Agression policière en marge d’une manifestation contre le FN à Nantes

Mis a jour : le mardi 7 mars 2017 à 15:52

Mot-clefs: Répression antifascisme
Lieux: Nantes

Nous étions déjà revenus la semaine dernière sur la manifestation contre le meeting du FN qui s’est déroulée à Nantes le samedi 25 février. Nous avons depuis reçu le témoignage d’une femme qui indique avoir été agressée par un CRS plus d’une heure après la fin de la manifestation.

Ca38ff5c5f44e56447a62985ccbfae-4eb56-medium

C5iby_wwqaajflw-medium

C5ibz5uwuaeo8ru-medium

Samedi 25 février avait donc lieu une manifestation contre la venue de Marine Le Pen à Nantes. Les opposants au FN étaient appelés par la CGT, la LDH ou encore le collectif A l’abordage à défiler au départ de la croisée des trams à 15h. Alors que le cortège de quelques 3000 personnes s’engouffrait dans la rue de Strasbourg de nombreux affrontements ont éclaté entre la queue de la manifestation et le très conséquent dispositif policier (nous vous en avions fait le récit la semaine dernière). Arrivés au square Élisa-Mercœur, et après les prises de parole des organisateurs, les manifestants ont été priés par les forces de l’ordre de se disperser. On peut avoir une idée de la charge effectuée par la brigade anti-criminalité à ce moment-là, dans cette vidéo : https://twitter.com/Nantes_Revoltee/status/836896172010844160

Le contexte dans lequel les manifestants ont du quitter les lieux était donc tendu. Afin d’éviter que des groupes d’opposants se recomposent et tentent de repartir en manifestation dans le centre-ville (ce qui est la hantise de la préfecture de Loire-Atlantique), l’imposant dispositif policier (environ 500 hommes) a été maintenu jusque tard dans l’après-midi. Des policiers (CRS et BAC, principalement) sont notamment restés positionnés à Commerce, rue de Strasbourg, dans tout le périmètre contourné par la manifestation, et assez haut sur le cours des 50 otages. L’effet escompté était principalement dissuasif, mais les forces de l’ordre ont aussi procédé à des contrôles et des fouilles.

Agressée par un CRS lors d’une palpation de sécurité

C’est dans cette situation que commence le récit de Julie (le prénom a été modifié), que nous avons contacté après qu’elle a raconté son histoire au photojournaliste Alexis Kraland qui l’a lui-même résumée et relayée par deux tweets :

#Nantes une jeune femme aurait été agressée sexuellement par des policiers lors d'un contrôle. Aussi blessée au pied par un coup de matraque
Alexis Kraland @akraland

"Le mec commence par me toucher avec insistance les seins, il rigole avec les autres. Je gueule et ils me mettent un coup dans le pied"
Alexis Kraland @akraland

@Brunoh71331211 @akraland toucher les parties intimes d'une personnes (seins compris) est une agression sexuelle
Spleen Baudelairien @BoulinguezManon

Julie explique donc qu’après s’être rendue à la manifestation contre le FN, elle a souhaité rentrer chez elle vers 18h30. Arrivée à l’angle de la rue de la boucherie et du cours des 50 otages elle s’est heurtée à un barrage policier, composé d’une quinzaine de CRS. Les agents, casqués et équipés, procédaient à des contrôles des papiers d’identités et fouilles arbitraires des passants.

C’est alors que j’ai voulu franchir un barrage des forces de l’ordre
qui m’ont demandée de montrer lors d’un contrôle d’identité,
l’intérieur de mon sac et ont procédé à une fouille au corps. Je
tiens à préciser que j’ai voulu m’y opposer puisqu’ils n’étaient que
des hommes, mais ils ont rigolé et m’ont rétorqué que c’était soit
eux, soit une longue attente avant qu’une femme arrive. Je me suis
laissée faire bêtement n’ayant rien à me reprocher.

Il faut préciser un point juridique ici : la fouille à corps est considérée comme une perquisition et qui doit être opérée par un OPJ afin de rechercher des indices (dans le cas d’une enquête de flagrance par exemple). Aussi, lors d’un contrôle on sera plus souvent confronté non pas à une "fouille" mais à une simple "mesure de sécurité", qui peut être pratiquée par tout policier afin de déceler des objets dangereux. Cette mesure de sécurité consiste juste en une palpation, et ne peut amener la personne qui y est soumise à se déshabiller (à l’inverse de la fouille). Surtout, son cadre (certes flou) est défini par l’article 203 du Règlement Intérieur des Gradés et Gardiens de la Police Nationale. Article que voici :

Article 203 : Les mesures de se?curite?.
La fouille e?tant conside?re?e comme une perquisition a? corps, suivie ou non d’une saisie et relevant de la compe?tence des officiers de police judiciaire, les grade?s et gardiens de la paix ne sont habilite?s a? prendre que des mesures de se?curite?.
Ces mesures consistent, lorsqu’il est proce?de? a? des arrestations en flagrant de?lit ou a? des interpellations, a? palper imme?diatement les individus arre?te?s ou interpelle?s et a? leur o?ter les armes et objets dangereux ou de provenance de?lictuelle dont ils peuvent e?tre porteurs.
Les mesures pre?cite?es ne peuvent e?tre exe?cute?es que par une personne du me?me sexe.

