Les infos de l'inter-comités de soutien à Vincenzo #10

Mis a jour : le jeudi 28 novembre 2019 à 08:50

Mot-clefs: Contre-sommets anti-repression
Lieux: rochefort-en-terre

Bonjour à toutes et tous,

après une victoire, d'autres batailles nous attendent...

Vendredi 15 novembre, le comité de soutien et ses ami.e.s ont partagé avec Vincenzo la joie de sa libération après que la cour d'appel de Rennes ait cassé les Mandats d'arrêt européens (MAE) qui le menaçaient (voir la vidéo de remerciement du Comité de soutien à Vincenzo) Lundi, nous avons appris que le parquet a décidé de se pourvoir en cassation, mais cette décision ne nous étonne ni ne nous alarme. Fort.e.s de la mobilisation déjà mise en œuvre et de la justesse de notre cause, nous restons déterminé.e.s et mobilisé.e.s et nous comptons sur toutes et tous.

Officiellement, le MAE pour la manifestation antifasciste de "Milan 2006" a été reconnu comme "sans objet" car la peine est déjà effectuée. Celui pour « Gènes 2001 » a été cassé sur la base d'un vice de procédure dû à la justice française (Vincenzo n'a pas été averti après son arrestation qu'il pouvait contacter son avocat italien, constituant une entrave à la défense). En revanche, il n'y a pas de remise en cause de la procédure d'émission des MAE par l'Italie, ni de l'utilisation qui en est faite.

Malgré cela, le parquet général conteste la décision de la Cour d'appel, semblant ainsi valider la criminalisation des manifestant.e.s par les autorités italiennes à travers le "code Rocco" hérité du fascisme. Que ses motivations soient issues ou non de pressions diplomatiques, l'expression du "Ministère public", représenté ici par le parquet général, est de fait un positionnement politique. Officiellement, le recours en cassation se base sur le fait que Vincenzo aurait déclaré avoir un avocat en France et qu'il en nommerait un autre une fois en Italie. L'avocat général nie ainsi son erreur qui a été pointée par la cour d'appel.

La pression policière et judiciaire touche encore beaucoup de monde en Italie, qui est la cible d'enquêtes judiciaires. Notamment, l'ex-compagne de Vincenzo subit la vengeance de la police, qui a perquisitionné chez elle et a saisi certaines de ses affaires, sans avoir encore prouvé qu'elle a agit sur décision d'un juge.  Elle ferait l'objet d'une enquête pour "complicité". D'autres soutiens de Vincenzo seraient aussi surveillé.e.s et de nombreux.ses militant.e.s, à Milan et ailleurs, sont menacé.e.s par la police et la justice. Dans le cadre de cette politique répressive, d'autres MAE ont été émis par la justice italienne, car une perquisition a récemment eu lieu à Paris en visant une militante accusée d'avoir participé à des manifestations en réaction à l'expulsion d'un squatt à Turin ("opération Scintilla").

Pour comprendre le contexte général, nous ne pouvons non plus passer sous silence le traitement médiatique partisan en Italie du contre-sommet du G8 de Gènes en 2001 et des conséquences encore vives aujourd'hui pour les victimes de sa répression. Certains journaux jettent de l'huile sur le feu en désignant la décision de la cour d'appel de Rennes comme une preuve de laxisme ou de sabotage pour faire échouer la procédure italienne et appuie sur une opposition binaire entre les États français et italien. En jouant le jeu de la politique de criminalisation des mouvements sociaux, une majeure partie de la presse italienne participe à faire taire toute contestation du modèle économique dominant et des politiques qui en découlent. Il ne s'agit donc pas d'un conflit entre deux États, deux nations ou deux peuples. Il s'agit bien de la réponse politique apportée par les États européens envers celles et ceux qui s'opposent à ce qui va à l'encontre de l'intérêt général.

