Assassinat de Rémi Fraisse : 2 ans déjà - des rassemblements en mémoire

Mis a jour : le mardi 1 novembre 2016 à 11:38

Mot-clefs: Ecologie Répression Resistances
Lieux: dunkerque gaillac grenoble paris saint-etienne sivens toulouse

Publié par le groupe: Groupindymedia nantes

A SIVENS, nous revenons à l’endroit où nous nous étions soulevés contre un projet de barrage absurde. Où un jeune homme a été tué par les forces dites de l’ordre.
À Nantes, Brest, Clermont-Ferrand, Dunkerque, Grenoble, Moulins, Nice, Paris, Saint-Etienne, Toulouse, Strasbourg...
Au-delà des larmes, nous lancerons l’alarme contre les attaques en cours, celle de Notre-dame-des-Landes notamment, où se retrouvent des logiques mortifères comparables, mais aussi des raisons de ne pas baisser les bras.

Prévenez vos amis et connaissances. Partout.

Ni renonce, Ni recule ! Ni oubli, ni pardon!

Remi-fraisse_par_ll-de-mars_cqfd-medium

Un petit point sur les différents rassemblements organisés partout en France en mémoire de Rémi Fraisse. N’hésitez pas à nous informer d’autres rassemblements dont vous auriez connaissance et/ou à en organiser près de chez vous... 

 

  • NANTES mercredi 26 à 18h30.

Pour une marche de la préfecture, où des objets pourront être déposés en hommage, jusqu'au Commisariat de Waldeck.
En mémoire à Rémi, afin que l'espoir revive et que cessent les violences de l'État, des milices et l'impunité policière
Le 8 octobre 2014 nous dénoncions, jusque dans la cours même de la préfecture, le jet de grenades sur des manifestant-e-s occupant une caravane, geste criminel si il en est. 18 jours plus tard, c'est précisément ce geste qui a tué Rémi.
Parce que nous n'allons rien lâcher, parce que nous avons encore en tête la relaxe, 10 ans après, des 2 policiers responsables de la mort de Zyed et Bouna, parce que nous n'oublions pas non plus les morts d'Adama Traoré, 24 ans (2016, Val d'Oise), Timothée Lake, 20 ans (2014, Toulouse), Wissam El Yamni, 30 ans (2012, Clermont Ferrand), Ali Ziri, 69 ans (2009, Argenteuil), Habib Ould Mohamed , 17 ans (1998, Toulouse), Malik Oussekine, 22 ans (1986, Paris), Vital Michalon, 31 ans (1977, Creys-Malville), et tant d'autres, tout-e-s victimes des « forces de l'ordre ».
Comme annoncé il y a un an : « Nous entendons pérenniser cette date anniversaire, pour la défense de l'environnement comme condition nécessaire à la survie de l'humanité, et contre l'individualisme, facteur d'inégalités. »

https://nantes.indymedia.org/events/35990

 

 

AUTRES RASSEMBLEMENTS : 

 

Le 25/10 :



Le 26/10 :

 

RENDEZ-VOUS PRECEDENTS:

  • Saint-ETIENNE:

samedi 22 octobre à 11H - la Gueule Noire (16 rue du Mont à Saint Etienne) 

source: https://desarmonslapolice.noblogs.org

  •  TESTET / SIVENS dimanche 23 à 11h30. 

RDV parking leclerc de Gaillac Rendez-vous au parking du Leclerc de Gaillac  pour co-voiturage vers la  Maison de la Forêt de Sivens, où un pique-nique est organisé à midi. "Deux après, nous revenons à l’endroit où nous nous étions soulevés contre un projet de barrage absurde. Où un jeune homme a été tué par les forces dites de l’ordre.  Nous aurons plus que jamais la tête haute, après le jugement du  tribunal administratif qui a rendu le projet illégal en reprenant les  arguments qui étaient ceux des opposants. Nous y rendrons hommage à tous ceux qui se sont impliqués sans attendre que la justice aille dans le sens de leur engagement. Au premier rang desquels Rémi Fraisse.  Au-delà des larmes, nous lancerons l’alarme contre les attaques en  cours, celle de Notre-dame-des-Landes notamment, où se retrouvent des  logiques mortifères comparables, mais aussi des raisons de ne pas  baisser les bras. Rendez-vous au parking du Leclerc de Gaillac  dimanche 23 octobre à 11h30 pour co-voiturage vers la Maison de la Forêt  de Sivens, où nous pique-niquerons à midi. A la suite de quoi nous descendrons vers le lieu du chantier. Prévenez vos amis et connaissances." source: https://zad.nadir.org/spip.php?article4128

Récit de ce rendez-vous: Rémi Fraisse : à Sivens, un hommage au couteau (des agriculteurs pro-barrage menés par une élue locale ont pourtant agressé les personnes venues rendre rendre hommage à Rémi Fraisse.)

