[appel à solidarité] Incendie de gendarmerie: à Grenoble et à Nantes, l'État s'attaque au réseau Indymedia

Mis a jour : le lundi 9 octobre 2017 à 15:15

Mot-clefs: Informatique Médias Répression contrôle social
Lieux: grenoble Nantes

Communiqué de soutien de médias libres, ouvert à signature.

Après la publication d'un communiqué revendiquant l'incendie d'un garage de la gendarmerie de Grenoble dans la nuit du 20 au 21 septembre, Indymedia Grenoble et Indymedia Nantes ont été menacés par la police française. Les équipes qui administrent ces sites ont reçu des courriels de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) exigeant la dépublication sous vingt-quatre heures des articles concernés, sous peine de blocage et déréférencement des sites.

Newsupsidedown_6-17-05-medium

Les auteur·e·s du communiqué expliquaient que l'incendie du garage avait été mené « dans une vague d'attaques de solidarité avec les personnes qui passent en procès ces jours-ci » dans l'affaire de la voiture de police brûlée du quai de Valmy. Dans l'incendie de ce garage à Grenoble, plusieurs dizaines de véhicules ont été brûlés. Voici le texte de ce communiqué :

>> Solidarité incendiaire

>> Ce jeudi, à trois heures du matin, deuxième jour du procès de la voiture brûlée.

>> Avons pénétré dans la caserne de gendarmerie Vigny-Musset. Avons incendié six fourgons d’intervention et deux camions de logistique.

>> Le garage et l’entrepôt ont été ravagés sur plus de 1500 mètres carrés.

>> Cet acte s’inscrit dans une vague d’attaques de solidarité avec les personnes qui passent en procès ces jours-ci.

>> Forte accolade à Kara et Krem. Une pensée pour Damien, récemment tabassé par les flics.

>> Quelle que soit l’issue du procès, on continuera à s’en prendre à la police et à la justice.

>> Notre hostilité est un feu qui se propage.

>> Des nocturnes

Ce communiqué a également été repris par des médias comme Le Dauphiné Libéré (http://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/09/21/grenoble-incendie-volontaire-a-la-gendarmerie) ou BFM-TV (http://www.bfmtv.com/police-justice/incendie-a-la-gendarmerie-de-grenoble-le-parquet-saisi-1260832.html), sans que ceux-ci soient apparemment inquiétés...

« Provocation à des actes de terrorisme»

Comme le souligne l'équipe d'Indymedia Grenoble dans un communiqué, « cette requête (...) fait directement écho à l’attaque qui a eu lieu en Allemagne le 25 août dernier contre Indymedia Linksunten, attaque qui s’est soldée par la perquisition de quatre domiciles et un centre social autogéré, et ce pour des prétextes similaires ». Dans les deux cas, c'est la notion de « terrorisme » qui est mobilisée par les gouvernements pour censurer des médias libres, puisque la police française s'appuie sur la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme, et évoque une « provocation à des actes de terrorisme ou apologie de tels actes ».

Alors que les notions de terrorisme et de provocation ne sont pas définies, la loi française permet depuis février 2015 de faire disparaître des sites ou des textes sans recours au juge, sur simple requête de l'administration policière. À notre connaissance, c'est la première fois que ces dispositions sont brandies contre des médias alternatifs appartenant à la sphère anti-autoritaire. Les deux sites visés par les menaces des autorités ont décidé de retirer le communiquéde revendication incriminé. Les collectifs de modération de chacun des deux sites s'en expliquent dans deux textes distincts :

- Après Indymedia Linksunten, Indymedia Grenoble et Nantes sont victimes de l’antiterrorisme (Indymedia Grenoble)

- Entrepôt de gendarmerie en feu, que reste-t-il des libertés sur le Web ?  (Indymedia Nantes)

L'usage de lois anti-terroristes pour attaquer spécifiquement des sites d'informations indépendants renvoie à la violence des peines requises contre les personnes inculpées dans l'affaire de la voiture brûlée du quai Valmy. Il s'agit tout autant de dissuader les militant·e·s que d'en dépolitiser les actes.