Les MAE en eux-même constituent une introduction de lois liberticides d'un pays à l'autre de l'Europe. Même si les moyens de répression des luttes semblent se durcir partout et se ressembler de plus en plus, nous ne pouvons accepter un lissage par le bas de nos libertés fondamentales :  Même les MAE cassés en France, Vincenzo serait encore menacé de 11 ans de prison par l'État italien et recherché dans le reste de l'Europe !

Enfin, il est important de souligner que "l'affaire Vincenzo Vecchi" ne touche pas que la France et l'Italie, puisque les MAE sont émis dans tous les pays d'Europe et doivent être cassés indépendamment dans chacun d'entre eux. La justice italienne aura donc envoyé le MAE mensonger pour "Milan 2006" et celui incomplet et mal-rédigé pour "Gènes 2001" à tous ses "partenaires" européens auxquels elle est sensée devoir une confiance mutuelle.

"L'affaire Vincenzo Vecchi" nous concerne donc toutes et tous. Ne restons pas seul.e.s ! Montrons que, face à la répression, la défense collective est la meilleure des solidarités !


Concrètement, une fois le recours déposé, le "Ministère public" a 5 jours pour présenter ses motivations par écrit à la Cour de cassation. Ensuite, cette dernière aurait 40 jours maximum pour étudier et délibérer sur le dossier. Trois possibilités s'offrent à l'issue du pourvoi en cassation :- Rejet de la Cour de cassation (elle refuse d'instruire)- Cassation de la décision de la Cour d'appel de Rennes du 15/11 et renvoi vers une autre Cour d'appel (qui peut être à Rennes aussi)- Validation de la décision de la Cour d'appel de Rennes du 15/11Il est peut-être possible qu'à cette issue la justice italienne émette un nouveau MAE, vierge des erreurs des précédents, mais nous manquons encore d'information là-dessus.

Pour ses actions en cours et à venir, le Comité de soutien à Vincenzo de Rochefort-en-Terre fait un appel à traducteurs.rices et, bien-sûr, à toutes les forces disponibles pour diffuser les informations, organiser des soirées de soutien, des rassemblements... et tout ce qui fait parler de cette lutte et qui nous fera la gagner !

Le prochain temps fort aura lieu lundi 2 décembre à Rochefort-en-Terre. Si des personnes des comités locaux veulent faire le déplacement et éventuellement témoigner du travail accompli jusque là, vous êtes bienvenu.e.s!

Invitation:

Madame, Monsieur,
Nous vous invitons à une rencontre conviviale dans le cadre de l'affaire Vincenzo Vecchi, accusé par l'Italie en vertu de la loi Rocco, issue de l'héritage fasciste, et remis récemment en liberté par décision de justice du tribunal de Rennes, et parce que le parquet pour des raisons peu compréhensibles a décidé de se pourvoir en cassation.

Nous, Comité de Soutien de Vincenzo Vecchi, vous invitons lundi 2 de?cembre 2019 à partir de 15 heures au Café de La Pente à Rochefort-en-Terre

Les avocats s'exprimeront avec l'accord de Vincenzo Vecchi, en sa présence et celle du comité.
Il y sera question des tergiversations d'une justice devenue incompréhensible au citoyen, des circonstances du procès de Gênes, des allégations fautives de la justice italienne, du recours français à la cassation, des informations précises concernant les Mandats d'Arrêts Européens, dits MAE, si critiqués, et surtout il y sera question d'éclaircir et de communiquer une affaire qui pourrait servir à l'avenir de modèle pour éviter les erreurs et les malentendus européens.

De nombreuses personnalités de la presse, de l'art et du monde politique se sont annoncées, nous comptons sur votre présence afin de donner à cette rencontre tout le poids qu'elle mérite d'obtenir pour sauvegarder notre justice et son application loyale et rigoureuse.

Le Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi, Et ses avocats, M.Asselin, C. Glon et M. Tessier

Un buffet sera proposé en fin de journée

PS: pour celles et ceux qui viendront par train, il est possible de venir vous chercher à la gare de Questembert ou de Redon (plusieurs TGV Redon-Paris par jour)
Si vous restez le soir, un hébergement sera prêvu.

