Nantes : charge policière au « forum mondial des Droits de l'Homme »

Mis a jour : le dimanche 7 juillet 2013 à 05:30

Mot-clefs: Répression contrôle social aéroport notre-dame-des-landes nécropole forum
Lieux: Nantes ZAD

« Ayrault, dégage, résistance et sabotage ! »

Le « forum mondial des droits de l'Homme » se tient à partir d'aujourd'hui (22 Mai) à Nantes.

Le thème du forum de cette année ? « Droits de l'Homme/développement durable : même combat ? », en lien avec le label bidon « Nantes green capital » :

-Une nouvelle provocation à Nantes, ou le pouvoir impose le bétonnage du boccage pour les intérêts de Vinci.

-Du cynisme de très mauvais goût -dont seuls les socialistes ont le secret- alors que les forces de l'Ordre ont blessé des centaines de personnes à coup de flashballs et de grenades depuis l'automne, à quelques kilomètres au nord de Nantes.

De l'hypocrisie mortifère, dans cette Métropole socialiste ou, cette année, durant des mois, le « Collectif un toit pour tou-te-s » a été pourchassé par des centaines de policiers et le GIPN, alors qu'il cherchait juste à loger des familles et des précaires privé-e-s de toit.

1_3-medium
Les droits de l'Homme vus par le Parti Socialiste

2_3-medium

3_3-medium

4_4-medium
Nantes capitale verte... ou bleue ?

5_3-medium

6_3-medium

7_3-medium

Le « forum mondial des droits de l'Homme » se tient à partir d'aujourd'hui (22 Mai) à Nantes.

Le thème du forum de cette année ? « Droits de l'Homme/développement durable : même combat ? », en lien avec le label bidon « Nantes green capital » :

-Une nouvelle provocation à Nantes, ou le pouvoir impose le bétonnage du boccage pour les intérêts de Vinci.

-Du cynisme de très mauvais goût -dont seuls les socialistes ont le secret- alors que les forces de l'Ordre ont blessé des centaines de personnes à coup de flashballs et de grenades depuis l'automne, à quelques kilomètres au nord de Nantes.

De l'hypocrisie mortifère, dans cette Métropole socialiste ou, cette année, durant des mois, le « Collectif un toit pour tou-te-s » a été pourchassé par des centaines de policiers et le GIPN, alors qu'il cherchait juste à loger des familles et des précaires privé-e-s de toit.

Les auteurs de l'édito du programme officiel de ce forum ne sont autres que Jacques Auxiette et Grosvalet (!), deux barons socialistes locaux et virulents promoteurs de l'aéroport de Vinci, qui ont largement légitimé et défendu les violences policières contre les résistant-e-s de la ZAD et craché leur haine dans la presse.

Devant la Cité des Congrès ou doivent se tenir des débats de salon autour de petits fours (notamment sur « l'accaparement des terres », tout un programme vu la situation !), quelques 200 révolté-e-s bien décidé-e-s à ne pas laisser leur mascarade se dérouler tranquillement se rassemblent en fin d'après midi. Des partisan-e-s de la réunification de la Bretagne sont également présent-e-s.

Les vigiles repoussent les trublion-e-s qui veulent s'inviter dans le bâtiment abritant le forum. Puisque les opposant-e-s à l'aéroport, au flicage, au bétonnage et à ce monde mortifère ne sont pas les bienvenu-e-s au forum des droits de l'Homme, ils improvisent une chaine humaine pour bloquer l'entrée de la Cité des Congrès. Une Battucada vient rythmer l'action dans une ambiance sereine.

Pendant ce temps, Lapouze, directeur de cabinet du préfet (qui a commandé les opérations militaires sur la ZAD) et le commissaire Pizoird (expulseur récidiviste et expert en violences policières) préparent leur sale besogne. Les vigiles du forum se mettent à agresser des participant-e-s à la chaine : le prétexte est suffisant pour les donneurs d'ordre qui lancent une charge de CRS et CDI.

Ne s'attendant pas à une telle charge policière lors d'un « forum des droits de l'Homme », les manifestant-e-s refluent rapidement sous les coups de matraque lâchement distribués par des casqués en surnombre. Des personnes qui tombent au sol sont frappées par les courageux gardiens de la paix.

L'esplanade de la Cité des Congrès est désormais place nette, quadrillée par les bottes policières.

Une bien belle image dont seule notre Métropole socialiste a le secret.

Les conférenciers, médiateurs, experts et autres permanents des « droits de l'Homme » s'engouffrent dans le bâtiment, derrière une rangée de CRS et autres vigiles, sans un regard pour les manifestant-e-s qui viennent d'être chargé-e-s, sans une protestation.

Honte à eux, à leurs « droits de l'Homme » à coups de matraques.

Malgré tout, les percussionnistes se remettent à jouer. Rendez-vous est pris samedi 25 à la manifestation mensuelle contre l'aéroport et son monde : http://nantes.indymedia.org/article/27624

« ZAD partout, police nulle part ! »

Si vous avez pris des photos, filmé, participé : n'hésitez pas à compléter l'article.

 

Commentaire(s)

> Commissaire truc truc

L'on connaissait bien les talents d'expulseur en centre-ville du commissaire Pizoird.

Une rapide recherche internet fait voir un article de OF où le commissaire démontre qu'il est aussi capable d'expulser dans les quartiers populaires et périphériques, avec toute la cavalarie :

Quel talent !

----------------------

http://www.ouest-france.fr/2012/09/15/nantes/Une-expuls....html

Une expulsion sous très haute surveillance - Nantes

samedi 15 septembre 2012

Le village de La Bernardière, cerné par les forces de police. C'était hier matin, à Saint-Herblain. Vers 8 h 45, une trentaine de fonctionnaires de police en tenue ont investi ce quartier situé près de Bellevue, au pied du pont de Cheviré.

Les habitants, incrédules, sont sortis dans les rues. Les forces de police avaient pour mission d'assister un huissier venu expulser un locataire de son pavillon. « Ce déploiement exceptionnel se justifie par la configuration du site : la zone est enclavée, au bout d'une impasse », précise le commissaire Cyril Pizoird. Deuxième raison : les interpellations dans ce village ne se passent pas toujours bien. « On ne comprend pas pourquoi il y a autant de policiers », déplorait, cependant, une habitante. Aucun incident n'est à déplorer.

Le locataire et son fils de 11 ans ont été expulsés de leur logement suite à une action en justice du bailleur social, l'Opac. En cause : de nombreux arriérés de loyers. Les meubles de la famille ont été entreposés dans le garage d'un voisin, en attendant de trouver une solution. Vers 11 h, le dispositif policier a été levé.

> Vidéo de la charge

http://youtu.be/vJxo40m4FRM

> commentaire caché

Un commentaire a été caché.

On peut venir faire un retour argumenté et réfléchi un minimum sur ce rassemblement, faire du complément d'information.

Mais inutile de croire qu'indymedia laisse la place pour les "prise d'otages" et autres jugements débiles sur ce rassemblement.

Merci de lire la charte avant de vouloir à tout prix poster son commentaire.