Larmes de crocodile pour la mort de Mandela

Mis a jour : le dimanche 8 décembre 2013 à 22:19

Mot-clefs: Racisme Répression Resistances
Lieux:

Et voilà que le monde entier est en pleurs après le décès de Madiba.

Mais que de larmes de crocodiles inondent les pages et les plateaux de nos journaux papiers et télévisés, l’hypocrisie est devenue un sport mondial, et les mensonges fusent dans tous les commentaires… le bruit et les odeurs de la honte nous dérangent !

Dans les média, c’est la course pour interviewer et montrer celui ou celle qui a un jour rencontré Mandela comme s’il avait rencontré le prophète.

Aussi, cette image du « Saint Sarkozy » au côté « terroriste » Nelson Mandela devant une photo prise à Robben Island, est la plus choquante, car qui peut oublier le discours raciste et humiliant pour l’Afrique, prononcé à Dakar par le chantre de l’économie ultralibérale néocolonialiste ?

27 années de prison, de bagne, de sévices… pour Nelson Mandela et Hollande qui le salue « un résistant exceptionnel » dit-il, oubliant que depuis maintenant 29 ans et 2 mois, un « résistant exceptionnel » croupi dans les geôles de l’Etat français alors qu’il est juridiquement libérable depuis 1999, nous parlons ici du militant communiste libanais, Georges Ibrahim Abdallah.

Hollande qui salue Mandela « Combattant infatigable de l’apartheid, il l’aura terrassé par son courage, son obstination et sa persévérance » a-t-il déclaré, oubliant que depuis maintenant 65 ans, le Peuple de Palestine subit l’apartheid sioniste et la violation quotidienne de ses droits fondamentaux par une armée d’occupation. Hollande qui vient d’apporter un soutien inconditionnel à l’Etat hébreu raciste et colonialiste, n’aura aucun complexe et même pas honte de se rendre aux obsèques de Madiba, le combattant de la lutte contre la ségrégation, oubliant les milliers de prisonniers palestiniens enfermés depuis des décennies pour certains, et sans jugement pour d’autres, dans des prisons presque assimilables à des camps de concentration où la mort rôde à chaque instant.

Qui étaient les véritables internationalistes, compagnons du début de Madiba Mandela et de l’ANC ? Ce sont les Camarades Fidel Castro, Salvador Allende ?, Mouammar Kadhafi ?, Houari Boumediene ?, Gamal Nasser ?, Patrice Lumumba ?, Thomas Sankara ?, Yasser Arafat ?, Miriam Makeba ?, Henri Alleg ? …( comptez les assassinés)… et non pas Tony Blair, ni Margareth Thatcher, ni Ronald Reagan, ni Itzhak Rabin, ni John Kennedy, ni Lyndon Johnson, ni François Mitterrand, ni Felipe Gonzalez, ni Mario Soares… ni les théocraties du Golfe et les dictateurs sud-américains, ni les BHL ou autres Finkielkraut.

Aussi, si aujourd’hui nous sommes tristes de cette mort du grand Homme que fût Madiba Mandela, si l’heure n’est pas à la polémique, il est toujours bon de rappeler l’histoire, le passé, la vérité, car personne ne saurait continuer son combat pour l’égalité des hommes sans connaître qui furent ses amis(es) fidèles et qui furent ses pires ennemis infidèles et hypocrites.

Mais si cet écrit est différent des autres, qu’il n’est pas dans la norme, c’est que nous avons un profond respect pour Madiba Mandela, pour sa famille, pour Winnie, pour l’ANC et le peuple des townships qui se sont libérés eux-mêmes, pour eux-mêmes, grâce à la solidarité internationale des peuples et d’une dizaine d’Etats conscients qui ont lancé la machine du boycott de l’Afrique du Sud. Aussi, il ne faudra jamais oublier le rôle de la République de Cuba, de Fidel et du Che, qui fût la première nation non africaine à combattre militairement l’apartheid, le colonialisme et le racisme, directement sur le sol d’Afrique, c’était au Mozambique, voilà pourquoi le Président Nelson Mandela a honoré l’Ile de Cuba et ses martyrs tombés pour la liberté, pour son tout premier déplacement à l’étranger.

« Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de « consoler » les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire » Vladimir Illich Lénine

Gloire à Madiba !
Gloire à l’ANC !
Gloire au Peuple d’Afrique du Sud !
Gloire aux Peuples du Monde en lutte pour leur indépendance !

Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

Commentaire(s)

> Des « internationalistes »?