________________________


Soutien

Haidi Giuliani, la mère de Carlo Giuliani qui a été tué par la police lors des manifestations de Gènes en 2001 par un tir de pistolet dans la tête, nous adresse un message (traduit par le travail collectif du Comité) :

"Alors..., avant tout, naturellement, je tiens à exprimer toute ma solidarité à Vincenzo. Je l'ai déjà fait mais je le répète.

Après..., je ne sais vraiment pas ce qu'il y a à ajouter à tout ce qui a été dit et que j'ai dit moi-même, absolument de façon explicite, des milliers de fois au cours de ces années, surtout dans les premières 10, 12 années.

Nous savons (les plus jeunes peut-être ne le savent pas) qu'à un certain moment, avait pris corps de par le monde un grand mouvement pluriel d'insurrection pour "une toute autre vie, un tout autre monde possible".. Et qu'en l'occasion du scélérat G8, le Sommet des ''Grands du Monde'' à Gênes, avaient été organisées des manifestations, pas seulement en ces jours-là, mais un mois durant – une suite de pratiques, de conférences de rencontres [...], et ceci naturellement les 'grands pouvoirs' ne pouvaient point l'accepter.

D'ailleurs, si nous faisons attention, dans l'histoire de notre pays, toujours, lorsque il y a eu le risque, par exemple dans des grandes vagues de contestation, de lutte sociale de tous types, avec des contenus d'affirmation de vie, d'émancipation, de libération humaine, il pouvait se produire le fait – ressenti comme un grand risque, une menace majeur par ''les gens d'en haut'' – que une certaine 'âme' ''communistes'', des différentes cultures se réclamant de Marx et du «Marxisme», et se définissant, ''de gauche'', allait à la rencontre d'une 'âme', pour ainsi dire..., d'une sensibilité de source chrétienne, y compris en partie «catholique» dans ce Pays où «il suona», les ''pouvoirs constitués'' de toute sorte s'inquiétaient....

Il y eu donc volonté de réprimer le mouvement tant au niveau international – ce qui était déjà arrivé aux États-Unis, comme à Göteborg également, et ailleurs ici en Europe... Il existait également une volonté interne, nationale, car le gouvernement de droite devait prouver d'avoir au moins autant de muscles que ceux que le gouvernement de centre-gauche avait montré à Naples ; et bien sûr plusieurs appareils de police, à commencer par celui des Carabiniers, ont y adhéré avec enthousiasme, à quelques exceptions près (j'en ai connue quelques-unes mais...), voila.

Maintenant, je pense qu'il est inutile de rappeler combien de personnes ont été blessées, grièvement blessées jusqu'à que...presque mort s'en suive ; passées à tabac, arrêtées sans raison plausible, humiliées à tous égards. Il y a eu ... j'ai ici toute une bibliothèque de textes écrits au cours des années qui ont suivi le G8. Voulons-nous rappeler ce que d'abord Amnesty International a écrit ?. Combien de manifestants (ceci n'a pas été relayé par la presse) qui ont eu l'audace – que malheureusement la plupart n'a pas eu – de poursuivre en justice la torture, y compris les tortionnaires, ont eu gain de cause ?

Nous voulons ici rappeler comment ce qu'on appelle «l'opinion publique» a été excitée, dévoyée, attisée par les grands médias : ''13 milliards de lires de dégâts causés à la ville, la ville incendiée...'', ... par qui? Je pense que le plus gros dommage a été causé par les Carabiniers et autres forces de 'maintien de l'Ordre Publique' – mais c'est ma conviction, comme mon opinion...

Or, dans toute cette situation, avant même que certains faits ne soient clarifiés, 25 manifestants ont été identifiés comme responsables de «dévastation et pillage», accusation gravissime datant de l'époque de la guerre et d'une ''justice de Guerre'' : dévastation et pillage ... J'ai maintes fois écrit que de dévastation et pillage se sont rendues responsables les forces de l'ordre bien plus que les manifestants !. ( Pour ces affirmations, je n'ai jamais reçu une seule plainte – je l'espérais pourtant...).

