Communiqué de l'équipe médic de la ZAD et du collectif de soignants.es mobilisés.es par rapport aux expulsions sur le site de NDDL – 19/04

Mis a jour : le samedi 21 avril 2018 à 10:15

Mot-clefs: aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: ZAD

A la sortie de la rencontre entre la délégation intercomposante et la préfecture, Nicolas Hulot a déclaré lundi “Je veux témoigner de la retenue des gendarmes dans une intervention difficile.” Depuis le début des expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 9 avril dernier, nous (équipe médic et collectif de soignant.e.s mobilisé.e.s) avons comptabilisé 272 personnes blessées dont 10 dans un état grave qu’il a fallu évacuer. Est-ce donc là un signe de retenue ?

Ce bilan est non exhaustif et sous-estimé car nombre de personnes blessées ne sont pas soignées par nos équipes. Néanmoins, nous pouvons souligner une augmentation continue du nombre de blessé.e.s avec une augmentation du nombre d’évacuations nécessaires à la prise en charge de blessures graves :
- hématomes à l’abdomen, au thorax et au visage secondaires à des tirs tendus de flashballs
- atteinte des organnes génitaux externes à la suite de tirs tendus de flash ball
- eclats de grenades au visage, dans les extrémités, au niveau du thorax
- explosions délabrantes au niveau des membres
- troubles neurologiques & auditifs secondaires aux effets de blast des explosions.
- infection sévère suite à des éclats de grenades enfoncés profondément dans le corps nécessitant une extraction chirurgicale et une antibiothérapie (cf photos sur https://zad.nadir.org/spip.php?article5605)

Tout cela sans comptabiliser le nombre colossal de personnes souffrant de stress post-traumatique actuellement ou à venir, compte-tenu de la violence des événements.

Les forces de l’ordre utilisent leurs armements de façon potentiellement létale avec :
- des tirs tendus de flahballs ou de grenades au niveau du tronc ou de la tête
- des grenades de désencerclement lancées par dessus des haies sans visibilité ou bien directement au milieu de la foule. Certaines de ces grenades sont ainsi tombées dans les capuches ou les sacs à dos des personnes présentes. La survie de ces personnes est liée à la présence d’esprit et au courage des témoins qui les ont otées. La gendarmerie affirme utiliser des armes non létales. Néanmoins, 4 gendarmes (dont 2 on été transférés en service de réanimation) on étés hospitalisés suite à l’explosion d’une de leurs propres grenades.

De plus, les postes de secours medic ont du se déplacer a plusieurs reprises. Pour cause : ils etaient soit noyés dans le gaz lacrymogène, soit dans un endroit où l’intervention de la gendarmerie était imminent. Nous soulignons que cette dernière était au courant des emplacements de ces postes médicaux et a ainsi mis en difficulté la prise en charge des personnes bléssés. L’évacuation d’une personne blessée a été entravée par les gardes mobiles, qui, après avoir autorisé le passage de l’ambulance, l’ont a nouveau bloquée avec 2 véhicules blindés. Après avoir trouvé refuge chez des habitant.e.s choqué.e.s par cette situation, il a fallu attendre plus de 30 minutes l’arrivée des pompiers.

L’usage des armes n’est donc pas défensif mais bien offensif : des foules ne présentant aucune menace et/ou étant en train de se disperser on été visées a plusieurs reprise (notamment dimanche). Des pluies de grenade on était larguées systématiquement sur les chemins de replis, rendant la fuite dangereuse et parfois même irréalisable.

C’est pour toutes ces raisons qu’un collectif a décidé, le mercredi 18 avril 2018, de saisir le defenseur des droits, Mr Jacques TOUBON, par rapport aux violences policières sur la Zad.

Aujourd’hui , nous sommes temoins des mutilations & nous aurions d’ors et déjà pues être confrontés a des morts. Cet usage démesuré de la force de l’État n’est rien d’autre que l’instrument de la terreur qu’il tente d’injecter au sein de notre lutte, et dans bien d’autres espaces d’organisation. L’État met toute les conditions en place pour qu’un mort soit déploré sur la Zad lors d’une opération d’expulsion ou de maintient de l’ordre, ce qui s’apparenterait a un assassinat commandité. Serais-ce la porte de sortie choisie par l’Etat pour se dépétrer de l’enlisement qu’il a lui-même créé ? A partir du 23 avril, le gouvernement français serait-il prêt à tuer des individus pour combattre une forme d’organisation collective ?

Nous affirmons toute notre solidarité aux victimes des violences policières et de la répression d’Etat.

Link_go https://zad.nadir.org/spip.php?article5633

Commentaire(s)

> Blessures causées par les armes de la police

En photos par là : https://zad.nadir.org/spip.php?article5605

Multiples impacts suite à l’explosion d’une grenade de désencerclement

Cartographie réalisée avec une personne blessée de toutes les lésions constatées sur son corps

Hématome dans le cou suite à un tir tendu de flashball ou de grenade lacrymogène

eclat de grenade dans le lob de l’oreille

Blessure au visage

Jambes criblées d’éclats de grenade

...

> gendarmerie VS médics

Si le poids médiatique de ce genre de compte-rendu était aussi important que celui des blessés bleus, il m'est d'avis que le mouvement révolutionnaire aurait beaucoup à gagner. Soit les armes des flics seraient beaucoup plus critiquées parmi les citoyen-ne-s qui suivent de très loin les conflits sociaux sans s'y engager, et que par là leur soutien serait plus franc. Soit l'emploi de la force en direction des flics serait beaucoup plus soutenu par la population, dans une logique de légitime défense qui est majoritairement partagée dans la culture occidentale.