 

_____________________

(((I))) [Archive] Les communiqués, actions, analyses ... suite à la mort de Rémi :
https://nantes.indymedia.org/articles/30440

Commentaire(s)

> A Paris

#PARIS:
mercredi 26 octobre à 18H - place de la République

Rémi Fraisse était un étudiant botaniste de 21 ans, qui menait ses études sur le terrain tout en s’opposant au projet de barrage sur la zone à défendre de Sivens. Dans la nuit du 25 au 26 octobre, la police tua Rémi en envoyant une grenade offensive qui resta coincée entre son sac et son dos. Cette grenade est toujours utilisée par les CRS. La police est une institution qui a tué, tue et continuera de tuer, mais c’est surtout l’institution répressive par excellence, qui vise les classes populaires au quotidien, ainsi que les militants politiques.
Depuis le mouvement contre la loi travail et son monde, cette violence a gagné en visibilité et des gens ont commencé à s’organiser pour ne plus subir. Dans un climat nauséabond où les menaces d’expulsion de la zone à défendre de Notre-Dame-Des-Landes sont régulières et à prendre au sérieux, où la frange la plus radicale de la police organise des grèves sauvages pour demander un droit qu’elle s’accorde déjà, c’est-à-dire le droit de pouvoir utiliser leur arme à feu pour « se défendre », où un syndicat de police appelle à manifester pour soutenir cette institution mortifère le jour de la mort de Rémi, nous ne voyons qu’une seule solution, qui est de se rassembler pour rendre hommage à Rémi et toutes les victimes des violences policières. Pour Rémi, Zyed et Bouna, Adama et toutes les autres personnes assassinées par la police, convergeons au métro Ménilmontant, à 18h, le mercredi 26 octobre. Nous défendrons la Zad de NDDL en l’honneur de Rémi et pour que d’autres possibles s’ouvrent !
--------------------------- Le collectif en soutien à la ZAD de NDDL et le collectif jeune en soutien à la ZAD de NDDL organisent conjointement l'événement.
--------------------------- Nous appelons toutes les organisations et tous les collectifs à se greffer à cet appel, à le relayer et à produire leur propre appel que nous relayerons. Nous appelons l'ensemble des personnes qui répondront présentes à ramener des pancartes, banderoles et tout ce qui pourra permettre de passer un message pour rendre hommage à Rémi, ainsi que les autres victimes de la police. Une cantine sera probablement présente, mais pour l'instant nous ne pouvons rien garantir, donc n'hésitez pas à ramener de quoi pique-niquer.
--------------------------- Nous appelons toutes les villes à organiser des rassemblements en hommage à Rémi Fraisse.
sources : https://paris.demosphere.eu/rv/50168 & https://www.facebook.com/events/166440590467389/

> A St Etienne

#SaintETIENNE - Samedi 22 octobre & Dimanche 23 octobre - RDv le samedi à 11H - la Gueule Noire ( 16 rue du Mont à Saint Etienne) https://desarmonslapolice.noblogs.org/

Forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits, gros week-end de mobilisation qui se prépare sur Saint-Étienne les 22 et 23 octobre 2016 presque 2 ans jour pour jour après la mort de Rémi Fraisse. "Depuis 1912 et les premiers gazs lacrymogènes, on voit se mutltiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appellées « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an. Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militant’es, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie. Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney Carron à Saint Etienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux. Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population. L’année dernière un premier week-end de mobilisation a eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine et sa production mortifère. "

> il s'est fait tout plein d'ami.e.s depuis qu'il est mort

les pros de la récup ...

"contre l'individualisme, facteur d'inégalités."

C'est tout le contraire, c'est quand les gens commencent à se comporter comme un troupeau que les catastrophes commencent.
Quand l'individu se met à réfléchir par lui-même et à défendre sa liberté, il devient très difficile de le manipuler. Cette confusion entre les mots égoïste et individualiste est une manipulation fréquente qui sert à faire culpabiliser les gens. C'est vraiment une manipulation politique anti-libertaire, ne vous laissez pas abusé.e.s.