Halte au massacre israélien - Boycott d'Israël maintenant !

Mot-clefs: Resistances
Lieux:

Palestine occupée, 15 novembre 2012 - Le 8 novembre, Israël a mené une attaque sur des civils dans la bande de Gaza occupée et assiégée, abattant Ahmad Abu Daqqa, 13 ans, alors qu'il jouait au football avec ses amis. Au 14 novembre, Israël avait intensifié ses attaques sur Gaza et commencé à réaliser un plan d'agression intense qui au moment où nous écrivons a tué au moins 15 Palestiniens dont au moins six enfants, et blessé 150 autres, en majorité civils.
Malgré les rapports biaisés du contraire par les médias occidentaux, il est clair qu'Israël a débuté et intensifié ce nouvel assaut [1] à la veille de ses prochaines élections parlementaires : ce qui souligne la formule israélienne éprouvée : des corps palestiniens pour des voix [2].

Il est utile de noter qu'une grande majorité des habitants de Gaza sont des réfugiés, nettoyés ethniquement par les milices sionistes puis par l'État d'Israël pendant la Nakba de 1948 et privés par Israël de leur droit au retour à leurs foyers d'origine, droit ratifié par l'ONU.

Cette agression belligérante est l'attaque israélienne la plus meurtrière et inhumaine sur le peuple palestinien depuis le massacre de Gaza de 2008-09, qui a tué plus de 1400 et blessés plus de 5000 Palestiniens, surtout des civils. Jusqu'à présent les USA et l'Europe ont réussi à empêcher les recours palestiniens aux mécanismes de la justice internationale pour les crimes israéliens contre l'humanité qui ont eu lieu pendant le massacre et qui ont été documentés par une mission d'enquête de l'ONU ainsi que par une équipe d'experts internationaux du droit commissionnée par la ligue Arabe. Une action urgente doit être menée pour empêcher Israël d'agir à nouveau avec une telle impunité.

Les 1,6 millions de Palestiniens de Gaza ont enduré le pire de l'impunité de la violence israélienne, y compris d'être sous un siège médiéval, soumis à une insécurité alimentaire délibérée et à de fréquents actes de terrorisme d'État israélien. C'est le devoir de tous les supporters du droit international et des droits humains universels de tenir Israël responsable, par des mesures efficaces comme celles appelées par le mouvement mondial à direction palestinienne Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS).

Le Comité national palestinien du BDS (BNC), la plus grande coalition de la société civile palestinienne, qui inclut tous les partis politiques majeurs, syndicats, mouvements sociaux et réseaux d'O.N.G., appelle :

- Les personnes de conscience autour du monde : à intensifier les campagnes BDS pour tenir Israël pour responsable et pour faire pression sur leurs gouvernements pour suspendre immédiatement le commerce des armes avec Israël, mettre en place des sanctions commerciales et poursuivre en justice tous les dirigeants et personnels militaires israéliens qui ont pris part, à tous les niveaux, aux crimes d’Israël contre les Palestiniens à Gaza.

- Les organisations de la société civile, syndicats, universités, associations d'étudiants et O.N.G. : à boycotter les produits Israéliens, à désinvestir de toutes les compagnies israéliennes ou complices d'Israël dans l'occupation et l'apartheid ; et à appeler les gouvernements à installer des embargos militaires et des sanctions commerciales sur Israël.

- Les gouvernements, particulièrement les gouvernements arabes et amicaux : à respecter leur obligation légale de protéger le droit à la vie et à l'autodétermination des Palestiniens et à imposer des sanctions sur Israël pour mettre fin immédiatement à son attaque et pour cesser son siège illégal de la bande de Gaza occupée et sa politique de colonialisme et d'apartheid qui opprime le peuple palestinien.

Comme le montre cette nouvelle attaque sur les habitants de Gaza, Israël continuera sa belligérance, ses agressions et son terrorisme d'État, sauf s’il doit payer un prix élevé pour ses crimes contre les Palestiniens, Libanais et autres peuples arabes. Comme les sept dernières années du mouvement BDS mondial et la longue histoire passée de solidarité internationale avec la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud l'ont montré, la forme de solidarité la plus efficace, durable et moralement cohérente est, pour la société civile internationale et les personnes de conscience autour du monde, d'appliquer les boycotts, le désinvestissement et les sanctions contre l'oppresseur et toutes les institutions complices dans le maintien et la justification de cette oppression.

L’heure du BDS contre Israël est venue. C’est le plus clair chemin pour la liberté, la justice et l'égalité pour les Palestiniens et pour la région tout entière.

Comité national du BDS (BNC)
http://www.bdsmovement.net/2012/stop-a-new-israeli-mass...10030

[1] pour une chronologie expliquant comment Israël a débuté cette nouvelle attaque, voir http://imeu.net/news/article0023227.shtml

[2] http://www.thedailybeast.com/articles/2012/11/15/bodies....html

Commentaire(s)

> La France complice de crimes contre l'humanité

Pour ceux qui pouvaient encore se faire des illusions sur la "gauche" française, les déclarations officielles sur le crime de Gaza :

"La France déplore vivement la nouvelle escalade de la violence à Gaza.

Elle condamne fermement les tirs de roquette dirigés depuis Gaza contre la population du sud d’Israël.

Ces attaques sont inacceptables.

Nous appelons les parties à la plus grande retenue afin d’éviter toute escalade supplémentaire.



Dans ce contexte, la France reste plus que jamais préoccupée par la dissémination d’armes vers Gaza."


Vous ne rêvez pas, les crapules Hollande-Fabius pire que les Américains dans le soutien de l'entreprise d'élimination du peuple palestinien.

> Halte aux massacres a Gaza : rassemblement samedi 17 nov. à Paris place de l’Opéra

À un mois des commémorations du 3e anniversaire de l’opération « plomb durci », Gaza est de nouveau sous les bombes !

L’ennemi sioniste continue à bombarder notre peuple dans la bande de Gaza faisant ces dernières 24h plus de 13 martyrs et une centaine de blessés.

Souvenez-vous, le monde entier s’était indigné face à ces évènements meurtriers qui ont eu lieu à Gaza. Nous étions 300 000 dans plus de 100 villes en France le 10 Janvier 2009 pour demander la fin des violations du droit et pour des sanctions contre Israël.

Aujourd’hui, après le déclenchement des révolutions arabes, il nous incombe plus que jamais de nous mobiliser face à l’impunité d’Israël et au silence complice de la communauté internationale ; pour réaffirmer notre soutien à la résistance de notre peuple à Gaza pour sa liberté ; pour mettre fin à la normalisation avec l’ennemi sioniste.

Rejoignez les Étudiants de la

GUPS-Union Générale des Étudiants de Palestine,

RASSEMBLEMENT

SAMEDI 17 NOVEMBRE 2012

A 15H

A LA PLACE DE L’OPERA

(métro/rer AUBER et OPERA )

Premiers signataires (mis à jour) :

PYM France (Palestinian Youth Movement France), NPA, Génération Palestine, CMF (Collectif des Musulmans de France), Collectif Palestine Paris I, UNI*T (Union pour Tunisie), PIR ( Parti des Indigènes e la République), CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien), Mouvement Echaâb (section France), CPR (Congrès pour la République) ...

> Contre la haine

Les prolétaires juifs et arabes doivent s'unir pour lutter contre les factions bourgeoises nationalistes qui les poussent à s'entretuer, en Israël comme en Palestine, ce sur fond capitaliste et religieux.

> Contre la bêtise et la collaboration

Les prolétaires juifs et arabes ne risquent pas de s’unir dans un régime d’apartheid absolu où ils sont séparés par des murs, des barbelés et des miradors. Seuls des révolutionnaires sur le papier et des négationnistes peuvent cautionner le nettoyage ethnique qui a lieu à Gaza en reprenant les thèses officielles de symétrie entre les deux camps.

Laissons les collabos de l’occupation remplir leur sinistre rôle et luttons contre la barbarie.

HALTE AU TERRORISME ISRAÉLIEN !

Israël veut la guerre. Israël a besoin de la guerre, partout et tout le temps. En Palestine, au Liban, en Iran.... Combien de temps allons-nous laisser ces terroristes mettre le monde à feu et à sang ? Le gouvernement français est directement responsable des nouvelles attaques israéliennes à Gaza, après la réception de Netanyahou et la manière dont Hollande l’a encouragé dans la poursuite de sa politique criminelle. Réagissons !

Après avoir annoncé au parlement israélien qu’ils allaient assassiner tous les dirigeants du Hamas, y compris Ismaël Hanyieh, les commandos de la mort israéliens ont tué ce mercredi Ahmad Jabari, au cours d’un raid aérien.

Ce combattant, responsable de la défense militaire du Hamas contre l’occupant israélien, est une nouvelle victime du terrorisme israélien, qui a causé la mort de 7 Gazaouis dont 3 enfants le week-end dernier.

Et depuis samedi dernier, Israël continue, sans qu’aucune sanction soit prise, à terroriser une population sans défense, prise au piège d’un blocus révoltant, en lâchant des missiles un peu partout et en y ajoutant de faux bombardements créés par des avions qui tournoient en permanence dans le ciel de Gaza en franchissant le mur du son pour affoler hommes, femmes et enfants.

