2 avril Iran nouvelles protestations et répression

Mot-clefs: Répression
Lieux:

2 avril Iran nouvelles protestations et répression

Malgré les fêtes de norowz ( l’équivalent de notre jour de l’an pour les iraniens) et le calme apparent qui régnait de nouvelles manifs spontanées ont de nouveaux éclatées un peu partout le régime ne s’y était d’ailleurs pas trompés puisqu’il avait mis sous état d’alerte maximum les milices bassidj’is et les nopo’s ( les sinistre voltigeurs motocyclistes)


Les dernières nouvelles qui sont parvenues malgré la censure du régime et le flicage du net iranien
2 avril 2010

Accrochages violents dans les villes de Orumieh et Ispahan
A Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran, un grand nombre de personnes se sont rassemblées spontanément dès la matinée du 2 avril, sur le pont du lac d’Oroumieh d’où elles ont lancé des slogans contre le pouvoir. Les agents ont tiré des gaz lacrymogènes et chargé la foule en moto . Il y a eu des arrestations. Les manifestants protestaient contre la politique du régime, notamment l’assèchement d’un lac et les dégâts écologistes que le régime fait depuis des années dans cette ville

100 personnes auraient étés arrêtées à la fin de cette manifestation

Première vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=XLX8R6TtIts

A Ispahan, des manifestations ont éclatées dans plusieurs points de la ville. Au parc Mochtagh, les gens criaient « Mort au dictateur ! ». Des agents bassidj’is en civil, infiltrés au milieu de la foule et aidés des agents de sécurité, ont procédé à quelques arrestations. Dans les parcs Ayeneh et Kouroch, les Ispahanais criaient « Mort à Khamenei » et « Khamenei assassin, son pouvoir est illégitime ». Ils ont manifesté et des affrontements ont éclaté avec les agents

La population d’Ispahan est également montée sur les toits la nuit dernière également, dans plusieurs parties de la ville, notamment les rue Abchar et Bozorgmehr, et a crié « mort au dictateur mort au guide supréme ». Allusions visant bien entendu Ahmadinejad et Khamenei

Dans la foulée des affrontements entre la population et les agents du régime au parc d’Ayeneh d’Ispahan, la jeunesse courageuse a affronté les agents des nopo’s qu’ils ont séverement caillassés
La population a aussi protesté contre le régime dans les rues Chaharbagh, Kamal Esmaïl et la place Enghelab en allumant les phares des véhicules et en klaxonnant.

Affrontement également dans la capitale :

Des dizaines d’arrestation et des blessés graves à Téhéran les premiers accrochages on éclatés vers 13 heure, heure locale
Cela avait bien sur commencé par les habituelles manifs des toits
dans la nuit du jeudi 1er avril, les habitants et la jeunesse du quartier de Chahrak-e-Gharb de Téhéran sont montés sur les toits pour crier leur rejet du fascisme religieux. (Le 1er avril est l’anniversaire du soi-disant referendum que le fondateur du régime Khomeiny, avait concocté pour cimenter son nouveau régime théocratique après la révolution de février. C’est une date rejetée par les Iraniens comme l’anniversaire du détournement de la révolution antimonarchique de 1979 par les mollahs).

La veille également, de 21h30 à 22h15, malgré le climat de répression sévère qui règne dans ce secteur, la jeunesse audacieuse avait mené sa manifestation nocturne.

La population de Téhéran a profité de la fête traditionnelle de Sizdeh-be-dar pour exprimer sa colère et son rejet du régime des mollahs.
Vers 13h00, au nord-est du parc de Mellat près de Jâm-e-Jam, siège central de la radiotélévision d'Etat, la population a exprimé son rejet du régime des mollahs en criant « A bas Khamenei ; Khamenei assassin, son pouvoir est illégitime ».

La foule a aussitôt été encerclée et attaquée par des forces répressives, surtout des agents en civil, qui ont dispersé les gens et en ont arrêté quelques uns. Ils ont été transportés en minibus sécurisés des forces de sécurité vers des destinations inconnues.
Ces protestations éclatent alors que tous les parcs et centres de loisirs de Téhéran débordent de gardiens de la révolution, de miliciens du Bassidj et d'autres forces répressives.

Les Téhéranais qui étaient allés au Park-e-Chahr pour le 13e jour de l’année iranienne, Sizdeh-be-dar ont manifesté contre le régime près de la rue Bab-Homayoun en scandant « A bas Khamenei » et « Khamenei assassin, son pouvoir est illégitime ». Les manifestants ont affronté les forces répressives et résisté à leur attaque.
Les affrontements au parc Chaghayegh dans le quartier Narmak de Téhéran ont débordé dans les rues adjacentes. Au moins huit personnes ont été arrêtées dans ces accrochages. Deux jeunes manifestants ont été blessés lorsque les agents les ont aspergés de gaz toxiques dans les yeux

La population et la de Téhéran ont affronté les forces répressives vers 16h00 au parc Danechjou en scandant « Khamenei assassin, son pouvoir est illégitime ». Une quinzaine de personnes ont été arrêtées.
Vers 16h30, une manifestation a éclaté au parc Chaghayegh situé à Narmak, là aussi aux cris de « A bas Khamenei » et « Khamenei assassin, son pouvoir est illégitime ». Face à la charge des forces répressive, la foule a opposée une résistance.
.
Sur la place Azadi, 20 agents en moto des nopos’s ont foncé sur la foule pour la disperser. D'autres groupes d'agents des bassidjis ont attaqué les gens avec des barres de fer des armes blanches
Bien entendu le régime avait encore tenté de bloquer toutes les communications téléphoniques et internet

Craignant les protestations populaires pour la fête traditionnelle de Sizdeh-be-dar, le régime des mollahs a établi des postes de contrôle dans la plupart des rues de Téhéran. Les agents fouillent les véhicules et leurs occupants. Les fouilles sont plus intenses sur les places Azadi et Enghelab, où un grand nombre de gens se promènent en ce jour de fête

Le régime avait bloqué, depuis la veille, les télécommunications de divers secteurs de la capitale surtout à l’est de la ville, et en banlieue comme Boumhene, Roudhene, Pardisse, Damavande et Guillavande.

Le blocage est si fort que les médias officiels l’ont évoqué. Même les lignes fixes sont brouillées et les communications de plus en plus difficiles le régime a d’ailleurs tellement brouillé les accés au net que comme lors des journées de février il a bloqué ses propres sites de propagande

D’autres nouvelles a venir dans les jours suivants rien n’est jamais fini en Iran