Or, il y avait Vincenzo parmi ces 25. J'ai en connus d'autres, je les ai aussi suivis de près. Aussi parce que pendant des années, j'ai suivi de près ''tout'', les passés, le présent, l'ensemble et les cas singuliers... Nous avons 'produit' ici à Gênes une vidéo-narration de plus de 160 heures, qu'a rassemblé 'faits, choses, arguments...

Or, de tout cela, que sait l'opinion publique, jamais ou, pire, si mal, mise au courant ? Qu'en sait-elle, qu'en retient le 'sens commun', d'abord des jeunes ? On sait ..., généralement, qu'un gouvernement de droite s'étant révélé très efficace dans le ''traitement des populations'' (heureusement il n'est plus en place, mais il en reste en place toute une partie... et je crains qu'il ne revienne bientôt), avait identifié en France l'un des ''auteurs des faits les plus terribles...''. Puis que parmi les forces de l'ordre presque personne n'a été condamné...presque personne parmi les 'gens d'en bas' s'est faite plus que tant de problèmes... L'indignation au fil du temps s'est rétrécie et estompée...

Nous voulons néanmoins rappeler que Gianni Di Gennaro, que je considère comme le principal responsable du meurtre de mon fils, dirige depuis belle lurette Fincantieri ... Mais, mais... que voulons nous ajouter de plus ?

J'ai écrit une lettre l'autre jour (je n'écris ni ne parle depuis plusieurs années, cela semble tellement inutile..., mais...bref, parfois le cœur l'exige...) : j'ai écrit pour Nicoletta Dosio. Même là, nous en avons 12 ''des nôtres'', 12 personnes, camarades, 'frères, sœurs', en procès. Douze. Aucun d'entre ces personnes n'est accusé d'avoir tué, ou blessé, personne ; aucune d'entre elles ...comme aucune des 25, dont Vincenzo.

En revanche, parmi ceux ou celles qui ont percé des poumons, brisé des dents, cassé des têtes, blessé dans l'âme, vous en avez quelques-uns de condamné – ...ne parlons pas de la ''justice pénale'', mais... enfin,stigmatisé par ... disons, en suivant la langue courante, l'opinion publique ?.

La plupart ne s'en souvient même pas..., et c'est ce dont les soi-disant media sont responsables : parce que certain.e.s ont œuvré pour la vérité, mais étaient en petit nombre ; certain.e.s ont œuvré pour la mémoire, mais ils étaient encore moins.

Comment pouvons-nous défendre Vincenzo si le pays n'en sait rien et considère qu'il ne s'agit que d'un lâche en fuite pour échapper à sa condamnation, comment pouvons-nous agir en sa défense ? ..."

+ Parmi de nombreux messages de soutien et de félicitations que nous avons reçu pour la libération de Vincenzo, on peut noter celui de Dominique Grange et Jacques Tardi :

"Quelle formidable nouvelle, chères Mona et Anne, et cher(e)s tou.te.s du Comité de soutien à Vincenzo!

Bravo pour votre persévérance et votre action sans répit depuis le mois d'août. Votre lutte contre l'arbitraire et l'acharnement judiciaire de l'Italie à l'égard de Vincenzo porte aujourd'hui ses fruits et donnera aussi de l'espoir aux autres militants italiens réfugiés en France, dont l'extradition est à nouveau réclamée par les autorités italiennes.
Merci pour votre combat exemplaire que nous sommes nombreux à avoir soutenu et partagé, certes de loin, mais de tout cœur et le poing haut levé !Un fraternel et affectueux salut à vous et bien sûr à Vincenzo, de notre part,"

+ Pierre Laurent, sénateur du Parti communiste français (PCF) s'est adressé au ministère de la justice sur le pourvoi en cassation de l'avocat général :