Depuis des années, les sites du réseau Indymedia permettent entre autres de rendre visible la nature politique d’actions directes. Cette nouvelle attaque contre des médias libres vise à faire taire les oppositions politiques radicales, et à criminaliser les collectifs et individus qui communiqueraient sur leurs objectifs politiques sans le prisme déformant des médias traditionnels. Cette attaque est aussi à rapprocher des perquistions qui ont visé  cette semaine les militant·e·s anti-nucléaires de Bure. Leurs ordinateurs, ainsi que la photocopieuse qui leur servait à imprimer des tracts, ont été saisis par les gendarmes. Tous les moyens semblent être mobilisés pour réprimer l'expression autonome des mouvements de lutte.

Comme nous le disions en mai 2015, suite à des poursuites visant le site toulousain IAATA.info : « Face à la répression, l’information est une arme ». Malgré les nouvelles formes de censure qui se déploient, nous continuerons à animer et à multiplier les espaces d'expression autonome. Soutien à Indy Nantes et Indy Grenoble. Solidarité avec les inculpé·e·s du quai de Valmy, et avec celles et ceux qui mettent des bâtons dans les roues de la machine répressive.

 

Premiers signataires (mis à jour le 05/10 - 11h30) : Rebellyon, La Rotative, Paris-Luttes Info, Expansive, Renversé, Rennes info, Brest Medias Libres, Marseille Infos Autonomes, Manif'Est, CQFD, Lundi-matin, Squat!net, Iaata, le Jura Libertaire, Jef Klak, Barrikade, Manif’Est, zad.nadir.org, Espoir Chiapas, Cyberguerilla, Indymedia Bruxelles, Le Bocal des Grands Jours, Révolution permanente, Ici-Grenoble, La Lettre à Lulu, À l’Ouest, Indymedia Lille, Indymedia Athens, Radio Canut, Enough is Enough, Organisation Communiste Libertaire, Rouen dans la rue, Canal Sud, Radio Zinzine, Agência de Notícias Anarquistas, Le Tamis, Radio Klaxon, le CARILA (Legal Team ZAD/Nantes), Radio Cayenne, Revue Z, L'Actualité des Luttes, éditions Le Monde A L'Envers...

Pour cosigner ce texte, individuellement ou en tant qu'organisation (ou tout simplement manifester votre soutien), n'hésitez pas à contacter l'adresse mail suivante : soutien-indymedia_AT_mediaslibres.org

 

[EN]
- https://en.squat.net/2017/09/26/france-the-state-attacks-indymedia-grenoble-and-indymedia-nantes-solidarity/
- https://www.cyberguerrilla.org/blog/france-the-state-attacks-indymedia-grenoble-and-indymedia-nantes-solidarity/
- https://www.indybay.org/newsitems/2017/09/25/18803209.php
- http://boston.indymedia.org/newswire/display/225398/index.php
- http://chicago.indymedia.org/node/83938
- http://la.indymedia.org/news/2017/09/295844.php
- https://325.nostate.net/2017/09/27/state-repression-against-imc-grenoble-and-imc-nantes-france/
- https://enoughisenough14.org/2017/09/27/france-state-repression-against-indymedia-grenoble-and-indymedia-nantes/
- https://indymedia.org/or/2017/09/988319.shtml

[ES]
- https://indymedia.org/or/2017/09/988321.shtml
- https://vozcomoarma.noblogs.org/?p=18119

[IT]
- https://frecciaspezzata.noblogs.org/post/2017/09/25/terrorismo-a-nantes-e-a-grenoble-lo-stato-francese-attacca-indymedia-comunicato-di-solidarieta/
- https://indymedia.org/or/2017/09/988323.shtml

[DE]
- https://barrikade.info/Terrorismus-Der-franzosische-Staat-greift-Indymedia-Nantes-und-Grenoble-an-431?lang=de
- https://rdl.de/beitrag/zensur-und-repression-gegen-indymedia-und-bure-frankreich

[EL]
- https://athens.indymedia.org/post/1578184/
- https://indymedia.org/or/2017/09/988322.shtml

[PT]
- https://noticiasanarquistas.noblogs.org/post/2017/09/27/franca-video-solidariedade-incendiaria-reivindicacao-de-ataque-incendiario-contra-gendarmeria-em-grenoble/

Commentaire(s)

> Solution ?

