues, des gares ou des manifs, etc.

(3) Scénario qui veut qu’un bouleversement de grande ampleur puisse naître de la multiplication des actions clandestines de sabotages divers et variés.

(4) Idée assez folle et qu'on retrouve par exemple dans le texte « Le "mouvement" est mort

Vive... la réforme ! »

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }a:link { }

Email Email de contact: poubellesde_AT_riseup.net

Commentaire(s)

> la recup...

donc, si je comprends bien ta phraseologie proximative, tu t'en branle qu'indy-nantes soit ferme par les flics, parce que t'aime pas ce qui y est publié ?

> Oups

Quand j'ai lu le titre, j'ai cru que ça allait causer de facebook, j'ai du me tromper de "poubelle"...

> Génial

Trop bien que vous ayez publié cet article de merde, tout notre soutien et merde aux appelos.

> Celui qui dit...

"Indymedia Nantes nous permet donc d’accéder à cette intériorité dégueulasse, faite d’aigreur, de ressentiments, de paranoïa et de connerie : un bel aperçu de la vie du mouvement que seule la sainte liberté d'expression offert par les modérateurs d'indymedia Nantes nous permet d'entrevoir."

Ha! Si on ne trouve pas assez de ressentiment, d'aigreur, de paranoïa et de connerie ailleurs, on en trouve en quantité suffisante dans ce texte suffisant écrit pour détruire.
Et si dans tout ce qui y est dit se trouve des trucs pas forcément faux, voir même parfois assez pertinant, la bile qui y est déversée reflète un cas avancé de pourissement d'un mental envahi par la haine et le ressentiment (ou alors c'est juste stratégique?).
La plume est belle, d'un esthétisme pas commun même, mais hélas, c'est comme pour celle de Céline (à qui elle ressemble un peu d'ailleurs - et j'ai bien dit un peu!!!): une belle plume, mais utilisée pour vomir une chiasse pourrie et nauséabonde!
Dommage, dommage, mais c'est comme ça. C'est la vie...
Merde aux appellos!

> Hi hi..

Le message précédent est très pertinent. Il ne relève d'ailleurs même pas la suffisance du donneur de leçon qui commente les copies : médiocre, maladroit, défaitiste, "se dénonce lui-même", etc. L'orgueil méprisant façon baudruche qui finit par en être comique. ..

Mais s'il y a autant daigreur et d'informations balancées - reste à voir ce que peut en faire la maison poulaga...-, c'est peut-être simplement le Boomerang qui revient dans la gueule du (des) mondain cultivé et romantique , pédant et cynique qui l'a asséné, élégamment bien sûr, ce qui change tout...

Indymedia Nantes, à cheval donné on ne regarde pas la bride paraît.... Et en parlant de cheval, faudrait en descendre de temps en temps pour se comporter d'égal à égal, loyalement et pas avec le gang en appui. A coup tordu, tordu et demi. En résumé les auteurs du premier texte se croient sur la scène d un théâtre dans le rôle titre, façon Shakespeare. A croire qu'ils pensent pouvoir en sortir quand il leur chaut...

> poucave toi même

coté poucave vous avez surtout Lundi matin qui crache sur les victimes et zad nadir qui fait de même.
pourtant c'est ultra modéré et d'ailleurs pas de commentaires possibles comme quoi l'autogestion, au minimum c'est jamais pire...

> Commentaire caché

On a caché un commentaire. On comprend la colère, mais c'est juste dommage qu'à cause de l'emploi de 2 ou 3 mots sexistes on puisse pas le laisser.

> Les poubelles ne sont plus ce qu'elles étaient

Citer du Lenine en titre [les poubelles de l'histoire] fait référence au moment où les bolcheviks liquident les autres tendances révolutionnaires pour affermir leur contrôle sur l'appareil d'état et le livrer à Staline et à la bureaucratie tsariste toujours en place avec le résultat que l'on connaît...

C'est probablement un lapsus d'un de nos amis, qui pète toujours plus haut qu'il n'a le cul.. Comment faire le parallèle entre la Russie de 1920 et ce qui reste de la ZAD. Pourquoi toujours avoir le besoin de s'exalter au lieu de regarder une situation prosaïquement. Si ça se met à vraiment chauffer, vous nous declamerez du Dante ou un auteur du même tonneau... Ça sera gai !

> Congés payés et compromis historiques, que du love

Quand lundi.am prend UNE semaine de vacances ça donne ça. Des poules sans tête. Je manque aussi leur cuisine pendant les temps de trève d'expulsion. Je manque leur haine journalistique face aux déviants anti notre parti revolu'. Et surtout, je manque leurs textes sur la zad, il est ou del umbria quand on a besoin de se foutre sur la gueule?