Il va falloir réviser sérieusement ce que vous appelez « internationalisme », parce que visiblement vous n'y comprenez pas grand-chose : Castro, Kadhafi, Allende, Boumediene, Nasser, internationalistes ? Tous ces DIRIGEANTS D'ÉTATS CAPITALISTES ont tous été plus nationalistes les uns que les autres, ont défendu bec et ongles leur État national, ses frontières, son armée, sa police et ses prisons ! Il n'a jamais été question pour ces messieurs, pas plus pour Sankara, Lumumba ou Arafat que les autres, de détruire le capitalisme, les rapports marchands, le salariat, le profit et l'accumulation du capital, pas plus que de détruire le nationalisme, le patriotisme et toutes ces formes d'idéologie bourgeoise. Ils n'ont donc JAMAIS été communistes. Le seul point commun de ces messieurs, c'est la défense du Bloc de l'Est, de l'URSS capitaliste d'État et de ses intérêts impérialistes !

Quant à Mandela, il n'a été qu'un chantre de la démocratie bourgeoise, il n'a joué qu'un rôle de stabilisateur dans la modernisation de l'État sud-africain. Demandons donc ce que les mineurs de Marikana, mitraillés par la police « arc-en-ciel », pensent de l'ANC et de l'État capitaliste sud-africain qu'elle dirige ! Rien n'a changé dans les rapports de classe en Afrique du Sud, les ouvriers sont toujours exploités, de la même façon que sous l'apartheid !

> Toujours droits dans leurs bottes

Pour ceux qui ne connaissaient pas encore les brillantes analyses du CCI, les voilà renseignés. Chaque fois qu’un peuple se révolte, chaque fois que des individus refusent l’ordre raciste qui leur est imposé, un cécéiste se précipite pour faire rentrer les choses dans l’ordre et rétablir la pensée unique. C’est tellement pitoyable qu’on finit par être blasé ! Que ce soit sur l’Afrique du Sud ou la Palestine, les fidèles serviteurs de l’Empire étalent leur haine de toute révolte :

« qu'est-ce que SA lutte contre « l'apartheid, l'occupation et le colonialisme » POURRAIT BIEN APPORTER aux exploités de Palestine et d'Israël ? La réponse est simple : rien du tout ! L'exploitation continuerait, toujours plus forte »

« la « lutte contre l'occupation, l'apartheid et la colonisation » est un combat de la BOURGEOISIE palestinienne »

« La « solution d'un seul État » en Palestine ferait « que l'exploitation continuerait comme avant, MAIS EN PIRE » ! »

« le mouton à cinq pattes qu’il défend – une soi-disant nation unique en Palestine – est la solution DE LA BOURGEOISIE. »

« Les 40 morts de Marikana ont montré - sauf aux aveugles professionnels - ce que vaut exactement la « lutte contre l’apartheid »

« La lutte contre l’apartheid, c’est le combat d’une fraction de la bourgeoisie contre une autre »

La SEULE différence entre le CCI et les autres soutiens de la pensée dominante dénoncés dans l’article (les Tony Blair, Margareth Thatcher, Ronald Reagan, Itzhak Rabin, John Kennedy, Lyndon Johnson, François Mitterrand, Felipe Gonzalez, Mario Soares… ou les théocraties du Golfe et les dictateurs sud-américains, les BHL ou autres Finkielkraut…), c’est que les premiers ont une haine tellement surdimensionnée qu’ils sont incapables de la moindre retenue, même diplomatique.

> La lutte de classe, et rien d'autre !

Tiens, on va redemander au brillant stalinien, qui soutient visiblement les analyses du « Cercle ouvrier du bassin minier ouest du Pas-de-Calais », une annexe du PCF, ce qu'il appelle « peuple » exactement. Chez les marxistes, les vrais, il existe des classes, on laisse le « peuple » à la bourgeoisie, qui a d'ailleurs toujours utilisé ce terme pour masquer justement la lutte de classe et défendre l'Union sacrée.

Ce que le commentaire précédent fait d'ailleurs très bien : la « seule différence » entre les révolutionnaires et les bourgeois, c'est que les seconds savent parfaitement que Mandela est des leurs, alors que les premiers savent aussi très bien que Mandela a toujours été un bourgeois démocrate ! Choisis ton camp, mon gars !