Peut-être serait-il judicieux de créer un site miroir sur un serveur loué dans un pays qui enverrai chier la france lors d'une demande de ce type ...

Quelques pistes ici :
https://anonscm.debian.org/cgit/mirror/archvsync.git/

> mieux

Plus simple, créer un miroir local avec wget puis l'envoyer ensuite sur le nouveau serveur :
http://howto.landure.fr/gnu-linux/utiliser-wget-pour-realiser-le-mirroir-dun-site-internet

> On y réflechit

Y'a pleins de solutions, et sauvegarder le contenu est pas le plus difficile. Un des problèmes c'est la coupure du DNS (voire de l'IP), qui demande du coup du taf en amont un peu, pour pas juste disparaître, ou que les gens galèrent à trouver la nouvelle adresse du site. Bref, on était pas prêt ce coup-ci mais on y travaille !

> Il faut calquer les grands media

Les grands media diffusent souvent des revendications, et quand ils en reçoivent une, ils la transmettent d'abord à la police.

Plus généralement, la rédaction du site devrait changer la forme des articles. Un journaliste a le droit de publier ce qu'il veut (a peu près) quand ça vient d'une de ses sources, en disant "une source anonyme m'a transmis...".

Il faudrait donc que la rédaction se désolidarise explicitement du contenu des articles (tous, pas seulement celui-ci). En faisant précédé chaque article d'un message "la rédaction a reçu une contributino de X, et a choisi de la diffuser". Sinon un juge pourrait tenir un raisonnement bidon comme quoi c'est pas explicite que vous n'endossez pas le texte. Si vous l'explicitez, pour tous les articles, je pense qu'ils ne peuvent plus faire grand chose.

> Ben sauf que non

L'idée que les gens puissent publier leurs articles c'est plutôt pas de se désolidariser. Ca nous ferait bien mal de mettre un brandeau comme ça pour se protéger. C'est déjà suffisament clair que nous ne plublions pas les articles. En plus, on est pas des journalistes, pas de carte de presse, ni de rédacteur en chef. :)

Je crois que la solution est sans doute un peu technique, et beaucoup plus sur la solidarité qui peut se développer pour que le Web et internet devienne pas un espace ou tout est policé. Parce que la question, au dela de ce qui nous arrive, elle est bien là.

En tout cas on transmettra jamais rien à la police, on a meme pas d'IP dans les logs. :)

> quelques pistes techniques

Alors, migrer de serveur c'est surtout utile pour qu'ils puissent pas down le site . Car là le serveur utilisé est à Seattle, sous juridiction américaine . Il y a des serveurs du réseau indy en russie, c'est peut-être une option .

Je sais pas trop comment ça fonctionne chez indy mais à mon avis plusieurs sites indy doivent être hébergés sur un même serveur . Donc je pense que pour faire migrer le site il faudrait faire une copie récursive en ssh des répertoires spécifiques d'indy nantes vers le nouveau serveur hébergeant avec une commande scp :

scp -r -p user@serveur1:chemin/vers/dossier/source user@serveur2:chemin/vers/dossier/destination

Ensuite pour le blocage de l'ip et le déréférencement DNS il n'y a je pense pas grand chose à faire malheureusement . Cependant la parade vient de l'utilisateur :

En modifiant le résolveur DNS de son FAI on contourne le problème de référencement, par exemple pour lui préférer opendns :
# OpenDNS
nameserver 208.67.222.222
nameserver 208.67.220.220
Ou peut-être celui de FDN (qui est un FAI indépendant) :
# FDN DNS IPv4
nameserver 80.67.169.12
# FDN DNS IPv6
nameserver 2001:910:800::12

Et pour le blocage de l'ip il faut que la requête http entrante provienne d'un autre pays, en utilisant soit un proxy, soit un vpn, soit tor .

Bref, si ils mettent leur menace à exécution je pense que l'on aura pas d'autre choix que d'apprendre à utiliser le net comme en corée du nord ...

> Commentaire caché

Un commentaire de troll a été caché.

> alone again

-----BEGIN PGP SIGNED MESSAGE-----
Hash: SHA512

Je ne comprends pas.

Je me sentais proche de vous pourtant. Toutes celles et ceux qui, par le biais de la trentaine d'Indymedia francophones, expriment leur dégoût, partagent leurs rêves, me semblaient et me semblent encore être mes frères et mes soeurs.

