Leipzig, Allemagne : Nuit anti-police – 26 octobre 2019

Mis a jour : le mardi 29 octobre 2019 à 11:10

Mot-clefs: actions directes
Lieux: allemagne leipzig

[Dans la nuit de vendredi à samedi 26 octobre, un groupe de 50 personnes a attaqué les flics dans le quartier de Connewitz, après que des poubelles et des barrières de chantier ont été incendiées. Peu après minuit, des pavés et des bouteilles ont volé en direction des uniformes, faisant un véhicule de patrouille endommagé et deux flics blessés (l’un des deux agents souffre de troubles auditifs).

Unbekannte-legen-erneut-feuer-in-leipzig-connewitz_big_teaser_article-e1572201663126-medium

43685-medium

Concernant les incendies visant le chantier (même si cette fois il s’agit que de barrières), les médias précisent qu’il s’agit du quatrième incendie de chantier depuis un mois: dans la nuit du 3 octobre, trois grues d’un chantier à proximité de l’ancien Hôtel de ville. Dans la nuit du 11 octobre, deux pelleteuses ont brûlé en solidarité avec les trois banc public, puis une autre trois jours plus tard, toujours à Connewitz. Le dirigeant de l’entreprise de BTP CG-Gruppe a chiffré le montant total des dégâts (en incluant les frais d’assurances) entre 15 et 20 millions d’euros. Ci-dessous un court récit publié le 27.10 sur indymedia, en solidarité avec les luttes à Exarchia]

Porcs de flics, hors de Connewitz

 

Dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 octobre, les flics ont été attaqués à Connewitz. En voici un court résumé.

Tout d’abord, une poubelle a brûlé au croisement de la Stockartstraße et de la Bornaische Straße. Environ quinze minutes plus tard, les flammes se sont propagées aux barrières du chantier en cours (le chantier sert à la rénovation de la Bornaische Straße et à une amélioration de la mobilité afin de rendre le quartier plus attrayant aux touristes et aux personnes friquées). Quelques minutes plus tard, les flics sont arrivés avec quatre fourgons et ont tenté en vain d’éteindre les flammes. Ensuite les pompiers ont été appelés ont éteint le feu. Immédiatement après, pompiers et flics sont repartis. Il y a eu les premiers signes de mécontentement contre les flics et quelques pétards ont explosé. A aucun moment les pompiers n’ont été attaqué (dommage, NdT) ou le feu a représenté un quelconque danger pour les habitant.e.s ou toute autre personne.

A peine quelques minutes plus tard, il y a de nouveau eu une auto-combustion spontanée de barrières de chantier, cette fois au milieu de la rue. Les flics se sont postés avec deux-trois vans dans les deux sens de la Bornaische Straße. Mais cette fois ils étaient préparés, avec casques, boucliers et matraques en main. Mais plutôt que d’aller directement en direction de l’incendie, ils ont dans un premier temps gardé leur distance par rapport au plus grand groupe de personnes qui s’attardait dans la Stockartstraße.

Puisque les flics sont indésirables à Connewitz et que les habitant.e.s du quartier règlent leur conflit sans police ici, on leur a demandé de quitter le quartier. Et parce qu’ils ne l’ont pas fait, on a donné plus de poids à notre demande en jetant quelques projectiles. Les flics se sont montré incompréhensifs, et c’est la raison pour laquelle les jets de projectiles en leur direction (sur eux et leurs véhicules) se sont intensifiés. Quelques minutes plus tard, les flics ont tiré des grenades lacrymogènes et ont couru boucliers et matraques en main dans la Stockartstraße, où ils ont donné des coups au hasard à des riverains non impliqués et ont arrêté une personne.

Nous espérons que les flics comprendront au bout d’un moment qu’ils sont persona non grata à Connewitz, et qu’à l’avenir ce n’est pas non plus une bonne idée de gêner les habitant.e.s du quartier par leur présence. Cassez-vous de notre quartier !

Réalisons ce genre d’attaques plus souvent et partout !
Pour un Connewitz autodéterminé et sans flics !
Solidarité avec les luttes à Exarchia !