Manifestation contre le racisme samedi 14 novembre à Nantes (suite à l'attaque d'un squat d'habitation de migrants)

Mis a jour : le jeudi 12 novembre 2015 à 22:28

Mot-clefs: Logement/squat Immigration/sans-papierEs/frontieres Racisme -ismes en tout genres (anarch-fémin…) antifascisme
Lieux: Nantes

En solidarité et suite à l'attaque au cocktail molotov dans un squat d'habitation de migrants,

  • Rassemblement Place Royale, mardi 10 novembre à 18h

Tract_nov-medium

Rassemblement en soutien aux migrants attaqués au cocktail molotov, mardi 10 novembre 18h, Place Royale

Dans la nuit de samedi à dimanche 9 novembre 2015 les occupants d'un squat nantais ont été l'objet d'une agression criminelle : un coktail molotov a été lancé à l'intérieur du bâtiment dans lequel les habitants étaient endormis. Le projectile a immédiatement été éteint par les occupants. Grâce à leur réaction rapide aucun blessé n’est à déplorer.

Le Collectif de soutien aux expulsé-es de la rue des stocks dénonce cette agression xénophobe, qui s’inscrit dans une suite d’actes de plus en plus violents à l’encontre des migrants : inscriptions racistes, poses de cadenas sur les portes d’un squat et dégradations diverses à l’encontre des associations qui soutiennent les migrants.

[...] Nous, Collectif de soutien aux ExpulséEs de la Rue des Stocks, dénonçons haut et fort cette agression, et appelons les citoyens à un rassemblement sur la Place Royale, mardi 10 novembre à 18h, pour manifester notre rejet de cet acte lâche.

Lire l'article en entier ici.

 

Appel à manifestation, Samedi 14 novembre, à 15h, Place du Bouffay.

Manifestation contre le racisme et en solidarité avec les sans-papiers.

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, deux engins incendiaires ont été jetés, en pleine nuit, dans une maison habitée par des migrants, à Chantenay. L'intention des auteurs de cet attentat est claire : brûler vif les occupants.

Comment des migrants se retrouvent-ils dans des squats, à la merci des agressions ? Les élus socialistes de Nantes et des alentours refusent depuis des années de proposer des conditions d'accueils dignes. A la rentrée, les élus de gauche ont même refusé de reloger des mineurs isolés - alors qu'ils en ont l'obligation légale - laissant à la rue des dizaines d'enfants. C'est dans ce contexte que des personnes solidaires ouvrent des bâtiments vides pour mettre à l'abri les migrants.

Cet incendie s'inscrit dans un contexte local d'attaques répétées de la part de militants d'extrême droite : plusieurs taggs racistes sur une église et une mosquée à Doulon, provocations racistes devant un rassemblement suite à la mort du petit Aylan en septembre, pose de cadenas sur des lieux habités par des migrants ... Au plan national, les agressions racistes se conjuguent avec la répression policière. Le plus grand bidonville d'Europe, à Calais, est régulièrement noyé dans les gaz lacrymogènes par les CRS. La traque aux sans-papiers et les expulsions continuent de s'intensifier sur fond d'omniprésence des idées racistes dans les médias et la classe politique.

Parce que personne n'est illégal, il est plus que temps d'affirmer la solidarité des Nantais et des Nantaises face aux attaques répétées de l'extrême droite !

Lire l'article en entier par là.

Commentaire(s)

> Erratum

A cause de l'installation du marché de Noël, le lieu de Rendez-vous de samedi est déplacé à Place du Bouffay à 15h.

> Erratum

voici le nouveau lien pour l'événement de samedi.
https://nantes.indymedia.org/events/32371

> L'attentat raciste perpétré contre un squat de migrants, à Nantes, a fait réagir.

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies dès hier soir, sur la Place Royale, contre le racisme.

Pendant près d'une heure, des prises de paroles se sont succédées. Après les collectifs de soutiens aux migrant-e-s, qui ont vivement critiqué la politique du gouvernement français, les charognards de nombreux partis politiques affiliés aux élus nantais sont venus verser une larme de crocodile. Pourtant, ce sont bien eux qui organisent, depuis des années, la mise en danger des migrant-e-s en expulsant les squats, et en raflant les réfugiés.

Après ces interventions, la manifestation s'est mise en roue dans les rue de Nantes. Les représentants des partis politiques avaient déjà quitté les lieux. Une foule de plusieurs centaines de personnes à traversé le centre ville jusqu'à la préfecture. Dans le cortège, des jeunes, et des retraités, des associatifs, des révoltés ... Et des slogans plus ou moins offensifs. Plusieurs fois, le défilé était salué ou applaudi par des passants ou des habitants.

Une envie palpable parcourait la foule : celle de ne pas se contenter d'un défilé, et de continuer samedi.

La Place Royale étant occupée par le marché de Noël, le départ de la prochaine manifestation se fera sur la Place du Bouffay.

Soyons nombreuses et nombreux, samedi, 15H, Place du Bouffay contre les agressions racistes, d’où qu'elles viennent !

> complément

compte-rendu de la manif par ici :
https://nantes.indymedia.org/articles/32406