Quant à la « brillante analyse » du commentateur précédent, elle pue le nationalisme à plein nez, tout comme celle du « Cercle ouvrier du bassin minier ouest du Pas-de-Calais ». Il ne reste plus à notre commentateur qu'à nous expliquer POUR QUOI il se bat exactement : on jugera sur pièces. Mais comme d'habitude, à part la calomnie et les mensonges - n'oublions pas les copiés-collés à tour de bras - ce personnage n'a rien à raconter. Du reste, le précédent commentaire le montre assez…

> Le CCI a choisi son camp

Le CCI a choisi son camp, celui des bourreaux contre les victimes, comme à son habitude. La lutte de classes, l’internationalisme ne sont que des mots creux et des arguments politiciens pour ceux qui ont toujours défendu l’ordre existant sous prétexte qu’y changer quelque chose serait « ENCORE PIRE ! »

On ne les a jamais vus soutenir la moindre résistance au colonialisme, au racisme, à l’apartheid, au nettoyage ethnique, bien au contraire, en bons négationnistes, ils nous affirment que tout ça N’EXISTE PAS, tout simplement.

Et comme les « peuples n’existent pas », dixit le Vieux, mais uniquement les « classes », ce triste personnage peut NIER tranquillement les crimes contre l’humanité qui se commettent aujourd’hui, sous nos yeux… Car si les négationnistes ne connaissent pas les peuples, les bourreaux, eux, les connaissent très bien.

> Les récupérateurs de Mandela

CE MERCREDI 11 DECEMBRE 2013

A 18H30

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

"La grande idée fondamentale, selon laquelle le monde ne doit pas être considéré comme un complexe de choses achevées, mais comme un complexe de processus où les choses, en apparence stables, tout autant que leurs reflets intellectuels dans notre cerveau, les idées, passent par un changement ininterrompu de devenir et dépérissement - cette grande idée fondamentale a, notamment depuis Hegel, pénétré si profondément dans la conscience courante qu’elle ne trouve, sous cette forme générale, presque plus de contradiction. Mais la reconnaître en paroles et l’appliquer dans la réalité, en détail, à chaque domaine soumis à l’investigation, sont deux choses différentes." F. Engels.

« Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas de toutes pièces, dans des circonstances qu’ils auraient eux-mêmes choisies, mais dans des circonstances qu’ils trouvent immédiatement préétablies, données et héritées. » K. Marx

S’il suffisait de la raison pour interpréter les faits d’actualité, alors nous établirions des catégories fixes, telles que le Bien et le Mal, qui agiraient en fonction de leur essence, dans un monde idéal que nous pourrions lire aisément.

Ainsi, à la mort de Mandela, nous aurions pu attendre que les plus fervents supporters de l’apartheid, ceux qui commerçaient avec le régime, ceux qui le soutenaient politiquement et militairement, fassent preuve au moins d’une certaine discrétion. Ce n’est pas le cas.

On aurait pu s’attendre à ce qu’un grand journal étatsunien titrât :

« MORT DU TERRORISTE NEGRE MANDELA »

Qu’un communiqué émanant du gouvernement israélien fut rédigé ainsi :

« L’AMI DES TERRORISTES ARABES EST MORT »

Ou que, dans un genre plus français, la une d’un torchon raciste fut :

« MORT DE NELSON « BAMBOULA ». BON DEBARRAS ! »

Un torchon non raciste aurait été plus subtil et mesuré, en sous-titrant sournoisement :

« COMMUNISTE, AMI DE CASTRO ET KADHAFI : LA PART D’OMBRE DE MANDELA »

Mais rien de tout cela n’advint. La machine de guerre qui domine le monde, et qui a retiré le nom de notre défunt camarade et de l’ANC de sa « liste noire » en… 2008, met aujourd’hui en berne sa bannière ensanglantée. Le dernier gouvernement à appliquer une politique d’apartheid salue (salit ?) la mémoire de celui qui déclara que « notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ». Font de même ceux qui refusèrent d’appliquer des sanctions au régime raciste. Faut-il regretter cet hommage du crime à la vertu ? Ou plutôt l’interpréter comme une victoire ?

Passons sur un autre terrain de lutte. L’agenda de la « terreur juste » était clair et obéissait à une logique toute cartésienne : après la « libération » de la Syrie, le bombardement de l’Iran, afin de sauver l’humanité du péril islamo-nucléaire. Objectif : cerner mieux la Russie et la Chine. Bien. Sans comprendre que les rapports de force sont changeants et les replis tactiques, on ne peut que s’interroger sur ce retournement (l’accord « surprise » entre les impérialistes et l’Iran), qui enrage les alliés les plus proches de la Grande Machine de Guerre : l’occupant sioniste, la dictature saoudienne, et même la France béhachélienne. Alors, on se gratte la tête, ou on interprète cela comme une victoire ?

