[Nantes] AG contre la casse sociale et la précarité

Mot-clefs: mouvement
Lieux:

le mercredi 20 novembre 2019 à 12:00

Amphi 5 Censive

Vendredi 8 Octobre un étudiant s'est immolé devant le Crous de Lyon. Depuis un an les gilets jaunes manifestent contre la pauvreté et la précarité.
La réponse du gouvernement ?
Des lois sur la sécurité sociale et sur le chômage plus que catastrophiques et la réforme des retraites dont l'objectif, est comme toutes les réformes précédentes, de nous faire travailler plus en nous rémunérant moins.
En effet le système des retraites qui jusqu'ici reposait sur un système de cotisations, dont il émergeait des régimes spéciaux pour les travailleur.euse.s ayant les conditions de travail les plus difficiles, va se transformer en un système de point, et va entraîner la suppression des régimes spéciaux.
De plus, avec le système de cotisation, c'était les six derniers mois de carrière qui étaient pris en compte pour les fonctionnaires et les 25 meilleures années pour les salarié.e.s. Avec le nouveau système l'intégralité de la carrière sera prise en compte. Et ça pose problème puisque lors de l'entrée sur le marché du travail, les nouveaux arrivant ont majoritairement des salaires plus bas qu'après un certain nombre d'années d'ancienneté. Et on ne parle pas ici des aléas de la vie (chômage, maladies...). Mécaniquement les retraites vont donc diminuer. En outre, les premières à être touché par cette réforme vont être les femmes. En effet, ce sont les femmes qui s'occupent, dans la très grande majorité des cas, de leurs enfants, à la naissance via les congés maternités, mais aussi en bas âge où énormément de femmes "choississent" de ne pas retravailler tout de suite ou bien de travailler à mi-temps ou à 80%. Or évidement, alors qu'elles cumulent et leur travail et l'éducation de leurs enfant, les cotisations retraites diminuent, puisqu'aux yeux des puissants elles ont finalement moins travaillées pendant cette période.
Enfin c'est la question de l'age du départ à la retraite qui est posée dans cette réforme. En effet une des pistes de réflexion du gouvernement était certes de laisser l'âge légal de départ à 62 ans, mais en proposant de ne pouvoir toucher une pension complète (dite à taux plein) seulement à l'âge de 64 ans. Ici ce sont donc encore une fois les travailleur.euse.s les plus précaires qui sont impactés. Ce sont eux qui ont les conditions de travail les plus difficiles et on leur demanderait donc de choisir entre détruire leur santé encore un peu plus pour avoir un niveau de vie décent (ou pas), ou alors avoir un niveau de vie décent (Ou pas) tout en se détruisant la santé deux ans de moins. Inacceptable.
Bien sûr le gouvernement cherche à rassurer en disant qu'il y aurait des sortes de points bonus pour les travailleur.euse.s ayant des conditions de travail difficiles. Notons ici que c'est bien entendu ce même gouvernement qui doit fixer les critères qui rendent ces conditions de travail difficiles. Rassurant lorsqu'on sait que les membres du gouvernement ont tous bien sûr, au moins une fois dans leur vie travaillée dans la manutention, ou en tant qu'ouvrier.ère.s....

NOUS ÉTUDIANT.E.S nous devons d'être présent.e.s. Si nous sommes les précaires d'aujourd'hui nous sommes aussi les précaires de demain. C'est pourquoi nous vous invitons à l'AG du 20 Novembre à 12h (amphi 5 censive) afin de préparer la journée du 5 Décembre.

CETTE RÉFORME NE DOIT PAS PASSER.