la militante iranienne Bita Ghaedi évite l’expulsion d’angleterre

Mot-clefs: Répression
Lieux:


la militante iranienne Bita Ghaedi évite l’expulsion d’angleterre cependant la mobilisation en angleterre continue car ce n’est qu’un sursis

pour plus d’information vous pouvez contacter le site de l’ikrwro qui agit pour les réfugiés kurdes et iranien en angleterre

http://www.ikwro.org.uk/

Une militante des droits civils iranienne qui craignait pour sa vie après avoir entendu qu’elle allait être expulsée a gagné aujourd’hui un sursis de dernière minute et a été libérée.

Bita Ghaedi, 34 ans, qui avait fuit l’Iran pour la Grande-Bretagne pour échapper à un mariage forcé et qui avait vécu dans la peur que sa famille découvre qu’elle avait un amoureux secret, devait être expulsée aujourd’hui.

La Haute Cour a accordé à Ghaedi un titre de séjour provisoire en attente d’un recours juridique.

Son compagnon, Moshen Zadshir, de Bernet à Hertforshire, avait mis en garde qu’elle pouvait être menacée de la peine de mort et a dit qu’elle avait peur d’être tuée dans un “crime d’honneur” si elle était renvoyée en Iran. Avec ce sursis, il a dit que le couple était “très heureux” de la décision et qu’il partait maintenant acheter des fleurs pour Ghaedi.

Dans un jugement séparé, la Cour Européenne des Droits Humains s’est aussi opposée à son expulsion et a informé le Royaume-Uni de sa décision.

Ghaedi s’était esprimée contre la Charia, le mariage forcé et les violations des droits humains en Iran. Elle avait aussi critiqué le régime sur des chaînes de télévision largement diffusées au Moyen-Orient. Ces actions,qui s’opposent au régime iranien, sont suffisantes pour mettre sa vie en danger si elle est expulsée selon Zadshir et son avocat.

Dans son jugement, le juge Nicol a dit qu’étant donné “le nombre considérable d’informations complémentaires qui ont été apportées concernant (en partiiculier) l’association de la demandeuse avec des groupes d’opposition iraniens et la publicité qui en a été donnée”, le tribunal doit l’entendre à nouveau dans le cadre d’une révision judiciaire.

Ce jugement est fixé au 21 juillet.