Retour sur les évènements survenus lors de la Gay Pride 2011 à tours :

Mot-clefs: Genre/sexualités
Lieux: Tours

 
21 mai 2011, tours :

Samedi 21 Mai avait lieu la gay pride. Ce même jour un groupuscule d’extrême droite appelait à manifester contre la gay pride. Sous prétexte que la sexualité relèverait de la vie privé, elle n'aurait pas à s’exhiber dans la rue, et surtout pas celle des homosexuels. Ce discours « soft » ne masque que leur homophobie, en témoignent les slogans scandés au passage du cortège de la gay pride.
La préfecture avait d'ailleurs menacé de faire annuler la gay pride au motif du risque de troubles à l'ordre public lors de la rencontre avec les fafs, la mairie PS n'a pas bougé alors qu'elle aurait pu faire interdire le rassemblement des fafs pour les mêmes raisons. Finalement, les organisateurs de la gay pride ont dû trouver 80 bénévoles pour encadrer le cortège et signer un papier comme quoi ils seraient responsables en cas de troubles à l'ordre public. Les autorités n'ont tout simplement pas voulu interdire le rassemblement haineux et provocateur des fafs pour éviter les dits « troubles à l'ordre public ».
Parce que l'homophobie et le sexisme sont des plaies bien trop présentes dans notre société. A l'appel du collectif antiraciste 37, des militant.e.s se sont réuni.e.s pour participer à la gay pride derrière une banderole qui dénonce ces plaies. L'objectif était de montrer la bêtise et l'absurdité de tous les discours réactionnaires sur la sexualité, et défendre la liberté dans les choix et les pratiques pour chacun.e en matière de sexualité.
La rencontre avec les fafs ( environ une trentaine ) bien protégés par la police, s'est passée sans incident autre que quelques disputes avec le service d'ordre de la gay pride qui était un peu trop pressé de faire avancer le cortège. Des « incidents » sont survenus plus tard, place des Halles au niveau du cosmic café ( bar qui sert de repaire aux militants d’extrême droite ). Un camarade exaspéré par les photos d'un journaliste est allé lui faire remarquer qu'il ne désirait pas apparaître dessus, et à commencé à lui expliquer pourquoi. Le ton est monté, la situation s'est tendue en raison des quelques fachos amassés devant leur bouge. La police et des agents de la BAC ( sans brassards ) ont utilisé l'altercation comme prétexte pour charger. S'en est suivi une mêlée assez confuse, trois camarades se sont fait embarquer ( 2 sont poursuivi pour dissimulation du visage, le troisième pour outrage/rébellion ). Les keufs en ont profité pour se défouler, de nombreuses personnes ont été mises à terre et/ou ont pris des coups, entre autres une camarade qui après une pluie de coups de matraque s'est vu prescrire 8 jours d'arrêt de travail. La version présentée dans la Nouvelle Répugnante ( le torchon local ), laisse à croire que nos camarades seraient la cause de cet incident. La vérité est que c'est la police qui a chargé brutalement tout le monde au prétexte de « l'altercation » entre le camarade et le journaliste, altercation qui ne se serait certainement pas soldé par des coups ou de quelconques troubles à l'ordre public autres que quelques cris si la police n'était pas intervenue. Lorsque la gay pride est revenue au château de tours, les militants d’extrême droite sont allés encercler le château où avait lieu une fête, pour provoquer les gens, obligeant la sécurité à filtrer les accès au château.
Les identitaires de vox populi, veulent faire croire qu'en tant que catholiques ils ne sont qu'amour, paix et foi. Mais la manif anti-gay pride, le harcèlement de la gay pride au château de tours, les propos haineux tenus au passage de la gay pride prouvent le contraire. La préfecture et la mairie PS, certainement au courant des agressions perpétrées par les nervis d’extrême droite ces derniers mois à tours ; n'ont pas interdit le rassemblement d’extrême droite. Et on préféré les laisser deverser leurs propos haineux sur la place publique au nom de la « liberté d'expression ».