On comprend, vos anciens clien..pardon, partisans, se sont eloignés après le mauvais coup de com' victorieuse (aah ouiii defaaaite on t'aime fatalement).
Ils et elles sont devenu.e.s des buveur.euses de 8.6 habillé.e.s en noir avec des regards noircis et des pensées gothiques, d'une proto-pseudo ideologie individual-nihil-ego-primitive-spectaculaire, sont devenus moches et suicidaires - en bref, des tom cruise anars comme sur l'avant dernier mission impossible.

Ceci est sans doute un texte a publier sur zadibao, le pravdazad. Bravo le parti..en vrille.

> Cause i'm a believer, i'm outta my mind

Notre ami invisible qui es à la Fabrique,
que ton nom soit dans Libé,
que ta zone d’opacité soit offensive,
que ton insurrection vienne,
que ta volonté soit faite, en manif’ comme à la ZAD.
Sers-toi de nous, de notre argent, de nos révoltes
Donne-nous maintenant notre guerre véritable.
Pardonne-nous nos critiques,
Comme nous barbouzons ceux qui nous ont critiqué.
Et ne nous laisse pas tenter par l’Anarchie,
Mais délivre-nous de la Révolution.
Destitue-nous et institue-toi.
Lundi.Amen

> Le Parti Appelliste

Le Grand Parti Appelliste n'aime pas la liberté d'expression. Il déteste les médias libres et fera tout pour les détruire car il en a peur! Il use de son pouvoir dés qu'il le peut pour les forcer à l'autocensure et pousser à la division (tout en plaidant le contraire, comme tout pouvoir autoritaire - lire Orwell...). Il ne tolèrera jamais que ces médias apportent de la critique à son égard. Il usera de tous les stratagèmes pour empêcher cela. On l'a vu convaincre d'autres médias "libres" de ne pas diffuser des textes critiquant ses actions sur la zad. Cela se comprend vu sa soif de pouvoir, il est près à tout...
Ils font tous la même chose ces assoiffés de pouvoir, ces futurs dictateurs. Toujours! Depuis des milliers d'année...
Pourtant, regardons bien les choses en face, nous avons un exmple bien concret dans la région: ils ont tout saccagé sur la zad. Ils ont comploté des années durant pour séparer, désunir les gen.te.s, et ça a fini par marcher!!! Normal, c'est toujours plus facile de foutre la merde que de construire! Ce n'est jamais facile de s'organiser en respectant nos différences et il suffit d'un groupe (secrètement) organisé qui magouille dans le dos des Autres pour anihiler les efforts de ces Autres et les désunir, les retourner, les détourner... C'est ce quilles tentent avec ce texte. C'est la même stratégie, toujours la même...
Jamais ils n'assumeront le Grand Ballayage qui a eu lieu sur la zad. Mais il est pourtant principalement du à leur association secrète avec le pouvoir, appelée aussi "négociation", révélée au grand jour quand tout était déjà réglé (illes pensaient encore pouvoir s'en tirer la tête haute et sans trop de casse. On les voit aujourd'hui pleurnicher crier à l'injustice, à l'acharnement d'une justice politique...). Ils et elles ont trahi leurs camarades de lutte, leurs frères et soeurs, au nom d'une soi disante stratégie (en réalité juste la soif de pouvoir et de terres)! Cette vérité ne s'effacera jamais des mémoires. Ils peuvent toujours écrire pour discréditer la liberté d'expression encore et encore, menacer et même PUNIR (remarquez bien, je ne donne pas de noms, ni d'intiales, ni de lieux...). Nous ne les oublieront JAMAIS!
Au final, ces donneurs de leçons ont signé des fifiches sur lesquelles ils s'engagent à dénoncer à la pref toute personne qui s'installerait illégalement sur les terres de l'ex-zad (qu'ils considèrent depuis bien longtemps comme leurs terres)! C'est très grave ça!
Comment, lorsque l'ont signe un tel accord, peut on oser donner des leçons de bonne conduite vis à vis des flics? Comment osent t'illes?
Ces éboueurs de lutte sont des prédateurs et des charognards!
Ils sont plein de fric (et oui, ne l'oublions pas!) et de suffisance qu'illes affichent sur leur site de propagande L.M., où illes embrouillent les personnes avec leurs arguments révolutionnairs en les poussant croire en eux, en leur donnant l'espoir d'un monde meilleur.
Mais au final illes ne veulent qu'une seule chose: DE BONS PETIT.E.S SOLDAT.E.S (de la chair à fusil)!

