Milice sur la Z.A.D

Mis a jour : le mercredi 21 mars 2018 à 13:21

Mot-clefs: Resistances
Lieux: d281 fâché grée la lama ZAD

Suite aux différentes agressions et "coup de pression"

La violence physique a été utilisé plusieurs fois par des milices sur la Z.A.D

Sur toute la Z.A.D ?

Ciblée sur une partie des occupant-e-s groupée à l'Est et au centre-Est, celle ci (cette violence physique) est elle le produit de fascistes ?

De notre point de vue, oui. L'autoritarisme moraliste des différents groupes impliqués conduit à la formation d'une police/justice parallèle inacceptable et qui doit crever.

Est ce que la réunion "tendue" à la wardine d'hier soir (ma 20 mars 2018)  à pris la juste mesure des choses ? non

Nous n'acceptons pas et n'acceptererons plus aucune agression ou expédition punitive à caractère classiste.

"Classiste" ? kesako ?

Comme les comportements sexistes ou racistes, les comportements classistes rendent les espaces "non-safe" (pour reprendre certains vocabulaires que des autoritaires peuvent comprendre).

Les insultes "shlags", "prolo", "lumpen", "sdf", "cassos", "peons", "toxs", "sdf", "pauvres" sont innacceptables et seront combattues.

Marre d'être la composante invisibilisée et méprisée d'un "mouvement" qui ne s'interroge pas sur ses fondements bourgeois.

Quelle zone sera décrétée en non-mixité de classe sociale lorsque tou-te-s les bourgeois de la zone se pensent pauvres et le surjouent ?

Commentaire(s)

> exclusion du commando

Hier soir à l'AG du mouvement y'a eu une demande d'exclure de la zone les personnes qui ont lachement participé à cette expédition.

L'autoritarisme n'a rien à faire sur la zad. Ces comportements sont inacceptables. Dégagez !!!

> Texte lu à l'ag du mouvement hier 20 mars

Ce matin 20 mars à l’aube, la Gaité, un des lieux de l’Est de la zad, a été attaqué. Ses occupants ont été gazés, frappés, et l’un d’eux a été emmené, les mains liés, mis de force dans le coffre d’une voiture qui est partie aussitôt.

Nous sommes restés sans nouvelles de lui toute la journée. Un certain nombre d’occupant.es réunies à La Masacrée ont passées la journée à le rechercher (coups de fil aux avocats, aux commissariats, aux hôpitaux, patrouilles en voiture sur les routes avoisinantes), pour finalement retrouver sa trace aux urgences du CHU, un bras et une jambe cassées.

Nous ne savons pas pour le moment qui a commis cette agression rappelant fortement une milice fasciste. Mais compte tenu des cas précédents de personnes frappées et emmenées de force hors de la zad, ainsi que des menaces et attaques personnelles proférées par des occupant.es à l’encontre de la personne qui a été enlevée, nous ne pouvons pas NE PAS penser que cette agression peut venir de l’intérieur de la zad.

Nous appelons tou.tes les occupant.es et les personnes solidaires à
1) exprimer leur désaccord face à cette agression dégueulasse
2) être plus vigilant.es que jamais, veiller les unes sur les autres, à rester en lien avec les lieux et les personnes isolées.
Nous nous tenons prêts à réagir par tous les moyens nécessaires.

Enfin, nous réaffirmons notre opposition à toutes les formes de police, avec ou sans uniforme, officielle ou officieuse.

Ni oubli, ni pardon

Des occupant.es réunies à La Masacrée le 20 mars à la tombée de la nuit.

> contre la bourgeoisie hautaine et méprisante

Si les agressions "classistes" sont exclues, il ne va plus rester personne à st jean du tertre et les gens de la M.G vont être divisé-e-s par deux ou trois ...

> classicisme

En effet, personne ne peut nier qu'il y ait une domination classiste sur la zad. Je rejoins les auteur-e-s du texte sur les mots employés qui n'ont rien à y faire. J'irai plus loin. C'est bien le classisme qui oriente le mouvement dans une certaine direction car leurs petits privilèges coincident avec l'ETat bourgeois. S'engager dans le légalisme implique la volonté (consciente ou inconsciente) de se conformer à des règles que toutes et tous ne peuvent pas se permettre car elles supposent des engagements financiers que certain-e-s trouveront grâce à leur réseau familial, amical ou relationnel. D'autres ne peuvent entrer dans ce jeu là car ils savent très bien qu'ils ne pourront en assumer. Lorsque l'Etat parle d'expulsions ciblé-e-s, nous savons bien que c'est aux plus précaires qu'ils s'attaqueront car c'est bien cette classe sociale qui avant la ZAD et après la ZAD est la cible première de la répression. Alors les petites têtes blondes, brunes, toujours propres sur elles ne peuvent le comprendre et savent très bien que l'Etat ne les visera pas en premier. Je poursuivrai de la manière suivante : enfant d'ouvrier, déplacé en France dans la politique néocoloniale post-indépendance, je fais partie de cette classe sociale la plus précarisée, la plus méprisée et cible première de la répression policière. Au passage, spéciale joke à celles et ceux qui m'ont baché à la première assemblée, me reprochant de ne pas être dans la lutte depuis longtemps. A mon avis, plus que vous, au moins depuis le premier contrôle d'identité, les bras contre les murs construits par mes partents à me faire insulter par des policiers blancs r acistes. Plus on est opprimé, moins on a envie de s'organiser avec l'Etat. C'est bien les privilèges des légalistes qui les fait collaborer avec notre ennemi, l'Etat. Et c'est bien nos oppressions qui nous fait combattre l'Etat pour nous libérer. En attendant l'appel de la classe populaire à s'organiser à la ZAD contre les privilégiés collaborateurs de l'oppression raciale et sociale, restons vigilants et solidaires à celles et ceux qui sont prêts à nous vendre pour nos privilèges.