Désinformation officielle :

Les articles de la Nouvelle Répugnante, laissent à croire que l'incident avec la police serait dû aux tensions entre militants d’extrême droite et d’extrême gauche, qui était venus pour en découdre. Que la police n'aurait fait que s'interposer, que l'on aurait affaire à deux bandes d’extrémistes incontrôlables aux idées nauséabondes.
Cette stratégie n'est pas une surprise et elle s'insère dans une dynamique nationale. Déjà à Lyon une semaine avant, après les incidents qui avaient eu lieu suite à une manif d'identitaires et de néonazes ( agressions racistes, agressions de militants ). Ces événements avaient été réduits à une guéguerre entre extrémistes fascistes et antifascistes. Les agressions racistes étant traitées de manière superficielle dans la majorité de la presse officielle. Toutes les violences ont été placées sur le même plan, sans aucune distinction entre les agressions des fascistes et les militants qui se sont défendus lorsque les fafs ont essayé des les agresser.
Le pouvoir en place cherche vraisemblablement à exacerber les rivalités entre la gauche radicale, les libertaires, et l’extrême droite. Cela pour affaiblir les deux camps et pouvoir réprimer tout ceux qui feront des faux pas d'un coté comme de l'autre. Cela intervient dans un climat social potentiellement tendu, une période de crise qui voit se propager les mouvements sociaux en Europe ( dernièrement en Espagne ) et autour de la méditerranée. Ces mouvements sont liés à la dégradation des conditions d'existence imposée par la restructuration du capitalisme néolibéral. En fRance un mouvement important ( malheureusement trop bien canalisé par les syndicats ) contre la reforme du système de retraites à eu lieu à l'automne dernier. L'approche des élections de 2012 offre un peu de répit dans le train des reformes, mais n'influera pas sur son exécution. Dans ce contexte pré-électoral où l’extrême gauche et les libertaires se présentent comme une alternative valable quand la gauche comme la droite ont échoué à améliorer le quotidien des gens. La critique radicale de l’état et du capitalisme apparaît comme dangereuse, le gouvernement ne veut pas risquer de la voir s'implanter durablement dans les esprits. Le déclenchement d'un mouvement social d'ici à la présidentielle pourrait faire perdre le pouvoir à la droite ( la gauche ne vaut au final pas mieux ). Pour éviter cela, le pouvoir, par le biais de la presse officielle, tente de renvoyer d'une part l'extrême gauche et les libertaires , et d'autre part l’extrême droite dos à dos ; comme deux pôles inverses qui s'annuleraient. Le parti au pouvoir qui pourtant fait son beurre sur des thèmes chers à l’extrême droite, comme l’immigration ou l’insécurité espère même passer pour un parti de modérés et conserver le pouvoir en 2012. Même si quelques « dommages collatéraux » doivent être blessés ou tués lors d'agressions fascistes. Mais cela représente pour nos chers dirigeants un petit prix à payer pour conserver leur royaume.
Il est nécessaire de prendre acte de cette instrumentalisation de l’extrême droite par le pouvoir, et de ne pas rentrer dans une guéguerre stérile. Nos ennemis ne sont pas des groupuscules marginaux de cranes rasés mais bien l’état, le capitalisme et tous ceux qui nous empêchent de vivre en nous enfermant dans la survie. L'antifascisme en tant que projet politique est absolument stérile, et n'est porteur d'aucunes de nos aspirations. Il enferme dans des conflits vains et fait le jeu des pires alliances, il conduit à la reproduction des structures de dominations et de spécialisations que nous combattons. Nous préférons nous concentrer sur nos vrais ennemis, et tenter de nous émanciper plutôt que de nous enfermer dans une guéguerre avec des groupuscules minoritaires.
Il est néanmoins nécessaire de mettre en pratique des stratégies d’autodéfense face, aux possibles attaques des nervis d’extrême droite ; et de tisser des liens entre nous pour que personne ne se sente isolé et ne cède à la pression et de l’extrême droite et de la police.

