Visite du premier ministre : le dialogue social à Nantes

Mis a jour : le mercredi 11 octobre 2017 à 16:43

Mot-clefs: Resistances luttes salariales / lutte loi loitravail travail loi_travail étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: Nantes

Entre une visite de la Cité des Congrès et celle du tribunal, Edouard Philippe passait déjeuner à la préfecture de Nantes ce vendredi. C'est donc devant le bâtiment répressif qu'environ 200 manifestants se sont réunis à l'heure de midi. Un peu plus tôt, des manifestants avaient été nassés par la police pendant trois heures.

1-medium

2-medium

3-medium

Le déploiement policier était, comme souvent, totalement délirant, avec au moins deux policiers par manifestant. La rue devant la préfecture était tout simplement barrée par une grille de deux mètres de haut surmontée d'un canon à eau. Devant, l'ensemble de l'état major policier du grand ouest s'échangeait paisiblement des sourires.

La mollesse du rassemblement a même permis à la BAC de se poser dans le cortège. Pire, les petits mafieux de la brigade se sont permis d'aller intimider physiquement un responsable de la CGT en le menaçant personnellement et en lui rappelant que maintenant « il n'y aurait plus d'immunité syndicale ». Une provocation qui fait écho à l'attaque policière sur un camion de la CGT lors de la dernière manifestation.

Après quelques discours, la foule se dispersait avec un sentiment d'impuissance, mais en se donnant rendez-vous mardi 10 octobre pour une grande manifestation.

Remarquons que la lutte pas procuration ne paie pas. Il ne suffit pas de liker ou partager un appel à rassemblement pour y contribuer.

A suivre !

Commentaire(s)

> Courber l'échine, encore

La peur s'installe, doucement ...

> parler sans rien dire

T'étais même pas là, t'sais même pas de quoi tu parle.

> Donneur de leçon 2.0

"Il ne suffit pas de liker ou partager un appel à rassemblement pour y contribuer."

Ben, mais, enfin, que se passe-t-il, d'après Nantes Révoltés papier n°0, c'est pourtant trop sur facebook que tout se passe, c'est tellement trop formidaaaable...

Stupeur et renversement, y'aurait-il une subite prise de conscience de faire partie de "spectacle" tant décrié dans ses propres colonnes ?

La suite au prochain numéro (2€ prix fixe).

> Abandonnez Facebook

Et réactivez https://nantesenrevolte.noblogs.org

> Rappel

Rappel : Nantes Révoltée ne publie jamais ses publications sur Indymedia Nantes. C'est un choix. Ce site est devenu le réceptacle crasseux des calomnies, des injures, des règlements de compte anonymes et autres délations internes au microcosme "militant".

Manifestement, d'autres relaient nos publications à notre place. Or, chacun des articles signé "Nantes Révoltée" suscite le même déchainement, la même bile, toujours relayés complaisamment par les modérateurs de ce site.

Cher-e-s modérateurs-trices, soyez cohérent-e-s : cessez de (laisser) publier nos articles sur votre site, ou cessez de (laisser)publier les commentaires du pire du microcosme dit radical.

A bon entendeur.

> aux haters

Nan c'est vrai c'est les appels d'indy Nantes qui ramènent du monde en manif et tous-tes les haters du militantisme 2.0 qui ne dépensent de l'énergie que dans les insultes heu dans la lutte bien assis-e-s sur leur fauteuil à prix fixe.
Stylé.

> mauvaise foi

Les gens sont sur fb, malheureusement c'est comme ça, que ce site soit dégueulasse c'est pas le problème, que ça plaise ou non c'est par là que transite l'info.

Indymedia ne parle qu'au microcosme militant,17 ans que ça existe et c'est pas prêt de changer...(ni les com injurieux)

> à O_o

cher O_o tu ironise, entre autre remarque très bienveillante, sur le prix fixe de notre revue, sache que dès que notre imprimeur nous fera un prix libre sur les milliers d'exemplaire tirés on fera de même avec le prix à l'unité de la revue.

Ou sinon file une partie de ta fortune.

Bisous.

> Alors que sur facebook

Pas de "haters", par de coms injurieux, pas d'insultes, pas d'embrouilles de milieux ? Est-ce vraiment ça le problème ?

Là je vois pas d'insultes, mais pas de réponse non plus sur la question de facebook.

Dire que c'est facebook qui ramène des gens en manif est un peu douteux. Y'avait des grosses manifs avant facebook. En tout cas c'est en contradiction avec la fin de l'article.