> Un problème de classe ?

Qui ose parler de rapports de classe ici ? On parle d'un type blanc hétéro issu de la classe moyenne et éduqué qui s'en prend violemment aux femmes et manipule les plus faibles. Moi je suis née dans la rue et les types comme ça je les éclate, On appelle cela l'autodéfense !

> autodéfense bis

Même si le moyen est critiquable, ce type n'avait pas sa place et était un agresseur. Les précédents (ce n'est pas le premier à être aussi abruti)... aussi.

> tactique douanière des laches agresseurs, se dédouaner en attaquant -

pourquoi d'autres "zomblancdeclassemoyenneéduqué" (même des meufs) ont été aussi accusé de violences sexuelles mais par le jeu de leur appartenance et de leur alliance n'ont rien eu ?

*

Quid des agressions et insultes classistes ?

Les flics qui patrouillent et occupent une partie de la zad (dans l'indifférence ou avec l'approbation d'autres composantes du soit disant "mouvement") sont aussi des personnes "non-blanches" issu-e-s de l'immigration post-coloniale...

Le sujet lié aux discriminations classistes a décidément du mal à être consciencisé / conscientisé. Hasard ? On ne le pense pas.

> Quand les connards tente de laver le sang d une de leur oppressésion sur les cheveux d une autre

Demande a la femme avec qui il vivait ce qu elle pense de la situation.
Des pratiques autoritaires des pourrisseur de lutte.
Ah bah elle est plus sur zone et tu sais pourquoi elle est partie ?
Pas a cause d un keum dont elle aurait juste eu a dire virer le ou péter lui la gueule a certaines potes,si la capacité de le faire elle même lui avait manqué.
Non elle est partie peu après le démontage de lama et le tombage de masque autoritaire déprimé ,comme des dizaines de collègues à travers les années, par la connerie des autoritaires.

> -

voici que l'accusation qui se porte sur 1 personne cherche à masquer le reste ...

la personnification, la naturalisation et l'essentialisation pour éviter la politique

> autodéfense ter

Juste pour remettre quelques trucs dans leurs contextes respectifs :

- il y a eu plusieurs discussions entre meufs autour de cette personne, parce qu'il a faire subir des violences sexistes à répétition

- ça lui a été notifié plusieurs fois, il a toujours nié, ne s'est jamais remis en question, n'a jamais voulu entendre les paroles qui lui ont été portées.

Moi, mon opinion perso, c'est que c'est un connard, et qu'il va joliment pouvoir se servir de tout ça pour se faire passer LUI pour la victime.

La suite de mon avis, c'est que les personnes qui ont fait ça sont de gros débiles assoifés de pouvoir revanchard sur les personnes qu'ils identifient comme "briseurs d'avenir". Ils font des amalgames de merde et agissent sans capter la moitié des enjeux (et pas le quart des répercussions), sans doute dans une espèce d'idée saugrenue de "sauver la zad", alors qu'ils s'en font les fossoyeurs clairs et nets. C'est sûr que c'est pas à coups de milice qu'on va (re)créer de l'unité sur zone.
Ça me semble aussi particulièrement débile si on réfléchit en terme de "réponse graduée" dans des cas de faits reprochables à une personne. Y a des personnes ici qui font des choses autrement plus graves et qui - soit parce qu'elles sont protégées par certains lieux/groupes, soit par manque de réaction(s) collective - continuent leur petit manège oppressif sous le nez de tout le monde. Ces personnes-là, bizarrement, finissent pas trop dans des coffres. Mais de toute évidence, les personnes qui ont fait cette "action" sont complètement lâches... et incapables d'avoir un sens des priorités cohérent.

Pour finir sur mon avis tout personnel, je pense que ça aurait fait vachement de sens d'aller lui casser la gueule correctement entre meufs, pour ce qui concerne ses comportements de manipualteur abject.
Lui faire ça, c'était foireux, viriliste, et c'était lui donner d'autant plus de pouvoir dans sa connerie.

Du coup merci hein. Comme d'hab c'est pas les gens qu'on fait ça qui vont payer les pots cassés et nettoyer la merde que ça éclabousse de partout... (et puis de toute façon c'est peu probable que ces personnes lisent indy)

> anticlassisme antiracisme

Je n'ai pas compris pourquoi on insère dans les commentaires que des flics qui patrouillent sont aussi issu de l'immigration post-coloniale. A la vérité, je n'en ai pas encore vu et au fond, cela n'enlève pas le fond de ma critique antiraciste et anticlassiste envers le mouvement de la zad de la meme façon que des camarades subissant l'oppression sexiste et hétérosexiste ont le droit de critiquer des comportements au sein des mouvements, bien que des femmes font partie de la police et de la gendarmere. bien entendu qu'il y a des opprimé-e-s qui font partie de l'Etat et qui annihile l'oppression qu'ils subissent pour oppresser encore plus. Mais, par contre, il y a bien une domination blanche et classiste dans ce mouvement, comme dans d'autres, et je me garde le droit de critiquer cette domination. Alors, les petites blancs de classe moyenne qui ne supportent pas leurs privilèges, arrêtez de noyer le poisson une fois de plus. Vous êtes bien les gens qui dominent, donnent des leçons de morale, et nous balançent des discours paternalistes, du genre on fait ça pour protéger tout le monde, pour justifier votre collaboration avec l'Etat qui nous déteste et que nous détestons. Personnellement, je suis fatigué par vos discours déviants ou victimaires, de me parler de menaces, comme le fait l'Etat, et qui se permet d'agresser un de nos frères en pleine assemblée, ou rire lorsqu'il s'exprime parce qu'il ne rentre pas dans vos petites cases ou vos codes sociaux. Que penserez-vous si nous nous en prenions physiquement à chaque fois que l'on nous empêche de parler, ou que l'on nous coupe la parole.
Allez, vive la classe populaire consciente qu'il n'y pas de compromis avec son colonisateur et à bas les privilégiés racistes, classistes, paternalistes qui croient avoir raison en vendant l'esprit de la révolution pour des miettes de terres.

