Circulez, y’a rien à voir (témoignage sur le gazage devant la maternité de Nantes)

Mis a jour : le jeudi 19 décembre 2019 à 13:19

Mot-clefs: Médias Répression contrôle social
Lieux:

Un autre maintien de l’ordre est possible

On a basculé dans un monde absurde. Débile. Idiot

Tous les repères sont abolis. Tous les mots sont dénués de sens.

 

(Ce texte est une réaction au pseudo factchecking de libération)

El_q_qaw4aymvo7-medium
source : https://twitter.com/MNKB44/status/1206941610786861058

Hier [17/12/19]  à Nantes, alors que le personnel soignant manifestait contre la casse de l’hôpital public, leur si cher hôpital, dans lequel ils mettent tant de cœur, d’énergie, laissent leur santé, subissent des horaires décalés, abîment leur vie familiale mais qu’ils défendent ardemment… Alors que le personnel soignant manifestait, il était rejoint par des manifestant?e?s de la matinée

Et les CRS ont gazé

On est devant le CHU

Les forces de l’ordre balancent de la lacrymo

Des femmes, dans les étages, sont gênées par les gaz

Il s’agit de la maternité

Certaines sortent de leur chambre

Certaines montent d’un étage

Le personnel soignant à l’intérieur déplace des meubles

Protège un bébé

Les faits sont insupportables autant que têtus

Mais il y a la direction du CHU qui dit à Libération : « Quelques parturientes ont été incommodées par les odeurs au passage de la manifestation. Elles sont allées dans les espaces communs et sont retournées dans leurs chambres ensuite. Mais à aucun moment il n’y a eu d’évacuation, au sens d’une sortie de l’hôpital ou d’un transfert dans un autre service. »

Libé dit que le CHU relativise

Et puis il y a la Préfecture qui dit à Libération : « Les forces de l’ordre ne sont à aucun moment entrées dans l’enceinte du centre hospitalier, ni n’ont tiré de grenades lacrymogènes dans sa direction. »

Sur place au moment des faits aussi insupportable que têtus, une aide-soignante. Elle dit à Libération : « Plusieurs patientes ont été évacuées de leur chambre et dirigées vers le hall d’entrée du troisième étage. »

Et nous voilà à débattre du niveau de gêne infligé aux femmes concernées par l’intervention des forces de l’ordre

C’est rassurant : tout le monde confirme qu’elles ont été gênées

C’est inquiétant : tout le monde confirme qu’elles ont été gênées

C’est hallucinant : tout le monde confirme qu’elles ont été gênées mais la direction du CHU dit qu’elles ont simplement été bougées de leur lit, semble sous-entendre que c’est pas bien grave, faut pas pousser mémé dans les orties

Et la Préfecture dit que c’est pas volontaire, semble sous-entendre que c’est la faute à pas d’chance, que voulez-vous ma pauv’ dame

La direction du CHU devrait soutenir le personnel et la patientèle

La Préfecture devrait tout le moins s’excuser de la gêne occasionnée

En fait, tout le monde s’en fout

Tout le monde s’est habitué

Plus rien n’a de sens

Plus rien n’est gradué

Les limites de l’acceptable sont pulvérisées

Les forces de l’ordre ont pouvoir

Pour viser des jeunes avec des LBD

Matraquer des manifestant?e?s

Fouiller tous les sacs des passant?e?s

Tirer sur des journalistes

Gazer près de la Loire la nuit

Gazer près d’un hôpital le jour

Et tant pis pour la gêne occasionnée

Tant pis pour les conséquences irréversibles

Circulez, y’a rien à voir

Sauf que voilà, les faits sont insupportables autant que têtus

Ne jamais sanctionner les excès, les abus, les violences, le zèle, ne profite pas aux forces de l’ordre

Désormais, le slogan « tout le monde déteste la police » s’installe durablement dans les têtes et dans la chair des honnêtes gens

On bascule dans un monde désagrégé. Dangereux. Hideux.

Link_go Manif de mardi : des chambres de la maternité de Nantes ont-elles été évacuées à cause de gaz lacrymos ?
(article payant de Libération)

Link_go Réforme des retraites. Au CHU à Nantes, des parturientes incommodées par le gaz lacrymogène
article / témoignage de presse-océan : "Au 3e étage, il a fallu encore déplacer une dizaine de chambres car les effets du gaz, malgré les fenêtres fermées, étaient trop prégnants. Au rez-de-chaussée, bien que l’accueil ait été fermé lui aussi pendant environ une demi-heure, le temps des affrontements, personnels et patients en ont aussi pris plein les yeux et se plaignaient de l’effet du gaz."

Link_go Maternité de Nantes évacuée suite à des gaz lacrymogènes : en finir avec la disproportion de la réponse policière
communiqué de presse de la socialiste Michèle Meunier (c'est ironique de voir le PS s'indigner de la "la disproportion de la réponse policière" après l'avoir utilisée tant d'années !)

Link_go Circulez, y’a rien à voir
source du texte

Commentaire(s)

> Au CHU, la lacrymo fait encore tousser

Une pluie de gaz lacrymogène, un mouvement de foule, l’agitation et la panique, puis une femme enceinte qui s’effondre en hurlant aux portes – verrouillées – de la maternité du CHU de Nantes : voici les principaux éléments d’une scène, rapportée par Roland Jaguenet telle qu’il l’a "vécue en direct", mardi 17 décembre, en marge de la manifestation contre la réforme des retraites.

Il était environ 15 h 30, énonce l’élu CGT (syndicat majoritaire) du CHU de Nantes. La femme tombée à terre, dit-il, "se présentait selon toute vraisemblance à l’entrée de la maternité pour une consultation. Elle a trouvé porte close alors que les salves de lacrymo redoublaient. Un homme qui l’accompagnait, effrayé, a shooté dans les portes dans l’espoir de les ouvrir. Plusieurs usagers de l’hôpital se sont ainsi retrouvés piégés, bloqués devant le sas d’entrée fermé, cernés par le gaz tiré par les forces de l’ordre."

/.../

Contactée, la direction du CHU reconnaît qu’"une femme enceinte a fait un malaise à proximité de l’entrée" de la maternité mais certifie que "l’agent de sécurité-sûreté l’a immédiatement fait entrer et qu’elle a été prise en charge"

source : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-au-chu-la-lacrymo-fait-encore-tousser-daaf7bf2-226c-11ea-9bf2-8755e2dbcaca

> ah vraiment ?

"un autre maintien de l'ordre est possible"
euh... comment dire ?