Notre révolte n'est pas citoyenne

Mis a jour : le lundi 11 avril 2016 à 13:36

Mot-clefs: actions directes
Lieux:

A Paris, la révolte et la Nuit Debout ont bien du mal à être canalisées
par les citoyennistes de tout poil, qui sont pourtant à la manoeuvre.

A Paris, la révolte et la Nuit Debout ont bien du mal à être canalisées
par les citoyennistes de tout poil, qui sont pourtant à la manoeuvre.
Les gens ont la rage, et des manifs sauvages s'enchaînent. Hier soir,
des caméras de vidéosurveillance, des banques et un comico ont été
visés. Une manif est même partie en pleine nuit vers le logement de
Manuel Valls, avant d'être repoussée par les flics.
Face à cette détermination difficilement contrôlable, les "leaders" de
la Nuit Debout (c'est un mouvement qui se dit sans hiérarchie, mais pas
sans porte-paroles et représentant-es, ni Service d'Ordre...) ont fini par appeler les
flics, révélant très vite ce qu'ils et elles visent véritablement :
maintenir la contestation dans les cadres du pouvoir, contrôler la
colère pour la détourner vers des logiques électoralistes comme ce fût
le cas avec Syriza et Podemos. Alors que la répression a rarement été
aussi intense pour briser une lutte sociale, ces gentils citoyens ont
choisi leur camp: travailler avec la police.
Sur la chaîne parlementaire, deux "représentants" de la Nuit Debout
félicitaient même la police pour son savoir-faire et son calme. Et ce
n'était pas de l'ironie... Faut-il rappeler qu'à Paris, il y a déjà eu
des dizaines et des dizaines d'arrestations, parfois des cars entiers
remplis de personnes interpellées, et tout autant de blessé-es...
Vive le feu !

Commentaire(s)

> question

Et à part foutre le bordel et mettre le feu à une autolib (super bravo !) vous faites quoi d'autre dans la vie ? Nous on essaye de construire une opposition serieuse et credible à l'etat et au capital pendant que vous venez nous parasiter.

On fait quoi maintenant ?

> Important

Avec toi, rien.

Par contre, nos amis les appelistes en ont profité pour tabasser une camarade (blessée) à dix contre une, gratos, à coup de pieds et un parpaing dans la gueule pour achever à terre, le tout au sein d'une nasse policière, et afin de reprendre le pouvoir sur Paris, d'où ils s’étaient fait dégager il y a quelques années. Parmi eux (il ne s'agissait que d'hommes), quelques starlettes des milieux intello-hipster-epiciers, notamment un qui apprécie tout particulièrement les sunlights, et qui "a des burnes", la preuve.

Faites attention à vous, au SO de la CGT, et aux appelistes. Tout va se payer.

> Pour faire une révolution ce n'est pas autour de soi qu'il faut faire un tour...

Ça fait 50 ans que votre analyse sur la violence révolutionnaire est un échec en Europe mais c'est pas grave vous persistez. C'est bien ! Vous êtes comme une montre cassée à un moment vous finirez par donner l'heure juste. Ce n'est pas parce que vous faites la une de l'actualité que vous êtes populaire et que les gens vous suivent. Mais comme l'élite politique, votre entre soi, fait que vous pensez avoir raison avant le peuple et évidemment pour lui. Ça fait longtemps que les gouvernements ont compris qu'ils fallait vous laisser casser des trucs pour rendre un mouvement impopulaire. On est pas en 1789, les français ne meurent pas de faim, il ont assez de thunes pour que leurs enfants aient des téléphones portables ! Pourquoi voulez vous qu'ils aillent cassez la gueule à des CRS ou pendre des politiques ? L'analyse historique ? Non ? En 68 vous croyez que le gouvernement a plié parce que les étudiants du quartier latin foutaient le bordel et produisaient du spectacle ou parce que les ouvriers bloquaient le pays ? Quand au "tout va se payer", ça fait envie de vivre avec vous... Le retour de la peine de mort : non ? J'ai du mal a comprendre pourquoi vous vous en prenez à l'état d'urgence alors que vous devez rêver de faire la même chose à vos ennemis politiques...