> .

En gros, si je comprends bien, y a un texte qui a été pondu sur Indy parce qu'un sale type qui manipule et oppresse s'est fait péter un bras et une jambe ?
Est-ce que vous avez conscience du nombre de salopards qui pourrissent la vie de tas de femmes (ou d'hommes) pendant des décennies, parce que personne ne veut jamais se mouiller ?
Peut-être que péter un bras et une jambe et balancer la personne dans le coffre d'une bagnole c'est un peu fort, mais franchement, il serait temps qu'on arrête de sous-estimer les dégats énormes que peut avoir la violence psychologique sur les personnes qui se la prennent dans la gueule ... ça vaut largement quelques fractures, et j'aimerais tellement que ça se passe ailleurs qu'à la ZAD, et que les salopards prennent conscience qu'ils ont intérêt à arrêter leur sale petit manège pervers.

Pour avoir failli en crever à cause d'un sale type qui détruit méthodiquement les gens psychologiquement et contre qui personne ne lève le petit doigts, et dont la parole a plus de crédit que celles qu'il maltraite, je ne peux qu'être contente de voir qu'il y a des réactions autres que de détourner le regard et ignorer ce problème grave.

Si ça pouvait être contagieux cette façon de régler ce problème ! Parce que ces gens ne renonceront jamais à faire du mal aux autres, c'est leur moteur dans la vie, ils se sentent puissants quand ils humilient, quand ils voient l'emprise qu'ils ont sur les autres, quand ils voient comment c'est facile de détruire une vie.

> et non

Ça aurait pu être pour ça mais non, c'est parce qu'il n'a pas la même vision que d'autres des négociations avec l'Etat et de comment sont gérés les travaux sur la D281 avec l'occupation militaire.

> Beurk

Je ne connais pas ce type.
De ce qu'il se raconte, il semble être un beau connard (qui aurait sûrement vallut se faire péter la gueule par des copines !).
Mais j'ai bien vu (voire subit) sur zone des gars avoir des comportements très craignoss mais s'en sortant très, très bien grâce à un bon bagout... Que je considère beaucoup plus facile pour... Les classes moyennes ! "Propres sur eux" comme il a été écrit. Je vois bien.
Cette histoire en soit une raison ou pas, il existe bien en ce moment une bataille de classe.
Faudrait-il aider (insidueusement !) l'État à virer des personnes qui se sont battues, se battent sur la zad ?
Beurkkkk

> de l'expédition punitive en milieu rural. ou pas.

attention c'est un peu longuet.

tout ça me donne envie de parler de ce mode d'action qu'on a, quand c'est pratiqué par des "camarades" (au sens très large), un peu trop tendance à prendre comme un mal nécéssaire ou comme un acte de gloire.

Je parle pas de la réaction d'une personne ou d'un groupe face à un comportement abusif, qui a pour but immédiat de faire cesser le-dit comportement (des fois la (menace de) violence peut permettre une desescalade, des fois ça empire bien la situation en mode course à l'armement).

Je parle pas non plus de la réponse/riposte émotionnelle d'une personne victime d'une agression, face à l'auteur de l'agression - même longtemps après (pour une personne traumatisée, l'action n'est pas encore terminée après des années, par exemple).

non, je parle de ces histoire de cassage de gueule qu'on se rappelle pas souvent, qu'on déplore très rarement, mais dont on cause beaucoup depuis hier dans les commentaires d'indymedia. soit pour dénoncer ce dernier cassage de gueule, qui ne se serait pas fait pour les bonnes raisons, ou pas effectué par les bonnes personnes, ou au bon moment.

ça semble d'ailleurs un état de fait pour pas mal de monde : y a des gens qui mériteraient de se faire casser la gueule par d'autres. Pourtant, dans le milieu, on l'aime pas la justice. c'est mal. même dans "police partout justice nulle part" elle fait tiquer. mais c'est normal, en fait, la Justice c'est de la merde. y a une énorme différence entre avoir envie de casser la gueule à quelqu'un et juger qu'il "mérite de se faire casser la gueule. d'un coté on est un être humain avec des ressentis et des émotions, et de l'autre un connard de juge. y a la même difference, à mon sens, entre avoir envie de casser la gueule à quelqu'un et le faire. d'un côté on est un être humain avec des ressentis et des émotions et de l'autre on est un connard de flic.

bref tout ça pour dire que ces commentaires ont pour moi un sale relent d'apprentis juges. fin de ma digression.

pour résumer mon propos à l'avance, une expédition punitive, et peu importe sa justification primaire :

1. ne résoud rien
2. casse psychologiquement tous les acteurs
3. installe ou renforce les gros bras spécialistes du coup de force dans leur rôle de milice

les expéditions punitives, c'est pas la gloire de l'action directe, et c'est jamais la personne qui se retrouve dans le coffre de la bagnole qui l'a "bien cherché". Même s'il se baladait avec un panneau "cassez moi la gueule SVP". évidement que le commando a toujours une bonne raison : tel type était juif, noir ou arabe, telle meuf a pas répondu quand on l'a sifflée, tel dictateur a torturé des centaines de milliers de gens, telle meuf a baisé avec un boche, tel ouvrier est un syndicaliste qui fout le bordel à l'usine, tel autre est un jaune qui balance les copains au patron, elle c'est une DRH, lui c'est une pute, y en a des tas de bonnes raisons, et même certaines qu'on pourrait croire justifiées... alors le problème, je trouve qu'il est là : si les bonnes raisons dépendent de l'opinion générale de la population dont est issu le commando, le procédé, lui, est exactement le même chez les mercenaires du XIIème siècle, chez les mafieux de sicile en 1905, chez leurs enfants à chicago 30 ans plus tard, en espagne en 36 des deux cotés de la barricade, a paris en 41, à paris en 44, chez tous les groupes de fafs en vadrouille comme dans tous les cassage de gueule prémédités de la zad.