Depuis 4 jours maintenant les écoles sont fermées dans le Nord comme dans le Sud de la bande de Gaza. Les centres de vie comme les terrains nus sont visés.

Les bombes à fragmentation ne se contentent pas de tuer les enfants sur les terrains de foot ou résistants. Elles les déchiquettent en mille morceaux pour que les visions d’horreur restent imprégnées à tout jamais dans la mémoire de la population.

L’armée israélienne, qui a tué samedi 3 enfants d’une même famille, est allée dès le lendemain attaquer la famille et les voisins lors de l’enterrement de ces mêmes enfants. L’un des enfants de 13 ans, Ahmed, était en train de jouer au foot. C’était un fan du Real Madrid. Que les jeunes footballeurs qui comptent aller jouer la coupe européenne de foot en Israël en juin prochain, s’ils en ont le coeur, se le disent. Voici le T.Shirt qu’il portait :

Et pendant ce temps, Netanyahou multiplie les menaces, annonçant fièrement qu’il va amplifier ses crimes. "Il y aura la guerre à Gaza, ce n’est qu’une question de temps", fait-il savoir publiquement, en espérant bien glaner ainsi des voix supplémentaires aux élections prochaines.

Menaces prises au sérieux, notamment par les étrangers qui travaillent avec l’ONU et dont bon nombre viennent de quitter la bande de Gaza.

Et qu’on ne vienne pas nous dire qu’Israël se défend contre les roquettes envoyées par des Gazaouis. Ce ne sont pas les Palestiniens qui occupent Israël. Ce ne sont pas eux qui exterminent, expulsent, emmurent, emprisonnent, colonisent depuis plus de 60 ans ceux auxquels ils ne cessent de voler les terres et toutes les ressources.

Israël ne parvient pas à chasser massivement les Palestiniens de leurs maisons, de leurs villages, alors il faut la terreur, toujours plus de terreur, plus de morts, plus d’horreur.

C’est un génocide qui se prépare aux yeux de tous, une nouvelle Nuit de Cristal comme vient de l’écrire Lynn Gottlieb, rabbin américaine, qui demande si nous allons nous comporter comme il y a 74 ans, c’est à dire laisser faire.

Et ne croyez pas, comme disait Shulamit Aloni, ex-ministre israélienne de l’éducation, qu’il y ait besoin de chambres à gaz ou de fours crématoires pour perpétrer un génocide. Il y a toutes sortes de moyens !

Mais le monde entier sait désormais à quoi s’en tenir. Et le pronostic de Ben Gourion :"Les plus vieux mourront, les plus jeunes oublieront" ne risque pas de se réaliser, parce que la catastrophe se poursuit chaque jour pour les Palestiniens.

C’est notre liberté, c’est notre dignité à tous qui est en cause quand nous laissons ainsi assassiner un peuple tout entier.

http://www.europalestine.com/spip.php?article7803

> Bain de sang à Gaza. Qui a commencé ?

"La réponse à la question de savoir si Israël a le droit d’exister est aussi facile que la réponse à la question de savoir si un colonialisme d’implantation meurtrier a le droit d’exister." […]

"Depuis plusieurs jours, Israël lance des attaques aériennes sur Gaza, provoquant de nombreux morts et blessés. Les attaques font partie d’un tableau plus large et éminemment déprimant d’une colonie usurpatrice qui enferme une population entre les murs d’un ghetto et les bombarde au nom du Judaïsme et des Juifs.

Un article du New York Times, du 14 novembre, nous informe sur la mort du commandant militaire du Hamas, Ahmed Jabari, tué par une des récentes frappes « chirurgicales » (« chirurgicale », selon l’article). Bien entendu, l’article prend soin de ne pas mentionner les autres – dont des enfants – tués lors de la frappe. Une phrase dans l’article reflète la logique du gouvernement israélien en la matière : « la férocité des frappes aériennes, en réponse à ce qu’Israël appelle des attaques répétées par roquettes par des militants palestiniens basés à Gaza... »

L’article se poursuit en renforçant cette logique lorsqu’il aborde le fragile cessez-le-feu entre le Hamas, au pouvoir à Gaza, et Israël :

« Depuis (2008-2009), le Hamas pour une grande partie respecté le cessez-le-feu informel, sinon vacillant, et a parfois tenté de le faire respecter par des groupes militants plus petits. Mais au cours des derniers mois, sous la pression d’une partie de la population de Gaza qui voulait venger les frappes meurtrières aériennes israéliennes, le Hamas a revendiqué des tirs de roquettes. »

Techniquement, le Hamas et d’autres factions palestiniennes à Gaza avaient offert une trêve à Israël, pas plus tard que le 12 novembre. Mais posons une question plus profonde : qui a commencé ?

La réponse est facile, mais la question doit être posée avec plus de précision : qui a commencé le colonialisme d’implantation meurtrier ? (« colonialisme d’implantation meurtrier » est un pléonasme, mais j’emploierai cette expression pour bien me faire comprendre).

C’est Israël, bien sûr. La question du colonialisme d’implantation est importante. Ca clarifie les choses. Après tout, le colonialisme d’implantation est un processus. En Palestine, c’est un processus en cours. Et chose plus importante encore à souligner, c’est un processus qui est toujours violent." […]

Et cette autre question : Israël a-t-il le droit d’exister ?

Typiquement, il n’est jamais bon de répondre à une question par une autre, mais parce que cette question-ci est un piège, je n’aurai pas d’état d’âme. Alors voilà : Est-ce que « Israël » peut être dissocié du colonialisme d’implantation meurtrier auquel il se livre depuis sa fondation ?

Admettons que la réponse soit non. Je veux dire par là que le droit au retour des Palestiniens leur soit toujours refusé et que le système raciste israélien construit sur une paranoïa démographique persiste dans sa violence. Dans ce cas, la réponse à la question de savoir si Israël a le droit d’exister est aussi facile que la réponse à la question de savoir si un colonialisme d’implantation meurtrier a le droit d’exister.

La réponse est non.

Non.

En aucun cas.

Patrick Higgins

http://www.counterpunch.org/2012/11/15/bloodbath-in-gaza/

http://www.legrandsoir.info/bain-de-sang-a-gaza-qui-a-c....html

> oui à la défense des Palestiniens

mais je ne m'associerai jamais à celui qui ose mettre en nom "Stop au régime français le plus facho depuis Pétain", qui publie de l'Europalestine, du couterpuhch ou du grand soir, tous plus antijuifs qu'antisionistes

> Avec de tels défenseurs, les Palestiniens n’ont plus besoin d’ennemis

La France à la pointe de la soumission au lobby sioniste. Les protagonistes ont changé depuis Pétain, mais la soumission au plus fort reste la même.

Opération contre Gaza, Hollande savait-il ?

L’opération contre Gaza était dans les tiroirs Israéliens depuis longtemps et il semble bien que Hollande lui ait apporté un soutien par anticipation à Toulouse. Un pacifiste israélien comme Gershon Baskin qui a été l’intermédiaire puis à négocier avec Hamas la libération de Gilad Shalit affirme dans Haaretz d’aujourd’hui qu’Ahmad Jabari a été assassiné parce qu’il était justement prêt à signer un accord de cessez-le-feu avec Israël. Le martyr aurait reçu le texte de cet accord quelques heures seulement avant d’être mortellement atteint.

Ceci démontrerait deux choses : d’une part qu’Israël a proposé ce texte de cessez-le-feu uniquement dans l’optique d’endormir la méfiance des Palestiniens, ce qui explique sans doute pourquoi Jabari a pu être atteint. Mais aussi que l’opération pilier de fumée que l’on peut alors rebaptiser rideau de fumée, était planifiée de longue date.

Le corollaire de cette information si elle se confirme est donc le suivant.

Netanyahou reçu en grandes pompes par Hollande à Paris et ayant reçu lui-même Hollande en grandes pompes à Toulouse, il y a quelques temps, n’avait nullement comme intention d’honorer les victimes de Mohamed Merah mais y était bien venu chercher une légitimité en France pour des agressions anti palestiniennes à venir.

Sans doute celle à laquelle Hollande donne son aval aujourd’hui...par la voix de Laurent Fabius. Ce dernier a déclaré dans une remarquable et obscène inversion des situations entre le bourreau et la victime « Israël a le droit de se défendre ». Même s’il se hâte d’ajouter selon la formule cynique et aussi creuse que la tête de Fabius "...mais les Palestiniens ont droit à un État". Alors que la France au grand plaisir de Netanyahou vient de faire savoir qu’elle ne soutiendrait même pas la pourtant très minimaliste et inconsistante demande de Mahmoud Abbas de laisser accéder la Palestine à un statut de membre associé à L’ONU.

Au passage il n’est pas anodin de rappeler que la "plume" de François Hollande celui qui lui a écrit le discours de Toulouse si laudateur à l’égard de Netanyahou, si sioniste en somme, n’est autre que Paul Bernard, un très proche conseiller qui selon L’Express "a récemment intégré le comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif)"( article "Paul Bernard, la plume de l’ombre de François Hollande" Par Marcelo Wesfreid, publié le 08/11/2012). Édifiant...