> @Nantes Révoltée

Merci pour le mépris avec lequel l'auteurE du commentaire traite les utilisateurices d'indy !

> une mise au point

Je laisse les insultes, possiblement unE autre modo ne fera pas de même.
On va pas refaire le débat une énième fois, considéré que ce site est juste un réceptacle crasseux des calomnies, de délations internes au microcosme "militant", c'est juste être bien malhonnète et ne vouloir limiter le site à une vision bien réductrice de son utilisation. Comme si y'avait jamais de débats constructifs - ouais c'est loin d'être toujours le cas mais ça existe si si - de textes d'analyses et je parle pas du rôle d'archive des luttes du site depuis 2003.

Pour ce qui est de la portée des publications ici même, on va pas se mentir ça touche pas autant de monde que les réseaux sociaux, mais abandonner le terrain des logiciels libres au seul profit d'éditeur de contenu marchand c'est simplement pas cohérent, y'a comme un malaise: je défonce une banque en journée et le soir j'en cause sur twitter, facebook ou partage les photos sur instagram, visionne sur youtube etc
Oui c'est plus simple, les utiliser c'est compréhensible - en prenant toutefois ces précautions- et surement utile à des moments, mais ne se limiter qu'à ces outils c'est nier l'énergie de camarades pour qu'existe encore des outils libres, des serveurs hébergés à l'abri des perquis...

On a souvent le reflexe de parler de diversité des tactiques dans les mouvements sociaux et bien s'il en est de même dans la communication de nos actions, évènements et bien attention à veiller à ne pas s'enfermer et se permettre plusieurs voies.

L'Etat teste de plus en plus nos capacités à s'adresser aux acteur-trice-s des luttes (cf les procès et/ou tentative de censure du jura-libertaire, de iaata, de copwatch nord-idf, la fermeture de la page facebook des bures à cuire, ou bien sûr ces dernières semaines la tentative de rayer de la carte du web français indy grenoble, nantes ou le forum libertaire.net comme cettesemaine.info), et quand ça va vraiment chauffer ça m'étonnerait qu'une entreprise privée soit du côté des maquisarts.
C'est pas parce que facebook à refuser de donner des noms aux flics suite à la plainte de la procureure Brigitte Lamy en 2015 que ça en fait un outil safe.

Et pour le mythe du geek qui passe sa vie à hater sur le web sans jamais participer à s'organiser, à créer... je crois on va les trouver ailleurs qu'ici, c'est sûr on lit ô grand jamais des calmonies sur les réseaux sociaux. Pas que ça guette pas ici quitte à se lacher facilement mais bien parce qu'ici se croise des individuEs divers, mais impliqués, à qui ça prend les trippes. Si ça cause dans la rue, dans les réunions, aux terrasses des cafés je vois pas comment il en serait autrement sur le web. Pas l'impression qu'indymedia mette individuellement des personnes en danger, on serait bien vite remis à notre place par les camarades qu'on croise au quotidien. Des retours critiques sur la modération y'en a pleins le site et des erreurs on en fait of course, on est aussi pas toujours réactif, pas que derrière des claviers.

Pour Nantes Révoltée, le collectif a le mérite de publier régulièrement (oui on le sait pas ici) des compte-rendus, des analyses. Y'a pas tant de groupe politique qui le font, et si les écrits conviennent pas à votre interprétation, y'a les commentaires pour questionner, complèter. J'y ai pas lu d'attaque personnel, je vois que ça questionne sur exister seulement sur facebook ou sur plusieurs espaces ou encore à quel prix libre ou pas on écoule un canard ? Me semble ça a du sens et libre à ceux/celles qui y participent de répondre sur des pratiques politiques dont ils/elles sont loin d'être les seuls à pratiquer.

> mauvaise foi encore et encore...

"Dire que c'est facebook qui ramène des gens en manif est un peu douteux."
remember loi travail? Encore fallait-il être en manif pour s'en rendre compte...

> Mythes et réalités

Parce que sans facebook personne aurait combattu cette loi travail et serait descendu dans la rue ? Soyons sérieux un peu.

J'y était en manif et j'ai pas de facebook, comme pleins d'autres personnes...

> à death note

C'est bien ce que je dis quand tu es du milieu militant tu te tiens au courant, même sans le net.
Néanmoins pour les gens lambda les événements fb ont été un catalyseur et étaient très suivi, c'était des milliers de participant-e-s pendant la loi travail, notamment de jeunes de quartier qui venaient manif après manif.
Dire le contraire serait de la mauvaise foi.

> Rappel 2

Précision supplémentaire puisque visiblement notre premier commentaire n'était pas clair.

