Commission de comuneros de San Dionisio

Mot-clefs: Libérations nationales
Lieux:


La communauté ikojts de San Dionisio del Mar s'est réunie en assemblée du
peuple le 21 janvier de cette année afin, après analyse, d'arriver à un
accord au sujet du projet concernant l'installation d'éoliennes. Au cours
de cette assemblée, nous avons exigé que le président dénonce l'accord
autorisant le changement de l'usage du sol qu'il avait donné, d'une
manière unilatérale, à l'entreprise Energía Alterna Istmeña y Energía
Eólica Mareña (filiales du groupe Preneal) représentée par l'ingénieur
René Ortiz Piñón.
San Dionisio del Mar, Oaxaca, le 21 février 2012

Aux moyens de communication,
Aux organisations sociales,
Aux peuples indigènes,
À l'opinion publique nationale et internationale,

La communauté ikojts de San Dionisio del Mar s'est réunie en assemblée du
peuple le 21 janvier de cette année afin, après analyse, d'arriver à un
accord au sujet du projet concernant l'installation d'éoliennes. Au cours
de cette assemblée, nous avons exigé que le président dénonce l'accord
autorisant le changement de l'usage du sol qu'il avait donné, d'une
manière unilatérale, à l'entreprise Energía Alterna Istmeña y Energía
Eólica Mareña (filiales du groupe Preneal) représentée par l'ingénieur
René Ortiz Piñón.

Postérieurement, le 29 janvier 2012, l'assemblée des comuneros et du
peuple en général prit la décision de ne pas reconnaître et de révoquer
l'acte de l'assemblée du 7 novembre 2004 et du contrat d'usufruit signé
avec l'entreprise Preneal México, qui est un contrat de dupes ayant pour
objet d'obtenir un important bénéfice économique en profitant de notre
ignorance des lois nationales et internationales, ce qui viole notre droit
en tant que peuple indigène à une information opportune, ample, suffisante
et adéquate. De la même manière nous avons décidé de plein accord d'exiger
la révocation du mandat du président municipal, le professeur Miguel López
Castellanos, pour entente illicite avec l'entreprise et pour chercher à
imposer le projet d'installation d'éoliennes sur notre territoire en
passant par-dessus le pouvoir et la décision souveraine de notre peuple.
Pour cette raison, nous avons décidé d'occuper pacifiquement la mairie.

Le 11 février, une commission de comuneros de San Dionisio s'est réunie
avec le gouverneur Gabino Cué. Nous lui avons fait part de notre décision
de ne pas accepter le projet d'installation d'éoliennes sur notre
territoire. Le gouverneur nous a demandé de conscientiser notre peuple
pour qu'il accepte ce projet qui, a-t-il dit, nous apportera des emplois
et le développement. Cette position du gouverneur est contraire à ce qu'il
déclare publiquement quand il préconise que l'on respecte la décision des
peuples indigènes. Ils ont même approuvé les lois de l'État au sujet de la
révocation du mandat et maintenant, ils nous ignorent quand notre peuple
exige l'accomplissement de ces lois.

Nous, le peuple de San Dionisio del Mar, restons mobilisés et nous
exigeons le respect de notre droit à l'usufruit de notre territoire et, à
cette fin, nous avons réalisé le 15 février une manifestation dans les
principales rues de notre ville pour exiger le respect de notre décision.
Nous dénonçons Miguel López Castellanos qui a présenté devant le Ministère
public des affaires de droit commun sis à Juchitan, 21 plaintes contre des
membres du peuple pour délit de privation illégale de liberté,
criminalisant de cette façon la protestation sociale et l'organisation
populaire.

De même, hier, nous avons décidé en assemblée générale de :

1. Fermer par des barricades les accès à notre communauté en protestation
contre l'imposition d'un conseil de développement municipal que prétend
installer Miguel López Castellanos avec ses gens et dans le dos du peuple.

2. Suspendre les travaux éducatifs dans toutes les écoles de notre ville
du fait qu'il n'existe pas de sécurité pour les professeurs qui y
enseignent vu que, dans leur majorité, ils ont été menacés et l'objet des
plaintes de Miguel López Castellanos.

3. Nous ratifions notre décision de ne pas permettre la mise en place du
projet éolien qui cherche à nous dépouiller de notre territoire et de nos
ressources naturelles.

4. Nous exigeons la révocation du mandat de Miguel López Castellanos pour
ne pas protéger les intérêts de notre peuple ni exécuter sa volonté.

Non au projet éolien sur la barre Santa Teresa, appelé Parc éolien San
Dionisio !

Nous ne voulons pas de l'installation de la centrale d'énergie électrique
éolienne sur notre île.

Nous exigeons la révocation du mandat du professeur Miguel López
Castellanos comme président municipal.

Pour la défense des territoires indigènes

Assemblée générale des comuneros de San Dionisio del Mar, Oaxaca
Commissariat des biens communaux de San Dionisio del Mar, Oaxaca
Assemblée des peuples indigènes de l'isthme de Tehuantepec pour la défense
de la terre et du territoire

http://www.lavoiedujaguar.net/Assemblee-de-San-Dionisio...l-Mar