Qu’en est-il des réactions françaises à cette nouvelle agression d’Israël ?

Une fois de plus, le P.S apparaît pour ce qu’il est, un parti admiratif du colonialisme et de la prééminence blanche. Bref une grosse larve putride. C’est en tant qu’État blanc garantissant le pouvoir occidental en Orient arabe qu’Israël est soutenu. C’est parce qu’Israël tente de soumettre les Arabes et musulmans que l’Occident lui voue un tel engouement. D’ailleurs un officiel israélien l’avait lui-même déclaré "Israël fait le sale travail pour le compte du monde entier" (comprendre Israël nettoie le Moyen orient de ses Arabes et Perses récalcitrants pour le compte de l’Occident !).

Quant aux amis de Hollande, de l’U.E, des États-Unis, mais aussi du Qatar, de l’Arabie, de la Turquie, soit ils déclarent eux aussi "Israël a droit de se défendre", soit se taisent et continuent à faire du business avec Israël et les États-Unis dans l’espoir que Israël va les débarrasser de l’hypothèque palestinienne qui les renversera comme une tempête.

Il y a 64 ans que les Palestiniens luttent contre Israël, les États-Unis, l’Europe, et la quasi-totalité des États arabes à quelques rares exceptions, nous pensons le savoir mais en avons-nous vraiment pris conscience ?

Youssef Boussoumah, membre du PIR

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_arti...=1752

> Le nationalisme = haine

Si le sionisme est un nationalisme haineux, on peut en dire autant de celui défendu par les factions bourgeoises palestiniennes comme celle du Hamas.

Les autorités sionistes d'Israël ne veulent pas entendre parler de Palestine et utilisent le blocus, le racisme et la violence contre la population arabe de Gaza; les autorités nationalistes et théocratiques du Hamas ne veulent pas entendre parler d'Israël et utilisent la xénophobie, l'antisémitisme et la violence contre les juifs d'Israël. En matière de haine quelle est la différence, sachant que cette idéologie nationaliste ne sert que le Capital ?

> Le CCI a touché le fond

Le discours du CCI est la réplique exacte de l’extrême droite sioniste et de la « gauche » occidentale qui lui lèche le cul.

Les Palestiniens (c’est bien de la totalité des Palestiniens qu’ils nous parlent, ceux qui ont l’audace de résister à leurs bourreaux, et pas seulement du Hamas) « utilisent la xénophobie, l'antisémitisme et la violence contre les juifs d'Israël ».

Mais de la part de gens qui ont toujours mis sur le même plan l’occupation nazie et la résistance, les anarchistes espagnols et Franco, de tels propos crapuleux sur ce qu’endure la TOTALITÉ de la population gazaouie, et plus généralement tous les Palestiniens, ne nous étonnent plus et ne suscitent que le mépris.

Propos d’un Palestinien qui n’est pas du Hamas, mais qui méprise tout autant les donneurs de leçons négationnistes.

Un appel gazaoui désespéré à une communauté internationale complice

vendredi 16 novembre 2012 par Ziad Medoukh

Cet appel est adressé par un simple citoyen palestinien de Gaza à la communauté internationale officielle qui ne se décide pas à réagir afin de mettre fin à l’agression israélienne poursuivie contre la population civile de Gaza , agression qui a fait des dizaines de morts et des centaines de blessés, en majorité des civils

Je sais bien que cet appel ne sera pas entendu par ces pays et par ces organisations internationales, qui ferment les yeux devant les attaques israéliennes permanentes contre les enfants et les femmes de Gaza.

Mais, devant le sang de nos enfants et de nos femmes qui continue de couler sur la terre de Gaza,

Mais, devant les corps déchiquetés de ces civils palestiniens innocents, tombés suite à des bombardements israéliens aveugles,

Mais, au nom des Palestiniens de Gaza qui souffrent de cette escalade militaire israélienne, je m’adresse :

Au Conseil de sécurité qui prétend assurer la sécurité dans le monde : à Gaza, les habitants ne trouvent d’abris pour échapper aux raids israéliens intensifs lancés toutes les cinq minutes sur des maisons appartenant à des civils, elle est où cette sécurité ?

Aux Nations-Unies qui essayent d’assurer la paix dans le monde entier : jusqu’à quand l’impunité de cet état israélien hors la loi, qui agresse les Palestiniens tous les jours, et qui assassine la paix au mépris de toutes les décisions internationales ?

Aux Etats-Unis, le plus grand pays du monde : jusqu’à quand va-t-il soutenir l’état d’Israël dans toutes ses violations des droits des Palestiniens ?

A l’Europe, au nom des droits de l’homme et la démocratie : c’est vous qui avez encouragé cet état agressif à continuer sa politique coloniale, cet état qui bafoue les droits les plus fondamentaux des Palestiniens. Au lieu de sanctionner cet état d’apartheid, vous êtes en train de défendre et de justifier ses attaques.

Aux pays du printemps arabes, au nom de vos révolutions et de votre nouveau pouvoir basé sur le changement : pourquoi laissez-vous les Palestiniens de Gaza seuls et abandonnés dans leur prison à ciel ouvert, face à la lâcheté et la barbarie de cette armée aveugle ?

Puisque vous ne bougez pas, puisque vous ne réagissez pas, puisque vous n’arrivez ni à dénoncer ni à critiquer Israël, cet état colonial va poursuivre ses attaques, et sa guerre contre les civils de Gaza.

Vous avez perdu votre crédibilité, et vous êtes en train de laisser notre région à l’arbitraire de cet état qui se moque de vous et de vos décisions.

Heureusement, qu’en ce monde, il y a des personnes de bonne volonté et une société civile consciente qui se mobilisent pour que cesse la violence israélienne contre Gaza et contre la Palestine.

Halte aux massacres israéliens à Gaza, et halte à cette communauté internationale impuissante.

Ziad Medoukh

Vendredi 16 novembre 2012

http://www.ujfp.org/spip.php?article2460

> Nationaliste et va-t-en-guerre

Notre charlatan de la politique, calomniateur ANTISEMITE et ses copés/collés, n'aime pas que l'on ose dire que des salauds nationalistes sont présents dans les deux camps, dans celui d'Israël comme dans celui de l'autorité palestinienne du Hamas.

Moi, contrairement à notre calomniateur ANTISEMITE, je ne fais pas de différence entre les souffrances des palestiniens, suite au blocus et aux bombes sionistes, et les souffrances des israéliens victimes des roquettes du Hamas. Les uns et les autres sont les victimes du nationalisme et de la bêtise impérialiste.

Ce qui est certain c'est que pour notre calomniateur ANTISEMITE, seules les victimes palestiniennes ont du sens et de la valeur. A tel point qu'il encourage la population à se sacrifier et à servir de chair à canon pour les intérêts théocratiques et capitalistes du Hamas au dépend de tous sentiments humains. C'est un va-t-en-guerre par procuration avec la peau des autres !

> Négationniste et soutien du nettoyage ethnique

C’est toujours pendant les heures les plus sombres de l’Histoire et quand les crimes sont les plus démesurés que les collaborateurs du fascisme se manifestent. Les sbires du CCI ne font pas exception.

Notre célèbre calomniateur NÉGATIONNISTE ne « fait pas de différence entre les souffrances des palestiniens et les souffrances des israéliens ».

On s’en doute bien puisqu’il ne fait pas plus de différence entre ce qu’endure la population civile de Gaza et la population de Tel-Aviv qu’il n’en fait entre ce qu’ont enduré les civils à Auschwitz ou au ghetto de Varsovie et ce qu’ils ont enduré à Berlin.

Ça s’appelle négationnisme dans toutes les langues du monde et quand un représentant psychopathe du CCI se lâche on a la preuve irréfutable de ce qu’ils sont en réalité.

Ce texte de l'UJFP ne s'adresse pas en fait aux seuls "grands médias", mais concerne aussi bien le CCI dans sa complicité "sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza".

Nous accusons ! La sourde oreille des grands médias sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza.

"Tandis que les nations d’Europe et d’Amérique du Nord commémoraient, le 11 novembre, les pertes militaires de guerres passées et présentes, Israël ciblait des civils. Le 12 novembre, à l’orée d’une nouvelle semaine, les lecteurs étaient inondés, pendant leur petit-déjeuner, de comptes rendus déchirants relatant les pertes humaines militaires passées et actuelles. Cependant, on semblait taire le fait essentiel selon lequel les pertes humaines les plus importantes lors des conflits armés contemporains touchent les populations civiles."

Le matin du 12 novembre était également marqué par une absence criante d’information relatant les attaques militaires sur Gaza qui se sont poursuivies pendant tout le week-end. Une recherche superficielle confirme cette omission sur le réseau de télévision canadien Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et les journaux canadiens le Globe and Mail, la Gazette de Montréal et le Toronto Star. De même en ce qui concerne le New York Times et la BBC.

Selon le rapport du Centre palestinien pour les droits de l’homme daté du 11 novembre, cinq civils palestiniens, dont trois enfants, avaient été tués dans la Bande de Gaza dans les 72 heures précédentes, en plus de deux membres de la sécurité palestinienne. Quatre de ces décès étaient dus à des tirs d’obus de Tsahal sur des enfants jouant au football. De plus, 52 civils ont été blessés, dont six femmes et 12 enfants. (Depuis que nous avons commencé à rédiger ce texte, le nombre de victimes palestiniennes a d’ailleurs augmenté et continue de croître.)

