Détours – Quelques réflexions au sujet de l’urbanisme, qu’il soit de Besançon ou d’ailleurs…

Mis a jour : le vendredi 13 mai 2016 à 11:28

Mot-clefs: Logement/squat
Lieux:

Les différents projets urbanistes entrepris ces dernières années à Besançon (tramway, passages Pasteur, réaménagement de la ligne de bus n°3, etc.) répondent à une logique économique qui n’est plus à démontrer. La mairie tente de faire des habitant.es des consommateurs.trices passifs.ives et des travailleurs.euses de plus en plus rentables et efficient.e.s.

 

À Besançon, comme dans toutes les autres grandes villes, deux documents président à tout ce qui touche à l’aménagement urbain : le PLU (Plan local d’urbanisme) et le PDU (Plan de déplacements urbains). Cette sensation que l’on peut vite ressentir quand on marche dans la ville d’être incessamment guidé.e, orienté.e, acheminé.e vers tel ou tel lieu n’est clairement pas qu’une sensation ! En effet, le PDU ne cache pas ses objectifs qui sont « d’organiser, dans le temps et dans l’espace, l’ensemble des modes de déplacements des personnes et des marchandises, la circulation et le stationnement » avec objectifs définis sur 10 ans. Sous des dehors écolos, qui apaisent les citoyen.nes et leur donnent bonne conscience (valorisation des transports en commun, plus « propres », promotion de la marche et du vélo, réduction de la place de la voiture…), le PDU assimile personnes et marchandises, dans un souci de gestion de flux et de trafics optimisés.

Comme souvent dans ce type de documents « officiels », les objectifs et les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre sont énoncés dans une langue édulcorée et bien-pensante (« modes de transports doux », « zone de circulation apaisée »…). Les enjeux réels pour la municipalité sont clairs et ne varient pas : il faut pouvoir se rendre le plus rapidement possible sur les lieux de travail et de consommation, de préférence par des chemins prédéfinis, sans heurts, dans une optique de développement économique à tout prix. Au-delà de la surveillance permanente qui nous est imposée, des mécanismes bien plus insidieux sont mis en oeuvre par les urbanistes pour nous rendre toujours plus malléables et passifs.ives. Contre la ville-prison qui tente par tous les moyens de nous asservir, nous continuerons à faire des détours, à aller à contre-courant, à ne pas suivre les chemins établis.

[Article tiré de ‘Séditions n°7′, Avril/Mai 2016]