Brésil : La lutte des indigènes contre l’expansion capitaliste

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

La face cachée de l'homme de "gauche" Lula les attaques contre les communautés indigénes se multiplient
Brésil : La lutte des indigènes contre l’expansion capitaliste

Nous sommes à présent dans un conflit juridique, et nous sollicitons qu’il soit communiqué partout où il soit possible. Nous demandons votre aide pour dénoncer la tentative de destruction d’une territoire indien, la Réserve du Bananal, dans la capitale du Brésil ! La communauté du Bananal s’est établie il y a plus de 40 ans, à l’époque de la construction de la ville,entre le parc Burle Marx et le Parc National de Brasilia, deux zones de préservation ambientale de l’écorégion du Cerrado.

Celle-ci abrite les sources de trois des plus grands bassins hydrographiques du Brésil : les rivières São Francisco, Paraná/ Paraguay et Tocantins/ Araguaia. Le Cerrado fait la transition équilibrée entre les différents biomes brésiliens : Amazonie, Caatinga, Forêt Atlantique et Pantanal.

Le style de vie de la communauté du Bananal la fait gardienne de cette grande réserve naturelle originale, la dernière de Brasília. Le grand capital a beaucoup d’interêt dans cet aire. On planne construire un nouveau quartier de luxe, le Setor Noroeste, que les médias et le gouvernement appellent le « premier quartier écologique du Brésil ». Il sera aussi le plus cher du Brésil. La zone de constrution prévue est située sur une part de la réserve ambientale qui englobe la totalité du territoire du Bananal. En plus, ce territoire n’est pas reconnu légalement comme une réserve indienne, malgré les 8 études ethnologiques qui legitiment son homologation.

Les autorités ambientales et indigénistes s’omettent, en collaborant avec les intérets des patrons de l’imobillier et le gouvernement. La frontière entre les deux est floue, vu que le vice-gouverneur, Paulo Octávio, est propriétaire de la plus grande entreprise de construction et vente d’immeubles, qui, avec d’autres sources d’argent, telles que sa chaîne télévisive, ont fait de lui le seul milliardaire dela région Centre-Ouest du Brésil. Il a les médias à son service, qui démoralisent les habitants du Bananal et leurs luttes, en remettant en cause leur statut d’indiens « légitimes ». A travers le Ministère Public Fédéral (MPF), nous avons réussi, le 16 mars de 2009, la suspension des authorisations ambientales requises pour les activités de construction dans la zone du Bananal.

Le MPF exige que la FUNAI (Fondation Nationale de l’Indien, l’organe fédéral responsable pour la démarcation définitive des territoires indiens) nomme un Groupe de Travail (GT) pour délimiter légalement l’aire en tant qu’indienne, en y interrompant toute construction. Pourtant la FUNAI n’a pas accompli la consigne depuis lors, sans donner de justification. Le MPF affirme qu’on a ignoré l’article 231 de la Constitution brésilienne, ainsi que la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail, qui a eté signée et ratifiée par le Brésil. Nous avons beaucoup de régistres photographiques et en vidéo, et quelques pages web en portugais, partiellement traduites à l’anglais et à l’espagnol. En voici une liste.

Pages web :

http://www.santuariodospajes.org

http://www.santuariodospajes.blogspot.com

Vidéos : 1-

http://www.youtube.com/user/santuariodospajes#p/a

- Vidéo la plus récente, montre la destruction promue par le « quartier vert » , en plus de la police armée avec des mitrailleuses pour nous intimider, pendant qu’on essayait d’empêcher l’action des machines.

2-

http://www.youtube.com/watch?v=sc1fgkYO2ko

-Sur le rituel du Toré du Maïs, d’il y a 1 an, avec des sous-titres en anglais.

3-

http://www.youtube.com/watch?v=j0uqIqb_I3M

–Toré de 2009. Entrevues avec des professeurs de l’Université de Brasília, avec Vladimir Carvalho (réalisateur de documentaires comme « Conterrâneos Velhos de Guerra »), avec l’ex-gouverneur du Distrito Federal à présent sénateur et président de la Comission de Droits Humains du Sénat. Nous vous démandons de répandre ces nouvelles devant les mouvements sociaux et la société civile internationale, ainsi que la condamnation du gouvernement pour son omission. Pour cela peuvent être réalisées des manifestations devants l’ambassade du Brésil, et aussi des courriers électroniques peuvent être envoyés à la Présidence de la République-

https://sistema.planalto.gov.br/falepr2/index.php

- en éxigeant l’homologation du territoire du Bananal en tant qu’appartenant à la communauté indienne. Pour faire des donations en argent, pour qu’on puisse payer le transport d’autres militants, indiens ou non, habitant d’autres régions du pays, voici les coordonnées banquaires :

Associação Cultural Povos Indígenas (ACPI) Compte 916-5 Agence 1041-003 Banque CAIXA ECONOMICA

La donation peut être deposée à la banque Banco do Brasil, ou n’importe quelle autre qui réalise des dépôts internationaux.

Merci pour toute aide ! Résistance !AWIRI !