Les articles qui rapportent les meurtres commis se concentrent en grande majorité sur l’élimination des membres de la sécurité palestinienne. Par exemple, un article de l’Associated Press (AP) publié par la CBC le 13 novembre, intitulé Israel mulls resuming targeted killings of Gaza militants (« Israël réfléchit à la reprise des éliminations ciblées de militants de Gaza ») ne fait aucune mention des morts et des blessés parmi la population civile. Il caractérise les meurtres « d’assassinats ciblés ». Le fait que les pertes humaines soient dans une large mesure des victimes civiles indique qu’Israël n’est pas tant engagée dans des meurtres « ciblés » que dans des assassinats « collectifs », commettant ainsi à nouveau le crime de punition collective. Un autre article de l’AP paru au bulletin d’informations de la CBC le 12 novembre et intitulé Gaza rocket fire raises pressure on Israel government (« Des tirs de roquettes mettent la pression sur le gouvernement israélien ») est accompagné de la photo d’une femme israélienne regardant un trou dans le plafond de son salon. Et là encore, aucune image, ni aucune mention des nombreuses victimes et des cadavres à Gaza. Dans le même ordre d’idées, la BBC titrait, le 12 novembre, Israel hit by fresh volley of rockets from Gaza (« Israël frappée par une nouvelle pluie de roquettes tirées depuis Gaza »). La même tendance se retrouve dans les grands journaux européens.

La couverture des évènements récents et actuels insiste principalement sur les roquettes tirées depuis Gaza, dont aucune n’a causé de blessés ni de morts. Ce qui est sciemment laissé de côté, ce sont les bombardements touchant la bande de Gaza qui, eux, ont causé de nombreuses victimes, dont plusieurs morts blessés graves. Nul besoin d’être un expert en science des médias pour comprendre qu’on a affaire au mieux à des reportages bâclés et biaisés, et au pire à une désinformation pure et simple basée sur une mauvaise foi délibérée visant à déformer les faits pour tromper les lecteurs. De plus, les articles mentionnant les victimes palestiniennes à Gaza rapportent systématiquement que les opérations militaires israéliennes avaient répondu à des tirs de roquettes depuis la Bande de Gaza ayant occasionné des victimes du côté des soldats de Tsahal. Cependant, si l’on examine la chronologie des événements, la flambée de violence actuelle a débuté le 5 novembre dernier quand un innocent âgé de 20 ans et souffrant apparemment de troubles mentaux, Ahmad al-Nabaheen, a été tué alors qu’il déambulait près de la frontière. Les médecins ont dû patienter pendant six heures avant d’être autorisés à le secourir, et ils pensent que son décès est très certainement dû à cette attente. Puis, le 8 novembre, un garçon âgé de 13 ans qui jouait au football devant sa maison a été tué par les Forces d’occupation israéliennes qui avaient fait une incursion dans le territoire de la Bande de Gaza avec des chars d’assaut et des hélicoptères. Le fait que quatre soldats israéliens aient été blessés à la frontière le 10 novembre faisait donc partie d’une série d’événements incluant la mort de civils de Gaza, et n’en constituait en aucun cas l’élément déclencheur.

Nous, les signataires de ce texte, sommes récemment rentrés d’un séjour dans la Bande de Gaza. Certains d’entre nous sommes en contact direct avec des palestiniens vivant à Gaza à travers les réseaux sociaux. Pendant deux nuits d’affilée, les palestiniens de Gaza ont été privés de sommeil à cause de survols incessants de drones et d’avions F16 et de bombardements aveugles de leur territoire densément peuplé. L’objectif de ces opérations semble clair : il est de terroriser la population, objectif atteint d’ailleurs, comme nous pouvons l’affirmer grâce aux témoignages de nos contacts sur place. S’il n’y avait pas eu de messages affichés sur Facebook, nous n’aurions pas conscience du degré de terreur ressenti par les civils palestiniens ordinaires de Gaza. Ceci contraste vivement avec ce que le monde sait de la terreur ressentie par les citoyens israéliens victimes des tirs de roquettes. Selon un rapport envoyé par un médecin canadien qui se trouvait à Gaza et qui a apporté son aide au service d’urgences de l’hôpital de Shifa durant le week-end, « les blessés étaient tous des civils présentant de multiples blessures de perforation provenant d’éclats d’obus : lésions cérébrales, blessures au cou, hemo-pneumothorax, tamponnade péricardiale, rupture de la rate, perforations intestinales, membres déchiquetés, amputations traumatiques. Tout ceci sans aucun écran de contrôle, avec peu de stéthoscopes, une seule machine à ultrasons… Plusieurs victimes souffrant de blessures graves mais n’engageant pas leur pronostic vital ont été renvoyées chez elles avant d’être examinées de nouveau le lendemain matin à cause du nombre considérable de blessures à traiter. La profondeur des blessures dues aux éclats d’obus donnait froid dans le dos. De petites blessures au demeurant, mais avec des dégâts internes massifs… Et tout cela avec très peu de morphine disponible pour atténuer la douleur. » Apparemment, ce genre de scènes n’est pas digne d’être rapporté par le New York Times, la CBC ou la BBC.

Les préjugés et la malhonnêteté qui caractérisent la couverture de l’oppression palestinienne par les médias occidentaux ne sont pas nouveaux ; ceci a été amplement documenté. Pourtant, Israël continue à commettre des crimes contre l’humanité avec l’assentiment total et le soutien moral, financier et militaire de nos gouvernements, que ce soit les Etats-Unis, le Canada ou l’Union Européenne. Benyamin Netanyahu est en ce moment même en train de recueillir le soutien diplomatique des pays occidentaux en vue d’attaques à venir sur Gaza, ce qui nous fait craindre qu’une nouvelle opération du même type que « Plomb durci » se profile à l’horizon. En fait, les événements les plus récents confirment qu’une telle escalade est déjà en état de marche, tel que le montre le décompte des morts aujourd’hui. L’absence d’indignation populaire massive face à ces crimes est une conséquence directe de la dissimulation systématique des faits et de la manière distordue dont ces crimes sont rapportés.

Nous souhaitons exprimer notre indignation concernant la couverture médiatique scandaleuse de ces événements dans les grands médias. Nous appelons les journalistes du monde entier travaillant pour des antennes de ces grands médias à refuser d’être instrumentalisés à travers cette politique systématique de manipulation. Nous appelons également les citoyens à s’informer en consultant les médias indépendants et à laisser leur conscience s’exprimer ouvertement de la manière qu’ils jugent la plus efficace et appropriée.

Hagit Borer, Grande Bretagne

Antoine Bustros, Canada

Noam Chomsky, USA

David Heap, Canada

Stephanie Kelly, Canada

Máire Noonan, Canada

Philippe Prévost, France

Verena Stresing, France

Laurie Tuller, France

http://www.ujfp.org/spip.php?article2463

Mais tout le monde sait que pour les négationnistes du CCI l'UJFP est une organisation ANTISÉMITE, ainsi que les signataires !

> Anonymous attaque l'Etat fasciste

Anonymous s'invite dans le conflit israélo-palestinien

"Depuis bien trop longtemps, les Anonymous ont regardé sans espoir et sans rien faire – avec le reste du monde – le traitement barbare, brutal et méprisable du peuple palestinien par les forces de défense d'Israël dans les soi-disant 'territoires occupés'. Comme tant d'autres sur cette planète, nous nous sommes sentis impuissants face à un mal aussi implacable. Il en était de même jusqu'à aujourd'hui avec l'attaque insensée et la menace d'invasion de Gaza. Mais quand le gouvernement israélien a publiquement menacé de couper Internet et toutes les télécommunications de la bande de Gaza, il a franchi la ligne jaune. Comme l'ancien dictateur égyptien Moubarak l'a appris à ses dépens, nous sommes ANONYMOUS et PERSONNE ne coupe Internet sous notre surveillance."

Par ce communiqué daté de jeudi 15 novembre, le collectif Anonymous répond à une rumeur qui a circulé récemment : Israël envisagerait de couper l'accès à Internet dans la bande de Gaza pour préparer une offensive. "Ne COUPEZ PAS Internet dans les 'territoires occupés', cessez de faire régner la terreur sur le peuple innocent de Palestine ou vous connaîtrez la terrible colère des Anonymous", poursuit le communiqué, avant de renvoyer vers un document expliquant comment sécuriser son accès à Internet.

Le groupe informel a immédiatement joint le geste à la parole. Des dizaines d'attaques ont été lancées jeudi contre des sites officiels israéliens appartenant aux forces de défense israéliennes, au bureau du premier ministre, à des banques israéliennes ou des compagnies aériennes dans le cadre d'une campagne baptisée #OpIsrael sur Twitter, rapporte le New York Times. Le groupe a rapidement revendiqué une quarantaine d'attaques, avant de publier une liste de sites israéliens attaqués.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/16/...80515

> Pourquoi faire une différence ?

