manifestation de soutien a 0axaca a paris ce 22 décembre

Mot-clefs: Archives
Lieux:

nous ne lacherons rien tant que Uro et les bouchers fascistes du Pri et du Pan ne quitterons pas le mexique
Manifestation du 22 décembre a paris pour Oaxaca

Entre deux cents a trois cents personnes se sont réunies malgré le froid et les vacances de noël sur la place du Centre georges Pompidou (Parvis Beaubourg) à 18:30 heure pour marcher en direction au consulat du Mexique. dans le 1 er arrondissement

Des manifestations conjointes ont été réalisées dans Lile, Lyon, Grenoble, Nantes, Marseille et d'autres villes de France

Différents groupes de solidarité nous accompagnaient : pour Oaxaca, le Chiapas, Atenco, le massacre de ACTEAL, la Palestine, la Turquie, les sans papiers , les Etudiants et Étudiantes et qui ont criéEs leur horreur contre l'état mexicain fascistes et assassin.

La marche fut animée par musique Oaxaquena, et la fameuse chanson de la barricade accompagnés de discours sur sentiments contre la répression avec une voix qui pénétrait tout Paris.

Nous nous sommes retrouvéEs face au consulat du Mexique avec une protestation bien nourrie de voix puissantes encouragées par la colère contre l'impunité du gouvernement mexicain

Nous avons exigé une fois de plus

Le départ sans contions d'Ulises Ruiz


Une réapparition de toutEs les personnes disparuEs

la Libération sans conditions de ToutEs les prisonniers politiques détenues de Atenco a Oaxaca


Un jugement contre les meurtres, tortures, viols, emprisonnement commis par les bouchers fascistes du Pan du Pri et leurs dirigeants Ullises Ruiz Ortiz Vicente Fox Calderon car le peuple de Oaxaca ne veut pas que ceux-ci finissent leur vies dans l'impunité comme l'ont fait les boucher fascistes chilien et argentins Pinochet et Echeverria



Des heures plus tard, dans un autre quartier de Paris encore une fois la RÉPRESSION DE POLICE francaises ( qui n'a rien a envier a la Pfp mexicaine puisque nous savons tousTes ici que c'est celle-ci qui la forme et qu'elle entraine ) s'abattait une fois de plus contre les sans papiers et celle-ci les evacuait brutalement de la faculté de saint denis qu'ils ( elles ) occupaient


Très librement traduit et adapté a partir d'un texte trouvé sur



http://appobastille.blogspot.com/