Par voie de conséquence les équipes d'administration des sites "bénéficiaient" de cet amour fraternel mais là ...

Trahi? Je ne sais pas. Déçu? Assurémment.

Je voyais en elles, en eux, des compagnon(ne)s fiables, des résistant(e)s dans l'âme donnant de leur temps pour porter la parole commune, entretenir la flamme et puis voilà...

Un courriel, une simple menace, une intimidation un tout petit plus formelle qu'un coup de gazeuse et les voilà qui abdiquent, acquiessent, se couchent.

Désorienté.

le_troll

https://pgp.mit.edu/pks/lookup?op=get&search=0x8DFAD902B0C34772

-----BEGIN PGP SIGNATURE-----
Version: GnuPG v1

iQIcBAEBCgAGBQJZ05hOAAoJEI362QKww0dy7VcP/A3vadWfj7hoA9hLRDl12ycQ
O5WSVTIg5Hw4WK/wRSYISFVUhJOxHKIObsLLJojbo3bmcaVBMSBNUgWCmYr2Kxiu
YknJbleTXpDQkdHQ55ICf83HvZ9DJb3Sbm0E9MqDgRvduX+YqZ2ales7OR2RXg+V
pQsxyWyTyQrQIJu0LfcZ0OSG+3wbhwaP04TQW3R7bA7ol9HisP8gxh9CVSY0l10C
vt9cPnLV+gOUle/mqgFd71FfbEEOqbgcPi0Nh5FCcqBmm2lEn8VrNmc8B++9ZaCX
wxHSK14T5ApP9LPtBDXUlrG2iEX56k2PWfvpEvIa4hIts8g94kMyE99AMHBa+FG/
JGfPlwJYxDRGuGJO1tkFECpVWFYO1IFm2g1/5kRDIJAcgRebSk5Xz9uzTHQ9KtJr
uDL9S0tmLmDiGvyFTOyuSm+vOFp7SW1NQfiWFiCMUg0GcIAYJxt4LmsYDnUKbW+U
05gCS6WppKkRSh0MEHx4VawYjUpApENa99n2EZFY+vDBRCyy1c0jfj1rovz+BWYe
hFZjcfgC6hl2lGAOT/AV5xHvErx4kOFcxI0RC1eWyyLg6vmNI1V5l97UpyrV2Qgi
6SNVq9NLrXORe82ldhfcBSrj7wgdGWq1m+iIHkA78FyZJT66OZyq1prveQOhMdO4
qBnP+Uaoiq+0BE5DSg/E
=qGxd
-----END PGP SIGNATURE-----

> tu parles d'un amour de troll !

L'article de dissociation que nous avons retiré a déjà été publié en lien, parmi d'autres tout aussi "affectueux" sur notre communiqué, dans les commentaires. Nous nous sommes longuement expliqué-e-s, et il nous semble un peu évident qu'on a autre chose à faire que passer notre temps à nous re-re-re-expliquer encore en ce moment, surtout auprès de personnes qui se disent "camarades" !

D'autre part, une fois encore, voir le manque de connaissances qui font affirmer de grosses conneries comme "la trentaine d'Indymedia francophones", ça incite pas à ne pas considérer ça comme du trollage encore.

> Laisse béton

La mauvaise foi n'a pas de limites, pour pas remarquer que la revendcation a été republiée le lendemain même, puis une autre fois encore dans un communiqué. Ni pour ne pas entendre que le retrait est pas la solution qui nous satisfait non plus.

Si y'en a qui aime la logique du héros et martyr, des fois on peut préférer des stratégies un peu plus malignes aussi, le temps de se préparer pour la prochaine.

Mais c'est à croire que certains auraient préféré qu'on disparaîsse totalement. Peut-être parce qu'ils ne comprennent pas que la coupure administrative, c'est un email de la police pour que ça arrive, point barre, et qu'ils se privent pas de le faire, comme pour les presques 1000 sites à qui s'est arrivé en 2017.

> mais au fond ?

-----BEGIN PGP SIGNED MESSAGE-----
Hash: SHA512

"...D'autre part, une fois encore, voir le manque de connaissances qui font affirmer de grosses conneries comme "la trentaine d'Indymedia francophones", ça incite pas à ne pas considérer ça comme du trollage encore..."