les raisons pour lesquelles un commando qu'il fait ce qu'il fait, on s'en branle, concrètement. même entortillé dans un communiqué justificatif, ça reste un acte punitif, qui a pour but l'humiliation de la personne visée. Alors on la ramène des fois sur le fait que c'est aussi le but d'un viol, et du coup, péter la gueule d'un violeur a plusieurs, tout ça, ça lui apprendrait la vie.

Quelle personne humiliée peut dire qu'elle a appris quelque chose de positif ? peter la gueule à quelqu'un, c'est, volontairement, ne lui laisser aucun choix, le coincer, l'empêcher de réagir ou de fuir et lui faire mal physiquement ou moralement. c'est lui dire "tu n'as pas de libre arbitre, tu n'est qu'un étron humain et on peut faire de toi ce qu'on veut, et là, ce qu'on veut, c'est te faire mal". je parle bien de cassage de gueule, pas d'un coup de poing qui part dans un moment chaud. donc pour apprendre l'humanité à quelqu'un tu lui fait comprendre que pour toi il ne fait pas partie de l'humanité ?

l'autre argument habituel dans ce genre de cas c'est "on l'a fait flipper, maintenant il a peur, il se tiendra à carreau". alors celui là est l'argument le plus basique de n'importe quel prefet porté sur la matraque, qui veut "frapper fort" contre un mouvement social. vous trouvez que ça marche, vous ? et ça vous fait pas chier de penser comme un prefet ?

dans le même genre y a aussi le "dégage d'ici t'es pas le bienvenu, si on revoit ta face tu fini dans la loire". si il y a vraiment un danger à ce que la personne reste "ici", où un tas de gens peuvent parler de pourquoi et limiter les dégats, où certains sont même assez déterminés pour monter un commando gros bras, que va t-il se passer quand cette horrible personne aura disparu de la circulation "ici" et prendra ses vacances, disons, "là-bas", chez des gens moins organisés, moins déterminés, moins nombreux ou juste pas au courant ?

on a vu vite fait le pourquoi de l'expedition punitive, maintenant on peut regarder les conséquences en vrac.

pour le suplicié d'abord :

- il a mal
- il va mal
- il n'a probablement pas compris pourquoi il "méritait" ça
- si la justification est consensuelle, il est peut-être isolé
- il est méfiant et se demande sans arret qui est de "son côté" ou pas, donc il est moins honnête
- ses relations avec tous les autres humains en sont remises en cause
- il est en stress, donc dans une position plus propice faire de la merde, ce qui peut résulter en une nouvelle punition
- le traumatisme, quoi

je sais pas pourquoi je trouve que ça ressemble au portrait de n'importe quel taulard (peut-etre pas pour certains estampillés héros et martyr de la lutte, encore une histoire de classe ?) ou victime d'agression, que ce soit un viol ou l'humiliation quotidienne du stagiaire du bureau.

pour les bourreaux, c'est (un peu) plus classe :

si les bourreaux ont pu souder leur groupe face a un ennemi commun,

- il y a la joie et la fierté du travail accompli
- l'auto justification perpétuelle, dans la tête de chacun ("il fallait le faire, on a bien fait, on avait pas le choix, heureusement qu'on est là, sans nous pour prendre des risques, la lutte est morte") qui peuvent mener à un deuxième épisode du même type et à
- la spécialisation des membres du commando, (c'est plus facile de blesser quelqu'un physiquement quand on l'a déja fait avant, par exemple)
- un sentiment de puissance dû au fait de faire partie de ceux qui savent "passer à l'action", qui n'ont "pas peur de faire couler le sang", bref qui sont pas des tapettes quoi, et dont résulte
- un complexe d'avant-garde éclairée, l'élitisme de celui qui sait tellement mieux ce qui est bon pour les autres qu'il va quand même pas perdre de temps à demander l'avis des gens avant de taper, non ?

si la vie n'est pas rose après l'expédition :

- la gerbe, littéralement, à chaque fois au tu pense à ce que t'as fait, que tu vois les gens concernés de près ou de loin
- le regret des fois, mais, bien caché derrière l'autojustification
- la pression sociale et les chantages affectifs entre les membres pour garder dans le rang ceux qui craquent
- l'isolation par rapport à ceux "qui n'étaient pas là",
- des relations interpersonnelles allourdies, soit par le secret, soit par la somme d'implications qui va avec le fait de participer volontairement à une expedition punitive
- le traumatisme, quoi

du coup les membres du commando sont soit dans le même état d'esprit que des flics-cowboy-vigilantes qu'on a vraiment pas envie d'aimer, soit dans celui du bidasse qui en a trop vu, et qui questionne son existence de bidasse (mais le bidasse a au moins pour lui l'excuse de la hierarchie, justement là pour lui épargner les états d'âme).

cautionner, même un petit peu, un petage de gueule, c'est cautionner l'idée qu'il n'est pas possible de vivre dans le même monde que des gens qui dévient de la pensée générale. comme un monde y en a qu'un seul, à terme, c'est construire des taule pour les déviants. qu'ils soient fachos, violeurs, agressifs ou juste casseurs de bitume.

je trouve ça complètement fou d'entendre parler de justice restaurative à la télé alors que sur indymedia, on en est encore à décider de qui mérite une punition...

et avant que tu me traite de bisounours, j'ai plutot l'impression que les bisounours qui se font des films sur la vie entre les humains, c'est ces partisans de la justice de merde, de la justice en bande organisée, qui pensent que n'importe quel déviance comportementale peut se régler à coup de ceinturon ou une balade dans le coffre d'une bagnole.

