Indymedia Linksunten se défend

Mis a jour : le lundi 5 janvier 2015 à 20:05

Mot-clefs: Informatique Médias Répression Resistances
Lieux: allemagne

Communiqué du 25.12.2014

C'est la sixième année qu'Indymedia linksunten rend compte de l'activité politique de la gauche radicale. Linksunten est toujours présent car vous êtes toujours sur place comme on a pu le voir lors de la résistance contre la politique d'immigration à Berlin ou les mobilisations autour du climat au Hambacher Forst. De même nous/vous étions/étiez toujours présents lorsque des milliers de hooligans ont défilé à Cologne ou encore lorsque des racistes ont marché à travers Dresde. Présents aussi lorsqu'une indic a été démasquée à Hambourg.

En janvier aura lieu une des plus grosses manifestations annuelles de nazis à Magdebourg. Comme l'année dernière, nous couvrirons les protestations antifascistes en direct et cela en plusieurs langues. Histoire de mettre linksunten à l'abri de toute mauvaise surprise, le site sera protégé à partir du 6 décembre 2014 par le réseau Deflect d'attaques par déni de service distribuées (DDoS). Cette modification fait suite à l'attaque DDoS qu'a subi linksunten.indymedia.org le 28 septembre 2014. Celle-ci avait en effet rendu le site inaccessible pendant 20 heures. Le collectif solidaire Deflect de Montréal au Canada gère un réseau mondial de serveurs-cache qui effectuent une sauvegarde intermédiaire des demandes vers des sites comme Indy linksunten. Cela a pour conséquence que beaucoup plus de demandes simultanées peuvent être traitées et qu'ainsi les attaques DDoS échouent. Parallèlement le réseau-caching augmente la vitesse des pages qui sont consultées fréquemment et décharge ainsi le serveur principal.

Mais Indymedia linksunten ne doit pas seulement faire face aux attaques sur le net. Nous n'invitons plus publiquement à des rencontres car la dernière réunion qui avait été annoncé publiquement fin janvier 2014 et qui s'est déroulée au centre autonome KTS Freiburg devait probablement être surveillée à l'aide d'une caméra. Pour autant nous réfléchissons comment faire pour continuer à discuter et rester en contact avec vous.

Malheureusement il n'y a pas que la répression qui est une dure réalité, le capitalisme en est une autre. Notre infrastructure n'est malheureusement pas gratuite. Le serveur web, le serveur de recherche, le flux des données, le domaine-indymedia, tout cela coûte beaucoup d'argent. Nous sommes dépendants de votre soutien, que ce soit par des dons ou de l'argent récolté lors de repas de solidarité et autres fêtes de soutien. Indymedia vit grâce à votre participation et à votre soutien !

Soyons solidaires !