On ne vous demande pas de vous justifier. On n'est pas là pour lancer un débat interminable et inutile. On vous demande d'arrêter de publier nos articles sur votre site, où dans le cas contraire, d'arrêter de (laisser) publier les attaques abjectes qui les accompagnent systématiquement.

Oui Indymedia Nantes a accepté de publier la tribune mensongère d'un agresseur sexiste contre un collectif nantais déjà ciblé par la répression. Oui il y a eu des attaques ad hominem graves sur ce site. Oui de nombreux commentaires ont mis en danger des gens à Nantes. Oui il y a eu des procès d'intention. Oui il y a eu de très nombreuses insultes et calomnies. Oui les modérateurs d'indymedia ont censuré les commentaires qui y répondaient.

On vous voit. Le débat est clos.

> @Morbid Angèle

C'est un peu méprisant pour les "gens lambda", comme s'iels ne pouvaient pas trouver les infos qu'iels cherchent sur le net. Encore une fois, iels le faisaient très bien avant facebook. Le CPE a eu lieu sans facebook par exemple. Alors, pourquoi du coup les inciter à rester sur cette plateforme de surveillance ?

Pour ce qui est des "jeunes de quartiers", c'est encore un mythe de plus. Iels n'ont pas attendu la loi travail pour participer à des manifs. A lire, on dirait le discours habituel comme quoi iels seraient dépolitisé.e.s. Ben en fait, en général, iels se débrouillent très bien sans facebook quand il se passe quelque chose en ville, et iels ont pas attendu la loi travail pour faire des manifs.

Quand à la convergence avec elleux, vu la baston qu'il y a eu à une des manifs sur fond de mépris de classe entre jeunes, ben ça parait plutôt rater. En tout cas c'est pas facebook qui va permettre de créer des vrais liens, pour preuve...

> R appel aussi

Semble-t-il de toute façon débattre == le mal (tm). Quand le débat est rendu impossible, il ressurgit à des endroits inattendus.

C'est pas forcément nous qui publions vos articles. Mais en tout cas ça les rend accessibles aux gens qui n'ont pas facebook.

Pour rétablir un peu les mensonges du dernier commentaire de Nantes Révolté: l'article qui est mentionné a été refusé, avec un commentaire explicite. En terme de mauvaise foi, la personne qui parle au nom de ce groupe se pose là: on a même supprimé des passages de cet article (ce qu'on ne fait jamais normallement) à la demande de certainEs personnes de ce groupe, vu qu'il parait que ça les mettait en danger...

Finir un commentaire sur une menace et un ordre montre bien que se poser en victime est aussi au mieux de la mauvaise foi.

> y'a des limites à la mauvaise foi

Bien, au niveau des insultes et du mépris, je pense que les commentaires ici permettent déjà de se faire un avis.

Parlons maintenant de la mauvaise foi : pour celles et ceux qui veulent se faire -vraiment- une opinion, y'a un moyen simple : regarder toutes les publications "Nantes Revoltée" publiées par X ou Y sur indymedia (y'en a un paquet mine de rien) et vérifier le nombre de fois où y'a des insultes et commentaires déplacés : https://www.google.com/search?q=%22nantes+revoltee%22+%3Ahttps%3A%2F%2Fnantes.indymedia.org&oq=%22nantes+revoltee%22+%3Ahttps%3A%2F%2Fnantes.indymedia.org&gs_l=psy-ab.3...32600.35700.0.36700.8.8.0.0.0.0.0.0..0.0....0...1.1.64.psy-ab..8.0.0....0.o5y9ZM-Qtxg
Faut faire un copié collé du lien et accepter de se faire pister par google si on ne se protège pas, mais bon, on n'est plus à ça prêt si on passe par facebook et cie... si ça marche pas, c'est simple : rechercher [ "nantes revoltee" :https://nantes.indymedia.org ]

Là c'est marrant, la grande grande grande majorité des publications n'ont pas de commentaires, et quand ça vrille, c'est quand NR fait sa vénère suite, le plus souvent, à une critique récurante : choisir de publier uniquement sur des réseaux marchands et pistants. Et les réponses des modos sont la plupart du temps modérées vu les sous-entendus et la mauvaise foi évidente, à force de faire mine de ne pas comprendre le fonctionnement d'un site qui pratique ce qu'on appelle la "transparence radicale" sur les publications.