> À propos de violences sexuelles et d’exclusions

Un petit texte écrit outre-atlantique qui peut peut-être éclairer les situations de violences sexuelles et d'exclusions :

" À propos de violences sexuelles et d’exclusions" :

http://exanarsaigries.tumblr.com/post/145025793201/brochurehtml

> Front unitaire klimatique

C est magnifique comment dans un millieu cesément critique et au fait de la zététique
https://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A9t%C3%A9tique
il est supr simple de faire passer un cassage de gueule pour motif politique et qui crée un précédent plus que dangeureux sur comment on régle nos probléme entre gens censément regroupé sous le baniére antifa rouge rouge/noir noir ( et pis violete verte tant qu a faire) bref entre gens censé se voir comme des camarades.
Une action éxécuté de facons probable par des virriliste dominateur ayant au cul un certain nombre d agression/menace dont des sexiste/classiste/spéciste a répétition/sans considération pour le vivant,puisse etre défendu comme parangon de l anti domination ,y a comme une grosse envie de pas prendre parti sans comprendre que c est pas un individu qui a été attaqué mais un membre d un ensemble social ciblé pour ses prise de positions ;
le climat de peur que ca crée ne rassure pas franchement les meuf/toute autre prsonne ayant a combattre au quotidien des iste(les autres non plus hein), en fait je vais brosser un autre tableau,
Un pote qu a fait de la merde das une relation de couple(déjà en soi plutot de la merde comme truc) mais qu est franchement pas agressif phisiquementgenre pas le type qu est un danger quand tu te balade ou dans une soirée breff un type que d autre pote féministe arrive a cotoyer tout en le trouvant chiant.
bon ce type se dit tiens pétons la route, un truc que vachement beaucoup de gens ont envie de faire
10 personnes se mettent a piocher.
2 jours plus tard un des individu faisant parti de l action se fait démonter la gueule et choppe des semaines d invaliditée (je te laisse imaginer comment tu fais quand tu vis dans la foret et que t est en chaise)
sachant que tout en trovant le moment pas super stylée grand nombre de gens sont solidaire de l acte un peu comme le type qui crame un camion de flic au pas meilleur moment dans une manif/mouvment social.
Bref si tu comprends pas que ce qu il fait dans sa vie social est franchement peu intéréssant dans le moment je vois pas comment meiux te l expliquer qu en te disant que des gentes se sont mis a se ballader plus armée qu avant a augmenter leur niveau de sécurisation de leurs espace et déplacemnt.
c est plutot sur ces conséquence que savoir qui était un type que 99° des gens ne verront/conaisse/conaitront jamais.

> @ shrek en bois

Je suis d'accord sur pas mal de choses que tu dis "shrek en bois", mais ça ne résoud pas le problème de savoir quoi faire dans une situation où si c'est pas l'agresseur qui se fait dégager c'est sa victime qui finira par partir d'elle-même pour se protéger, et se retrouvera seule pour se reconstruire, et aura le sentiment d'avoir été lâchée et d'avoir fait gagner l'agresseur en fuyant.

La "justice" du milieu n'est certainement pas la solution, d'autant qu'il faut quand même dire qu'il y a des "procureures en chef" qui depuis des années colportent des fausses accusations au sujet de tout un tas de gens aux quatres coins de France, uniquement pour se donner un pouvoir de justicières (faut bien se trouver un rôle pour exister quand on n'a rien d'autre), et que ces crapuleries rendent encore plus compliqué une réflexion sur ce genre de choses graves qui n'ont pas besoin d'être polluées par des mensonges et des manipulations.

Oui, se faire justice n'est vraiment pas ce qu'on devrait défendre ! Moi je préfère largement l'idée de "vengeance soutenue", de demander à une personne traumatisées si elle veut se venger, et lui proposer de l'aider dans ça ...
Faire à la place de la personne c'est paternaliste, autoritaire, et ce n'est pas de la vengeance, mais se donner le pouvoir d'exercer une justice.

J'espère vraiment que les différentes personnes/groupes sur la ZAD seront capables de dialoguer et faire redescendre la tension, parce que ça peut salement dégénérer ce genre d'histoire (cf Rue des Cascades à Paris en 1982, visiblement avec le même genre de personnages).

> @.

J'hallucine de lire des conneries pareilles sur la vengeance !
Si on n'applique plus la loi du Thalion c'est pour une RAISON (niveau philosophique de primaire, attention). Bah oui, parceque quand t'as subit une agression et que tu vas te venger, qu'est-ce qui se passe si ta réponse est démesurée par rapport à l'agression faite ? (Par ex, péter deux membres pour avoir enlevé du bitume) Qu'est-ce qui se passe si tu te venge contre la mauvaise personne ? Qu'est-ce qui se passe pour les gens qui subissent indirectement la vengeance ? Tout le monde veux se venger de tout le monde jusqu'à ce qu'il y ait des morts sans qu'on se souvienne au fait, pourquoi on les a tué-e-s au fait.
Je suis sur le cul d'entendre ICI une éloge de la vengeance ! À croire que, finalement, le fachisme peut être moral !

> .