"Notre célèbre calomniateur NÉGATIONNISTE ne « fait pas de différence entre les souffrances des palestiniens et les souffrances des israéliens »."

En effet, contrairement à notre charlatan de la politique et calomniateur ANTISEMITE, je ne fais pas de différence entre des morts juifs ou des morts arabes. Il n'y a pas de bons et mauvais morts, ce que ne semble pas comprendre notre agent va-t-en-guerre. Toute mort est une de trop !

L'engrenage de la violence permanent entre israéliens et palestiniens ne débouche que sur des victimes de part et d'autre. A qui profite le crime ? A l'Etat sioniste, nationaliste et capitaliste israélien et à l'autorité nationaliste, théocratique et capitaliste du Hamas.

Le prolétariat des deux camps ne fait que subir la politique de leurs dirigeants bourgeois. Le jour viendra où arabes et juifs en auront ras-le-bol de leurs bourgeoisies réciproques et renverseront le système...

> La bassesse des collabos

Comme tous les NÉGATIONNISTES, notre infatigable NÉGATIONNISTE des ghettos et des camps de concentration fait une distinction entre les victimes puisqu’il traite d’ANTISÉMITES ceux qui se préoccupent des victimes du sionisme, ce qu’il ne fait évidemment jamais, soumission au plus fort oblige.

Contre la désinformation des médias du pouvoir et des négationnistes internationalistes, qui veulent absolument mettre sur le même plan une agression criminelle et ceux qui osent y résister, nous continuerons à dénoncer le fascisme et ses collabos.

STOP À LA PROPAGANDE DES COLLABOS !

dimanche 18 novembre 2012

RSS 2.0 Version PDF Envoyer par email Version imprimable

La prose des médias de révérence est à gerber. A l’unisson avec le feu vert donné par Hollande à Netanyahou lors de sa visite en France : "tu peux y aller !". Mais bien sûr, il sont tous pour la paix, et Hollande a même téléphoné à Netanyahou pour lui dire de "ne pas répondre aux provocations" (sic). Israël assassine des bébés, des journalistes, terrorise toute une population sur un territoire qui n’est pas le sien, et Le Monde titre : "Gaza : un problème pour Israël depuis 64 ans" !!

Le bilan s’aloudit d’heure en heure, tandis que les dirigeants israéliens multiplient les menaces les plus terrifiantes contre le peuple palestinien, sous occupation. Et que lit-on dans ces journaux qui sont autant de gauche que le nouveau gouvernement français ?

Le Monde détient sans doute le record de bassesse et de lèche-fesses de l’occupant.

Dans son édition de ce week-end on peut y lire que les résistants ont "franchi une ligne rouge". Le collabo de service écrit textuellement : "On se demande si le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza a décidé de ruiner le bénéfice du relatif statu quo qui perdurait jusque là avec Israël, au seul motif de venger la mort d’Ahmed Jabari, son chef militaire ?" ... un "homme qui avait les mains couvertes de sang"...

L’occupant israélien ne franchit jamais de lignes rouges, c’est bien connu. Il se contente de déchiqueter et de calciner les bébés. Si l’on devait assassiner tous les Israéliens, qui ont du sang sur les mais, ce serait une belle hécatombe !

Il avait 11 mois et il a été tué hier par les engins de mort israélien.

Une vingtaine d’enfants ont été assassinés en 4 jours, sur une soixantaine de civils tués, et on parle maintenant de près d’un millier de blessés par Israël, qui bombarde délibérément les familles.

Mais le même journal aux ordres des commandos de la mort écrit "Le Hamas connait une sorte d’ivresse politique nourrie de sa proximité idéologique avec les frères musulmans désormais au pouvoir au Caire"

Dans Libération, Vincent Giret, n’est pas en reste.

Après avoir déclaré : "Il faut répéter qu’Israël a le doit inaliénable comme tout état à la sécurité", les Palestiniens, n’ayant eux pas besoin de sécurité puisqu’ils n’ont pas d’Etat, n’est-ce pas, ce monsieur qui fait honneur à la profession, analyse ainsi les bombardements : "C’est le Hamas, qui en profite pour torpiller la prochaine candidature de l’Autorité Palestinienne à un statut d’Etat non membre de l’ONU"

Et de nous asséner qu’avec "L’Egypte travaillée par l’islamisme", "l’Iran menaçant", et "le Hamas qui tient à exhiber son nouvel arsenal de terreur contre Israël", le pauvre Israël ne sait plus où donner de la tête.

Sans parler des sanctions qu’Israël annonce contre la terrible menace d’une représentation de la Palestine, en tant qu’observateur à l’ONU. Diantre, Israël est cerné !

Quant à "l’envoyée spéciale" de Libé à Gaza, Aude Marcovitch, elle n’est pas allée sur place pour rien, puisqu’elle a vu des roquettes qui partent de Gaza vers Israël, nous dit-elle comme premier élément de son article. Cette grande journaliste de terrain indique par ailleurs que "des tunnels soupçonnés de servir à la fois de cachettes pour les hauts responsables du Hamas et de bases de tir pour certaines roquettes, ont été ciblés"..

Ça valait tout de même le coup d’avoir un envoyé spécial à Gaza pour nous raconter cela ! On ne sait pas si Aude Marcovitch faisait partie des journalistes étrangers qui ont été bombardés par Israel tandis qu’ils se trouvaient dans le tour des médias, mais elle si elle en ressort vivante, elle trouvera sans doute une bonne explication à cet autre attentat "ciblé".

Heureusement que de moins en moins de gens achètent cette presse de caniveau, d’apologie de crimes de guerre.

Netanyahou a besoin de d’un bain de sans avant les élections législatives. Alors, on attend le 22 janvier, en espèrant que cela s’arrêtera au moment où les Israéliens iront mettre un bulletin dans l’urne pour choisir entre Netanyahou-Liberman ou Lieberman-Netanyahou ?

Il faut aussi qu’Israël teste ses nouvelles armes anti-missiles, des joujoux tout neufs et très performants, dotés de noms plus sympathiques les uns que les autres ? Il parait que les Etats-Unis qui les ont financés sont très curieux de voir ce que cela donne.

Noam Chomsky appelle un chat un chat : "Ce n’est pas une guerre, c’est un massacre".

"L’invasion et le bombardement de Gaza n’ont pas pour but de détruire le Hamas. Ils n’ont pas pour but d’arrêter les tirs de roquettes sur Israël. ils n’ont pas pour but de parvenir à la paix.

Cette décision israélienne de semer la mort et la destruction à Gaza est l’aboutissement d’une entreprise de nettoyage ethnique des Palestiniens qui dure depuis des décennies.

Les armes sophistiquées israéliennes qui atteignent par air et par mer des zones densément peuplées, des camps de réfugiés, des écoles des immeubles d’habitation, des mosquées, qui attaquent une population qui ne dispose ni de forces aérienne ou navale, pas d’équipements lourds, pas d’armée, ne constituent pas une guerre. Ce n’est pas de la guerre, mais de l’assassinat.

Et quand les Israéliens expliquent qu’ils doivent se défendre alors qu’ils sont dans des territoires occupés, ils s’agit de la défense d’un occupant militaire face à une population occupée et opprimée. On ne peut parler de défense quand on occupe la terre de quelqu’un d’autre. Trouvez un autre mot !"

Noam Chomsky

STOP À LA PROPAGANDE DES COLLABOS !

dimanche 18 novembre 2012

RSS 2.0 Version PDF Envoyer par email Version imprimable

La prose des médias de révérence est à gerber. A l’unisson avec le feu vert donné par Hollande à Netanyahou lors de sa visite en France : "tu peux y aller !". Mais bien sûr, il sont tous pour la paix, et Hollande a même téléphoné à Netanyahou pour lui dire de "ne pas répondre aux provocations" (sic). Israël assassine des bébés, des journalistes, terrorise toute une population sur un territoire qui n’est pas le sien, et Le Monde titre : "Gaza : un problème pour Israël depuis 64 ans" !!

Le bilan s’aloudit d’heure en heure, tandis que les dirigeants israéliens multiplient les menaces les plus terrifiantes contre le peuple palestinien, sous occupation. Et que lit-on dans ces journaux qui sont autant de gauche que le nouveau gouvernement français ?

Le Monde détient sans doute le record de bassesse et de lèche-fesses de l’occupant.

Dans son édition de ce week-end on peut y lire que les résistants ont "franchi une ligne rouge". Le collabo de service écrit textuellement : "On se demande si le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza a décidé de ruiner le bénéfice du relatif statu quo qui perdurait jusque là avec Israël, au seul motif de venger la mort d’Ahmed Jabari, son chef militaire ?" ... un "homme qui avait les mains couvertes de sang"...

L’occupant israélien ne franchit jamais de lignes rouges, c’est bien connu. Il se contente de déchiqueter et de calciner les bébés. Si l’on devait assassiner tous les Israéliens, qui ont du sang sur les mais, ce serait une belle hécatombe !

Il avait 11 mois et il a été tué hier par les engins de mort israélien.

Une vingtaine d’enfants ont été assassinés en 4 jours, sur une soixantaine de civils tués, et on parle maintenant de près d’un millier de blessés par Israël, qui bombarde délibérément les familles.

