La disparition de l’EI, un changement politique important

Mis a jour : le mercredi 14 mars 2018 à 00:55

Mot-clefs: Guerre anti-repression
Lieux: Nantes

Les interventions militaires en Syrie contre l’EI ont résolu, pour un certain temps, le problème du terrorisme islamiste structuré par un Etat.

 

Le contexte politique a changé, malgré la domination des impérialismes américains et russes en Syrie et la guerre contre les Kurdes. Le fascisme islamiste s’exerçait d’abord contre les populations arabes, écrasant toute expression politique progressiste. La disparition de l’EI rend possible l’expression d’autres courants politiques dans le Moyen-Orient, en Syrie et en Iran et dans les pays victimes de terrorisme depuis la création de l’EI, en Tunisie.

Contre les attaques terroristes dans plusieurs villes, le gouvernement sous Hollande et Macron ont rendus permanent l’Etat d’urgence. Le déploiement de l’armée et l’impunité de la police sont désormais la règle.

Les travailleurs doivent obtenir l’entière liberté de manifester, de suspendre les procès fait aux syndicalistes qui résistent et d’annuler les lois policières contre les libertés individuelles.