Tous et toutes en grève le 19 mars

Mis a jour : le vendredi 8 mars 2019 à 17:30

Mot-clefs: luttes salariales / précarité anti-repression exclusion chômage
Lieux: Brest carhaix Morlaix Quimper quimperlé

Tous en grève, bloquons l’économie jusqu’à satisfaction de nos revendications !
5 Manifestations sont organisées sur le département à 10h30 :
Brest, Quimper, Morlaix, Quimperlé, Carhaix.

La situation sociale s’aggrave avec de plus en plus de précarité, d’injustice et ce malgré les annonces faites par le président MACRON et son gouvernement qui ne répondent en aucun cas aux attentes des salariés et des citoyens.
Le « grand débat national » est une nouvelle mascarade pour faire taire la gronde, le ras-bol de la classe ouvrière.
 
L’Union Départementale FO du Finistère appelle les salariés, les précaires, les retraités, les chômeurs, les étudiants pour :
 
·      L’augmentation générale des salaires, des pensions, des retraites, des minima-sociaux ;
·      Une augmentation du Smic à 80 % du salaire médian, soit 1 450 € net et une augmentation du point d’indice ;
·      Le maintien des régimes de retraite par répartition et refus de tout système universel par points ;
·      La défense de la Sécurité Sociale de 1945, du salaire différé, de l’assurance chômage et des droits des chômeurs ;
·      L’amélioration du service public sur le territoire pour répondre aux besoins de la population, et la défense du statut des agents ;
·      Le retrait des réformes de l’éducation nationale en cours
·      L’abrogation de la loi travail et des ordonnances Macron.
·      Pour la défense du droit de grève, de la liberté de manifester, le retrait de la loi « anti-casseurs ».
 
Tous en grève, bloquons l’économie jusqu’à satisfaction de nos revendications !
5 Manifestations sont organisées sur le département à 10h30 :
Brest, Quimper, Morlaix, Quimperlé, Carhaix.

Commentaire(s)

> cool raoul!

C'est Macron qui va flipper! Après 4 mois de mobilisation sociale, la CGT-FO appelle à descendre dans la rue…

Faites gaffe, vous descendez un peu trop tôt dans la rue, alors que le mouvement bouge encore…

Si vous n'y prenez garde, vous risquez de l'attiser (quoique ça serait étonnant! : ), au lieu d'habilement en retirer quelques fruits sous forme de cartes syndicales! Vous savez bien que lorsque la marée sociale se retire et laisse les gens sur le sable de l'échec, c'est la crèmerie syndicale qui peut réchauffer les coeurs des déçu.es et espérer grappiller des adhérents en mal d'activisme…
Bon, vous avez compris, votre appel est au mieux risible, au pire dérisoire. C'est quoi, les anars francs-macs, les lambertistes?... Purée de nous autres!