Et donc ? Tu proposes quoi si la vengeance va à l'encontre de ta morale ?
Et qu'est-ce qui, d'après toi, peut aider une personne à arriver à reprendre confiance, à sortir de son statut de victime, si ce n'est le fait de se confronter à son agresseur et se rendre compte qu'il n'est pas la personne super puissante qu'il prétend être ?
Je préfère cent fois la vengeance au fait d'aller porter plainte, ou de ne rien faire du tout, en laissant la personne continuer de détruire d'autres gens, et en laissant dans la tête de l'agressée l'idée que son calvaire n'est pas forcément fini.

Ta morale elle efface toute empathie.
Et refuser la "loi du talion" c'est d'une certaine façon abandonner ce genre de problèmes dans les mains de l'État.

> p

T essaye vraiment de convaincre les gens que ce qu y est arrivé a le moindre lien avec ce qui s est passé avec la collégue?
parceque elle aurait du mal a cautioner ce procédé(séquestration? et tortur)sur le collégue mis au frais

mais qu elle peut etre d accord pour le faire subir au autoritaire qui détruisent la consistance de la lutte et salissent son image ,rendent agressif depressif des dizaine d individu sur zone?
Et qu elle ne souhaite a aucun moment que des probléme dans le clan anti autoritaire soit saisi et traiter par le systéme de justicice appelliste?

Ou tu disserte sur comment traiter les crime dans notre millieu?
la je dirais chacun fait bien ce qu il veut pour défendre son intégrité y compris avant une oppression,
vengeance soutenu dans le cas ou la personne est effondré ou confronté a plus puissant,
pas juste plus de force physique ou de technique de combat mais aussi de position social ou psychologique.
Je crois pas avoir de probléme a ce que les gens s entretue pour des raisons émotive ou juste d égo tant que celleux qui le font sont en accord avec cette vision du monde ou se faire souffrir physiquement pour des paroles actes
individuel
au niveau collectif regler des comptes pour des actes stratégiques divergents
je vois que c est un monde vraiment hard que ca ouvre ou quand tu te fais attaquer ton physique lieu de vie tu sais pas si cc est un vacho un facho la popo ou des appelo
j aurrais tendance a pas trop avoir envie de m organiser avec des gens qui menace de me frapper si je suis pas en accords politique avec eux.

Et aussi a rester bien proche de mes potes et a pas faire d impair sociaux qui puisse porter préjudice a mon réseau de contact susceptible de me défendre ,
et puis a laisser plus d armement léthal autour de moi
Et a créer des alliances avec d autres réseau de défense eux aussi pas trop intéresser pas un fonctionement ou le politique se régle avec des cagoules au sein du milieu.
Et puis a la fin on péte la gueule aux connards-sses de dominant-e-s qui se prennent pour de bons stratéges alors qu ils sont les oppresseurs-euses structurels.

> @.

La vengeance n'entraîne qu'un cercle vicieux de violences. Ça n'a aucun rapport avec la morale, c'est de la logique. La morale c'est ce que toi tu défends derrière tes allégations crypto-fachiste. Mais ça fait toujours plaisir de croiser les trolls d'extrème-droite. Le reste de ton com', j'y répond même pas, c'est de la manipulation. Tu fais comme si il n'y avait pas d'autres alternatives en sous-entendant que suis citoyenniste.

> Les grands mots

C'est quand même drôle ce truc de désigner de catégories permanentes, les appellos, les communo autorisataires,..

C'est ridicule, on sait même pas qui a fait ça et à l'AG les gens qui défendait cet acte n'avais rien à voir avec la MG ou les communistes...

Mais bon c'est devenu le point Godwin des conversations sur Indy !

> Les mots encore les mots, rien que les mots

c'est vrai que les mots : "shlags", "prolo", "lumpen", "sdf", "cassos", "peons", "toxs", "sdf", "pauvres"

sont moins importants ici ?

> A point nommé (roman épistolaire).

et ouais, c'est encore long comme un dimanche sans café, mais j'essaie de rendre ça ludique, t'as vu ?

Cher-re point, j'ai deux trois éléments de réponses pour toi. déjà, si à chaque fois que je dis "victime" y a des guillemets, c'est que ce mot porte largement trop de trucs sur le dos pour être balancé à la légère donc je préfère ne pas l'utiliser pour ma part, et je ne le fait ici que pour te citer.

Pour commencer, tu as tendance à ramener ma critique du cassage de gueule en bande organisée au cas particulier de "cet horrible monstre mangeurs d'enfant qu'il faut bien exclure sinon on fait quoi, hein ?". ça me fatigue, c'est un argument purement affectif, le coup du "à cause de tes idées de hippies y a des *victimes* qui vont se sentir *mal*" c'est juste une autre manière de dire "ferme ta gueule, collabo". Pour moi les monstres universels et irrécupérables n'existent que dans les films, hannibal lecter c'est un mythe. On a ce mensonge dans la tête que des gens feraient des trucs sans raison, mais tout le monde a ses raisons, juste des fois on les comprend pas. j'ai déjà cité cet auteure dans des commentaires ici, mais je le répète, il faut lire les bouquins de Cloé Medhi.