Mais le même journal aux ordres des commandos de la mort écrit "Le Hamas connait une sorte d’ivresse politique nourrie de sa proximité idéologique avec les frères musulmans désormais au pouvoir au Caire"

Dans Libération, Vincent Giret, n’est pas en reste.

Après avoir déclaré : "Il faut répéter qu’Israël a le doit inaliénable comme tout état à la sécurité", les Palestiniens, n’ayant eux pas besoin de sécurité puisqu’ils n’ont pas d’Etat, n’est-ce pas, ce monsieur qui fait honneur à la profession, analyse ainsi les bombardements : "C’est le Hamas, qui en profite pour torpiller la prochaine candidature de l’Autorité Palestinienne à un statut d’Etat non membre de l’ONU"

Et de nous asséner qu’avec "L’Egypte travaillée par l’islamisme", "l’Iran menaçant", et "le Hamas qui tient à exhiber son nouvel arsenal de terreur contre Israël", le pauvre Israël ne sait plus où donner de la tête.

Sans parler des sanctions qu’Israël annonce contre la terrible menace d’une représentation de la Palestine, en tant qu’observateur à l’ONU. Diantre, Israël est cerné !

Quant à "l’envoyée spéciale" de Libé à Gaza, Aude Marcovitch, elle n’est pas allée sur place pour rien, puisqu’elle a vu des roquettes qui partent de Gaza vers Israël, nous dit-elle comme premier élément de son article. Cette grande journaliste de terrain indique par ailleurs que "des tunnels soupçonnés de servir à la fois de cachettes pour les hauts responsables du Hamas et de bases de tir pour certaines roquettes, ont été ciblés"..

Ça valait tout de même le coup d’avoir un envoyé spécial à Gaza pour nous raconter cela ! On ne sait pas si Aude Marcovitch faisait partie des journalistes étrangers qui ont été bombardés par Israel tandis qu’ils se trouvaient dans le tour des médias, mais elle si elle en ressort vivante, elle trouvera sans doute une bonne explication à cet autre attentat "ciblé".

Heureusement que de moins en moins de gens achètent cette presse de caniveau, d’apologie de crimes de guerre.

Netanyahou a besoin de d’un bain de sans avant les élections législatives. Alors, on attend le 22 janvier, en espèrant que cela s’arrêtera au moment où les Israéliens iront mettre un bulletin dans l’urne pour choisir entre Netanyahou-Liberman ou Lieberman-Netanyahou ?

Il faut aussi qu’Israël teste ses nouvelles armes anti-missiles, des joujoux tout neufs et très performants, dotés de noms plus sympathiques les uns que les autres ? Il parait que les Etats-Unis qui les ont financés sont très curieux de voir ce que cela donne.

Noam Chomsky appelle un chat un chat : "Ce n’est pas une guerre, c’est un massacre".

"L’invasion et le bombardement de Gaza n’ont pas pour but de détruire le Hamas. Ils n’ont pas pour but d’arrêter les tirs de roquettes sur Israël. ils n’ont pas pour but de parvenir à la paix.

Cette décision israélienne de semer la mort et la destruction à Gaza est l’aboutissement d’une entreprise de nettoyage ethnique des Palestiniens qui dure depuis des décennies.

Les armes sophistiquées israéliennes qui atteignent par air et par mer des zones densément peuplées, des camps de réfugiés, des écoles des immeubles d’habitation, des mosquées, qui attaquent une population qui ne dispose ni de forces aérienne ou navale, pas d’équipements lourds, pas d’armée, ne constituent pas une guerre. Ce n’est pas de la guerre, mais de l’assassinat.

Et quand les Israéliens expliquent qu’ils doivent se défendre alors qu’ils sont dans des territoires occupés, ils s’agit de la défense d’un occupant militaire face à une population occupée et opprimée. On ne peut parler de défense quand on occupe la terre de quelqu’un d’autre. Trouvez un autre mot !"

Noam Chomsky

http://www.zcommunications.org/znet

http://www.europalestine.com/spip.php?article7807

> Que répondre à ceux qui confondent les bourreaux et les victimes ?

Gaza - Quelques arguments pour répondre à la propagande israélienne

Pour ceux qui, comme moi, ont du mal à rester silencieux face à la propagande et à la désinformation israélienne, et voudraient se lancer dans un débat virtuel par commentaires interposés sur facebook ou d’autres sites où cette propagande sévit, quelques contre-arguments qui peuvent être repris.

1. « L’attaque contre Gaza vise à défendre les Israéliens du sud d’Israël, victimes des tirs de roquettes incessantes des terroristes de Gaza. »

Si le 15 novembre 3 israéliens ont été tués par une roquette pour la première fois depuis plus d’un an et si pour la première fois depuis 21 ans une sirène a résonné à Tel Aviv, c’est de la faute de leur propre gouvernement car tout cela est arrivé après le début de l’attaque israélienne sur Gaza, après l’assassinat d’Ahmad Jaabari. Le gouvernement Netanyahou ne se contente pas d’assassiner les Palestiniens, il prend sa propre population en otage pour des raisons électorales.

Consciente de ça, une habitante du sud d’Israël a d’ailleurs écrit une tribune à Netanyahou dans laquelle elle dit notamment « Si vous voulez mettre un terme aux actions hostiles qui proviennent de l’autre côté, ouvrez vos oreilles et commencez à écouter. Si vous vous souciez de nous, cessez de nous défendre par des missiles, des actions « ciblées » et des « vols dissuasifs ». Au lieu de l’opération Pilier de Défense, lancez-vous dans une opération Espoir pour l’Avenir. C’est plus compliqué, il faut pour cela de la patience, et c’est moins populaire. Mais c’est la seule issue possible. » (NDLR :voir la version complète et originale sur le site de Haaretz et voir la traduction française)

Mais, d’un autre côté, les Israéliens de Tel Aviv comme du sud d’Israël peuvent s’estimer heureux d’avoir des sirènes et surtout des boucliers anti-missiles pour les protéger, sans parler des abris anti-aériens. Les Palestiniens eux n’en ont pas.

Sinon, quelques chiffres qui parlent toujours plus que les mots :

Nombre d’Israéliens tués par un des tirs de roquette depuis le 15 janvier 2009, et avant hier : 4 (source B’Tselem, ONG israélienne, 7 selon l’armée)

Nombre de Palestiniens tués par un des raids israéliens depuis le 15 janvier 2009, et avant hier : 300.

Nous prenons les chiffres depuis le 15 janvier 2009, date de fin de la dernière grosse attaque lancée contre Gaza en décembre 2008-janvier 2009 et qui se voulait déjà une réponse aux tirs de roquettes. Pour être gentils quoi... Parce que sinon, on peut aussi calculer depuis le début des tirs de roquettes et ça donne ça :

Nombre d’Israéliens tués par un tir de roquette depuis le 29 septembre 2000 : 61 (source : Ministère de la défense israélien)

Nombre de Palestiniens tués à Gaza par l’armée israélienne depuis le 29 septembre et jusqu’au 15 septembre 2012 : 4660 (source B’Tselem)

Ces chiffres ne visent pas à relativiser les morts, car comme on dit, « qui tue un homme, tue l’humanité », mais juste à casser une dernière fois cette idée qu’Israël se défend. Israël attaque.

2. « Depuis des années, le Hamas envoie des Roquettes tous les jours sur Israël »

Faux. Ce n’est le plus souvent pas le Hamas mais d’autres organismes. Le Hamas, tentant de faire respecter la trêve, a même monté une force spéciale chargée d’arrêter les Palestiniens lançant des roquettes comme le rapporte le journal israélien Haaretz . Et donc le Hamas, que ça plaise ou non, et il ne s’agit pas là de le défendre, n’est pas ce "grand mouvement terroriste qui attaque continuellement Israël en lançant des roquettes", c’est un peu plus compliqué.

Tout comme il est un peu plus compliqué de dire qu’Ahmad Jaabari n’était pas qu’un terroriste. Là encore, on pourra juste citer des responsables israéliens.

Mais si les roquettes ne cessent d’être lancées depuis Gaza, c’est qu’Israël ne cesse d’occuper Gaza. Voudrait-on occuper, affamer, tuer des gens et qu’en plus ceux-ci ferment leur gueule ? Ah, non, on voudrait qu’en plus ils se montrent reconnaissant car en fait, tout ça, c’est pour leur bien, pour les libérer de ces terroristes du Hamas.

3. « Le Hamas se cache derrière la population civile, il va dans les "villages habités" ».

On voit bien que là, c’est à ceux qui reprochent de ne pas aller voir la situation sur place, qu’il faut conseille d’aller voir comment c’est Gaza (Et puis, c’est simple, on peut même le faire avec google earth).

Premièrement, Gaza est un des endroits au monde le plus peuplé. Et il est entouré par un mur. Où voudrait-on qu’ils aillent lancer leur roquettes ? Sur les grands no man’s land qui les séparent du mur pour se faire sniper ? Peut-être que s’ils avaient des F-16 et des drones comme l’armée israélienne, les choses seraient différentes. Et peut-être que s’ils avaient des F-16 et des drones, et des accès satellites, eux aussi pourraient « cibler » leur tir de roquette et éviter de toucher des civils.