Une trentaine de sites/forums proches des "idées anarcho_libertaires" dont une demi-douzaine d'indymedia ça te va mieux?

Détourner cet "échange" de son véritable sujet ne répond pas sur le fond.

Je pensais tout à l'heure à ces "gentils" commerçants qui, lors des charges de flics, avaient fermé leurs portes au nez des manifestant(e)s poursuivi(e)s par les robocops surarmés et ce commentaire, bien avant le mien :

"...Il faudrait donc que la rédaction se désolidarise explicitement du contenu des articles (tous, pas seulement celui-ci)...", un remake du film "Au bon beurre".

Une véritable incitation à la lâcheté de la part de cet autre "compagnon".

Alors, sans colère, que craigniiez-vous tant pour vous autocensurer?
Vers quels medias nous tourner quand les "victimes" n'en sont pas et qu'elles appelent au soutien ?

Comment nous informer, nous concerter, nous organiser peut être quand il suffit d'un courriel pour vous faire baisser les yeux ?

-----BEGIN PGP SIGNATURE-----
Version: GnuPG v1

iQIcBAEBCgAGBQJZ07A5AAoJEI362QKww0dyrpQQAIo55+u1PF2+kki9WxzDmkEa
9ClpAzLkBePEIgwYtipvyPiobDkBwrObqcDVxvR5DdLRs8hKDe5uVaNSQKpN+age
BgJUtjwoljcRU87SARHuwcdlvPqU3QqV9zIvXFdWDDdTyleSHOhD/eic5I3hN2A1
xeFtYT2/L0mxuLH7q8qwq89qRStvmu+tsCqc3B1ccqEw8TqHu4ngl1fhFXk+03Yc
/vF+PPxwFa1V+ll/KmySasGNDCa/WuQDi7DXuFdvMJakxFIGeMkg+C3hV9YnYZQA
7IiPweAxK0ImSPpujHmuLErL0EzL83armjWbF8AWbO4XD+mkFlHwmNPiReUpqzWe
HjijTpHjb2ba0pH+j3+FkoR0S54CxV84RiDwr01+DTLWu9vGyRqr0JkcIFyOcJTB
saCuR4hqvkX1OTzKzasy/1HYuO/wZ7A9popVvNx0A+zQEDOEu8tLaaswxBcwAQ7Y
qj0JIPujMYf6/NWcr4yH6/ETLBIAWteI6/TE/kBpdDubVwectiLpvazh4j3iJqSH
3FDhwEsnet3chQEeiE8iic0BhJf2M2xGvDlcYPH7fhB6pD6v/ymZUSP1g6wJCyqf
FnkJgHwzburV+sLXoShUIbHzNJzbOueNCbWEU4HxAMQeqsNN8VLufQW0VtJbpGOT
dc53FAMcyTYGgiIhftEb
=OEh7
-----END PGP SIGNATURE-----

> Tu touche effectivement le fond

> Alors, sans colère, que craigniiez-vous tant pour vous autocensurer?

Heu, qu'est-ce qui a été censuré déjà ? (indice: lève les yeux, c'est dans le texte sous lequel tu commente...)

> Lire, c'est bien

« Alors, sans colère, que craigniiez-vous tant pour vous autocensurer? »

Heu, apprends à lire ? Et peut-être la peur n'a-t-elle pas été le seul moteur de la décision ? Qui semble avoir eu des effets stratégiques par ailleurs.

Mais vas-y, crée un site qui recense toutes les actions directes, tiens bon face à la police, ou pas, et jouis de ton statut de martyr-punchingball policier, ou pas, cher plus-radical-que-toi-on-meurt. :):):):):)

> olotroll

le_troll, tes raisonnements sont tellement simplistes, partiels, et évitent tellement volontairement certaines réponses qui t'ont été faites que s'en est un peu triste, en fait. A ta place, je me garderai de l'ouvrir pour éviter de sombrer trop profondément dans le ridicule.

> Commentaire caché

Un commentaire de troll (qui s'assume, faut au moins reconnaître ça) a été caché. Les commentaires sont passé en modé à priori, vu le débit de commentaires.