Iran appel a manifester des familles de prisoniers poitique

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Les familles des prisonniers politiques exécutés appellent à manifester à Téhéran


Les familles des prisonniers politiques qui ont été exécutés ainsi que des militant(e)s pour les droits civiques ont annoncé une protestation demain, 10 mai, à Téhéran.

Selon les rapports publié par le site et le collectif des droits de l'homme iranien HRANA d’aujourd’hui, 9 mai 2010, plusieurs familles des prisonniers politiques exécutés, vivant dans d’autres régions, se rejoindront à Téhéran pour un rassemblement de protestation contre ces exécutions.

Ces familles ont annoncé que les protestations commenceront le 10 mai à 11 heures devant l’entrée de l’Université de Téhéran.

Ces familles en deuil appellent la population et toutes les personnes qui ont une conscience à se joindre à ce rassemblement.

Le bilan de la répression et des exécutions sommaires commises par la dictature s’allourdit

Dernière lettre de Shirin, exécutée le 9 mai

Dernière lettre de Shirin Alamhouli (nom aussi retranscrit Shirin Alam-Hooli), arrêtée en mai 2007, torturée, condamnée à mort et exécutée ce matin, dimanche 9 mai, à Téhéran. Ce texte a été publié par “Street Journalist” le 9 mai.

“Je suis une otage”

J’entre dans ma troisième année de détention, trois années dans les pires conditions derrière les barreaux de la prison Evin. J’ai passé les deux premières années de prison sans un avocat et en détention provisoire. Toutes mes demandes concernant mon dossier sont restées sans réponse jusqu’à ce que je sois injustement condamnée à mort. Pourquoi suis-je emprisonnée et pourquoi est-ce je vais être exécutée ? Est-ce seulement parce que je suis kurde . Si c’est le cas, alors je dois dire que je suis née kurde. Le kurde est ma langue, la langue que j’utilise pour communiquer avec ma famille, mes ami(e)s et ma communauté et la langue avec laquelle j’ai grandit. Mais je n’ai pas été autorisée de parler ou de lire ma langue, je n’ai pas été autorisée d’aller à l’école dans ma propre langue et je n’ai pas été autorisée à l’écrire. Ils me disent de nier mon identité kurde, mais si je le fais, cela voudra dire que je nie qui je suis.

Messieurs le juge et les enquêteurs : lorsque vous m’avez interrogée je ne pouvais pas parler votre langue et je ne pouvais pas vous comprendre. J’ai appris le farsi ces deux dernières années avec mes amies dans la section pour femmes de la prison. Mais vous m’avez interrogée, jugée et condamnée dans votre propre langue sans même penser que je pouvais ne pas la comprendre et ne pas me défendre. La torture que vous m’avez fait subir est devenue mon cauchemar.
Je souffre en permanence à cause de la torture que j’ai subi. Les coups sur ma tête lors des interrogatoires m’ont causés des problèmes et parfois je souffre de sévère migraines, où je perds le sens de moi-même, où mon nez se met à saigner de douleur et il me faut plusieurs heures pour me sentir à nouveau normale. Un autre “cadeau” que vos tortures m’ont laissée est le dommage causé à mes yeux qui s’aggrave de jour en jour. Ma demande pour avoir des lunettes est restée sans réponse. Lorsque je suis entrée dans cette prison, mes cheveux étaient noirs, maintenant, après trois ans de prison, mes cheveux ont commencé à devenir blancs. Je sais que vous avez fait subir tout cela non seulement à moi mais à tous les kurdes, comme Zeynab Jalaliyan et Ronak Safarzadeh… Les yeux des mères kurdes sont pleines de larmes en attendant de voir leurs enfants. Elles sont dans un état d’angoisse permanente, l’angoisse à chaque coup de téléphone qui pourrait leur apporter la nouvelle de l’exécution de leurs enfants.

Aujourd’hui c’est le 2 mai 2010, et une fois encore ils m’ont emmenée à la section 209 de la prison Evin pour un interrogatoire. Ils m’ont demandée de coopérer avec eux pour être pardonnée et pas exécutée. Je ne comprends pas ce qu’ils veulent dire par coopération, alors que je n’ai rien de plus à dire que ce que j’ai déjà dit. Ils veulent que je répète ce qu’ils disent, mais je refuse de le faire. L’enquêteur m’a dit : “nous voulions te libérer l’année dernière, mais ta famille n’a pas voulu coopérer avec nous et c’est pour ça que les choses ont tournées comme ça”. Il m’a avouée que je suis une otage et que tant qu’ils n’auront pas atteint leur but ils me maintiendront en prison ou m’exécuteront, mais ils ne me libéreront jamais.

Shirin Alamhouli

A la fin de sa lettre, sous son nom, Shirin a ajouté le mot “Serkefitn” ce qui signifie “victoire” en kurde.

Farzad Kamangar a été pendu

Article publié le 9 mai par La Bataille Socialiste :
L’enseignant syndicaliste Farzad Kamangar, kurde d’Iran arrêté en 2006 et qui avait fait l’objet d’une campagne

http://bataillesocialiste.wordpress.com/2008/08/18/sauv...ngar/

de solidarité de l’Internationale de l’Education, de Labourstart

http://www.labourstart.org/cgi-bin/solidarityforever/sh...c=455

et d’Amnesty international en 2008, a été pendu ce matin avec quatre autres prisonniers politiques dans la prison d’Evine à Téhéran. L’annonce est confirmée par l’AFP et développée en anglais sur le blog Street Journalist. Cette nouvelle nous remplit de tristesse, de colère et de dégoût. Tritesse pour la douleur de la famille de Farzad, colère partagée avec ses camarades et dégoût pour ce régime d’oppression et de répression anti-ouvrière.

http://bataillesocialiste.wordpress.com/2010/05/09/iran...ndu/-

Solidarité avec les prisonniers politiques et la lutte du peuple iranien

Commentaire(s)

> Urgent arrestions de camarades iraniens a paris

Arrestation de centaines des manifestants à Paris suite aux Exécutions de 5 prisonniers en Iran

Suite à la colère engendrée par l'exécution des 5 prisonniers kurdes ce matin à la prison d’Evin à Téhéran, une manifestation spontanée a eu lieu à Paris à 16h00 sur le parvis des Droits de l'Homme à Trocadéro.

Entre 150 et 200 personnes étaient présentes et ont manifesté pacifiquement en brandissant des drapeaux portant le nom de l’IRAN à la place du sceau islamique.

Les manifestants se sont ensuite dirigé vers l'ambassade de la République Islamique de l'Iran à Paris à quelques mètres de là... et aux alentours de 17h00 certains d’entre eux très en colère et indignés par la barbarerie du gouvernement iranien ont inscrit les noms des prisonniers exécutés sur les murs de l’ambassade ainsi que des slogans révolutionnaires ...

Plus de centaines des manifestants pacifistes ont été arrêtés par les forces de l’ordre et sont actuellement en cours de transfert au commissariat de la goutte d’or dans le 18ème arrondissement de Paris. La seule réponse des employés de l’ambassade hormis les insultes a été d’arroser les manifestants à l’aide de tuyaux d’arrosage du jardin de l’ambassade.

Les murs de l'ambassade portent les traces de cet événement, nous vous communiquerons plus d'information, des images et vidéos par la suite

> last news

il y avait une 50aine de personne devant le comico en solidarité

tout le monde est libéré.

merci aux camarades français-es venu en soutien