Deuxièmement, il est aisé de faire la distinction entre civils palestiniens et terroristes palestiniens à Gaza quand ca arrange car ce sont TOUS les Palestiniens de Gaza qu’Israël assiège, enferme, affame, sans chercher à distinguer les civils des terroristes.

Troisièmement, c’est justement parce que ce sont tous les Palestiniens de Gaza qui sont enfermés, que ce sont tous les Palestiniens qui résistent. Il n’y a pas d’un côté les terroristes qui se cachent et les civils. C’est une même population, solidaire face à l’oppression même si tous n’ont pas choisi de prendre les armes. Par contre, TOUS les Israéliens doivent un mois par an à l’armée israélienne. Donc dire que « les terroristes du Hamas attaquent de pauvres civils israéliens et se cachent derrière ses propres civils », c’est un peu réducteur.

Quatrièmement, de même, faire une séparation stricte entre le Hamas qui se « cache » et la population civile, c’est oublier que le Hamas a été, lors des dernières élections, largement majoritaire à Gaza, et qu’il est donc très implanté dans la population. Dire ça, ça ne veut pas dire se réjouir de cette élection, mais les Israéliens doivent savoir ce que c’est qu’un gouvernement démocratiquement élu avec lequel on n’est pas forcément d’accord, eux qui vivent dans un pays dirigé par la droite et l’extrême-droite, et dont le ministre des Affaires Étrangères proposait en 2009 de se battre contre Gaza « comme les États-Unis s’étaient battus contre le Japon en 1945 » (cad avec la bombe nucléaire) sans que cela ne fasse réagir personne.

4. Sur le fait qu’« Israël accueille des Palestiniens pour les soigner dans ses hôpitaux »

Bombarder quelqu’un, manquer de le tuer mais le blesser et lui dire après « Mais viens dans mon hôpital si tu veux »... Hmmmm pervers et en même temps, c’est la moindre des choses qu’Israël en tant que responsable doit faire, et pas juste pour une poignée de Palestiniens devant servir d’alibi pour montrer le « grand coeur » d’Israël mais pour tous les Palestiniens blessés.

5. Même chose pour les petits papiers que l’armée israélienne balancerait sur les zones où vivent les Palestiniens avant de venir les bombarder.

Que leur écrivent-ils sur ces petits papiers : « Salut les gars. Bon, on arrive pour exploser vos maisons. On sait que vous ne pouvez aller nulle part pour fuir les bombardements car on vous a enfermé sur ce petit bout de territoire qui fait 350km. Mais essayez quand même. Bisous. » ? Hmmmm...

6. « Israël veut la Paix », les « Peace & love », and Co.

La Paix et l’Amour, sans Justice, ne sont que des concepts creux. Sauf si ce que ce qu’Israël veut c’est la paix du plus fort. Mais ça, il serait temps que les Israéliens comprennent que les Palestiniens ne sont pas décidés à l’accepter.C’est pour cela qu’Israël s’en prend à Gaza et au Hamas, car ils ne sont pas encore aussi corrompus et dociles que les gens de l’Autorité Palestinienne et leurs forces de sécurité qui en sont au point d’empêcher les Palestiniens de manifester en Cisjordanie et de les arrêter.

Si Israël et certains Israéliens préfèrent au Hamas le gouvernement dictatorial de l’AP ce n’est pas surprenant, c’est ce qu’a fait Israël depuis des années avec ses grands copains Mubarak et Abdallah, sans compter les despotes du Golfe. Ce n’est pas surprenant parce qu’en fait les Palestiniens, ils n’en ont rien à faire. Ce qui les intéresse c’est leur « sécurité » personnelle. Ca les choque que deux roquettes soient pour la première fois tombées à proximité de Tel Aviv mais ça ne les choque pas qu’il y ait des blindés israéliens à Bethléem tous les jours et que les Palestiniens entendent les avions de chasse israéliens les survoler tous les jours. Car pour leur « sécurité », il leur faut chercher les meilleurs chiens de garde capables d’empêcher les Palestiniens de réclamer leur droits, quitte à piétiner la démocratie.

Et oui, nous ne sommes pas aveuglé par la « haine d’Israël », nous critiquons aussi des pays arabes. Même des Palestiniens. Car être solidaire des opprimés, c’est être solidaire contre tous les oppresseurs. Mais le premier d’entre eux est Israël.

**

Après tout cela, on vous attaquera surement personnellement, on vous dira peut-être que vous êtes pédant ou imbécile, que vous n’y connaissez rien. Mais ce sera pour éviter d’avoir à répondre sur le fond. Parce qu’il n’y a rien à répondre à ce que nous venons d’écrire. Les faits sont là, nous les avons donné, et les faits sont têtus.

Céline Lebrun

http://www.ujfp.org/spip.php?article2458

> Qui a dit qu'Israël avait le droit d'exister ?

Gaza : 20 morts dans de nouveaux raids israéliens dont une majorité de femmes et d’enfants

20 Palestiniens, dont une majorité de femmes et d’enfants, ont été tués dimanche dans des raids aériens israéliens sur la bande de Gaza, selon les services de santé du territoire palestinien gouverné par le Hamas.

Neuf Palestiniens, parmi lesquels sept membres d’une même famille, dont trois femmes et quatre enfants, ont été tués dans l’après-midi dans une frappe aérienne qui a détruit un immeuble de trois étages du quartier de Nasser (nord) dans la ville de Gaza, selon un nouveau bilan des services d’urgences.

Deux autres raids ont tué un homme à Chejaïya, un quartier de l’est de la ville de Gaza, et deux autres à Jabalia, dans le nord du territoire palestinien, ont précisé les services ambulanciers de Gaza. Dans la matinée, six Palestiniens, dont quatre enfants, avaient été tués.

> qui a dit que la Syrie ou l'Iran avait le droit de rester impunis ?

Syrie : 39 000 morts depuis les 20 mois du soulèvement anti-Bechar Al Assad

Iran : 447 exécutions depuis le début de l'année : https://nantes.indymedia.org/article/26599

Pourquoi certains ne s'en prennent qu'à l'Etat israélien ? plus antisémites qu'antisionistes ? indignation à géométrie variable ?

Même pas 30 % des israéliens sont pour une intervention à Gaza. La donne change. Soutenons les israéliens anti-interventionnistes.

> Faudrait pas prendre les gens pour des cons !

"Même pas 30 % des israéliens sont pour une intervention à Gaza" ! ! ! C'est exactement le contraire de ce que disent les sondages.

Faudrait lire autre chose que les médias du pouvoir. Et ne pas essayer de noyer le poisson en parlant de la guerre civile en Syrie comme du nettoyage ethnique de la Palestie.

Bonjour de Gaza la martyre

Il est 11h ce lundi 19 novembre 2012, le sixième jour La matinée la plus san­glante depuis le début de l’agression israé­lienne contre les civils de Gaza

20 martyrs depuis ce matin : 5 enfants, 4 femmes, 5 personnes âgées 70 blessés

200 raids israéliens depuis ce matin

40 maisons détruites depuis ce matin

15 bâtiments publics bombardés

Le bilan de ces mas­sacres israé­liens est très lourd : 95 martyrs, 700 blessés, en majorité des civils

Aujourd’hui on parle de dizaines de martyrs, demain on va com­mencer à parler de cen­taines de morts, avec le silence com­plice du reste du monde

Gaza la courageuse résiste

Ziad

http://www.france-palestine.org/Bonjour-de-Gaza-la-martyre

L'Etat fasciste mène une guerre totale contre la population civile palestinienne.

> négationnistes et menteurs

Les tartuffes prennent vraiment les gens pour des cons. Ce que disent les sondages, c'est que 84% des Israéliens sont favorables au bombardement de Gaza, mais que seuls 30% sont pour une intervention terrestre, à cause de l'image donnée à la communauté internationale.

Ça prouve simplement qu'il y 84 % de fascistes modérés en Israël et 30 % de fascistes durs. Belle différence…

> 100 %

les sondages veulent dire aussi que 100 % des Israéliens sont contre les centaines de roquettes lancées sur leur pays.

La riposte est complètement disproportionnée, c'est ok, mais cessez le feu il y aura, quand la branche armée du hamas arrêtera aussi ses tirs.

> 100% des Palestiniens sont pour la fin de l’occupation et du nettoyage ethnique

Les états d’âme de leurs bourreaux, ils n’en ont rien à foutre. Israël, la seule démocratie fasciste de l’Histoire : pas besoin de dictature, ce sont les citoyens qui régulièrement votent pour les fachos.

Et si Israël est l’Etat le plus haï de la planète, c’est parce qu’il est le plus haïssable ou parce que le reste de la planète est antisémite ?

BOYCOTT ISRAEL MAINTENANT ET PARTOUT ! SANCTIONNONS LA BARBARIE ISRAELIENNE ! N’ATTENDONS PAS QUE NOS GOUVERNANTS VIENNENT NOUS DIRE LEURS REGRETS DANS 50 ANS !

"Chers amis,

Bonjour, je vous écris de Gaza, au même temps ou les avions militaires sont en train de bombarder dans le quartier, apparamment que nous sommes maintenant prêts à partir, plus loin que ce ciel gris et criminel et plus haut que ces avions militaires.