concernant ta peur du problème de l'auto-exclusion des "victimes", je te renvoie à l'excellent texte écrit par des camarades de montreal que je connaissais pas et qui est cité plus haut :

http://exanarsaigries.tumblr.com/post/145025793201/brochurehtml

ton histoire de "vengeance soutenue" me fait franchement flipper. si péter la gueule d'un agresseur au nom d'une personne qu'il a agressé (t'as vu on est pas obligé de dire "victime") est certe paternaliste (ouais moi aussi des fois, par exemple entre les parenthèses précedentes), abandonner ton libre arbitre et donner un blanc seing à son désir de vengeance, c'est lui laisser l'entière responsabilité de la gestion de son agression. c'est elle qui va décider de quoi faire, toi, t'es les petites mains, c'est elle qui va probablement s'en occuper, et en tout cas c'est elle, toute seule, qui vivra le reste de sa vie avec ce truc dans la tête, ce moment où elle a décidé, où elle a pris la responsabilité de se venger.
par exemple, qu'une personne ait des envies de vengeance envers son agresseur, ça me semble completement normal. qu'elle imagine et complote cet acte, ça peut faire partie d'une reconstruction, d'une reprise de pouvoir sur sa vie, tout ça. tant que tu pense à des trucs, ils ne sont pas encore arrivé, tu peux changer d'avis. à partir du moment où, par exemple, elle bute le connard, elle peut plus revenir en arrière. alors certes, peut-être que l'auteur-e d'un meurtre n'en sort pas traumatisé-e à chaque fois, n'y pense pas toutes les trois minutes pour le reste de sa vie, mais franchement, j'en doute...
du coup je pense que dans cette situation, en tant qu'ami, je soutiendrai cette personne en imaginant avec elle les milliers de scénarios possibles pour se débarasser du type, en rigoler ensemble, chercher quel genre de poisson tropical mettrait le plus de temps à le bouffer vivant, faire comme si on était des spetz-trop-naze-super-heroes-capables-de-tout alors qu'en fait, la voiture est en panne et on a la flemme... mais si cette personne est mon amie, j'ai pas envie qu'elle rajoute une experience violente merdique à son experience déjà violente et merdique. si elle va mal au point de penser sérieusement que lui coller un pied de biche en travers du gosier va arranger sa vie, j'ai du gros boulot d'amitié et de remontage de moral en perspective. j'ai pas envie d'aller la voir au parloir ou à la morgue. La vengeance c'est juste un suicide qui fait des taches.

maintenant je voudrais te faire remarquer que dans tes deux commentaires, tu sort un joker anti-subversif aussi vieux que l'oppression : "tu fait que critiquer, mais en fait, qu-est-ce que tu propose, hein ?!"

je suis (du moins, j'ai envie d'être) anarchiste, pas dieu, donc j'ai pas de solution parfaite, désolé. par contre j'ai un avis, t'as vu ? je pointe juste que ce qui est généralement présenté comme LA solution est merdique, voire, à mon sens du moins, encore plus merdique que ne rien faire d'autre que de se demander quoi faire... sans dec.

c'est pas bien malin de construire de la confiance en se confrontant à son agresseur, parce que si la confrontation foire, on détruit le peu qui restait. à mon avis la confiance en soi est liée à la confiance qu'on place dans nos relations. si tu base tout sur une confrontation avec un ennemi commun, tu te fait pas des confident-e-s, tu te fais juste des allié-e-s de circonstance (qui peuvent te vendre pour un lopin de terre 6 ans après...).

c'est pas à toi de préférer, pour quelqu'un d'autre, la vengeance au fait de porter plainte, et y a quand même des trucs à creuser entre les touffes de vengeance, plainte, lynchage et ignorance, non ?

enfin, j'ai pas l'impression que l'empathie puisse être conditionnée. je veux dire que, pour moi, si tu décide d'être dans l'empathie, tu ne choisis pas avec qui tu l'es, tu l'es de fait avec tous les humains. ce que je vois derrière ce mot, c'est un genre de "essayer de se voir à la place de l'autre, de comprendre comment il fonctionne, ce qu'il ressent et pourquoi" parce qu'au fond, on est à peu près basés sur la même machinerie. ce que tu a l'air de nommer empathie, je l'appellerais plutot compassion, un genre de "souffrir avec" mais de plus loin, genre comme un catho qui voit un massacre en syrie à la télé et qui a un bref assombrissement du lobe frontal avant de passer au fromage.

Tiens, une fable sur la confiance, l'empathie et les agresseurs pour finir :

Imagine un monde de ouf, dans les nuages, habité par des peluches roses. des Bisounours on va dire, des peluches d'empathie qui se font des bisous et tout ça. qui se parlent tout le temps aussi, se racontent leurs pires cauchemar, bref se font confiance. pis au milieu d'euxe y a Crapulor qui débarque de son monde inconnu, et, lui, c'est une ordure de la pire espèce. Crapulor, il est du genre à mettre des coups de boule aux gens qui le gonflent, à être méprisant avec tout le monde, à cracher dans la soupe et à faire des bisous aux gens qui sont pas d'acc. Les Bisounours, on l'a dit, se font confiance et se racontent tout, tout le temps, illes connaissent pas le tabou et leurs émotions se lisent sur leurs museaux, du coup le comportement de Crapulor se voit comme un nez humain au milieu d'une tronche de nounours. Alors ils causent plus que de ça... personne n'a pensé à le foutre dehors à coup de pied au cul, ça serait juste coller le problème dans les pattes des Popples, ou de Casimir est ses potes, et comme y a plus le téléphone, rapport à l'antenne relai qui a cramé, on peut pas trop les prévenir du machin... Et là, un truc magique arrive, alors que tout le monde discute et se réconforte, et puis, bon, se fait des bisous, pendant que Crapulor fait caca dans la piscine, y a comme, comme, une émulsion, un brain-storming de QG de campagne, et là, y a des solutions qui sont proposées. plein. des farfelues, des pourries d'avances, des nazes, des cools, des blagues, des qui pourraient marcher, et des incroyablement nouvelles et pourtant tellement évidentes... Et les Bisounours essaient tout ce qui est materiellement réalisable.

