La repression continue en Bielorussie-Part 2

Mis a jour : le vendredi 6 février 2015 à 23:02

Mot-clefs: Elections Répression Resistances contrôle social / prisons centres de rétention actions directes
Lieux: minsk

Encore plusieurs personnes arrétée à Minsk.

La police arrète les gens selon une liste d'activstes et les prend au hasard.

Premier article ici :

https://nantes.indymedia.org/articles/30903

Après l'arrestation de quatres personnes aillant été donné coupables de l'action de soutien contre les arrestations à un concert à Minsk (Ils ont pris 15 jours de taule : https://abc-belarus.org/?p=5539&lang=en
), ça continue avec l'arrestation de deux autres personnes.

Tout d'abord Frankievych, une des personnes aillant purgé une grosse peine de prison pour "Le cas des anarchistes". Il avait déjà été arrété au mois de Mars,la police est en encore une fois venu le chercher sur son lieu de travail le 2 Février.Il est accusé d'avoir violé deux articles à la fois: l'art. 17.1 du Code administratif (hooliganisme mineur) et 23,4 (insubordination aux exigences légales d'une personne officielle).
D'après le témoignage de Frantskevych plusieurs personnes sont venues le voir au travail. Le directeur lui a demandé de venir en bas, où des policiers en civil l'attendaient. Après cela, l'activiste a été emmené au département de police du district soviétique, où les deux protocoles ont été établis.
Il a eu 25 jours de détention.

Une femme à elle aussi été arrètée sur son lieu de travail. Elle a plaidé non coupable. Les témoignages de la police sont confus, ils ne se souvenait même la rue de l'arrestation. Ils prétendent avoir entendu du bruit et un langage grossier en passant devant une maison avec les portes et les fenêtres fermées. Et on donc apréhendé la personne (Qui en fait c'est fait "ceuillir" sur son lieu de travail. Interrogé à son tour, les policiers anti-émeute ont donné des témoignages contradictoires sur ce qui a été portée à l'attention de la cour. En outre, il y avait des violations dans la conception de l'affaire, comme cela a été dit à plusieurs reprises au cours du processus. Donc, il n'y avait aucun signe de retard en vertu du protocole sur infraction administrative n'a pas été donné une copie du protocole, aucun rapport n'a été établi sur la détention administrative.

Lors du procès, deux témoingnage de la défense. Ils ont expliqué que la personne c'était montrée calme pendant l'arrestation sur son lieu de travail.
Mais le juge n'a pas fait attention à toutes les contradictions de l'affaire, considérant que le témoignage de la défense restait à prouver, et le témoignage de policiers anti-émeute valides et confirmées par les rapports pertinents, et a ordonné la détention administrative sous deux articles pendant10 jours.

En Décembre, elle a aussi été arretée et accusée d'avoir participé à une manifestation contre les taxes.

Source : abc-belarus.org

https://abc-belarus.org/?p=5668

https://abc-belarus.org/?p=5676