Les victimes de la corruption

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Le Werkgroep Morkhoven, connu pour ses enquêtes sur les cédéroms du réseau pédocriminel de Zandvoort, a été criminalisé par le media. Le média, est-ce qu'ils sont indépendables ou sont est-ce qu'ils sont les outils du pouvoir ?


Violé par le président du Werkgroep Morkhoven ?


(F) Dans la lettre ci-jointe, Peter Wouters, le cambrioleur qui se dit avoir été 'violé' par Marcel Vervloesem (le président du Werkgroep Morkhoven), déclare qu'il retire sa plainte et avoir été  violé par Johan Danneels : un autre prétendue 'victime' de Marcel Vervloesem.


Le cambrioleur 'violé', dont l'histoire a été acceptée les yeux fermés et sans vérification par la justice de Turnhout et la plupart de la presse flamande, affirme dans sa lettre que Victor Vervloesem a payé pour qu'ils portent ces plaintes diffamatoires contre son frère.


D'où provenait-il tout cet argent ? Serait-ce de  VTM et les quelques journaux flamands qui, juste avant ce programme de la VRT,  annonçaient déjà cette histoire à sensation ?


La police fédérale interrogeait Victor Vervloesem et ses amis homophiles mais, le résultat de leur enquête n'a pas été publié, contrairement aux diffamations qui semblent avoir eut pour objectif de discréditer Marcel Vervloesem, le Werkgroep Morkhoven et leurs plaintes concernant le refus d'enquêter ou d'opérer les arrestations de criminels figurant sur les CD-ROMS de Zandvoort...








 

Email Email de contact: werkgroep_morkhoven_AT_hotmail.co

Commentaire(s)

> > Les victimes de la corruption

L'opinion publique national et internationale est de plus en plus consciente des mensonges et manipulations en tous genres par ceux qui detiennent le pouvoir actuellement : cela va causer leur perte a terme. Eux, censes, nommes et payes sur finances publiques pour garantir la legalite en fait se placent systematiquement hors-la-loi : ils detruisent eux-memes leur propre position et ainsi preparent involontairement un retour a un etat de droit qui sera execute par d'autres.