Jadis, quand la France allait porter ses Lumières en Afrique, c’était toujours pour la démocratie et le développement. Ce que relayait fidèlement la Grande Caravane Publicitaire Qui nous Informe. Aujourd’hui, on entend jurer la bouche en cœur « qu’il n’y a pas d’intérêt économique, il n’y a pas de pétrole en Centrafrique » (sic) (Lellouche, UMP-qui-soutient-le gouvernement, sur France Inter, 5 décembre 2013), et que la page de la Françafrique est tournée, foi de Hollande (un jour d’entrée en guerre, dans tous les medias).

Comment un gouvernement « socialiste », qui a ses entrées au Conseil d’Administration de PSA, peut-il : feindre d’ignorer le pot aux roses chapeau de 21 millions révélé par la CGT ? Puis ensuite réprouver ce que sa morale approuve, sous prétexte que Varin a licencié, ce pour quoi justement il a été récompensé ?

Pourquoi les marcheurs pour l’égalité se revendiquent-ils désormais « ni potes, ni soumises » ? Pourquoi des petits patrons nous ont-ils volé nos bonnets rouges ? Et doit-on s’en plaindre auprès du gouvernement rose ? Et pourquoi devrons-nous marcher, encore, avec les salariés de la Redoute, vendredi prochain ?

Pour répondre à ces questions, pour résoudre ces énigmes, ce sera, ce mercredi, après dissipation des brouillages, l’heure de l’mettre ! Avec notre camarade Saïd Bouamama.

http://www.legrandsoir.info/discours-historique-de-nelson-mandela-le-26-juillet-1991.html

http://www.wsws.org/fr/articles/2013/avr2013/fran-a03.shtml

http://cgtpsasochaux.free.fr/1A_2013_s48_Retraite_chapeau_Varin.html

La semaine passée, outre l’interview de Ghassan Daghlass, chargé par l’Autorité Palestinienne de la question des colonies, vous avez raté certaines révélations à propos des prostates socialistes et des chancelières qui ne le sont pas. Vous pouvez vous rattraper. Ici :

http://www.campuslille.com/index.php/lheure-de-lmettre/1763-cadastre-sioniste-cest-lheure-de-lmettre-

> Toujours la même rhétorique calomniatrice !

Effectivement, le CCI a choisi son camp : celui de la lutte de classe et de la révolution. Ceux qui soutiennent Mandela et toutes les luttes nationalistes que la bourgeoisie nous présente comme « libératrices », défendent le système capitaliste. Le sinistre pantin nationaliste qui ne signe pas son commentaire de 19h08 serait bien en peine de nous expliquer en quoi les soi-disant « luttes » qu'il nous vante - y compris celle contre l'apartheid - ont en quoi que ce soit amélioré le sort des exploités. On peut lui redemander ce que la « lutte » des nationalistes palestiniens contre les nationalistes israéliens pourrait bien améliorer au sort des prolétaires des deux côtés du Mur de Cisjordanie : on attendra la réponse longtemps !

Mais tout cela n'est pas neuf : on lira avec profit ce que le Premier Congrès de l'Internationale Communiste écrivait déjà en… 1919 :

« Tous les socialistes en démontrant le caractère de classe de la civilisation bourgeoise, de la démocratie bourgeoise, du parlementarisme bourgeois, ont exprimé cette idée déjà formulée, avec le maximum d'exactitude scientifique par Marx et Engels que la plus démocratique des républiques bourgeoises ne saurait être autre chose qu'une machine à opprimer la classe ouvrière à la merci de la bourgeoisie, la masse des travailleurs à la merci d'une poignée de capitalistes. » (Thèse 4 des Thèses sur la démocratie bourgeoise)

« Toutes les démocraties bourgeoises contemporaines, sans excepter la République allemande que les traîtres du socialisme appellent prolétarienne en dépit de la vérité, conservent au contraire le vieil appareil gouvernemental. Ainsi, il se confirme une fois de plus, de façon absolument évidente, que tous ces cris en faveur de la démocratie ne servent en réalité qu'à défendre la bourgeoisie et ses privilèges de classe exploiteuse. » (Thèse 6 des Thèses sur la démocratie bourgeoise)

« L'histoire du XIX° siècle et du XX° siècle nous a montré, même avant la guerre, ce qu'était la fameuse démocratie pure sous le régime capitaliste. Les marxistes ont toujours répété que plus la démocratie était développée, plus elle était pure, plus aussi devait être vive, acharnée et impitoyable la lutte des classes, et plus apparaissait purement le joug du capital et la dictature de la bourgeoisie. » (Thèse 9 des Thèses sur la démocratie bourgeoise)

Alors, qu'est-ce que les exploités de Palestine et d'Israël auraient à gagner à la constitution d'un État unique, ou de deux États, ou autre calembredaine irréalisable du même acabit ?…

> Toujours la même rhétorique négationniste !

