La solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution

Mot-clefs: Genre/sexualités
Lieux:

Nous sommes un groupe de lesbiennes de Vancouver, actives dans le mouvement des femmes. Nous avons remarqué une tendance croissante à appuyer la légalisation ou la totale décriminalisation de la prostitution, chez de nombreuses personnes préoccupées de la sécurité et du mieux-être des femmes et des hommes dans la prostitution. Tout en appuyant la décriminalisation des personnes prostituées, nous croyons qu’elle doit se faire dans un contexte d’abolition de la prostitution, y compris la criminalisation continue des acheteurs, vendeurs, entremetteurs et trafiquants des personnes prostituées.
Nous adressons cette lettre à la collectivité des femmes lesbiennes et queer où nous vivons, parce que nous croyons que les lesbiennes et les femmes queer ont intérêt à appuyer l’autonomie sexuelle des femmes.

Légaliser la prostitution n’équivaut pas à une véritable solidarité avec les femmes prostituées ou avec la cause de l’autonomie sexuelle des femmes. Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution et pour une gamme plus riche de choix sexuels pour toutes les femmes. Voici pourquoi.

1. La prostitution renforce la contrainte à l’hétérosexualité en enseignant aux hommes qu’ils ont le droit d’accéder à leurs conditions au corps de femmes et qu’ils ont le droit d’exiger d’autres femmes des attitudes de type prostitutionnel. En contrepartie, le lesbianisme peut créer plus d’autonomie sexuelle pour les femmes en offrant à certaines d’entre elles une autre option, où la société peut voir un exemple d’une sexualité non contrôlée par les hommes.

2. La prostitution est reliée à d’autres formes de sexualité coercitive, du fait que les acheteurs et les proxénètes utilisent leur pouvoir sous forme d’argent, de privilège sexuel masculin et/ou de violence pour décider de la nature de la rencontre sexuelle – de façon très similaire à ce que font les hommes dans le viol, la violence conjugale et l’inceste. Beaucoup de femmes prostituées ont survécu au viol, aux agressions physiques et à l’inceste avant d’entrer dans la prostitution.

3. L’autonomie sexuelle des femmes exige également leur autonomie économique – or, la prostitution n’offre ni l’une ni l’autre. Dans la prostitution, un homme n’a qu’à payer une seule fois pour obtenir ce qu’il veut, tandis qu’une femme doit se vendre plusieurs fois par jour pour obtenir ce dont elle a besoin ou pour répondre aux exigences de son proxénète ou du gérant de son bordel. À l’extérieur de la prostitution, les conditions de travail des femmes sont déjà souvent inférieures et dépourvues de sécurité.

La suite: http://sisyphe.org/spip.php?article3791

Link_go Lien relatif

Commentaire(s)

> refusé sur indy paris

#

Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l

(5870) - 23 février 2011

Copié-collé d’un article sous copyright : © Sisyphe 2002-2011

Par ailleurs, Sisyphe est connu pour publier, au nom du féminisme, des articles aux relents racistes dignes de Riposte laïque.

Pas l’objet du site.

Merci de relire attentivement la charte.

> oh....

les coupeurs de tête, et autres Anastasie, vous êtes guettés par le surmenage ?

Ce site n'est pas ma tasse de thé, certains articles sont hautement discutables, certes....

Celui ci, vous avez quelque chose à en dire ?

Moi, je le trouve intéressant