La DARPA prévoit de répandre des virus à l’aide d’insectes – Des scientifiques sonnent l’alarme au sujet de la menace

Mis a jour : le samedi 13 octobre 2018 à 13:42

Mot-clefs: Guerre Ecologie Santé bouffe / mal
Lieux: etats unis

Une équipe de scientifiques tire la sonnette d'alarme dans un nouveau rapport du Science Policy Forum au sujet d'un mystérieux programme du gouvernement américain qui met au point des virus génétiquement modifiés qui seraient dispersés dans l'environnement par des insectes.

Les insectes infectés par un virus sont en cours de développement en tant que contre-mesures contre les menaces naturelles et artificielles potentielles pour «l’approvisionnement alimentaire américain». Le programme est géré par la Defense Advanced Research Project Agency (DARPA) du Pentagone et pourrait être considéré comme une tentative de mettre au point une toute nouvelle catégorie d’armes biologiques qui inciterait d’autres pays à rechercher des armes similaires, ont-ils averti.

Les chercheurs de l’Institut Max Planck de biologie évolutive et de l’Université de Fribourg en Allemagne et de l’Université de Montpellier en France suggèrent que le programme du DARPA pourrait violer la Convention sur les armes biologiques, le premier traité multilatéral de désarmement interdisant le développement, la production et le stockage des armes biologiques et à toxines.

Surnommée le programme «Insect Allies», la DARPA a commencé à modifier les insectes en 2017, avec l’intention de produire des cultures plus résistantes pour aider les agriculteurs à faire face au changement climatique, à la sécheresse, au gel, aux inondations, à la salinité et aux maladies. La technologie au centre du programme est une méthode entièrement nouvelle de modification génétique des cultures.

Au lieu de modifier les semences en laboratoire, les agriculteurs envoyaient des essaims d’insectes dans leurs cultures, où les insectes génétiquement modifiés infectaient les plantes avec un virus qui transmettait les nouveaux gènes de résilience, un processus appelé modification génétique horizontale. D’où le nom de la technologie – Agents d’altération génétique environnementale horizontale (HEGAA).

Pour que HEGAA fonctionne, les laboratoires DARPA développent un virus qui est inséré dans le chromosome d’un organisme cible. Les scientifiques utiliseraient des cigales, des Aleyrodidaes et des pucerons génétiquement modifiés en laboratoire à l’aide du CRISPR, ou d’une variante d’un système de modification génétique, pour transmettre le virus aux cultures.

Chaque plante serait alors infectée par l’insecte, ce qui déclencherait les effets escomptés de la protection des cultures contre les menaces naturelles ou d’origine humaine.

Cependant, l’auteur principal du rapport, Richard Guy Reeves du Département de génétique évolutionnaire de l’Institut Max Planck de biologie évolutionnaire, affirme que le programme «Insect Allies» du DARPA est inquiétant et constitue un exemple de recherche à double usage dans laquelle le gouvernement américain, en plus d’aider les cultures des agriculteurs, développe également une arme biologique.

Insect Allies aurait bénéficié d’un financement de 27 millions de dollars. Quatre équipes de recherche universitaires travaillent actuellement sur le projet, dont des chercheurs du Boyce Thompson Institute à New York, de la Pennsylvania State University, de l’Ohio State University et de l’Université du Texas à Austin.

La DARPA soutient que «tous les travaux sont effectués dans des laboratoires fermés, des serres ou d’autres installations sécurisées» et que les insectes ont des durées de vie intégrées pour limiter leur propagation. D’ici 2020 ou 2021, la DARPA prévoit de tester les insectes infectés par le virus sur les cultures dans des serres à des endroits non divulgués.

M. Reeves a déclaré que l’utilisation d’insectes comme vecteur de modification génétique est une idée horrible parce qu’ils ne peuvent pas être contrôlés et indique que les pulvérisations aériennes traditionnelles pour administrer les HEGAA sont le choix le plus sûr. Selon la DARPA, les insectes sont la seule solution pratique, car la pulvérisation aérienne des HEGAA nécessiterait une infrastructure agricole accrue, ce qui n’est pas à la portée de tous les agriculteurs.

Le rapport précise qu’il n’existe actuellement aucun cadre réglementaire mondial pour soutenir cette nouvelle façon de transporter les HEGAA vers les cultures, qui, si elle n’est pas correctement supervisée, pourrait entraîner des accidents potentiels.

Les scientifiques du rapport interprètent le programme de lutte contre les insectes de la DARPA comme  «une intention de mettre au point un moyen de distribution des HEGAA à des fins offensives», par exemple pour mener une guerre biologique.

Ces insectes génétiquement modifiés pourraient être porteurs d’une maladie dangereuse qui tue les plantes et que l’administration de Trump pourrait déchaîner sur des terres agricoles au Venezuela, en Syrie, en Iran, en Corée du Nord, en Russie et même en Chine, ce qui décimerait l’approvisionnement alimentaire de ces pays.

L’introduction de cette technologie potentiellement dangereuse, affirment les scientifiques, ouvrirait la voie à une toute nouvelle catégorie d’armes biologiques distribuées par des insectes qui pourraient être considérées comme des armes de destruction massive. Les scientifiques avertissent que cette technologie inciterait les pays rivaux à mettre au point des programmes similaires de lutte contre les insectes.

En réponse, un porte-parole de la DARPA a déclaré qu’elle se félicite du dialogue académique sur le programme Insect Allies, mais critique la conclusion du rapport, affirmant qu’il est «trompeur et truffé d’imprécisions».

Blake Bextine, directeur du programme DARPA pour les insectes alliés, rejette bon nombre des affirmations faites par Reeves.

«La DARPA ne produit pas d’armes biologiques et nous rejetons le scénario hypothétique», a déclaré Bextine à Gizmodo.

 

Commentaire(s)