Maison du Peuple - Expulsion

Mis a jour : le mercredi 16 octobre 2019 à 20:31

Mot-clefs: logement
Lieux:

COMMUNIQUE

ÉVACUATION DE LA MAISON DU PEUPLE, RECOURS À LA FORCE PUBLIQUE DÉMESURÉ !

Img_49551-medium
Photo-02

Img_53961-medium
Photo-01

 

Une fois de plus, le préfet de Loire Atlantique a choisi d’employer la méthode « force et peur » pour procéder à l’expulsion des habitant.e.s (dont un grand nombre de femmes et enfants) de la maison du peuple, rue Jules Ferry à Nantes.

Ce n’est pas moins de 18 fourgons de police qui ont cerné le bâtiment au petit matin. Les forces de l’ordre ont défoncé une porte arrière pour pénétrer dans le lieu et mettre à la rue les occupant.e.s. Puis ils ont formé un cordon dit « de sécurité », pour empêcher toutes personnes de pénétrer dans cette zone, tenant à l’écart les journalistes et militants présents dans la rue.

Les familles étaient contraintes de rester dans la rue, sous la pluie, sans aucunes prises en charge immédiate.

Des militant.es présent.e.s ont alors décidé d’occuper une salle de la mairie annexe de Doulon pour que ces familles se remettent de la violence subie ce jour.

Comme par « enchantement », des solutions étaient enfin proposées en fin de matinée, avec des hébergements provisoires à Clisson (pas idéals pour les enfants scolarisés à Nantes) et sur Nantes.

Pourquoi pas avant l’expulsion par la force ?

Nous dénonçons :

- la méthode employée, alors que les occupant.e.s avaient acté de quitter ce lieu dans les délais négociés avec le propriétaire.

- l’attitude des forces de l’ordre, bien trop nombreuses et se permettant d’exercer une violence inacceptable, ainsi que le coût exorbitant pour une évacuation qui se serait très bien passée sans un tel déploiement de force.

- l’inaction des services de l’État pour trouver des solutions avant expulsion pour ces familles en très grande détresse sociale.

Nous demandons et exigeons :

- que cesse de pareilles pratiques pour l’évacuation des légitimes réquisitions citoyennes, et que soit privilégié la négociation. C’est au Préfet d’y mettre fin !

- un moratoire sur les expulsions sans solutions, car les mises à la rue ne sont plus acceptables.

- que les services 115/SIAO/CAO/CADA soient renforcés en termes de moyens et d’intervenants.

- que les collectivités locales trouvent des hébergements pérennes et stables pour tout.e.s celles et ceux qui actuellement vivent dans des conditions de vie indignes de notre pays, en réquisitionnant les logements vacants ou bâtiments pouvant faire office de lieu d’hébergement.

- que l’accès au logement autonome se fassent réellement et plus rapidement, dans le cadre du plan « Logement d’abord » qui tarde à se mettre en application.

- que les décisions des tribunaux administratifs, obligeant l’État à mettre en œuvre l’hébergement des requérant.e.s, soient respectées dans les termes fixés et pour une période sans discontinuité (pas de remise à la rue).

- l’application stricte de la loi DALO pour les personnes et familles en errance sociale.

 

Un toit pour toutes et tous sans distinctions, c’est un droit et c’est la loi !

Pièces jointes

Report Communiqué

Email Email de contact: nantes.dal44_AT_laposte.net

Commentaire(s)

> Nan mais allo le DAL

"que cesse de pareilles pratiques pour l’évacuation des légitimes réquisitions citoyennes, et que soit privilégié la négociation"

Il fut un temps où vous auriez dénoncé toutes les expuslsions, quellles qu'elles soient. Là on a l'impression que vous demandez des expulsions à visage humain. C'est quoi ce délire ?

Non à TOUTES les expulsions ! Un toit pour toutes et tous !

> suite

et puis l " des légitimes réquisitions citoyennes" ça sort d'où ? Il y a des squats que vous trouvez pas légitimes ? Ceux là pourraient être expulsés par la force ?

> précision

pas de méprise sur le terme légitime, il faut lire que les réquisitions sont légitimes, pas qu'il y a des réquisitions légitimes et d'autres non

> c'est pas des "réquisitions" c'est des "occupations"

les "réquisitions", c'est un terme "officiel" pour les autorités qui s'emparent de bâtiments par nécessité institutionnelle, ça n'a rien à voir avec ce que vous faites: des occupations de squats.

mais rassurez-vous, ce que vous faites est mille fois plus intéressant, mille fois plus subversif.

vive la pratique du squat !