Charge policière à la fête de la musique à Nantes. L'enquête de l'IGPN

Mis a jour : le mercredi 31 juillet 2019 à 10:59

Mot-clefs: quiatuésteve? véritépoursteve lapoliceassassine
Lieux: Nantes

Alors que le corps de Steve a été retrouvé lundi 29 juillet 2019, mes premières pensées vont à ses proches et aux personnes qui étaient présentes ce soir là. Je ne peux imaginer ce que vous resentez, ni ce que vous vivez.

A peine le corps de Steve retrouvé, que le premier ministre livre les conclusions de l'enquête de l'IGPN pour qui "il ne peut être établi de lien entre l'intervention des forces de police (...) et la disparition de Steve (...)". Une synthèse du rapport est disponnible ici : https://taranis.news/2019/07/disparition-de-steve-a-nantes-la-synthese-du-rapport-de-ligpn/ (désolé·e, je n'ai pas trouvé d'autres sources[1]), et il semble que la presse ait eu accès au rapport complet.

Quelques remarques sur cette synthèse :

- en la lisant, on ne comprend pas comment l'IGPN ne fait pas le lien entre la charge des flics, les chuttes dans la Loire et la disparition de Steve

- 1 seul témoin a été contacté par l'IGPN. Il n'a pas répondu à la solicitation par mail. Les pompiers, agents de sécurite et sauveteurs n'étaient pas directement sur les lieux que les flics ont attaqués. Le rapport se base donc uniquement sur la version des flics alors même que 85 personnes ont porté plainte

- on apprend l'utilisation de 33 grenades lacrymogènes MP7, 10 grenades de desencerclement, 12 tirs de LBD ainsi que l'utilisation d'un PIE (pistolet à impulsion électrique/Taser). Le tout en une vingtaine de minutes.

- la charge a été menée par la BAC, la CDI et la brigade cynophile. Des CRS sont arrivés en renfort plus tard.

- Thierry Palermo, chef par intérim de la direction de la sécurité publique, a été entendu et refuse de se prononcer sur les agissements de ses collègues.

- le rapport dit que Palermo a demandé 2 fois à ce que les tirs de lacrymo cessent

- le commissaire Chassaing dit qu'il a fait cessé tout mouvement aux forces de l'ordre après une salve de gaz lacrymogène (comme s'il n'y avait eu qu'une salve quoi)

- l'IGPN annonce que des coups de matraques portés sur une personne au sol "pourraient constituer un usage disproportionné de la force" mais que l'auteur n'est pas identifié pour le moment. A la fin du rapport, l'IGPN annonce que cet usage de la matraque fera l'objet d'un enquête spécifique. En regardant les vidéos, il est possible d'affirmer que ce sont plusieurs personnes qui portent des coups, notamment le commissaire Chassaing lui-même (https://www.nantes-revoltee.com/fete-de-la-musique-des-images-des-violences/ à la 48 à 52 secondes). Le commissaire est reconnaissable, il est le seul flic à ne pas avoir de casque, on le voit ensuite reculer et passer communiquer par radio.

- 3 commissaires étaient partie prenante des opérations. On sait qu'il y avait le commissaire Thierry Palermo en tant que directeur de la sécurité publique par interim, Grégoire Chassaing en tant que commissaire divisionnaire. On ne sait pas qui est le troisième (qui a priori commandait les CRS)

Vérité pour Steve et toutes les personnes tuées par la police !

 

[1] Si ça m'embête de renvoyer vers le site de Taranis c'est que le twit qui annonce la mise en ligne de la synthèse contient 6 lignes, dont 2 qui renvoient sur l'appel à dons pour Taranis. Je trouve ça déplacé et dégueulasse

Commentaire(s)

> Rapport de l'IGPN

Plutôt que le lien vers Taranis, voici le rapport de l'IGPN :
https://www.documentcloud.org/documents/6224985-Rapport-IGPN.html?fbclid=IwAR3FqDxUqeXDuATll18dZGaTDT6YdMmvcDSUynbCtjrvPq9HqYvb1PVAIGk#document