Julie affirme pourtant avoir été "palpé" par un CRS de sexe masculin.

Le CRS a commencé la fouille en partant de mes pieds et est remonté La fouille a duré assez longtemps, d’abord de face et ensuite de dos. Il m’a demandé d’écarter les bras et jambes, il est passé très vite sur les bras et les jambes et s’est longuement attardé sur mes hanches et poitrine. Tout en insistant fortement sur ma poitrine, il s’est mis à éclater de rire avec ses
collègues.

Julie essaye de faire cesser le policier :

Je l’ai regardé insistement puis je lui fait comprendre que ça
serait bien si il arrêtait immédiatement de me tripoter.

Malheureusement personne d’autre ne remarque le comportement du policier. Quelques personnes passent, sans être interceptées ni contrôlées, et ne font pas vraiment attention à la situation. Alors que le policier continue, Julie finit par lui lancer une insulte, ce qui amène l’agent de police à pratiquer un autre type de violence :

À ce moment-là, il a sortit sa matraque et a commencé à s’acharner sur mon pied gauche afin que je perde l’équilibre pour retrouver sa place de
dominant. Il a frappé plusieurs fois jusqu’à ce que je tombe au sol et a continué quelques secondes quand j’étais au sol.

Ce sont ces coups de matraques qui ont mis fin au contrôle :

Ca le faisait rire de me toucher et maintenant ça le faisait rire de me frapper. Quand j’étais au sol, il m’a sorti « fais pas ta pleureuse » et quand il m’a laissé partir, j’ai entendu de loin « ça vaut bien pour tout ce qu’ils ont cassé ». J’ai tout de même pu m’éloigner sans aucun autre souci. Le policier était, pour finir, d’une tranquillité déconcertante.

Après être rentrée chez elle "en boitant", Julie a fini par aller aux urgences. Elle souffre toujours des conséquences de ces coups :

Je me retrouve avec une entorse sévère avérée avec suspicion de traumatisme nerveux : déchirure ou extension nerveuse.

Julie ne souhaite pas porter plainte : "ça n’a aucune chance d’aboutir". Mais elle a tout de même souhaité que son histoire soit relatée.

Nous pouvons remarquer l’inutilité de la justice en ce moment-même sur plusieurs affaires en cours …Mon dossier serait empilé parmi tant d’autre, sans résultat. Mais je voudrais quand même témoigner pour montrer aux gens que la police n’est pas celle qui nous protège.

Julie se réfère enfin au contexte actuel de révélation des violences policières (blessé-e-s durant le mouvement contre la loi travail, affaire Adama, affaire Théo) :

La police nous frappe (jusqu’à parfois tuer) parce que nous sommes des femmes, des étrangers, des musulmans ou des pauvres. Elle protège par ailleurs les intérêts de l’état. On est loin de sa prétendue mission première qui est de protéger la population.

Au delà du problème des violences en manifestations (durant le mouvement contre la loi travail, notamment, de nombreux manifestants ont été blessés et des dizaines d’enquêtes de l’IGPN ouvertes), l’histoire de Julie soulève la question des violences spécifiques de la police envers les femmes. Des militantes nantaises que nous avons contacté (afin d’avoir accès à d’éventuels autres témoignages concernant le 25 février - sans succès), nous ont indiqué qu’elles comptaient collecter d’autres histoires de "violences policières faites aux femmes", notamment dans les contextes de manifestation.

Rappelons ainsi, et pour finir, ce que déclarait le "collectif féministe de la fac" de Nantes, le 1er mai :

[...]« Pute », lui assène les yeux dans les yeux un policier alors qu’elle était maintenue au sol. « Salope ! » lui envoie un autre. Les brigadiers ricanent entre eux : « Mais c’est une pouffiasse ! Si même les pouffiasses s’y mettent, maintenant !… ». Discours révélateur d’une police ultra-sexiste qui s’estime tout permis. On notera le virilisme ambiant au sein des forces de l’ordre, qui n’hésitent pas à humilier les manifestantEs. Ils auraient pu l’attaquer sur sa place dans le cortège ou ses convictions. Mais non, sa seule faute, c’est d’être une femme ! Nous rappelons fermement que les insultes sexistes sont répréhensibles, or, les forces de l’ordre ne sont-elles pas censées faire respecter ces mêmes lois qu’elles bafouent en toute impunité ?! Car cet exemple ouvertement machiste n’est pas un cas isolé. Nombreux sont les actes policiers orduriers qui s’appuient sur une supposée « infériorité des femmes » : agression sexuelle sous couvert de contrôle, insultes à caractère misogyne, attouchements…

 

Link_go source: https://lundi.am/Agression-policiere-en-marge-d-une-manifestation-contre-le-FN-a-Nantes