(Ne) perturbez (pas) le 18 juin.

Mis a jour : le jeudi 9 juin 2016 à 10:51

Mot-clefs: Genre/sexualités Exclusion/précarité/chômage Resistances / transports gratuits loi loitravail travail loi_travail
Lieux: Nantes

Que faire le 18 juin ?

C'est triste. Trop triste. Les grandes enseignes du centre-ville de Nantes sont en colère. A cause de ces crasseux qui cassent tout en centre-ville depuis des mois, les chiffres sont en baisse. Alors à cause de vous, lecteurs d'Indymedia, les patrons de la rue Crébillon sont dans l'angoisse. Il va falloir remplacer la Porsche par une Audi. Et ça c'est une honte. Heureusement, Johanna Rolland est là pour trouver des solutions aux problèmes dont vous, prétendus militants contre la loi-travail, vous êtes responsables. Comme si les travailleurs s'intéressaient à leurs droits...

Bref... Du coup, les transports en commun seront gratuits le samedi 18 juin, pour permettre aux nantais de retrouver le centre-ville et donc de consommer dans les magasins de luxe du centre-ville de la cité des Ducs. Je vous vois déjà, gauchistes que vous-êtes, vous dire "ouais, on doit payer 1€60 le ticket matin et soir pour aller bosser et gagner une misère, mais pour aller flâner en ville le samedi, les tickets sont gratuits !". Alors déjà, vous avez qu'à bosser samedi et ce sera gratuit pour vous aussi. Et sinon, vous avez qu'à acheter une voiture et patienter dans les bouchons comme tout le monde.

Tout ça pour dire que j'espère que vous n'aurez pas la stupide idée de vous rassembler ce jour-là pour perturber le réseau de transports en commun et empêcher les nantais qui s'en foutent de bosser 40h et en CDD d'aller consommer. Un rassemblement dans le centre-ville, qui obligerait la Tan à mettre en place des coupures de ligne, ce serait en plus ne pas respecter cette belle fête populaire qu'est l'Euro 2016. Hollande a dit qu'il fallait savoir s'arrêter, sachez donc vous arrêter.

En plus, alors que le sexiste Bagelstein va bientôt ouvrir son établissement à Nantes, ce serait dépasser les bornes que de défiler vers le futur restaurant pour leur dire qu'ils ne sont pas les bienvenus ici.

Collectifs nantais, n'organisez rien le 18 juin. Restez chez vous.