6 jours d’agression et de massacres, et cela continue et bientot on parlera de 20 jours de guerre, ou peut-etre 30 ou 40 jours de massacres.

Je ne peux plus colorer mes mots et décorer mes phrases, je ne suis plus francophone, ni francophile, l’humanité a été assassinée hier soir, avec la famille Al Dalou et ses enfants, déchirés devant les écrans et bientot sur des cartes postales.

Un seul bombardement dans le quartier est capable de me faire oublier le futur proche et le futur simple, je ne sais plus comment conjuguer les verbes du troisième groupe, comme vivre, sourire, rire, tous les verbes sont devenus orphelins, et tous les points sont devenus terroristes.

95 martyrs et 640 blessés jusqu’au moment, et peut-être le chiffre changera avant que je termine ce message, ou peut-etre bien, ce message n’aura pas d’adresse.

tous les moments sont martyrs, ces oiseaux violents ont assassiné le temps, et ces balles vertes et marron ont assassiné la rose, est-ce que l’importance c’est la rose ?

Il n’y aura pas de football à Gaza, ce pauvre stade a été bombardé pour la troisième fois ce matin à 6 heures, et le centre de police du quartier a été bombardé à 2 heures du matin, et cette fois-ci, les blessés étaient des frères égyptiens qui étaient à l’hopital Al-Shifa juste à coté.

Hier, Israel a tué quelqu’un en bas de ma fenêtre, le monsieur était jeté par terre, je l’ai regardé quelques minutes il ne voulait pas me parler, et cette fois, c’était en direct, pas de films américains pas d’imagination dans mon quartier tout est vrai.

5 jours, je ne suis pas sorti de la maison, 5 jours je ne fais qu’entendre les bombes et compter les victimes, et parfois quand la maison danse, je me permets de demander, qui va mourir ce soir ?

Et nous, moi et ces visages enfermés avec moi dans la meme pièce et dans le meme destin, quand est-ce que nous pourrions nous échapper de cette vie, sans revenir après quelques instants, sans entendre quelqu’un dire : mais non, calmez-vous ce n’est pas notre tour qui a été bombardée, ce sont les voisins.

Hier, je me suis permis à penser à Paris, car il y a une semaine j’étais à Galarie LaFayette, il y avait une ambiance de fête, il y avait déjà le sapin de noel, et les jouets pour les enfants, apparamment, que les enfants à Gaza, ne sont pas interessés, puisqu’ils meurent avant l’arrivée du papa Noel, ou bien quelqu’un de mauvaise volonté leur a dit que le PAPA NOEL n’existe pas, quant à moi, je me dis il viendra par le passage de Rafah, donc j’attends, enfin comme je peux, car je commence à fatiguer ma conscience, et peut-être bientot, j’irai voir mes voisins, qui sont ennuyeux, parce que le silence me brise le coeur, c’est très long.

des frontières autour de moi

si je ferme mes yeux, je te verrai

viens me raconter si tu veux

je suis partant cette nuit malgré le temps

crie ou prie ou pleure

cela ne te sert à rien

mon ame sera déjà là-bas.

Amir Hassan

12:40 le 19 Nov 2012

http://www.europalestine.com/spip.php?article7814

Honte aux complices de ce crime contre l'humanité !

> Le mensonge démocratique

« pas besoin de dictature, ce sont les citoyens qui régulièrement votent pour les fachos »

Mais bien sûr ! Comme chacun sait, les élections ne sont jamais truquées, nulle part sur la planète, et surtout pas dans les « démocraties »!

Il faudrait être un peu cohérent, et constater que si les élections sont le nec plus ultra du mode de gouvernement de la bourgeoisie, elles sont avant tout le masque d'une dictature de classe !

En Israël et en Palestine COMME en France ou aux États-Unis !

> C’est la dernière mais pas la moins bonne !

C’est sûrement à cause de la fraude électorale que les Israéliens ont un gouvernement fasciste ! Il doit falloir de longues études en idéologie pour accéder au stade de cécéiste confirmé.

Les sondages confirment d’ailleurs largement le choix des Israéliens : 84% sont pour le bombardement de Gaza et 30% pour une offensive terrestre. C’est bien la preuve qu’il y a 84% de fascistes modérés et 30% de fascistes durs, ce qui nous donne une raison d’espérer.

Mais nous préférons dénoncer la barbarie de certains Etats, même si pour le CCI tout est pareil.

Après l’accord de trêve conclu hier, Israël a cyniquement bombardé jusqu’à la dernière minute, faisant encore des morts et des blessés jusqu’à 18 H 59 GMT (20 H 59 à l’heure de Gaza). Les manifestations doivent continuer partout pour dénoncer la responsabilité de nos gouvernants dans ce massacre, la poursuite de l’enfermement des Palestiniens, de l’occupation, de la colonisation, des confiscations de terres et des atrocités qui sont commises par Israël avec leur bénédiction.

LE SIONISME ET SA DÉMENCE MEURTRIÈRE

Les forces sionistes se sont livrées pendant 8 jours à leur exercice favori : bombarder à coups de milliers de bombes une population sans défense et sans aucune échappatoire. Avec des accents de victoire que tout esprit humain moyennement équilibré aurait trouvé abjects. Quelle performance pour des F-16 que d’envoyer des missiles, comme à l’entraînement, sur des immeubles habités par des civils, ou abritant des administrations ou des médias ! et sans aucun risque, tant la disproportion est incommensurable.

Et tout ça pour rien. POUR RIEN !

Juste pour s’enivrer de leur propre puissance, pour donner une leçon à ces pouilleux, pour calmer la démangeaison d’appuyer sur la gâchette. Car les sionistes ont une obsession, et ils la clament ouvertement, impudemment. Ils veulent ramener chaque pays attaqué à l’âge de pierre. Rien que ces déclarations, lancées par les plus hautes autorités, ramèneraient le sionisme à ce qu’il est, à ce qu’il a toujours été : une idéologie de destruction paranoïaque.

Pour être honnête, le ministre de l’intérieur sioniste, le mystico-messianique du parti Shas, voulait « seulement » ramener Gaza au Moyen-Age.

Rappelez-vous 1948 ! Quel occupant dans l’histoire s’est livré, après la conquête, à une destruction systématique de l’infrastructure du pays conquis : villages, fermes, vergers, magasins, ateliers, pressoirs, puits, cimetières, églises, mosquées. Quelle frénésie meurtrière avait saisi les sionistes au point de raser les lieux de prière et les sépultures de millions d’habitants qui y reposaient avant eux ? Quelle légitimité pourraient-ils revendiquer après ces orgies de violences et de destructions ?

J’ai dit plus haut que c’était une opération pour RIEN. Si les sionistes se donnaient la peine de parcourir l’Histoire, ils sauraient que la puissance militaire ne vient jamais à bout d’un peuple qui lutte pour sa liberté. Ne serait-ce que leur histoire récente. Il y a 3-4 ans, ils avaient lancé, après tant d’autres, une opération bien plus meurtrière, avec une invasion terrestre, pour « éradiquer le terrorisme ». Et qu’ont-ils obtenu ? Gaza résiste encore et toujours et fait la nique aux geôliers qui l’encerclent.

Le régime sioniste s’enfonce dans la barbarie avec une constance digne des empires, trop imbus d’eux-mêmes et de leur puissance, pour ne serait-ce que s’interroger, ou entendre les voix, en Israël et dans le monde, qui le pousseraient à la raison. Il faut dire aussi que l’Europe macère dans sa culpabilité et son impuissance, et se rend complice du Frankenstein atomique irresponsable qu’elle a laissé se développer et qui risque de se retourner contre elle un jour. Et que dire des médias français, même de « gôche », tels Libération et Arte, qui s’efforcent désespérément de mettre les 2 parties sur le même plan ? La 5e puissance nucléaire mondiale contre un petit mouvement de résistance.

Ainsi les sionistes se croient invincibles, et promis à un avenir millénaire de domination unilatérale. Comme certains régimes fascistes, ils se croient investis pour 1000 ans de leur mission dominatrice, avec une capitale éternelle et indivisible. Mais ils ne font que se rapprocher un peu plus d’une fin inscrite dans l’Histoire. Un révolutionnaire de 1789 disait : « On peut tout faire avec des baïonnettes sauf s’asseoir dessus ».

Mais allez expliquer cela à des centurions ivres de puissance !

Le sionisme a fini par montrer sa vraie nature, qui nous a été cachée pendant des décennies grâce à une des plus perfides manipulations médiatiques. C’est tout simplement une entreprise coloniale, qui suivra la logique de toute entreprise coloniale, à savoir s’enfoncer dans l’apartheid et l’oppression. Et puis il connaîtra la fin de toute entreprise coloniale. Avec seulement le suspense dont l’Histoire détient les clés, quant aux modalités.

Avec les regrets que les leçons de l’Histoire ne sont jamais tirées. Et un gâchis humain que les générations futures mettront des décennies, ou peut-être des siècles, à réparer."

Jacob Cohen. 21 novembre 2012.

http://www.europalestine.com/spip.php?article7830