La transprence radicale c'est aussi ce que pratique wikipedia par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Transparence_radicale et c'est vrai que c'est pas simple, que ça induit qu'on fait confiance à la capacité des gens à se faire leur propre opinion. Mais c'est un des piliers fondateurs, d'ailleurs je sais pas si vous avez pris le temps de savoir sur quelles bases fonctionnent les indy :
https://nantes.indymedia.org/pages/charte

Alors on peut éventuellement se dire qu'entre le pistage marchand de facebook et la radicale transparence de indymedia, y'a rien de satisfaisant, hein, les deux ont leurs défauts, mais faire les rageux en mode "vous êtes la poubelle du web", c'est l'hopital qui se fout de la charité, franchement !

Parlons maintenant de la publication d'un agresseur sur indymedia nantes : les reproches sont d'avoir publié l'article (renvoi à la radicale transparence : non c'est pas indymedia qui a publié, oui c'est toujours visible... comme les autres endroits où il a publié et où Nantes Révoltée ne peut exiger son retrait)
La grosse différence quand même avec les autres plateformes, c'est que l'équipe de modération, après avoir validé par erreur pendant moins de deux heures _et s'en être excusé_ et refusé l'article, a accepté de virer des passages estimés dangereux. Notons au passage que twitter a été un régal pour les flics pour faire des croisements d'infos autour des appels à pourrir indymedia nantes sur le sujet... sans parler d'autres mises en dangers dont on ne peut parler, liées au stress ce qui peut se comprendre, certes, mais bon y'a pas que les modos de indymedia qui font des erreurs, par contre iels évitent autant que possible d'afficher les bails sauf quand vraiment y'a pas moyen de faire autrement pour vous répondre.

Autres grosses différences : indymedia nantes est un site géré par des modos qui fonctionnent au CONSENSUS donc pas toujours d'accord dans leurs expressions personnelles, mais avec des débats et des réflexions qui ont déjà fait évoluer le site et la modération. Comme par exemple la possibilié de se créer un compte personnel, et même un groupe que peuvent utliser plusieurs comptes personnels, et choisir si une publication peut être commentée ou non (OH WAIT!!!)

Par ailleurs, y'a toujours moyen de discuter (on a un mail) mais par contre, non, nous n'avons pas le super-pouvoir ni de vous faire changer d'avis, ni d'empêcher des gens de publier vos articles que visiblement iels trouvent suffisemment chouettes pour estimer que ça vaut le coup de les voir ailleurs que sur un réseau marchand. Pour le cas où vous ignoriez le fonctionnement du web, les articles sont répercutés sur d'autres plateformes ensuite, comme celle des médias libres et autres réseaux où les gens ont choisi de passer par des outils libres et fabriqués par les gens d'en bas pour lutter (dans la lignée des choix de la zad, du kurdistan, des zapatistes, etc. )

J'vais arrêter là mais c'est vraiment fatiguant qu'à chaque fois qu'il y a des critiques politiques sur vos choix vous le preniez comme des attaques personnelles et ne sachiez y répondre autrement qu'en attaquant. Une dernière chose cependant : nous répondons en tant que modos, différents, pas au nom d'indymedia nantes en faisant croire à un avis unanime. C'est sans doute ça un des avantages du fonctionnement au consensus : ne pas (faire) croire que son avis perso est celui de tout un groupe. La possibilité d'opinions, de visions et de stratégies différentes est primordiale et induit d'accepter (et de savoir faire) la critique politique sans tout mélanger et éviter la mauvaise foi.

> ...

Le texte sale qui a été refusé a été tout simplement supprimé d'indy bruxelles, c'est bizarre c'est pas la même charte entre indy?!

> Creuse encore

Mais MDR. Indymedia Nantes a laissé publier la tribune d'un agresseur récidiviste revendiquant ses actes et réitérant ses menaces, puis, après plusieurs heures et d'autres commentaires tout aussi menaçants, l'a supprimé suite aux nombreuses plaintes de militantes choquée. Et aujourd'hui, tout ce que les "modos" trouvent à dire c'est :

"on a même supprimé des passages de cet article (ce qu'on ne fait jamais normallement) à la demande de certainEs personnes de ce groupe, vu qu'il parait que ça les mettait en danger..."

Comme si c'était un cadeau ! Merci pour cette fleur, c'est vraiment trop aimable de votre part. Vraiment merci Indymedia Nantes.

Creusez encore.

> On a fait le tour

Ben non tous les indys ont pas la même politique de modération, autonomie des collectifs obligent.

Et oui, la publication a été acceptée par erreur au départ, puis refusée ensuite (on a pas non plus attendu les "plaintes" pour le faire). Ca arrive, personne, même Nantes Révoltée, n'est parfait.e.