Qu’en termes mielleux les crapuleries sont dites :

« On peut lui redemander ce que la « lutte » des nationalistes palestiniens contre les nationalistes israéliens pourrait bien améliorer au sort des prolétaires des deux côtés du Mur de Cisjordanie »

Le Vieux emploie les mêmes expressions hypocrites que ses amis sionistes pour NIER la fonction du Mur : Mur de séparation, Mur d’apartheid, Mur de la Honte ! Pour le Vieux, le Mur ne se discute pas, il est là, il fait partie de l’idéologie du CCI, et il n’est donc nullement question de l’abattre. Les « prolétaires » doivent rester de part et d’autre du mur pour satisfaire le racisme des sionistes et du CCI ; dans ces conditions, évidemment, il est difficile d’« améliorer » quoi que ce soit. Abattre les murs de séparation c’est aller contre le besoin idéologique de symétrie entre les bourreaux et les victimes qui est le fonds de commerce du CCI.

« qu'est-ce que les exploités de Palestine et d'Israël auraient à gagner à la constitution d'un État unique, ou de deux États, ou autre calembredaine irréalisable du même acabit ? »

On se demande ce qui domine chez les négationnistes du CCI : l’odieux ou la connerie. Comme ils sont aussi bien contre un Etat que contre deux Etats, il ne reste que la solution actuelle : un Etat juif colonial avec une population indigène enfermée dans des ghettos et des camps de concentration.

Le seul Mur que le CCI franchit régulièrement, c’est celui de la connerie !

> Rien à raconter, d'accord, mais à ce point !

Merci de reposer des questions que j'ai déjà posées il y a un bout de temps. Et merci au soi-disant « commentateur » précédent de montrer aussi clairement qu'il ne peut pas y répondre !

Il est tout de même assez stupéfiant de tartiner d'aussi longues séries de calomnies sans se rendre compte qu'on n'a à ce point RIEN À DIRE !

QU'EST-CE QUE LES EXPLOITÉS PALESTINIENS COMME ISRAÉLIENS ONT À GAGNER À L'ÉTABLISSEMENT D'UN ÉTAT UNIQUE OU DE DEUX ÉTATS, EN PALESTINE selon les options choisies par le gang bourgeois que l'on soutient ? La réponse devrait pourtant être simple pour le nationaliste hystérique qui ne signe pas les précédents « commentaires ». Mais non, il n'a RIEN À RÉPONDRE d'autre que des insultes et des affirmations sans aucun fondement.

Où ai-je jamais nié l'existence de quoi que ce soit ? J'aimerais avoir une réponse là-dessus aussi. Ce qui rend ce stalinien hystérique, c'est le fait que je - et pas le CCI qui n'a rien à voir ici - dis que les soi-disant « luttes » qu'il soutient n'ont jamais apporté quoi que ce soit aux exploités, et ont toutes été des mouvements contre-révolutionnaires, dont le seul gain a été de diffuser le poison nationaliste au sein des exploités. Qu'il démontre donc le contraire, juste pour rire…

> On n’a pas envie de rire devant les génocides et les nettoyages ethniques

Notre négationniste hystérique qui signe d’un pseudo fantaisiste pour qu’on ne puisse pas le reconnaître n’a toujours pas répondu à la seule question importante qui permettrait de le confondre : les prolétaires ont-ils le droit de vivre AVANT la révolution cécéiste sur le papier ?

Cet hypocrite qui prétend ne pas être le CCI alors qu’il défend bec et ongles toutes leurs élucubrations sur Indymedia ne répondra jamais à cette question, car pour ces tristes individus la réponse est évidemment NON : sinon, ils réagiraient à la réalité du racisme, de l’apartheid, des nettoyages ethniques et des génocides, et ils ne se contenteraient pas de prôner la soumission à l’ordre actuel en attendant LEUR révolution.

Quant à la question du vieux anonyme, ça fait longtemps qu’on y a répondu : les exploités palestiniens ont à gagner de ne plus vivre entre des murs et d’être mieux traités que les animaux. Ce n’est pas la révolution, mais on ne voit pas pourquoi les Palestiniens n’auraient pas les mêmes droits dont les cécéistes bénéficient et qu’ils ne refusent pas en attendant « leur » révolution.

C’est cette perspective qui est insupportable au CCI. Pensez donc : des Palestiniens qui auraient les mêmes droits qu’eux ! Impensable ! ! !