>  Les mots sont magiques !

je cite : "une incroyable machine de dérèglement des distances (une machine menaçant notamment de réduire en charpie la zone d’autonomie définitive de Notre Dame des Landes)"

"une machine de dérèglement des distances", qu'est-ce que ça veux dire ?

la zone d’"autonomie définitive" de NDDL ? avec les fifiches qu'on a signées avec la préfète et le fonds de dotation qu'on a créé pour défiscaliser les plusieurs millions nécessaires au rachat des terres ?

Les mots sont magiques !

> Hégel dans la boue

C'est beau la dialectique :

Qui lutte contre la prise de pouvoir par celles et ceux qu'on n'a plus besoin de nommer - y compris au sein d'un mouvement qui vise l'approporiation de terres au nom du Commun — est nécessairement un défaitiste.

> Vérité

Au sujet de l'hostilité entre les uns et les autres dans l'ex-Zad, on lit :

"ils se sont lancés dans d'autres tentatives avec d'autres horizons" ; ah, ben voilà ! C'est vraiment dommage qu'on les nomme pas, ces "autres tentatives" et ces "autres horizons".
Pourquoi, c'est difficile à écrire ?... Vraiment dommage !

Parce que le conflit porte en effet sur les "tentatives" et sur les "horizons", et non pas sur les "identités" qui en effet n'existent pas.

> Confirmation

Les commentaires précédents confirment avec un brio exceptionnel tout ce qui est dit dans ce texte. Je dois avouer que trainer sur indy a pour avantage de rigoler un peu sur l'état du milieu militant, d'un égocentrisme victimaire et d'une tristesse sans pareil. Je n'en ferai plus jamais partie pour ma part.

> exemple

" "ils se sont lancés dans d'autres tentatives avec d'autres horizons" ; ah, ben voilà ! C'est vraiment dommage qu'on les nomme pas, ces "autres tentatives" et ces "autres horizons".
Pourquoi, c'est difficile à écrire ?... Vraiment dommage ! "

Un exemple parmis d'autres : entrevoir pour la ZAD un autre avenir que devenir un guetto pour militants radicaux, ça me parait (enfin paraissait à l'époque) être un horizon enivable. à l'inverse, passer une partie de son temps à saboter les clotures et "libérer" les animaux (pour qu'ils se fassent bouffer par des chiens) ou aller foutter le bordel parce que tels paysans ont invité des mélenchonistes sur zone (ce qui est sans doute chiant, mais comme plein de trucs dans la vie), pas sûr que ce soit très "constructif".

> en effet

"un guetto pour militants radicaux" : cette expression relève d'un langage vallsiste, par exemple

> réponse à :: et aux autres victimes...

Salut ::, tu ne feras plus partie de quoi exactement???
Personne ne t'oblige à lire indy, ni à y écrire des textes ou commentaires. Surtout si c'est pour au final applaudir un textes anti-indy et anti-liberté de laisser des commentaires... ça n'a pas de sens. Pauvre cerveau bien lavé que le tien!
Même chose pour le texte appellos ci-dessus. Ce texte dénonce la liberté d'expression du site qui lui laisse la liberté d'expression (même pour lui cracher dessus)... Avouons que c'est fort de café ça!!!
Pauvres imbéciles que ces moutons élevés à l'imaginaire des invisibles, à l'imaginaire d'un parti autoritaire et cernassier!
Illes sont berné.e.s et radotent leur soumission ici et là! Comme les vieux communistes qui finissent au FN, ces imbéciles finiront pour partie plus fafs que fafs...!

> Commentaires supprimés

Un commentaire qui légitimait les sequestrations dans des coffres a été supprimé, ainsi qu'un commentaire qui lui répondait en mode "un peu troll".

> @malo cf clotures

regarde "la reconquête" et tu verra qui coupent les clotures...
pour le reste des gens qui passent une partie de leurs temps a coupr les clotures et a liberer les animaux ben y'en avaient vraiment pas temps du tout... verifie donc tes informations!

quand aux alternatives elles sont bien visible dans ce même film (où l'on voit beaucoup des diplomés agricoles, trop?) dire a plusieurs reprise qu'ils ne signeront pas si... pour les voir signéalors que... la minute d'apres.
puis dire combien c'est dure et chiant de se légaliser, de faire aux normes, de vendre...voila leurs alternatives et c'est assez beurk !