> Remise en question

"Par erreur" ? La tribune sexiste a été validée, ainsi qu'un commentaire qui félicitait l'agresseur de s'en prendre aux "totoritaires". Un modo a ensuite "mis les commentaires en modération à priori". Des gens ont du vous écrire pour que ce soit enlevé. Ça fait quand même beaucoup pour une validation par erreur ...

En vrai, vous avez fait quelque chose de grave à tout point de vue, et au lieu de l'assumer, tout ce que vous trouvez à faire c'est encore une fois de sortir vos vieux clash du genre : "même Nantes Révoltée, n'est parfait.e."

C'est bien, continuez. On vous voit.

> ...

On vous entend. Ca suffit !

- nous ne sommes pas H24 sur les écrans

- la validation est une erreur et vous le savez très bien, des excuses ont été formulées, mais ça vous arrange de les fouler du pied on dirait

- le refus de l'article s'est fait avant votre intervention, dont je préfère même pas parler de la modalité. la touche "rafraichir" d'un navigateur, c'est pratique des fois

- la gestion des commentaires s'est faite avec le même souci habituel de comprendre ou pas des sous-entendus puisque nous ne nous targons pas de tout savoir, de tout comprendre. depuis que vous utilisez les réseaux sociaux, vous même vous savez...

- vous mélangez une histoire grave, où nous avons des responsabilités assumées avec de vieux bails et votre refus catégorique, autoritariste, de voir la moindre critique au sujet de "Nantes Révoltée" : par la pratique d'amalgammes vous semez la confusion et pilonez un outil utile à tou-te-s

- votre attitude, là, à force de nier nos explications et accepter nos différences de pratiques, confine au harcèlement, c'est super grave

- ces deux dernières remarques ne vont surement pas aider à ce que des personnes qui ne font pas les mêmes choix que vous cessent de vous critiquer...

> justement faut aussi regarder de son côté

Bon encore là mauvaise foie. Tu te plains sans cesse qu'on laisse les commentaires de critique sur Nantes Révoltée et là tu relève qu'un commentaire s'en prenant aux totoritaires était visible puis à disparu - ça m'étonnerait beaucoup que ce commentaire félicitait l'agresseur.

Puisque tu nous vois si bien et que c'est si grave (sans nié que l'attitude de l'agresseur est importante à relayer ce qui a d'ailleurs été fait sur le site), et bien viens en causer encore quand y'en à l'occasion.
Un texte validé une-deux heures sans en connaitre le contexte exact et oui des fois ça arrive et on reconnait bien volontiers notre erreur. Oui il a été corrigé à votre demande pour un paragraphe vous mettant en danger selon vous , juste faut faire gaffe aussi à ce que ce soit visible sur d'autres réseaux. Non il ne disparaitra pas, on l'a déjà assez dit plus haut de par notre fonctionnement et je crois pas que ça changerait grand chose sur ta position.

Y'a beaucoup de personnes très chouette à Nantes Révoltée, ça donne de l'enthousiame à toutes une nouvelle génération juste dommage que l'énergie déployée soit dévoyé par certains comportements de chefferie. Pour la remise en question faut aussi regarder de son côté !

"On vous voit." c'est sûr l'intimidation c'est une très belle façon de dialoguer.

> Commentaire édité

Un (petit) passage du dernier commentaire de duchesse mettant en danger des personnes a été supprimé.

> Mytho

"Tu te plains sans cesse qu'on laisse les commentaires de critique sur Nantes Révoltée et là tu relève qu'un commentaire s'en prenant aux totoritaires était visible puis à disparu"

Erreur : le commentaire félicitant l'agresseur et s'en prenant aux victimes (qualifiées de "totoritaires" donc) a été laissé et ceux qui y répondaient supprimés. Puis il est tout simplement devenu impossible de commenter par vos soins. En revanche l'article de l'agresseur et le commentaire abject étaient toujours là. Vous inquiétez pas, tout a été sauvegardé. On voit vos mensonges.

Ciao

> t'es gonflé

bah va vérifier il est bien caché et ça date pas d'aujourd'hui

> Réponse

Pour rétablir les faits : le commentaire en question a été caché rapidement après le refus de l'article. Ce qui montre que le collectif ne le considère pas comme intéressant ou valide.

Il ne félicitait en tout cas pas du tout l'agresseur, mais ne contenait que des insultes. Aucun des commentaires fait par NR ou leurs soutiens n'a été caché, ils ont même été visibilisés à chaque fois.

Bref, cette "discussion" glisse bien loin du sujet de l'article, on passe donc les commentaires en modé à priori.