________________________

Revue de presse
- "Reporterre", 21/11 : Déclaration sur Gênes de Christophe Castaner au salon Milipol et pas mal de chiffres et infos sur la répression dans l'article

- "ActuMorbihan", 18/11 : "Morbihan : après la libération de Vincenzo Vecchi, le parquet se pourvoit en cassation"

- Communiqué du NPA, 18/11 : "Vincenzo libéré, provocation du parquet"

- Blog "Attaque", 16/11, sur les suites de "l'opération Scintilla" qui a expulsé un squatt à Turin, où la police française agit pour le compte de l'Italie qui a émis des MAE:
"Suite de l'opération Scintilla de Turin, les flics interviennent à Paris"
- "Huffingtonpost", 15/11 : "La justice libère l'altermondialiste Vincenzo Vecchi, réclamé par l'Italie"
- Communiqué de presse du Comité de soutien à Vincenzo de Rochefort-en-Terre, du 29/10

- 3e émission radio du Comité de soutien à Vincenzo : en ligne sur le site de TimbreFM et retrouvez les 2 premières sur rdwa.fr

________________________

Agenda

- Rochefort-en-Terre, 2/12 : Rencontre ouverte avec le Comité de soutien et les avocat.e.s de Vincenzo. + d'info très bientot
- Rennes, 7/12 : Marche pour la justice et la vérité sur le meurtre de Babacar Gueye, par la police en 2011. Le Comité de soutien à Vincenzo de Rochefort-en-Terre se joint cet appel

On essaye de mettre à jour les initiatives des comités locaux sur le site, comme les actions locales autour de Rochefort-en-Terre

________________________

Documents

- Vidéo du Comité de Rochefort-en-Terre sur le contre-sommet du G8 de Gènes et 2001, en animation:  "2 justices pour 1 injustice" https://youtu.be/a6zNArEatb4
- Vidéo du Comité de Rochefort-en-Terre sur le MAE en animation: https://youtu.be/a6zNArEatb4
- Vidéo de François Sureau, avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation : "L'État réduit la liberté"
- D'autres documents sont téléchargeables sur le site du Comité : https://www.comite-soutien-vincenzo.org/documents-a-diffuser/

- " A qui le tour? " série de témoignages, articles et extraits documentaires, du 4 au 14 novembre 2019, sur la répression de "Gènes 2001"

En voici les épisodes en intégralité :
- Introduction : " A qui le tour ? "
- J-11 "Traumatiser pour mieux régner" 1/2
- J-11 "Traumatiser pour mieux régner" 2/2
- J-10 "Des actes de torture planifiés et encadrés" 1/2
- J-10 "Des actes de torture planifiés et encadrés" 2/2- J-9 "Bienvenue à Gènes 2001" 1/2
- J-9 "Bienvenue à Gènes 2001" 2/2- J-8 "Une vitrine, cela ne vaut pas la vie d'un homme" 1/2
- J-8 "Une vitrine, cela ne vaut pas la vie d'un homme" 2/2- J-7 "Anticipation anxio-Gènes" 1/2- J-7 "Anticipation anxio-Gènes" 2/2- J-6 "De l'intimidation à la terreur" 1/2
- J-6 "De l'intimidation à la terreur" 2/2- J-5 "La bête se réveille 1/2
- J-5 "La bête se réveille 2/2- J-4 "Bonnet blanc et blanc bonnet" 1/2- J-4 "Bonnet blanc et blanc bonnet" 2/2- J-3 "Des promotions... pour sanctionner les auteurs d'actes de torture" 1/2
- J-3 "Des promotions... pour sanctionner les auteurs d'actes de torture" 2/2- J-2 "Justice italienne, 2 poids, 2 mesures" 1/2
- J-2 "Justice italienne, 2 poids, 2 mesures" 2/2- J-1 "Il voulait un autre monde..." 1/2
- J-1 "Il voulait un autre monde..." 1/2

Link_go https://www.comite-soutien-vincenzo.org/