Quelques éclaircissements :

Pour finir, quelques mises au point, rapport aux mensonges colportés par la presse officielle.
Nous défendons le droit de chacun à disposer de son corps, et à construire ou déconstruire son genre comme il l'entend. On ne répétera jamais assez que les pratiques dites « LGBT », font partie intégrante de la sexualité au même titre que les pratiques dites « hétérosexuelles » et ne sont ni plus ni moins naturelles les unes que les autres. Et que le sexisme et l'homophobie ne sont que l’héritage de près de 2000 ans de religions réactionnaires et phallocentrées.
Nous nous sommes vus traiter d’extrémistes en vue de nous discréditer. La seule chose qui peut paraître extrême aux bourgeois c'est notre radicalité. Par cela nous entendons notre capacité à identifier et attaquer les causes de nos maux à la racine : entre autres l’état, le capitalisme, et toutes les structures de dominations. Nous entendons vivre comme nous le désirons, seul.e.s ou ensemble. Pour cela nous refusons tout compromis avec ceux qui voudraient nous représenter en détournant le pouvoir qui réside en chacun de nous à leur seul profit. Pas de compromis non plus avec ceux pour qui tout a un prix et qui entendent bien nous faire trimer pour se remplir les poches, pendant ce que l'on ne peut décemment appeler vie lorsque l'on est soumis au travail salarié.
Nous sommes rassemblés sur une base au minimum anti-autoritataire, nous refusons la domination entre les personnes sous toutes ses formes. Le racisme, l'homophobie, le sexisme, et la reproduction de toute forme de structure de domination, passent par chacun.e de nous. C'est à chacun.e d'essayer de s'en affranchir soi même et de lutter contre au quotidien. Il ne tient qu'à chacun.e d'essayer de construire des situations où chacun.e sera maître de lui/elle même et où L’aliénation disparaîtra.
Nos idées sont dans toutes les têtes, c'est à chacun.e de les trouver et de les mettre en œuvre pour libérer les territoires de sa vie quotidienne.

La volonté de chaque individu contient plus de puissance qu'une bombe H.
Ensemble nous ferons trembler leur monde, puis nous danserons sur ses ruines encore fumantes.

Des Anarchistes

Commentaire(s)

> au SUD rien de nouveau ...

Sur les incidents entre flics, journaleux, fachos et manifestants-tes lors de la Gay Pride à Tours le samedi 21 mai 2011

https://juralib.noblogs.org/2011/05/23/violences-polici...2011/ :

Le délégué départemental de SUD/Solidaires37 veut lui distinguer sa boutique syndicale ... :

"(...) Ensuite, s'il y a eu des totos encagoulés, ou pas, qui ont joué la provocation ou qui ont agressé la presse, on le déplore, c'est une connerie, mais nous n'y sommes pour rien et nous n'avons rien à faire avec ces types-là et ces comportements.(...)"

http://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/ACTUA...aussi

... qui rappelle cette autre dissertation de SUD et du NPA sur les "z'autonomes" (?) présents-es lors de la manifestation antifasciste de Tours du 15 janvier 2011 :

http://nantes.indymedia.org/attachments/jan2011/sudnous...s.mp3

> vraiment ?

"(...)Pas de compromis non plus avec ceux pour qui tout a un prix et qui entendent bien nous faire trimer pour se remplir les poches, pendant ce que l'on ne peut décemment appeler vie lorsque l'on est soumis au travail salarié.

Nous sommes rassemblés sur une base au minimum anti-autoritataire, nous refusons la domination entre les personnes sous toutes ses formes.(...)"

Oui c'est à dire tous-tes ceux-celles salariés-ées qui finalement aux côté des patrons et des rentiers tirent du fric du flicage, du dressage, de la "mise en case-cage" : agent-radieur Pôle Emploi, maton, policier, travailleur social, éducastreur au SPIP et autre crapule.

...

> mon coeur fait boum !

Il faudrait peut-être arrêter les formules pseudo-littéraires à la con, du style : "La volonté de chaque individu contient plus de puissance qu'une bombe H."

Après une explosion thermonucléaire, il ne reste plus grand chose.