Nantes: compte rendu de la manifestation du 16 novembre

Mis a jour : le vendredi 17 novembre 2017 à 11:37

Mot-clefs: Répression Santé / lutte loi loitravail travail loi_travail étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: Nantes

Compte rendu des Street médics de la manifestation du 16 Novembre à Nantes

Img_20171116_190455-medium

 

 

    Départ de commerce dans la bonne ambiance à 11h (mais une personne sera brûlée dans la nuque par une projection de fumi : faîtes ATTENTION avec vos fumigènes ?).  Lorsque le cortège prends la direction de la place Bretagne, il est bloqué par les flics qui dégainent ensuite les premiers gazages, dont les grenades sont lancées à hauteur de tête. Il y aura à ce moment au moins deux personnes blessées (une au bras par tir tendu, une autre à la main par un palet de lacrymogène) et une trentaine de personnes étouffées par les gaz. 

   Plus loin après la préfecture, la BAC ne se prive pas de menacer le cortège innoffensif avec deux LBD braqués en suplomb de la rue. Il n'y aura heureusement pas de blessé.es.

   Arrivée à Bouffay, la manifestation est de nouveau bloquées pour atteindre commerce et essuie une première charge alors que deux lignes de manifestant.es de tout bord protègent le reste de la manifestation en se mettant devant les banderoles. Le stock de munition de la police est littéralement déchargé sur les manifestants à hauteur de tête. Quelques instants après, une deuxième charge vise à nouveau la manifestation ainsi que les personnes en retrait devant le carrefour market.

Nous prenons en charge à ce moment de nombreux.ses blessé.es par grenades désencerclantes et tirs de LBD ainsi que des dizaines de personnes touchées par les gaz particulièrement puissants (le maalox devenait inefficace). Les blessé.es sont entre autre touché.es aux jambes, cuisses, hanches, mains, thorax et tête.

Une personne est orientée aux urgences pour une blessure sérieuse de la cheville. Une autre pour une atteinte au niveau du cou, probablement par désencerclantes : les médecins du CHU affirmeront que le choc n'est pas passé loin de la carotide gauche. Par ailleurs, ils ont admis aux urgences plusieurs autres blessé.es que nous n'avons pas vu.

Nous avons aussi soigné une plaie au genou et des coupures aux mains.

 

Rappel : relatif à certains événements aujourd'hui, merci de ne pas caillasser/ briser quoique ce soit à proximité des gens !

 

[Photo : blessure LBD au tibia]

Commentaire(s)

> Nantes-Paris

Selon les médias mainstream, il y a eu des actions directes et/ou des affrontements avec la police à Nantes et à Paris.

http://www.linternaute.com/actualite/politique/1400354-manifestation-du-16-novembre-direct-mobilisations-partout-en-france/

À Paris notamment, "une agence bancaire LCL, en travaux, a été ciblée par des projectiles, tout comme une agence de l'assureur Axa située sur le boulevard emprunté par les manifestants. La vitrine d'une agence immobilière a également subi d'importants dommages."

À Nantes, "Les forces de l'ordre ont envoyé du gaz lacrymogène sur quelques manifestants qui lançaient des projectiles sur les CRS. Ils auraient également tenté de pénétrer dans un périmètre bouclé par la police. France Bleu indique que l'accès aux rues de l'hypercentre et à la préfecture a été clairement interdit et que des dizaines d'hommes ont été déployés pour éviter tout nouveau débordement."

> [Edit]

une personne a eu un plâtre à la jambe au CHU : elle avait une double fracture après avoir reçu une grenade desencerclantes sur le pied.
Elle a eu un mois d'ITT

>  Blessé.e.s du 16 novembre, suite

La personne sérieusement touchée par un tir de LBD le 16 novembre a été réadmise au CHU dimanche : malgré la prise en charge de la blessure sur place puis aux urgences jeudi, celle ci s'est aggravée pour conduire à un choc septique. Elle est actuellement hospitalisée en réanimation. #soutien

> Des nouvelles de la camarade blessée le 16 novembre

Le 16 novembre lors de la manifestation à nantes une manifestante à reçu dans le mollet au milieu des lacrymos une balle de LBD 40. Elle a fait dimanche un choc septique des suites de sa blessure.

La camarade est actuellement hospitalisée en réa, elle a subit 2 opérations chirurgicales et va repasser au bloc dans les jours qui viennent. Ce que nous savons aujourd'hui, elle a fait un choc septique suite à l'impact de la balle, l'infection à conduit à une CIDV (toutes nos excuses pour les termes médicaux, une explication arrivera dans les prochains jours). Sa vie n'est pas en danger et elle ne risque plus de perdre sa jambe, et l'infection est maitrisée ce qui veut dire que tout est sous controle et donc que si tout se passe bien illes vont trouver la bactérie à l'origine de l'infection et donc l'antibitique pour la traiter. Par ailleurs les opérations ont permis de nettoyer la plaie et l'ensemble de la jambe, le muscle n'est pas touché et donc les passages suivants au bloc serviront à controler la fermeture des plaies (des morceaux de tissus corporels ont été retirés car ils étaient contaminés par la bactérie donc la cicatrisation sera longue car il faut que les tissus se reforment). Elle va rester minimum un mois à l'hopital.

Des explications médiacles plus completes suivront mais il semblait important de diffuser ces quelques infos rapidement.

Elle a chosi de rester anonyme aujourd'hui car pour elle que se soit elle ou qui que ce soit le problème politique est le même ...

Nous relayrons ici des informations médiacles qu'elle souhaite rendre publiques et prochainement des propositions d'actions collectives.

Des photos vont aussi suivre.

ACAB tout ça tout ça

[article original : https://nantes.indymedia.org/articles/39226]