Quelques années plus tard, si Crapulor n'a pas réglé tous ses problèmes (il chie toujours dans la piscine par exemple), s'il a pris aussi quelques pains dans les dents en tentant des bisous non désirés au début, il s'est sérieusement calmé. ça fait des mois qu'il participe à ces moments informels ou les bisounours construisent de la confiance en se racontant leurs problèmes de bisous et de chewing gum collés dans les poils. Il comprend les autres de mieux en mieux, les autres le comprennent de mieux en mieux aussi, et d'ailleurs, lui tout seul se comprend mieux. Il a pas pété un cable depuis un bail, il sait que ca peut recommencer, mais il a confiance que si lui ne le voit pas venir, quelqu'un d'autre le verra et l'aidera à désamorcer avant que ça pête.
c'est moins flippant que l'utopie du front unitaire klimatique, non ?

> oups

je voulais parler de l'utopie de facilitation, celle avec les gens qui veulent s'entretuer, rien à voir avec le front unitaire klimatique :)

> Pas surpris .

Ce n'est pas nouveau que sur ZAd des personnes s'arrogent le droit de police et de "justice" ?
C'est n'est pas la première fois qu'un commando d'encagoulés de merde fait une action .Mêmesi c'est sur le pire des salops ça ne colle pas à l'Ethique de l'Utopie ! Par contre ça colle bien avec le fascisme !
Dommange que le gros macho en question ne se soit pas retrouvé face à un groupe , pas un commando , de femmes prêtes à en découdre .
Il ya un paquet de gros macho,sur ZAD et ailleurs ,bien sur , qui devraient de se retrouver face au Féminisme "pratique",concret,vivant
.On pourrait imaginer aussi que les hommes antimachiste OUVRENT leur gueule et agissent...
Qui ne dis mot consent !
https://paris-luttes.info/qui-ne-dit-mot-consent-89

Le féminisme n'a jamais tué personne ,le machisme tue tous les jours(Benoite Groult)

> last try

Faudra dire combien de fois que c est pas les feministe de la zone qu ont fait ca ,confirmé en réu du jeudi ,
que soit c est des flic qu en on rien a carrer du sexisme sit des fachos (sic)
soit nos brave autoritaires locaux qui sont pas franchement féministe (plutot courant viriliste)
en fait pas loin d etre en guerre ouverte avec le groupe assimilée féministe sur zone
So please arreter de montrer notre niveau de connerie collectif d incapacité a analyser une situation,de facon un tant soit peu conséquente
un texte issu de la réu du jeudi va paraitre bientot
pour celleux qui connaisse pas c est a lheure actuelle une réu qui regroupe a peu prés tout le monde sauf les gens susceptible sur zone d avoir commis l agression(sans dire que c est eux hein le cluedo est pas encore fini)

Ah et autant je comprends ta notion de l empathie autant je crois y a des gens pour qui pas démater des gens qui les font souffrir est bien pire que de le faire
a titre perso si je tue massacre pas les gens oppresseur c est juste parceque je vis avec des gens qui pense comme toi sur les théorie bisounours alors pour pas casser leur trip j essaie de control mes actes ,
Pas pour autant que ca me semble le meilleur plan et que tous les autres sont trop teubé,
je pense qu ils faut savoir faire les deux et plus encore
l amour et la tendresse demande une quantité d énérgie incroyable on l a pas toujours c est domage parceque ca suffit la plupart du temps
et je refuse de me farie marcher sur la gueule a répétition par des humaines
oui au millice mais pour niquer les fachos les procureurs et les banquier plus qqautre

> Halte au fascisme ici ou ailleurs

Qui a dit que c'était des féministes de la zone ou pas d'ailleurs ?

Merci d'être la/le plus compréhensible possible ,juste comme ça ,au passage ,histoire de se faire comprendre .

> vive les mutu

Jaunet / indymedia, meme contenu, meme combat.

http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-comme-un-air-d-ok-corral-sur-la-zad-24-03-2018-266274

y en a un aussi dans ouest france mais je vous laisse le trouver.

merci à tou.tes pour ce formidable travail d'informations pour la presse et la police depuis 2 mois.

;)

acab

> -

Ceux qui agissent comme des flics reprochent aux autres d'agir comme des journalistes

> 1844 - > 1312 !

Tout ce qui est sacré est un lien, une chaîne. Tout ce qui est sacré est et doit être dénaturé par les chicaneurs ; c'est pourquoi notre époque a tant de gens de cette sorte dans toutes les sphères. Ils préparent la banqueroute du droit, l'arbitraire.

Pauvres Athéniens qu’on accuse d’ergoterie et de sophistique, pauvre Alcibiade qu’on accuse d’intrigue ! Ce fut précisément le meilleur de vous-mêmes, votre premier pas vers la liberté. Vos Eschyle, Hérodote, etc. voulaient seulement faire de vous un peuple libre ; vous seuls avez eu quelque pressentiment de votre liberté.

Un peuple réprime ceux qui veulent s’élever au-dessus de sa majesté, par l’ostracisme contre les citoyens supérieurs, par l’inquisition contre les hérétiques de l’Église, par l’inquisition contre les criminels de haute trahison dans l’État, etc.

> Position de la réu des zab du jeudi 22 mars

La réu des habitant-e-s considère que le niveau de violence des actes commis sur une personne cette semaine est inadmissible, choquant, et dépasse clairement les limites collectives de la ZAD.

Nous ne savons pas l’heure actuelle si ça vient “de l’intérieur” ou de fachos, barbouses ou autres flics. Dans tous les cas, ces personnes ne pourraient pas rester sur la ZAD impunément.

Des occupant-e-s, le 22 mars 2018.

> A propos d’une expédition punitive par des amis de l’ordre sur la ZAD

Vivre le pouvoir, répandre les barbouzeries : Ceci est un programme https://www.non-fides.fr/?Vivre-le-pouvoir-repandre-les-barbouzeries-Ceci-est-un-programme